Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 2. – Prospections

Indre-et-Loire. Sarcophages de Touraine

Responsable d’opération : Daniel Morleghem
p. 336-337

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2009, 2010
Haut de page

Texte intégral

1Les recherches engagées en 2008 sur une carrière de sarcophages du haut Moyen Âge de Panzoult (Indre-et-Loire) ont été poursuivies en 2009 et 2010 dans le cadre de travaux universitaires (université de Tours) et ont donné lieu à plusieurs opérations de terrain. Un des objectifs était de réaliser un état des lieux des carrières de sarcophages d’Indre-et-Loire et du potentiel archéologique (nombre et localisation des sites, carrières accessibles…).

2L’inventaire des sites funéraires ayant livré des sarcophages de pierre a permis, à partir de mentions des matériaux, éventuellement de mentions de carrières et également après observation d’échantillons, de définir plusieurs zones potentielles d’origine de ces sarcophages, dans et hors du département.

3L’organisation de prospections thématiques a permis de retrouver plusieurs sites inconnus (à Saint-Épain – au lieu-dit les Roches et dans la vallée de Courtineau – et peut-être à Savonnières et à Gizeux) ou de circonscrire ceux déjà connus (à Panzoult). Plusieurs zones potentielles n’ont pu être vérifiées, faute d’avoir pu définir une zone de prospection abordable.

4Plusieurs résultats peuvent être dégagés. Tout d’abord, on observe une certaine diversité typologique des sites de production, hiérarchisés du point de vue de la surface exploitée, de la quantité de sarcophages produits, de l’aire de diffusion… Ainsi, les carrières de Panzoult (environ un demi-hectare de carrières souterraines et environ 10 000 sarcophages produits), sans toutefois égaler le site de Doué-la-Fontaine, ont dû avoir une importance régionale, alors que les carrières des Roches et de la vallée de Courtineau à Saint-Épain, de moindre importance, ont apparemment exporté leurs productions plus localement. Par ailleurs, l’approvisionnement des nécropoles n’est pas nécessairement local : ainsi, sur la vingtaine de matériaux recensés, une partie provient des départements voisins (notamment certains calcaires coquilliers et grès).

5Plusieurs sondages ont été réalisés à Gizeux, Saint-Épain et Panzoult, en complément des études archéologiques menées sur chaque site, avec pour objectifs principaux de vérifier la nature de la production de ces carrières (par la découverte de traces d’outils et négatifs de blocs), de caractériser les dépôts recouvrant ou comblant ces excavations (épaisseur et nature) et enfin d’apporter des éléments de chronologie de leur exploitation.

Gizeux (Indre-et-Loire). La carrière de la Garenne

6La carrière à ciel ouvert de la Garenne, signalée comme carrière de sarcophages, a fait l’objet d’un sondage autour d’un affleurement de grès (Sénonien) conservant la trace d’une série d’emboîtures et un bloc détaché et posé de champ à côté. Aucun élément (forme des blocs, traces d’outils, mobilier datant…) n’a pu apporter d’information en ce sens ou en faveur d’une autre hypothèse. La carrière est antérieure au xixe s. ; la réalisation de nouveaux sondages pourrait éventuellement apporter d’autres éléments

Saint-Épain (Indre-et-Loire). Les carrières des Roches

7La fouille partielle de la carrière 1 des Roches fait suite à la découverte fortuite d’un squelette d’une jeune femme de 17-20 ans déposée au fond de la cave apparemment hâtivement et sans soin particulier, à une date inconnue. Les ossements ont été perturbés par la recherche de matériaux de construction pour élever des murs de séparations dans la cavité, occupée depuis le xie-xiie s. au moins.

8L’intérêt de cette carrière est de conserver sur 50 cm à 60 cm d’épaisseur des remblais d’extraction en place (perturbés sur la moitié du sondage), dont la stratification est clairement perceptible en coupe. Les traces d’outils, les tranchées et les négatifs visibles au sol de carrière permettent d’identifier la production comme des cuves et couvercles de sarcophages trapézoïdaux, datables du haut Moyen Âge. Aucun mobilier de cette période n’a cependant été retrouvé sur le site.

Saint-Épain (Indre-et-Loire). Les carrières de la vallée de Courtineau

9Au moins quatre carrières conservant des traces caractéristiques de l’extraction des sarcophages ont pu être retrouvées ; des négatifs trapézoïdaux assez prononcés sont encore visibles sur le sol de l’une d’elles (au lieu-dit Notre-Dame-de-Lorette).

10Ces carrières s’ouvrent dans les formations secondaires du Turonien supérieur (« Tuffeau Jaune »), présentant au moins deux faciès pétrographiques bien distincts. Des sarcophages fabriqués dans cette « pierre de Courtineau » ont été retrouvés sur plusieurs sites de la vallée de la Vienne, à Richelieu et, plus au sud, à Pussigny.

Panzoult (Indre-et-Loire). Les carrières de Panzoult : le Vilseau, la Barbauderie

11Deux ensembles de carrières ont pu être mis en évidence par la prospection, dans deux vallons de la commune. Une dizaine de carrières souterraines d’une surface totale d’environ un demi-hectare ont été repérées. Plusieurs indices (effondrement, topographie…) suggèrent la présence d’autres cavités. De nombreuses traces d’exploitation à ciel ouvert sont également visibles en divers points des sites. Après une année d’étude, il est possible d’estimer à environ 10 000 sarcophages la production des carrières de Panzoult.

12Plusieurs sondages ont été réalisés dans deux carrières du vallon du Bottereau. Ils ont permis de caractériser l’épaisseur et la nature de leur comblement et de tenter d’apporter des éléments de datation d’éventuels niveaux liés à leur exploitation, mais aussi de vérifier la conservation des témoins de l’extraction (traces d’outils, tranchées, négatifs de blocs…).

13Trois phases distinctes ont pu être mises en évidence :

  • l’exploitation des carrières durant le haut Moyen Âge, dont témoignent les nombreuses traces d’outils encore visibles et les négatifs des blocs extraits. On notera l’absence ici de remblais d’extraction, pourtant importants dans d’autres carrières ;
  • l’occupation des cavités, à partir du xie s. jusqu’au xviie s. au moins. Le nivellement du sol par piquetage de la roche ou par apport de terre, les restes de murets et les nombreux trous et encoches sur les parois attestent d’un aménagement en troglodytes pour l’habitat et pour le pacage d’animaux ;
  • enfin, la destruction et l’abandon du site ont dû survenir suite à un important incendie, qui a ravagé tout le nord du site. L’effondrement de l’avant des carrières est postérieur à leur abandon.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Morleghem, « Indre-et-Loire. Sarcophages de Touraine », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 336-337.

Référence électronique

Daniel Morleghem, « Indre-et-Loire. Sarcophages de Touraine » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13059

Haut de page

Auteur

Daniel Morleghem

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Morleghem

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals