Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
V. - Installations artisanales
V A1. - Céramique, terres cuites, verrerie : opérations de terrain

Sougraigne (Aude). L’atelier verrier des Salines

Responsable d’opération : Isabelle Commandré
Notice rédigée avec Franck Martin
p. 339-340

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2009, 2010
Haut de page

Texte intégral

1L’exploration de l’atelier verrier des Salines a été réalisée dans le cadre d’un vaste projet de mise en valeur du patrimoine local depuis 2008. L’officine moderne est installée sur un site de l’âge du bronze, inconnu avant le commencement de la fouille, qu’elle oblitère en partie. Cette occupation, dont l’emprise et la nature n’ont pas pu être caractérisées, se matérialise par la présence d’une fosse et d’un horizon très caractéristique dans les épisodes de colluvionnement qui composent le terrain. Des charbons de bois qui tapissaient le fond du creusement ont permis de situer l’occupation entre 1300 et 1118 av. J.-C. (14C), soit durant une phase de transition entre bronze moyen et bronze final pour le Languedoc.

2L’atelier verrier s’installe dans le contexte historique général d’une importante phase de développement de ce type d’activité dans la région des hautes Corbières. Les recherches documentaires ont montré qu’entre le xvie et le xviiie s., les pouvoirs locaux ont encouragé l’implantation d’une importante famille de verriers, les de Robert, au sein d’un territoire largement dépeuplé et boisé. Les données matérielles comme historiques amènent à circonscrire dans la première moitié du xviiie s. l’activité de ce petit centre qui est rapidement et quasi intégralement démonté.

3Les vestiges montrent la présence d’un bâtiment quadrangulaire d’environ 120 m2, la halle, qui enserre deux structures de chauffe. L’intérêt de l’atelier des Salines réside principalement dans le bon état de conservation d’un four de fusion, aux dimensions particulièrement imposantes et pourvu d’un système de double sole, dont une à carnaux. Il s’agit d’un dispositif très peu répandu et peu documenté, qu’il était important d’étudier in situ pour en comprendre le fonctionnement et le mode de mise en œuvre. Le four secondaire, quelle que soit sa fonction – four à fritte ou de recuit ? – est également en assez bon état de conservation.

4Le mobilier retrouvé sur les niveaux de circulation de la halle fait état d’une production de verre soufflé et moulé, qui offre un répertoire de formes relativement peu varié et de facture modeste. Les deux principales colorations de verre, incolore et bleu-vert, ont une composition calco-sodique très proche comme le soulignent les analyses physico-chimiques pratiquées par B. Gratuze et E. Pouyet (IRAMAT Orléans). Le caractère homogène de ces artefacts corrobore une période d’activité relativement courte. Le flaconnage utilitaire demeure incontestablement la production majeure avec la mise en œuvre de fioles, bouteilles et mesures languedociennes. Les formes sont simples et peu variées : le travail du verre semble ici répétitif comme en témoignent les déchets de production et notamment les coups de ciseaux. L’atelier semble également fabriquer quelques verres à tige creuse et des perles.

5Malgré tout, l’usage de soude végétale, de type salicorne, et l’importation de probables lingots de verre brut indiquent que le marché de la verrerie des Salines est certainement moins local et moins réduit qu’il n’y paraît. Il se fait l’écho de productions standardisées, typiques du xviie s., témoins d’une longue tradition qui semble se prolonger sur les premières décennies du xviiie s., tout du moins dans la région des hautes Corbières.

6L’atelier des Salines n’est pas seul sur le territoire de Sougraigne. Il participe d’une importante activité verrière, comprenant plusieurs petits centres producteurs implantés en pleine forêt et dévolus à l’exploitation du vaste domaine du Bourasset. Une telle organisation pourrait avoir fonctionné entre le milieu du xviie s. et le milieu du xviiie. Le pôle centralisateur, regroupant plusieurs familles et servant de lieu d’habitat permanent, semble en être la métairie du Bourasset. L’absence totale d’équipements domestiques, dont témoigne l’atelier des Salines, abonde assez largement en ce sens.

Sougraigne, l’atelier verrier des Salines, vue zénithale, depuis le sud, du grand four de fusion.

Sougraigne, l’atelier verrier des Salines, vue zénithale, depuis le sud, du grand four de fusion.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Sougraigne, l’atelier verrier des Salines, vue zénithale, depuis le sud, du grand four de fusion.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Martin, « Sougraigne (Aude). L’atelier verrier des Salines », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 339-340.

Référence électronique

Isabelle Commandré, Franck Martin, « Sougraigne (Aude). L’atelier verrier des Salines » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13084

Haut de page

Auteur

Franck Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Commandré

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals