Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
V. - Installations artisanales
V A2. - Céramique, terres cuites, verrerie : prospection

Lisles-en-barrois et Vaubecourt (Meuse). Bois du Vieux Four – la Fontaine aux Groseilliers Rouges

Responsable d’opération : Stéphanie Jacquemot
p. 340

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La tradition verrière de l’Argonne est mise en lumière au xixe s. par les travaux des sociétés savantes qui signalent une industrie très ancienne, prospérant de façon discontinue jusqu’aux années 1950. En 1920, l’archéologue Georges Chenet fournit une bonne description des sites de production de verre médiéval qu’il rencontre à l’occasion de ses recherches sur les ateliers de céramique sigillée du ive s. Mais il faut attendre les années 1970 pour identifier les premières traces visibles au sol, en particulier à l’occasion des prospections menées par François Jannin, qui a découvert une vingtaine d’ateliers de verriers médiévaux, la plupart attestés par des vestiges de fours ou de zones de rejets et présentant souvent un corpus permettant de caractériser leur production (ratés de cuisson, parois de four, tessons de creusets).

2En 2010, dans le cadre de la révision du plan d’aménagement forestier, Dimitri Demange signale au SRA la présence d’un atelier situé au lieu-dit Bois du Vieux Four à Lisles-en-Barrois. Ce site, mentionné dans les textes (« vieux four » en 1490, « four à verre dit Bois Japin » en 1522 à côté de l’étang du même nom), n’avait jamais été reconnu en prospection. L’ensemble découvert est particulièrement bien conservé et très structuré. Il comporte un four, attesté par un amas de parois vitrifiées, deux crassiers de grande taille, ainsi que les indices d’un bâtiment repéré par un tas de tuiles, dont certaines sont en connexion au sol. Plusieurs tessons de creusets, de la gobeleterie, quelques éléments de flaconnage et un grand nombre de chutes de fabrication ont été mis au jour. On note également la présence d’une demi-paire de force.

3Un second atelier, inconnu des textes, a été découvert 800 m plus au nord, au lieu-dit la Fontaine aux Groseilliers Rouges à Vaubecourt. L’ensemble présente la même organisation spatiale qu’au Vieux Four, à la différence qu’il est directement installé au bord du ruisseau et qu’il jouxte un secteur d’extraction de gaize, où plusieurs plateformes présentent de la matière concassée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Jacquemot, « Lisles-en-barrois et Vaubecourt (Meuse). Bois du Vieux Four – la Fontaine aux Groseilliers Rouges », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 340.

Référence électronique

Stéphanie Jacquemot, « Lisles-en-barrois et Vaubecourt (Meuse). Bois du Vieux Four – la Fontaine aux Groseilliers Rouges » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13096

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphanie Jacquemot

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals