Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
V. - Installations artisanales
V B1. - Carrières, mines, et métallurgie : opérations de terrain

Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier

Responsable d’opération : Florian Téreygeol
p. 342

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1L’opération de recherche menée sur le site de Castel-Minier s’est déroulée durant 4 semaines. L’activité principale s’est concentrée sur la mouline, appareil hydraulique destiné à la production de fer. En l’état, cet ensemble est daté par le dosage du 14C, la céramique, la dendrologie, la stratigraphie et les données d’archives. Cette forge connaît ainsi un dernier et important réaménagement entre 1510 et 1540 pour cesser définitivement de fonctionner entre 1550 et 1580.

2La fouille de la soufflerie hydraulique dans son dernier état d’utilisation a été achevée. Elle a mis en évidence une similitude troublante du bâti en bois qui supportait les soufflets avec ce que nous trouvons représenté et décrit dans le De Re Metallica de Georgius Agricola (1556). Rappelons que la mouline produit du fer et que le De Re Metallica décrit une soufflerie destinée à la production des métaux non ferreux. Il ne s’agit pas de remettre en cause la nécessité d’une ventilation pour l’une ou l’autre des métallurgies mais bien d’expliquer la similitude morphologique allant jusque dans les mesures données par Agricola et celles observées sur le terrain. Est-ce une exception locale due à la présence de mines d’argent à proximité ? Ou s’inscrit-on dans un schéma technique établissant des passerelles entre des métallurgies que nos cadres mentaux amènent un peu trop rapidement à séparer ? Nous ne pouvons encore trancher, mais plusieurs éléments tendent à montrer que, dans ce Moyen Âge finissant, la frontière entre les techniques de production du fer et des métaux non ferreux (argent et cuivre) est bien plus perméable que nous ne l’imaginions.

3La fouille a également porté sur les fondations du marteau hydraulique dont les imposants poteaux sont encore en place. Les hêtres qui ont servi à les fabriquer ont été coupés alors qu’ils étaient âgés de plus de 200 ans. D’après nos estimations, ces fondations s’enfoncent à 2 m sous le niveau de sol de travail du xvie s. Lors du dégagement de ces bois – qui a dû se faire au marteau piqueur –, nous avons mis au jour une importante quantité de chutes métalliques très peu oxydées permettant une lecture aisée des marques de travail et un niveau d’esquilles de bois indiquant un ajustage des poutres et sûrement le creusement d’encoches pour la mise en place des pièces aériennes.

4L’extension des recherches vers le nord a permis la mise au jour de deux foyers que nous qualifions de « foyers d’épuration » dans l’attente des résultats des analyses des scories qui tapissaient leur fond. Enfin, la poursuite de la fouille du ferrier a livré, outre un pieu métallique d’une dizaine de kg, des vestiges de deux murs dans les premiers niveaux d’occupation du site (xiiie-xive s.). La mouline de Castel-Minier se pose comme un site stratifié complexe avec un remblaiement volontaire qui a protégé les niveaux les plus anciens.

5Toujours dans l’esprit de développement méthodologique qui caractérise cette opération, nous poursuivons les études sur la polarisation provoquée et son application à la détection des ferriers. Une représentation en trois dimensions est envisagée pour le ferrier castral qui n’a pas encore fait l’objet de fouille. Nous apportons également un soutien technique pour l’étude des processus de corrosion à très long terme. Le matériel de Castel-Minier est encore utilisé pour la mise au point de la datation par 14C du mobilier ferreux. Les premiers résultats obtenus sur un clou de charpente s’inscrivent parfaitement dans la chronologie attendue. En laboratoire, les analyses métallographiques sur le mobilier ferreux se poursuivent. Ces fragments métalliques sont majoritairement composés de fonte (≥ 2 % de carbone) ce qui explique leur position en rejet car ils restent très difficilement forgeables. Cette mouline produit un matériau plus proche de l’acier et de la fonte que du fer.

6La fouille devrait se poursuivre en 2011. Elle portera sur le système hydraulique et notamment sur le mode de fixation des roues actionnant le marteau et les soufflets. En collaboration avec nos collègues du Deutsches Bergbau Museum, nous entamerons le volet minier de ce site par la désobstruction d’un puits d’aérage pour assurer la ventilation des réseaux à fouiller ultérieurement.

Aulus-les-Bains, les fondations de la soufflerie de la mouline de Castel-Minier.

Aulus-les-Bains, les fondations de la soufflerie de la mouline de Castel-Minier.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Aulus-les-Bains, les fondations de la soufflerie de la mouline de Castel-Minier.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Téreygeol, « Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 342.

Référence électronique

Florian Téreygeol, « Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13120

Haut de page

Auteur

Florian Téreygeol

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Téreygeol

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals