Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
V. - Installations artisanales
V B1. - Carrières, mines, et métallurgie : opérations de terrain

Maron (Meurthe-et-Moselle). Fonds de Monvaux

Responsable d’opération : Marc Leroy
p. 344-345

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Un atelier de production du fer, daté par 14C et par le mobilier céramique entre le milieu du xiiie et le milieu du xive s., a été mis au jour en forêt domaniale de Haye, à l’intersection de deux vallons étroits et très encaissés. Les vestiges étaient recouverts par plus d’1,50 m de déchets métallurgiques et scellés par des éboulis calcaires provenant des versants.

2L’atelier a livré les vestiges d’installations de transformation du minerai de fer et de production de fer brut. Deux fourneaux construits successivement constituent le cœur de l’atelier et avoisinent des emplacements de traitement du minerai (précuisson et concassage), peut-être de préparation du combustible (charbon de bois), des zones de stockage et des vestiges de foyers interprétés comme liés au premier traitement des masses de fer brut. Une grosse partie de l’espace à l’arrière de l’atelier, à la base des versants nord et est, est occupée par un crassier de rejets des déchets de production.

3Les deux bas-fourneaux ont été construits successivement, le plus récent s’appuyant en partie sur une des parois du plus ancien. Seules les parties basses des fourneaux, en partie encastrés dans le sol de l’atelier, sont conservées, mais la cuve du fourneau le plus récent est encore conservée sur plus de 0,50 m de hauteur. L’intérieur des deux cuves est de forme circulaire (diamètre 0,40 à 0,50 m). Elles sont construites avec une double paroi : une paroi en terre cuite à l’intérieur doublée à l’extérieur par une couronne de pierres liées à l’argile. L’épaisseur totale de la paroi atteint 0,70 à 0,80 m. À l’avant, la cuve s’ouvre sur un aménagement en canal de 0,50 m de long et 0,25 m de large, bordé par les parois de pierres. Ce canal est destiné à recueillir les écoulements de scorie, comme le montrent les résidus de la dernière opération encore en place dans le bas-fourneau le plus récent. Sur ce même fourneau, un orifice dans la paroi situe l’emplacement d’une tuyère de ventilation ; celle-ci est disposée à 90° par rapport au canal d’écoulement, à une trentaine de centimètres au-dessus du fond.

4Les zones de stockage du minerai brut, identifiées sous la forme de plusieurs tas contenant des blocs de dimensions variées, et celles de sa préparation, mises en évidence par la présence de couches de résidus poudreux et granuleux, sont installées dans l’espace à l’arrière des fourneaux. Un vestige de foyer très arasé, associé à des résidus cuits de minerai, correspond probablement à une installation de « grillage », vraisemblablement destinée à en faciliter le concassage.

5À proximité des fourneaux, plusieurs états successifs d’une même structure de combustion, construite sous la forme d’une sole de terre cuite sur radier de scories, délimitée par une bordure de pierres, pourraient être liés aux phases de traitement des masses de fer brut extraites des bas-fourneaux. Cette hypothèse est suggérée par la présence, dans les couches qui l’entourent, de déchets de fer informes et de battitures.

6La présence récurrente de nombreux morceaux de tuiles sur l’espace occupé par l’atelier et dans les dépotoirs suggère que les installations de production étaient probablement protégées par des appentis. La masse de déchets de production rejetés s’élève à plusieurs dizaines de tonnes, voire à plus d’une centaine. La durée de fonctionnement de l’atelier n’est pas connue, mais le fait que deux bas-fourneaux se soient succédé et que chacun porte des indices de plusieurs réfections indique que l’utilisation du site est étalée sur un temps assez long.

7La datation du site rattache la création et le fonctionnement de cet atelier aux premiers développements du bassin minier de Nancy, sous l’égide d’établissements monastiques et des comtes de Vaudémont, propriétaires de cette partie de la forêt de Haye. Ces vestiges permettent en outre de documenter une période charnière sur le plan de l’évolution des techniques, puisque les xive et xve s. correspondent au passage progressif entre la technique de la production du fer par la méthode directe en bas-fourneau et celle de la production de fonte par la méthode indirecte en haut-fourneau qui se généralise dans toute l’Europe dans le courant du xvie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Leroy, « Maron (Meurthe-et-Moselle). Fonds de Monvaux », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 344-345.

Référence électronique

Marc Leroy, « Maron (Meurthe-et-Moselle). Fonds de Monvaux » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13132

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals