Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Chronique des fouilles médiévales...V. - Installations artisanalesV B1. - Carrières, mines, et méta...Sainte-Marguerite-Lafigère (Ardèc...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
V. - Installations artisanales
V B1. - Carrières, mines, et métallurgie : opérations de terrain

Sainte-Marguerite-Lafigère (Ardèche). District minier médiéval du Colombier

Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître
p. 345

Texte intégral

1Le district minier se développe sur les communes de Sainte-Marguerite-Lafigère et Malarce-sur-la-Thines. Les chantiers médiévaux exploitaient le filon des Anciens et celui de la Rouvière. La reprise moderne d’exploitation à la Rouvière a en grande partie effacé les traces médiévales, mais les vestiges sur le filon des Anciens, de part et d’autre du valat du Colombier, sont restés intacts. Leur étude se poursuit, en surface, car la mise en sécurité, sur prescription de la DRIRE en 2009, a obturé tous les accès au souterrain et interdit toute étude archéologique des chantiers miniers. Une des conséquences de cette opération est une dégradation du paysage également en surface pour le passage des engins.

2Les campagnes antérieures avaient mis en évidence un système d’exploitation par puits au jour alternant puits isolés et puits jumeaux. L’abattage par le feu semble avoir été la règle et les datations 14C donnent une fourchette comprise entre la fin du xe et le xiie s. Deux ateliers de concassage du minerai avaient été mis au jour et fouillés.

3La rive droite du valat du Colombier porte la plus grande partie des vestiges. Des ensembles de murs, étagés sur la colline, étaient encore perceptibles dans les éboulis et les taillis. Il fallait en déterminer la nature : terrasses de culture moderne ? Ateliers, lieux de stockage ou encore habitats en relation avec l’activité minière médiévale ?

4La campagne 2010 a permis de localiser un probable atelier occupant une terrasse (qui n’a pas encore été fouillé) et de mettre entièrement au jour un bâtiment dont les quatre murs étaient conservés en élévation (2,40 m pour le mur de fond). Cet édifice possédait un large foyer occupant la moitié nord de l’unique pièce, encadré de trois banquettes, un sol dallé et un système de drainage sous le dallage. Le mobilier céramique a fait l’objet d’un premier examen par le LAMM-UMR 6572 ; il semble attribuable aux xie-xiie s. L’identification retenue est celle d’une maison des mineurs, où ces derniers se reposaient et se réchauffaient. Il ne s’agit ni d’un habitat, ni d’une forge, ni d’un atelier de concassage et ce type de structure est préconisé dans les traités Renaissance. Le très grand nombre de murs, plateformes de charbonnage, terrasses aménagées visibles sous les clapas révèle un très fort potentiel archéologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bailly-Maître, « Sainte-Marguerite-Lafigère (Ardèche). District minier médiéval du Colombier »Archéologie médiévale, 41 | 2011, 345.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, « Sainte-Marguerite-Lafigère (Ardèche). District minier médiéval du Colombier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13136 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.13136

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Bailly-Maître

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Christine Bailly-Maître

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search