Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
V. - Installations artisanales
V B3. - Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). PCR Mines et métallurgie à l’Altenberg, xe-xvie s.

Responsable d’opération : Pierre Fluck
Notice rédigée avec Delphine Bauer, Jean-François Bouvier, Patrick Clerc, Alexandre Disser, Joseph Gauthier et Émilie Nodot
p. 349-350

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La seconde campagne du PCR triannuel Altenberg 2009-2011 a fortement consolidé les résultats acquis antérieurement et ouvre des perspectives élargies.

2La première avancée de ce programme concerne l’étalement dans la durée de l’extraction et de la métallurgie de l’argent, qui fait de l’Altenberg un observatoire de sept siècles d’activité semi-continue (937-1637). Le stéréogramme des datations a été complété par quatre résultats nouveaux : un carreau minier et son habitat daté de la charnière xiie/xiiie s. (site de la mine Rumpapump, thermoluminescence = TL), un second ensemble du milieu du xive s. (site de la mine Vieux-Saint-Guillaume, TL), une laverie de la seconde moitié du xve s. (dite « Bergarmuth », 14C), un site de fonderie présumé daté de la fin du xve s. (Sapin Vert, 14C). Bien qu’imprécises, les datations par TL nous livrent – c’est une « première » pour l’Altenberg – des sites d’occupation permanente, documentés en particulier par la signature d’une céramique abondante, le premier paraissant même couplé à une forge. Il n’est pas exclu que les diverses anomalies magnétiques mises en évidence par la prospection géophysique 2010 correspondent pour partie à d’autres habitats médiévaux : nous testerons cette hypothèse en 2011.

3Ce même canevas chronologique, s’il ne doit pas faire illusion car il indique des marges d’incertitude, dégage avec un certain éclat l’enchaînement des exploitations. Dans ce continuum transparaissent peut-être des « zones de faiblesse » relative comme la fin du xie et le début du xiie s., mais surtout, on y lit avec clarté des « pics » : l’époque des puits alignés sur les crêtes des filons au xe s., le « boom de l’an Mil » (plutôt première moitié du xis.), le xive s. qui se précise dans le Haut-Altenberg avec le tracé d’un canal d’altitude et les fonderies du Pfaffenloch et d’Échery, le xve s. enfin attesté par au moins cinq sites différents. Ces observations reposent sur l’étude d’environ 5 % du potentiel de sites de l’Altenberg.

4À ce stade d’avancement du projet, ce que nous avions appelé « révolution technique du bas Moyen Âge » paraît se décliner de plusieurs manières. Durant le second xiiie s., s’affirme la première fonderie « hydraulique » à Échery. Un chemin creux, pleinement révélé par les images aériennes « laser scanning », la relie à une mine du Haut-Altenberg dite Vieux Rimpy, qui a fait l’objet d’une étude pariétale minutieuse sans néanmoins procurer de mobilier datant (pour l’avenir, ce type d’études gagnera à s’accompagner d’incisions dans les haldes correspondantes). Une seconde innovation se fait jour vers le milieu du xive s. avec le canal d’altitude précité tracé pour un audacieux système d’exhaure. Une troisième est son utilisation dès le début du xve s. pour le lavage, c’est-à-dire le tri par l’eau des minerais concassés manuellement. Ce process, qui paraît démarrer à un stade quasiexpérimental à la fonderie de Pfaffenloch (seconde moitié du xive s.), génère des sables et schlamms. Il se pratique en divers lieux dans le second xve s. (protolaveries du Haut-Altenberg et de Bergarmuth), en concurrence avec la façon ancienne de pratiquer la métallurgie, sur des minerais non purifiés et qui génère les traditionnelles scories fayalitiques (fonderies Charlotte et Sapin Vert encore vers la fin du xve s.). Durant un quart de millénaire (1250-1500), l’Altenberg se révèle ainsi un lieu unique où observer la promiscuité d’initiatives innovantes et de niches d’inertie.

5Brusquement éclairé à travers les campagnes 2007 à 2009, le xve s. nous apparaît aussi documenté par les « épaves toponymiques » d’exploitations minières, dont nous avons revisité la nomenclature en nous interrogeant sur la part d’héritage qui échoit aux nouveaux exploitants du « boom » des années 1520.

6Une petite opération à Fertrupt, dans le bas de l’Altenberg, a mis au jour les traces d’une fonderie couplée à un habitat (céramique culinaire et de poêle), à quelques dizaines de mètres de la grande mine Fundgrube ouverte en 1502 (ou 1506 ?) par Brunon de Ribeaupierre. On y relève un hypothétique fond de four d’une grande rusticité (creusé dans les colluvions), mais surtout d’abondantes scories vitreuses « piquetées » d’une quantité anormale d’inclusions de plomb, comme si la nouvelle métallurgie appliquée à des minerais lavés (sans doute après bocardage hydraulique, c’est l’innovation de la charnière xve-xvie s.) ne s’avérait pas encore maîtrisée.

7Les sites du premier xvie s. ont fait l’objet de deux opérations. En premier lieu, l’achèvement de la fouille de l’habitat (et officine d’essayeur ?) réimplanté sur le site d’une fonderie du début du xie s. elle-même installée… sur une halde de l’an Mil (site dit Patris) s’est accompagné d’une étude systématique et exhaustive de la céramique culinaire (plus de cent pièces répertoriées). L’autre concerne la fonderie de Saint-Pierre-sur-l’Hâte, dont le site a livré des structures remarquables, hélas sans rapport direct avec la métallurgie. Comme à chaque campagne, une étude de sources est venue consolider les acquis des fouilles. Elle concerne pour 2010 le règlement de la fonderie seigneuriale d’Échery de 1533. Diverses précisions techniques en émergent qui peuvent être utilement confrontées avec les résultats de la fouille 2007-2008.

8Les fonderies plus anciennes (Charlotte, Pfaffenloch, Patris) qui ont fait l’objet de décapages plus ou moins extensifs, marquées par d’abondants déchets archéométallurgiques, n’ont à ce jour pas procuré de fours mais seulement des surfaces rubéfiées pour partie chargées de plomb. Ce constat relance le débat sur la matérialité de fours maçonnés pour la période médiévale. À Charlotte, dans les niveaux du xve s., un minuscule foyer rectangulaire rappelle fort celui mis au jour à l’Altenberg en Westphalie (RFA).

9L’avancement de nos connaissances nous autorise dès à présent à conforter les résultats obtenus dans une mise en perspective avec les événements politiques (passage d’une économie monastique à une économie seigneuriale) et économiques (affirmation des ateliers monétaires, usage des métaux…) locaux et régionaux. Dès à présent, nous envisageons d’étendre ce PCR (pour 2012-2014) à une échelle régionale. Deux thèses nouvelles (rentrées 2010 et 2011) accompagnent ce programme de recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Bauer, Jean-François Bouvier, Patrick Clerc, Alexandre Disser, Joseph Gauthier et Émilie Nodot, « Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). PCR Mines et métallurgie à l’Altenberg, xe-xvie s. », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 349-350.

Référence électronique

Pierre Fluck, Delphine Bauer, Jean-François Bouvier, Patrick Clerc, Alexandre Disser, Joseph Gauthier et Émilie Nodot, « Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). PCR Mines et métallurgie à l’Altenberg, xe-xvie s. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13192

Haut de page

Auteurs

Delphine Bauer

Articles du même auteur

Jean-François Bouvier

Articles du même auteur

Patrick Clerc

Articles du même auteur

Alexandre Disser

Articles du même auteur

Joseph Gauthier

Articles du même auteur

Émilie Nodot

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals