Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
V. - Installations artisanales
V C1. - Autres installations artisanales : opérations de terrain

Colomby (Manche). La Perruque

Responsable d’opération : Vincent Bernard
p. 351-352

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La fouille a mis en évidence probablement l’un des moulins hydrauliques les plus complets en France pour le premier Moyen Âge. La première campagne de 2010 sur la rive gauche du bief, à la pointe de l’îlot artificiel créé à la suite du creusement du bief, a permis d’éclairer les travaux d’aménagement du cours d’eau préalables à l’installation des structures, certains aspects originaux de la mécanique hydraulique, mais également les choix liés à la sélection des bois d’œuvre dans un contexte très fortement anthropisé.

2Le bief d’environ 150 m de long présente, peu avant de rejoindre le lit actuel du Merderet, une terrasse d’une cinquantaine de m2 taillée dans les alluvions du Trias. Cet aménagement a permis d’implanter les soubassements d’un bâtiment en bois daté par dendrochronologie de 1001/1002. Deux longues sablières en chêne ont été installées parallèlement à la berge et arimées au sol grâce à un système de pieux de blocage. D’autres sablières, aujourd’hui disparues, étaient assemblées à mi-bois perpendiculairement aux premières et complétaient le plan quadrangulaire du bâtiment à cheval sur le bief. Dans ce dernier, de nombreuses pièces appartenant vraisemblablement à une grande roue ont été découvertes (grande pale ; courbe d’une roue d’un diamètre estimé à 2,50 m ; étrésillons) et à un engrenage (pignon de « lanterne » ; alluchons).

3Dans le comblement du coursier, une pièce architecturale datée par dendrochronologie de la fin du xie ou du début du xiie s. semble marquer l’ultime restauration d’un moulin qui aura fonctionné pendant un siècle environ, après quoi la récupération des éléments architecturaux en bon état n’empêchera nullement l’engorgement du bief. Parmi les milliers de bois d’œuvre du xie s., beaucoup sont des chênes noueux et branchus à croissance rapide, certains ont été émondés, d’autres écorcés par du bétail. Le milieu environnant devait donc être un espace très ouvert de parcelles bocagères ou de forêts pâturées.

Colomby, la Perruque, deux des 20 étrésillons découverts à Colomby, qui permettaient de rigidifier les grandes pales de la roue à aube.

Colomby, la Perruque, deux des 20 étrésillons découverts à Colomby, qui permettaient de rigidifier les grandes pales de la roue à aube.

Cl. V. Bernard, CNRS

Haut de page

Table des illustrations

Titre Colomby, la Perruque, deux des 20 étrésillons découverts à Colomby, qui permettaient de rigidifier les grandes pales de la roue à aube.
Crédits Cl. V. Bernard, CNRS
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Bernard, « Colomby (Manche). La Perruque », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 351-352.

Référence électronique

Vincent Bernard, « Colomby (Manche). La Perruque » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13224

Haut de page

Auteur

Vincent Bernard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Bernard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals