Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
V. - Installations artisanales
V C1. - Autres installations artisanales : opérations de terrain

Mathes (Les) (Charente-Maritime). Sous le Maine

Responsable d’opération : Stéphane Vacher
p. 352

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1L’indice de site médiéval découvert correspond à une zone de dépotoir attribuable par la céramique aux xe-xiie s. Deux apports sont à distinguer.

2Le premier peut être attribué à des rejets de type domestique. Il regroupe des restes diversifiés où sont mêlés de la faune marine, coquillages et poissons, de la faune terrestre, dont certains ossements portent des traces de découpe et où les restes d’oiseaux sont représentés de manière significative, de la céramique, du mobilier lithique, pierres souvent brûlées mêlant du silex et des galets de quartzite et calcaire.

3Le second apport correspond à un rejet massif de coques, entre 1,5 et 3 tonnes de coquilles, dont certaines ont été retrouvées avec les deux valves en connexion. Elles proviennent vraisemblablement d’une activité de pêche à des fins commerciales. La raison du rejet, coquilles après prélèvement de la chair ou pour des raisons sanitaires, coquillages gâtés, ne peut être définie avec certitude à ce stade de connaissance du site. Après cet apport, les rejets de type domestique ont dû reprendre.

4Comme pour tous les dépotoirs de taille significative, l’intérêt de l’occupation des Mathes provient du fait qu’elle résulte de rejets liés à un site de production de ressource marine, qu’elle a fonctionné certainement sur une courte durée et donc qu’elle peut être considérée comme un ensemble clos. L’occupation a également livré un mobilier diversifié, en particulier de la faune, ainsi qu’un ensemble céramique significatif avec plus de 500 tessons pour les 3 m² fouillés manuellement, ce qui permet une bonne attribution chronologique.

5L’étude exhaustive de ce dépôt permettra l’analyse du niveau de coques, quantification réelle du rejet et gestion de cette ressource à travers l’étude statistique des coquilles. De même, il faut envisager la présence, en bordure du dépôt de coques, des zones de rejet propre au traitement du poisson, et cela dans des niveaux qui ont livré des restes lors du tamisage. La pêche de ces deux ressources, coquillages et poissons, est pratiquée par les mêmes populations en fonction de la saison. Le prélèvement du poisson peut provenir de différents types de pêches, pêcheries sur la côte, de la pêche en mer ou de la pose de filet sur l’estran.

6L’analyse de ce site doit s’inscrire dans une étude plus large du littoral. Les restes de poissons devront être comparés à ceux d’autres sites côtiers. De même, les espèces pêchées nous renseigneront sur les périodes de pêche et les techniques utilisées. L’étude des coquillages doit s’inscrire en outre dans une répartition des dépôts ou niveaux coquilliers sur la bande côtière afin d’établir les gisements naturels par espèces, la distance entre la zone de ramassage des mollusques et les habitats, la largeur de la bande côtière où cette collecte correspond à une activité significative dans l’économie et, enfin, la quantification de la part qu’occupaient ces coquillages dans l’alimentation. Les bassins d’économie locale, les espèces collectées, exportées, consommées localement, les activités saisonnières, voire les axes de circulation des denrées doivent donc pouvoir être établis à partir des ressources marines, à l’image des travaux réalisés sur le sel, même si les restes de poissons sont plus difficiles à collecter et si l’étude des dépôts coquilliers semble rébarbative.

7La présence de faune terrestre offre des points de comparaison avec les sites localisés dans les terres et présentant un biotope différent. De même, l’étude céramique pourrait, à moyen terme, permettre d’identifier des récipients spécifiques liés à la gestion des ressources d’origine marine.

8Enfin, on soulignera, d’une manière générale, la carence en information concernant les ressources halieutiques sur les sites ruraux, quelles que soient les périodes, bien que ces sites soient un des premiers maillons d’une économie au Moyen Âge et à l’origine d’une gestion de l’environnement ayant pu modeler le paysage, pêcherie, claire, port, marais salant (salage du poisson) et les bois (fumage du poisson).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Vacher, « Mathes (Les) (Charente-Maritime). Sous le Maine », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 352.

Référence électronique

Stéphane Vacher, « Mathes (Les) (Charente-Maritime). Sous le Maine » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13228

Haut de page

Auteur

Stéphane Vacher

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Vacher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals