Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
V. - Installations artisanales
V C1. - Autres installations artisanales : opérations de terrain

Saint-Gilles (Gard). Espeyran

Responsable d’opération : Christophe Vaschalde
p. 353

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Révélés lors de prospections géophysiques, deux fours à chaux en batterie datant de la fin de l’Antiquité ont été décapés en 2009 ; l’un d’eux a été fouillé en 2010.

2Creusé dans le sol, il présente un plan piriforme avec une gueule orientée à l’est, ouvrant sur une fosse d’enfournement. Dans le four, un couloir de chauffe, muni d’une fosse circulaire, contenait une épaisse couche de charbons de bois, restes de la dernière cuisson, recouverte par une puissante couche de chaux hydraulique carbonatée et un amas de pierres calcaires mal calcinées. La gueule était composée de deux entrées superposées. Dans la fosse d’enfournement, une couche de charbons recouvrait la quasi-totalité du sol. De nombreux éléments lapidaires ont été découverts dans le comblement.

3Le plan du four rappelle bon nombre de chaufours antiques et alto-médiévaux. Cependant, le four d’Espeyran semble constituer une variante des fours à couloir de chauffe. Dans tous les cas connus, le sol du couloir est toujours aménagé sur un seul niveau, correspondant globalement au niveau du sol de la fosse de travail. Aucun décrochement n’est jamais observé. Le four d’Espeyran, quant à lui, présente un décrochement du sol, créant ainsi une fosse plus profonde au centre du four, parfois appelée cendrier dans la littérature savante. Outre le problème du couloir de chauffe, le four d’Espeyran pose aussi la question de l’utilisation d’une double banquette. La banquette est communément interprétée comme dévolue au soutien de la base de la sole, provisoire dans les fours à chaux, car construite en pierres calcaires. Dans le cas présent, la première banquette, la plus basse, pourrait remplir ce rôle de base de la sole. Mais, de ce fait, aucun élément ne permet d’expliquer la présence de la seconde banquette.

4L’utilisation, dans la gueule, d’un dispositif à deux ouvertures superposées n’est pas unique, bien qu’assez rarement reconnu dans le Midi de la France. Il pourrait avoir pour but de créer une arrivée d’air supplémentaire, et/ou de pouvoir curer une partie du foyer pendant la cuisson.

5La récolte de matériaux lapidaires de récupération a été tout à fait spectaculaire. Fragments de colonnes cannelées, de frises à décors végétaux, d’inscriptions et de blocs de pierres de taille, ainsi que parfois, semble-t-il, de marbre, ont été pléthoriques. Le dégagement des deux ouvertures superposées de la gueule a mis au jour le linteau dans son ensemble. Il s’est alors avéré qu’une stèle funéraire, dont l’inscription était largement conservée, le constituait. Son étude a permis de la replacer dans un contexte plus large d’inscriptions épigraphiques connues dans la région de Nîmes, et a mis en lumière le réemploi des matériaux de la nécropole antique d’Espeyran. Les observations préliminaires effectuées sur les restes lapidaires non calcinés laissent entrevoir une activité de débitage des blocs, probablement en vue de préparer le chargement du four.

6Les charbons issus du foyer du four ont fait l’objet d’une datation radiocarbone (âge non calibré : 1675 ± 30 ans ; datation à 95,4 % de probabilités : 258-297 cal. AD : 11,9 % ; 321-427 cal. AD : 83,5 %), qui est complétée par la présence de nombreux tessons de céramique commune à pâte claire et de sigillées tardo-antiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Vaschalde, « Saint-Gilles (Gard). Espeyran », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 353.

Référence électronique

Christophe Vaschalde, « Saint-Gilles (Gard). Espeyran » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13236

Haut de page

Auteur

Christophe Vaschalde

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Vaschalde

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals