Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
VII. - Diverses chroniques
VI 2. - Prospections

Saint-Antonin-sur-Bayon (Bouches-du-Rhône). L’Étang

Responsable d’opération : Eugènia Sitjes
p. 362-363

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Ce travail s’inscrit dans la perspective de l’étude des milieux humides de la zone méditerranéenne avec une approche plus spécifique sur les dépressions fermées de basse Provence. Son but est de déterminer quelle est l’utilisation des marais, de préciser la chronologie de l’assèchement de ces zones, et de mieux connaître les procédés et techniques de construction des espaces drainés. Pour répondre à ces questions, il a été nécessaire de rassembler des données textuelles, des données paléoenvironnementales et de tenter de relever les structures de drainage apparentes.

2La zone d’étude est une dépression fermée, appelée l’Étang, à Saint-Antonin-sur-Bayon, sur le plateau du Cengle. La barre du Cengle est un modelé karstique elliptique, jalonné de petits poljés, comme celui de l’Étang, avec un fort contraste entre les zones cultivées et les zones environnantes de garrigue. Le poljé de l’Étang est alimenté par la source de Baile, qui jaillit d’une crevasse entre les rochers du mont le Devançon (situés au-dessus de la maison de Baile, ancienne commanderie des templiers) et débouche au bassin de Baile. Du côté ouest du poljé, surtout après la source de Baile, des aménagements visent à drainer le poljé : du bassin de Baile naît une canalisation principale de direction O-E, qui récupère les eaux de ruissellement du côté de Baile et les conduit vers la propriété de l’Étang, partie la plus profonde du poljé. À mesure qu’on s’approche de cette partie plus basse, le nombre de canalisations augmente jusqu’au bassin de l’Étang (construit pendant les années 1970) où débouchent tous les canaux. Celui-ci était, auparavant, une zone marécageuse : le point le plus bas du poljé où s’accumulaient naturellement les eaux. Pour vider cet étang, il a fallu construire une canalisation très profonde, en profitant d’une faille naturelle appelée la Trencat, qui permet la sortie des eaux à travers la falaise du plateau du Cengle. Les travaux d’aménagement de la Trencat furent considérables : sa longueur jusqu’à la falaise est de 170 m et sa largeur est variable, de 40 cm jusqu’à 1,40 m ; sa profondeur maximale est de 7,60 m. À proximité de la marge septentrionale de la ligne de faille il a été nécessaire de creuser un tunnel d’environ 52 m de longueur et de 1,90 x 1,30 m de diamètre minimum. Au total, ce système permet de drainer 55,18 ha dans la propriété de Baile et 31,14 ha du côté de l’Étang.

3Avant la construction de la Trencat, seule une partie de la vallée pouvait être drainée. Il est possible que ce drainage partiel ait existé dans une première phase et qu’il ait été complété lors d’une phase finale couvrant désormais la totalité du poljé. Pour répondre à cette question, il était nécessaire d’étudier les documents, de procéder à des sondages et de faire une analyse du sédiment, avec l’objectif d’éclaircir si le poljé avait été drainé en deux phases, la première par accumulation dans la zone basse (l’Étang) et ensuite par la vidange totale au moment de la construction de la Trencat.

4Les documents des xiie-xiiie s. font allusion constamment à des parties de terres limitrophes des zones de marécage et, aussi, à des canalisations de drainage existantes, ce qui indique la présence d’espaces cultivés, de prés, et d’autres zones marécageuses dans le poljé de Baile. Dans les documents du xve s. apparaît pour la première fois le toponyme Lestanh (l’Étang), révélant la présence d’une zone de marécage uniquement sur la zone la plus basse, extrémité du poljé. Les sondages ont été déterminants pour préciser la chronologie. La découverte de petits charbons dans le sédiment pseudo-lacustre a permis des analyses 14C qui les rattachent à l’époque moderne (xviie s.) et confirment l’hypothèse que le poljé n’a pas été drainé totalement au moyen Âge, mais en deux étapes.

Saint-Antonin-sur-Bayon, l’Étang.

Saint-Antonin-sur-Bayon, l’Étang.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Antonin-sur-Bayon, l’Étang.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eugènia Sitjes, « Saint-Antonin-sur-Bayon (Bouches-du-Rhône). L’Étang », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 362-363.

Référence électronique

Eugènia Sitjes, « Saint-Antonin-sur-Bayon (Bouches-du-Rhône). L’Étang » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13354

Haut de page

Auteur

Eugènia Sitjes

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Eugènia Sitjes

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals