Navigation – Plan du site

Le village de Noli en Ligurie occidentale entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge

The village of Noli in Western Liguria from Late Antiquity to the Early Middle Age
Das Dorf Noli (Westligurien) zwischen Spätantike und Frühmittelalter
Paolo de Vingo
p. 89-114

Résumés

Le site de Noli, en Ligurie occidentale, connu pour les enquêtes archéologiques autour de l’église de San Paragorio commencées au xixe siècle, a fait l’objet, entre 2004 et 2007, de nouvelles campagnes de fouilles. Dans deux zones différentes, les interventions ont confirmé les antécédents romains du village du haut Moyen Âge et démontré l’existence d’un habitat qui, datant de la Rome républicaine, se prolonge jusqu’au xe siècle. Ce texte examine les modalités de formation d’un habitat romain et sa transformation en un village du haut Moyen Âge, où coexistent zones résidentielles et zones artisanales.

Haut de page

Texte intégral

Ce texte s’appuie sur des données archéologiques publiées par Alessandra Frondoni, archéologue, directrice coordinatrice de la Direction générale des biens archéologiques de la Ligurie, relatives à trois chantiers archéologiques qu’elle a dirigés à Noli. Les fouilles de la rue du XXV Aprile à Noli, financées par la société immobilière Noli de Gaetano Gadda sise à Pioltello (Milan) et par une intervention urgente du Ministero per i Beni e le Attività Culturali della Repubblica Italiana (Ministère pour les biens et les activités culturelles de la République Italienne), ont été confiées à la responsabilité de Fabrizio Geltrudini, et réalisées par Alessandra Starna, Mario Testa (« Regio IX Liguria Archeologia » – Gênes), Serena Amerighi, Augusto Pampaloni, Sara Uboldi (« Cooperativa Arch.te » – Arezzo), Elisabetta Neri et Giuliana Righetto entre le printemps et l’automne 2005. Les fouilles de San Paragorio financées par le Ministero per i Beni e le Attività Culturali della Repubblica Italiana ont été confiées à la « Società Lombarda di Archeologia » (Société lombarde d’archéologie) sise à Milan (SLA), sous la coordination, ces dernières années, de Dominic Salsarola (responsables de terrain : Fabrizio Geltrudini et Mario Testa). Les fouilles de la vieille place de la gare de Noli, après les premiers sondages effectués par la « Società Lombarda di Archeologia », ont été réalisées par la société « Aran Progetti » de Gênes, sous la coordination d’Eleonora Torre (responsables des différents secteurs de fouilles : Valentina Parodi, Alberto Manfredi, Valentina Elefante et Tiziana Garibaldi). À ces fouilles, entièrement financées par l’entreprise Zoppi & Rivarossa (Cuneo), ont participé des étudiants de l’université de Gênes. Tous les matériels de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge faisant l’objet de cette communication ont été examinés et étudiés par Paolo de Vingo sauf mention contraire. Rossana Managlia s’est chargée de la préparation et de la composition des illustrations tandis qu’une première intervention de nettoyage de chaque objet a été effectuée par Tatiana Sidoti.

Introduction

  • 1 Lamboglia 1970, p. 150.
  • 2 Gandoglia 1897, p. 9.

1Le territoire de Noli, grand centre historique de la Riviera ligure du ponant, à environ 13 km de Savone, est actuellement limitrophe des communes de Spotorno, Finale Ligure et Vezzi-Portio. L’habitat se développe en éventail le long d’un vaste arc côtier, sur un petit plateau entre deux contreforts montagneux qui partent des éminences de San Giacomo. À l’ouest, le paysage est dominé par le promontoire de Cap Noli (haut de 200 m), formé par une roche calcaire, qui descend à pic sur la mer. C’est dans le port naturel, qui s’étend du cap vers le levant, protégé des vents et des tempêtes, que les bateaux trouvaient refuge et que s’est développée une intense activité maritime et commerciale. La navigation, en effet, offrait aux habitants de Noli la voie de communication la plus sûre étant donné que la petite ville était « presque dépourvue de vallées et d’arrière-pays1 ». De l’autre côté du cap, en direction de Gênes, le Mont Orsino contrôlait, avec son château, la plage et les remparts qui entouraient toute la ville en la protégeant des éventuels assauts par voie terrestre2 (fig. 1).

Fig. 1 Noli et la Ligurie occidentale.

Fig. 1 Noli et la Ligurie occidentale.
  • 3 Gandoglia 1897, p. 9.
  • 4 Murialdo 2004, p. 9-10.
  • 5 Lamboglia 1970, p. 152-153.
  • 6 Vavassori 1973, p. 57-63 ; Frondoni 2008b, p. 172.
  • 7 Lamboglia 1973, p. 67.
  • 8 Conti 1970.
  • 9 Frondoni 2005b ; Id. 2008b, p. 175.
  • 10 Lamboglia 1946 ; Id. 1973, p. 66-67.

2Entre 2004 et 2007, de nouvelles fouilles extensives, effectuées dans différentes zones de la ville de Noli, mais toujours très près de la côte, ont été l’occasion de découvertes importantes qui permettent de réécrire l’histoire des origines de cet ancien bourg. Jusqu’aux toutes dernières enquêtes archéologiques, la cité de Noli était notamment connue pour avoir été une république maritime autonome au bas Moyen Âge, alliée de Gênes, centre d’une intense activité commerciale, surtout entre le xiiie et le xve siècle3. Le premier témoignage d’un habitat est fourni par une « sentence » nommant les « abitantes in castro Naboli ». Le castrum, situé au sommet du Mont Orsino, où fut construit au Moyen Âge le château médiéval, est relié au burgus cité dans un document notarié de juillet 10054. C’est au début du xie siècle que remonte également l’église San Paragorio, exemple remarquable d’architecture protoromane, de type lombard, qui présente plusieurs analogies avec des édifices provençaux et catalans contemporains5. Monument le plus connu de Noli, elle se dresse à l’extérieur des remparts qui entouraient le bourg médiéval. C’est précisément autour de San Paragorio que se déroulèrent les premières enquêtes archéologiques, menées par Alfredo d’Andrade à l’occasion de quelques interventions de consolidation et de restauration effectuées à la fin de 1800. en 1972, une brève campagne de fouilles, dirigée par Nino Lamboglia et Marina Vavassori, mit au jour un baptistère paléochrétien à salle absidale, à moitié remplacé par l’édification de l’église médiévale6. La datation proposée pour le baptistère, vie-viie siècle, se rapporte à l’époque de la domination byzantine du territoire de la Liguria Maritima. Cette découverte amène Lamboglia à supposer qu’une « plebs cum baptisterio » s’était « installée dans une zone occupée à l’époque romaine tardive ou dans un vicus plus ancien7 ». Même s’il ne disposait d’aucune source authentique à ce sujet, Lamboglia identifia Noli comme la Néapolis byzantine citée par Georges de Chypre8. D’après lui, cet habitat formait un seul contexte avec le castrum et le port de Varigotti, que la chronique du Pseudo-Frédégaire indique parmi les centres liguriens occupés et détruits par le roi lombard Rotari9. Les données des dernières fouilles démentent cette « union administrative » entre Noli et Varigotti qui, selon Lamboglia, aurait duré tout au long du haut Moyen Âge10.

  • 11 Frondoni 1995 ; Id. 1996, p. 35-36.
  • 12 Id. 2004, p. 73-74 ; Id. 2007d, p. 757.

3Les enquêtes effectuées dans les années 1990 dans les zones situées à proximité du flanc méridional de l’église et de sa façade ont mis au jour les vestiges d’un habitat artisanal actif entre l’époque romaine tardive et le haut Moyen Âge11. Recouvrant les maçonneries de l’époque romaine impériale, ces vestiges ont été retrouvés pour la première fois aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur de San Paragorio12. Cependant, il ne s’agissait, pensait-on, que d’un petit habitat de modestes dimensions s’étant constitué près du lieu de culte. Les indications relatives à un habitat romain étaient insuffisantes pour proposer une interprétation, ne serait-ce que sous forme d’hypothèse.

4L’achèvement des fouilles dans la partie sud de San Paragorio (fig. 2, zone 2) et les résultats de vastes interventions préventives tout près de la rue du XXV Aprile (zone 1) et sur le site de la vieille place de la gare, au nord de l’église (zone 3), ont révélé un ensemble surprenant de données. L’organisation topographique et urbanistique de Noli est désormais mieux connue, depuis l’époque républicaine, en passant par la période impériale, jusqu’au village de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge.

Fig. 2 Situation des opérations de fouilles par rapport à la mer. Zone du port (1), San Paragorio (2), zone de l’ancienne gare (3).

Fig. 2 Situation des opérations de fouilles par rapport à la mer. Zone du port (1), San Paragorio (2), zone de l’ancienne gare (3).

1. Les Fouilles de la rue du XXV Aprile (fig. 3)

Fig. 3 Chantier archéologique de la zone de l’ancienne gare, avec les vestiges du village du haut Moyen Âge.

Fig. 3 Chantier archéologique de la zone de l’ancienne gare, avec les vestiges du village du haut Moyen Âge.

Torre 2007, p. 88

5Au cours du printemps et de l’été 2005, des fouilles d’urgence ont été menées rue du XXV Aprile, près de l’église et du couvent San Francesco, à l’occasion de la construction d’un petit immeuble privé dont les travaux avaient commencé sans autorisation. L’importance des résultats obtenus, relatifs à la découverte de l’ancien embarcadère, ont persuadé la Direction de l’Archéologie de la Ligurie de poursuivre la campagne par des fouilles programmées, après la suspension temporaire des travaux.

  • 13 Livre IV.6.2.
  • 14 Spadea 2007, p. 47.
  • 15 Valle 2007, p. 29.

6Au iie siècle apr. J.-C., l’historien grec Strabon dans sa Geographia13, lorsqu’il décrit la configuration de la côte ligure « du port de Monaco jusqu’à Tirrenia », rappelle à quel point cette côte « est battue par les vents » et « dépourvue de ports à l’exception de petits points de mouillage et d’accostage », tandis que d’« extraordinaires et menaçants escarpements de montagnes ne laissent qu’un étroit chemin le long de la mer ». L’ancien profil côtier entre Savone et Cap Noli avait certainement un autre aspect qu’aujourd’hui : « aspérités des hauts profils, [...] étroitesse des rives, [...] présence de zones marécageuses, [...] actions incontrôlées des cours d’eau14 ». Les études géologiques ont démontré que la ligne côtière originale devait présenter une échancrure dans la zone déprimée située sur la limite méridionale de l’église de San Paragorio et à proximité de la rue du XXV Aprile. La formation du plateau côtier actuel est le résultat des variations du niveau de la mer, d’actions humaines et du transport de matériel détritique par les nombreux torrents qui, des collines situées plus haut, descendaient vers la côte. Les lits de ces torrents ont été repérés au cours des prospections géologiques et des fouilles effectuées sous le niveau actuel de la mer. Dans ces « couloirs profondément creusés », de « petites baies protégées » se sont ensuite formées comme celle qui s’ouvre devant le chantier de fouille15.

  • 16 Vinzoni 1758.
  • 17 Quaini 2004, p. 97-98.
  • 18 Calzolari 1996, p. 464-465 ; Id. 2003, p. 57-61 ; Arnaud 2004, p. 12-15 ; Uggeri 2004, p. 19-24 ; A (...)
  • 19 Melli 1998, p. 433-436 ; Id. 2004b, p. 1-2 ; Id. 2004a, p. 165-173 ; Spadea et Martino 2004, p. 253 (...)
  • 20 Pasquinucci, Del Rio et Menchelli 2002 ; Ceccarelli Lemut 2004, p. 49-50 ; Pasquinucci 2004.
  • 21 Geltrudini, Testa et Starna 2007a, p. 25-26.

7Les restes d’une séquence sédimentaire comprenant des structures et du matériel retrouvés rue du XXV Aprile ont été reliés à un embarcadère utilisé depuis l’époque républicaine jusqu’à la période romaine tardive. Il est étrange cependant, et il faut le souligner, que la baie de Cap Noli soit signalée comme « port » dans la cartographie du xviiie siècle16 (fig. 4), avec des renvois à ce qui a déjà été mentionné dans les portulans médiévaux à partir du xiiie siècle17, alors que les sources antiques telles que la Tabula Peutingeriana et l’Itinerarium Maritimum18 ne fournissent aucune indication à ce propos. Les récentes découvertes sont donc très utiles pour mieux retracer le réseau de très petites zones portuaires de Ligurie19, comparable à celui dessiné, grâce aux dernières recherches, dans la Toscane voisine20. Derrière l’anse de Cap Noli, les fouilles ont révélé de vastes pans de maçonnerie qui constituent trois alignements parallèles à la côte (fig. 5). Situés à des niveaux légèrement différents, ces murs, distants entre eux d’environ 1,80 m, créent une sorte de protection étagée de l’embarcadère présumé vers la zone de déferlement (fig. 6.1). Les structures sont surtout composées de pierres et de cailloux liés à l’argile, même si l’on note dans certains cas la présence d’« un mortier pauvre et fortement dégradé21 ».

Fig. 4 Dessin à l’aquarelle de Matteo Vinzoni reproduisant Noli et son territoire en 1747.

Fig. 4 Dessin à l’aquarelle de Matteo Vinzoni reproduisant Noli et son territoire en 1747.

Frondoni 2007, p. 18

Fig. 5 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 10, détail des structures en maçonnerie et en amont à gauche.

Fig. 5 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 10, détail des structures en maçonnerie et en amont à gauche.

Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 28

Fig. 6 Noli, rue du XXV Aprile, plan général des structures au début de l’époque romaine avec les maçonneries relatives à l’embarcadère (1), en haut à droite le bâtiment-magasin (2).

Fig. 6 Noli, rue du XXV Aprile, plan général des structures au début de l’époque romaine avec les maçonneries relatives à l’embarcadère (1), en haut à droite le bâtiment-magasin (2).

Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 27

  • 22 Geltrudini, Testa et Starna 2007a, p. 32 ; Dell’Amico 2007, p. 39-41.
  • 23 Melli 1996.

8Une importante série de trous de poteau a été repérée formant une ligne parallèle au mur le plus élevé, du côté de la colline. Ces trous pourraient appartenir à une palissade en bois ou avoir servi à la construction de bâtiments destinés à abriter temporairement des bateaux ou bien à des activités de pêche22. Le grand nombre de poids de filet en plomb découverts rappelle les fouilles du Portofranco à Gênes, qui ont permis de retrouver des produits manufacturés réalisés entre le iie siècle av. J.-C. et l’époque d’Auguste23.

  • 24 Geltrudini, Testa et Starna 2007a, p. 28.

9Les fouilles ont nécessité la mise en œuvre de deux pompes de drainage en activité constante en raison de l’affleurement de l’eau de mer : la mer, par le passé, devait se trouver non loin de là. Dans deux sondages seulement, des dépôts non anthropisés, constitués par des bancs de quartzites recouverts d’une épaisse couche de matériel stérile et d’une série de remblais sableux, ont été atteints. Les études géoarchéologiques ont établi que les murs parallèles bordaient un plan d’eau peu profond, protégé par une petite barrière naturelle. Il est cependant impossible d’exclure complètement la présence d’un petit môle, dans la zone la plus avancée vers la mer – qui serait dans ce cas enseveli sous le terre-plein de la ligne ferroviaire désaffectée Gênes-Vintimille24 –, ou bien celle d’appontements en bois qui devaient se trouver sur la place située entre la rue du XXV Aprile et la promenade du bord de mer – au-delà des limites du chantier de fouilles.

  • 25 Bertino 2007a, p. 51.
  • 26 Spadea 2007, p. 47-49.
  • 27 de Vingo 2007, p. 63-65.

10Le matériel céramique et les pièces de monnaie correspondent à des phases comprises entre la première moitié du iie siècle av. J.-C. et le début du ier siècle, époque à laquelle fut construit un édifice sur la portion de terrain située au pied de la colline (fig. 6.2). Des niveaux de fondations les plus anciens proviennent, entre autres, un as de Caecilius Metellus de 194-190 av. J.-C. de l’atelier monétaire de Rome et un denier, frappé dans ce même atelier, représentant Caius Valerius Flaccus et datant de 140 av. J.-C.25. À noter également la présence considérable de céramique à vernis noir26 et de récipients de transport tyrrhéniens27.

  • 28 Gervasini 2004, p. 463.
  • 29 Bianchi et Melli 1996 ; Geltrudini, Starna et Testa 2007a, p. 28.

11Les structures de maçonnerie de Noli pourraient avoir servi à la réalisation d’une zone d’accostage et d’abri pour de petites embarcations liées, à leur tour, à des opérations de chargement et de déchargement de bateaux ancrés au large. Les enquêtes spécifiques de ces dernières années ont rarement mis au jour des traces de zones portuaires d’époque républicaine en Ligurie : il ne faut pas oublier, par exemple, l’hypothèse d’un embarcadère « pour l’accostage de petits bateaux » près de la villa de Varignano di Portovenere dans les environs de La Spezia28, tandis qu’à Gênes, dans la zone de la place Caricamento, ont été repérés des dépôts datant des iie-ier siècles av. J.-C., liés à « une utilisation de la plage ». Les fouilles de Gênes n’ont mis au jour aucun vestige de l’embarcadère, mais uniquement des « maçonneries réalisées au moyen de cailloux et de mortier », de l’époque d’Auguste, liées à un « bâtiment utilitaire érigé sur les plages de la côte29 ».

  • 30 Geltrudini, Starna et Testa 2007a, p. 28-29.
  • 31 Frondoni 2005a.
  • 32 Mannoni 1994 ; Id. 2005.
  • 33 Cabona 2004, p. 104 ; Quaini 2004, p. 100-101.

12Les dernières études des géographes ainsi que les résultats des prospections géologiques et des fouilles archéologiques ont confirmé que la baie de Cap Noli représentait une zone d’accostage idéale. En effet, les fonds les plus profonds sont proches du rivage, ce qui permettait aux gros bateaux « de pêche de jeter l’ancre assez près de la terre30 ». De ce point d’accostage, le chargement aurait été transbordé sur des bateaux plus petits, puis transféré sur la plage pour un premier stockage des marchandises. Plusieurs années avant les récentes découvertes, Tiziano Mannoni avait suggéré l’hypothèse selon laquelle Noli aurait été un point d’accostage depuis bien plus longtemps. Il s’appuyait sur la découverte de gros cailloux de roche verte, de la famille des « ophiolites », remployés dans les édifices de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge autour de San Paragorio31 – et également mis au jour sur le chantier de la rue du XXV Aprile. Ces pierres, faisant partie des lests utilisés par les bateaux étrusques et par les bateaux romains d’époque républicaine, ne proviennent pas du sous-sol de Noli, mais, plus probablement du mont Beigua, de Bracco et de Rosignano Marittimo dans les environs de Livourne32. La présence de lests dans les fouilles de Noli indique que l’embarcadère était utilisé non seulement comme point d’accostage, mais également pour le chargement et le déchargement des marchandises. Les études les plus récentes sur les vents et sur les courants de cette zone ont révélé que la baie de Noli, près du cap, est protégée « des coups de sirocco », tandis que « l’absence de courant littoral vers le sud » a toujours empêché le comblement naturel de l’anse. Ces caractéristiques contribuent à faire de cette section côtière « un point d’accostage sûr pour le mouillage des bateaux au large et sur la plage33 ».

  • 34 Morel 2005.
  • 35 Spadea 2007, p. 48-49, fig. 1-3.
  • 36 Frondoni, Geltrudini, Pampaloni et al. 2006, p. 99-100 ; deVingo 2007, p. 63-65.
  • 37 Gandoglia 1885, p. 17-20 ; Lamboglia 1970, p. 151.
  • 38 Dell’Amico 2007, p. 41-42.
  • 39 Bulgarelli 2001, p. 135-151.
  • 40 Id. 1998.
  • 41 Bulgarelli 2004, p. 113-115 ; Id. 2008a, p. 186-187.

13La découverte, à la base de la stratigraphie, de céramique à vernis noir et d’amphores tyrrhéniennes et, en particulier, de la céramique « Campanienne A », produite dans le golfe de Naples et importée par voie maritime34, fait penser à une redistribution « des marchandises qui, des plus grands ports ligures, arrivaient par des bateaux adaptés aux embarcadères plus petits35 » (fig. 7). Outre les amphores vinaires massaliotes, les amphores gréco-italiques tardives et les amphores du type Dressel 1 et Dressel 2-4, la découverte de fragments d’amphores d’époque punique tardive confirme le réseau de relations commerciales existant à Noli à l’époque républicaine tardive. L’étude des amphores de transport les plus anciennes a été depuis peu abordée à la lumière des dernières fouilles et pourra sans doute offrir, à l’avenir, de nouvelles perspectives36. Il est nécessaire de rappeler que la petite ville de Noli a longtemps été considérée comme une agglomération isolée en raison de sa position topographique particulière « entre le cap Noli en surplomb » au sud et la Punta del Vescovado au nord37, qui représentaient des barrières naturelles pour une liaison pratique par voie de terre avec Varigotti-Finale d’un côté et la rade de Spotorno de l’autre38. Par ailleurs, il a souvent été observé qu’au cours de l’Antiquité, Noli avait été exclue de la principale artère routière de la Rome impériale, la route Iulia Augusta qui, depuis le nœud routier fondamental de la proche ville de Vada Sabatia, fondée vers la fin du iie siècle, arrivait jusqu’au territoire de Finale par un parcours intérieur39. Il a également été observé qu’un « réseau » de parcours mineurs, tels que les « sentiers muletiers » empruntés à l’époque préromaine puis repris au Moyen Âge, reliait Noli, à travers les fractions des collines de Voze et Tosse, au plateau des Manie de Finale Ligure et donc à la voie consulaire40. Il ne faut pas oublier en outre que Noli a privilégié dès l’époque républicaine les liaisons maritimes par rapport aux routes. Les études en cours sur la position et la consistance exactes du « Portus Vadorum » avant les siècles de la Rome impériale ne permettent toujours pas de restituer avec précision les itinéraires suivis sur ce segment côtier41.

Fig. 7 Noli, rue du XXV Aprile, coupes et patères en céramique à vernis noir de type « Campanienne A ».

Fig. 7 Noli, rue du XXV Aprile, coupes et patères en céramique à vernis noir de type « Campanienne A ».

Spadea 2007, p. 48

  • 42 Ortega Perez, Esquembre Bebia, Molinas Mas et al. 2004, p. 92-96.

14Les murs découverts rue du XXV Aprile connaissent deux phases de restructuration et différents remaniements au moins jusqu’au ier siècle apr. J.-C. Il est intéressant de noter qu’un exemple analogue à celui de Noli, pour l’adoption de la même technique de maçonnerie en pierres sèches, est celui de l’« embarcadère » romain d’Albufereta près d’Alicante en Espagne, construit au début de la période impériale42. C’est précisément à l’époque d’Auguste qu’il est possible de dater, à Noli, la construction d’un édifice situé à l’est du point d’accostage vers la base de la colline, c’est-à-dire à environ 60 cm sous les surfaces d’utilisation des structures de l’embarcadère. De ce bâtiment, divisé en plusieurs pièces, les fouilles ont pu documenter cinq phases de construction différentes, comprises entre les siècles romains et ceux du haut Moyen Âge, avec diverses fonctions. La période la plus ancienne est datée par des as monétaires de Caius Asinius Gallus (22 av. J.-C.) et de Marcus Salvius Otho (7 av. J.-C.) pour Auguste, tandis qu’à l’une des premières phases de réorganisation des maçonneries est associé un sesterce de Claude Ier (41-54 apr. J.-C.). Durant la période la plus ancienne, la structure semble servir aux activités commerciales exercées dans l’embarcadère comme zone de dépôt et de stockage des marchandises (fig. 8).

Fig. 8 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, édifices orientaux, détail d’une pièce de l’époque julio-claudienne.

Fig. 8 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, édifices orientaux, détail d’une pièce de l’époque julio-claudienne.

Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 30

  • 43 Geltrudini, Testa et Starna 2007a, p. 32.
  • 44 Dell’Amico 2007, p. 39.
  • 45 Id. 2007, p. 43.
  • 46 Quaini 2004, p. 91.
  • 47 Gandoglia 1895, p. 65-71.

15À partir du iie siècle apr. J.-C., le point d’accostage paraît entrer dans une période de « maintenance réduite » : les maçonneries vers la mer connaissent en effet différents écroulements où l’on note des traces de pieux en bois et de « sporadiques activités liées au feu43 ». Il se peut également, mais il s’agit d’une hypothèse, que l’embarcadère soit devenu moins important au cours de cette même période ou qu’il ait été utilisé dans un autre but. Comme nous l’avons vu, aucune réponse n’a encore été apportée à la question de savoir si le « trafic » maritime de Noli à l’époque républicaine, « relativement important du point de vue de la quantité, de la qualité et de la variété » peut être lié à une activité commerciale qui aurait été également exercée au-delà des limites territoriales du vicus44. À l’époque impériale, en revanche, lorsque l’importance primordiale de la rade de Vado comme centre de tri des marchandises en direction de la plaine du Pô est confirmée, ce petit port devait probablement être uniquement utilisé pour l’approvisionnement local ou du proche arrière-pays côtier. L’hypothèse selon laquelle Noli était déjà au cours de ces siècles le « siège d’un peuple d’armateurs, de propriétaires de bateaux et de navigateurs », auxquels des « marchands et des banquiers » auraient fait appel pour transporter des produits et de l’argent, n’est toutefois pas à exclure. Dans ce cas, l’important mobilier archéologique retrouvé pourrait se référer aux fournitures nécessaires « à la flotte et aux équipages45 ». Une des origines possibles du nom de Noli est précisément liée au « commerce de commission et de fret » (naulum) de ces vaisseaux46. Cette hypothèse anticiperait de plusieurs siècles la situation médiévale, lorsque les habitants de Noli s’enrichirent manifestement grâce au commerce maritime, surtout celui de la Méditerranée orientale, en lien avec les croisades47.

  • 48 de Vingo 2007, p. 65.
  • 49 Parker 1992, p. 16-19.
  • 50 de Vingo 2007, p. 67.

16La présence, à Noli, de vases de stockage destinés à des denrées alimentaires provenant de Méditerranée persiste dans la seconde moitié de l’époque impériale48. Les fouilles attestent l’usage d’amphores hispaniques, gauloises et africaines, confirmé également par de nombreuses découvertes archéologiques sous-marines dans la mer tyrrhénienne du nord, près des côtes espagnole, provençale et ligure49. Le pourcentage d’amphores provenant de la Méditerranée orientale est plus réduit, même si elles laissent supposer qu’il existait à Noli une classe sociale supérieure en mesure de commander et d’acheter des marchandises exotiques et raffinées50.

  • 51 Bertino 2007, p. 50-51.
  • 52 Mannoni 2004.
  • 53 Geltrudini, Testa et Starna 2007a, p. 32.

17Les découvertes monétaires (Trajan, Claude II le Gothique, Aurélien et de nombreuses émissions de la période constantinienne) attestent également sur le chantier de la rue du XXV Aprile d’une fréquentation constante51, même si, entre le iiie et le ive siècle, les structures de l’embarcadère sont petit à petit recouvertes d’une importante couche de sable. L’examen des données archéologiques à ce sujet n’en est qu’à sa phase initiale. Le phénomène d’un ensablement progressif pourrait avoir été provoqué non seulement par les variations du niveau de la mer52, mais également par des remblais peut-être liés à un changement de fonction de la zone la plus proche de la mer53. Les fouilles du secteur voisin du pied de la colline ont montré qu’au cours de cette période, le bâtiment 2 connaît des restructurations successives. L’une d’entre elles, datable de la première moitié du ve siècle, fait usage pour la première fois du mortier comme liant de maçonnerie (fig. 9). Un dépôt intentionnel de treize pièces de monnaie en or, dont la plus récente date du principat de Petronio Massimo (fig. 10), soigneusement cachées dans un petit trou pratiqué dans la terre battue du sol, a été retrouvé dans une pièce de service de l’édifice (fig. 11).

Fig. 9 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, vue générale des édifices orientaux du ve siècle.

Fig. 9 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, vue générale des édifices orientaux du ve siècle.

Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 31

Fig. 10 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, pièces en or et coffret en plomb.

Fig. 10 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, pièces en or et coffret en plomb.

Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 33

Fig. 11 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, plan des édifices orientaux du ve siècle.

Fig. 11 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, plan des édifices orientaux du ve siècle.

Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 33

  • 54 de Vingo 2007, p. 67-68.
  • 55 Arslan 2007, p. 55.
  • 56 Id. 2007, p. 55 ; Bertino 2007b, p. 57-59.
  • 57 Frondoni et Bertino 2008, p. 279-280.
  • 58 Bertino 2007b, p. 61 ; Frondoni 2008b, p. 174.
  • 59 Arslan 2007, p. 55-56.
  • 60 Baldassarri et Favilla 2004, p. 158-173.
  • 61 Arslan 2007, p. 56.

18Durant l’Antiquité tardive, les amphores africaines restent le récipient de transport le plus utilisé d’après les fouilles de la rue du XXV Aprile54. Aux ve-vie siècles, les importations depuis les anciennes provinces africaines déclinent, sans interruption du flux commercial. Les fouilles ont montré qu’en revanche, la quantité de céramique de cuisine et de céramique fine de table africaine reste constante. Ces observations semblent indiquer que le bâtiment change de fonction : d’un édifice à usage commercial, il devient probablement au ve siècle une habitation. Parmi les pièces de monnaies retrouvées dans la cachette de cette maison, la plus ancienne est un solidus d’Honorius, de l’atelier monétaire de Rome, « précédant sûrement l’année 42355 » tandis que onze solidus sont à l’effigie de Valentinien III. Neuf de ces pièces, toutes semblables, proviennent de l’atelier monétaire de Rome et ont été émises en 425-426 ou entre 440 et 45556, tandis que les deux autres, de 426-430, ont été frappées à l’atelier de Ravenne57. L’émission monétaire la plus récente, qui date la dissimulation du pécule, indique le nom de Petronio Massimo, empereur de la pars occidentis pendant deux mois uniquement, de mars à mai 45558. Ce dépôt de pièces de monnaie en or où prédominent les émissions de l’atelier monétaire de Rome (plus rares à cette époque que celles de l’atelier de Ravenne) constitue un véritable trésor numismatique, référence pour ces siècles de crises politiques et de transformations socio-économiques très profondes. Les treize monnaies en or pourraient provenir de Rome et avoir été cachées, dans sa résidence de province, par le dominus de la maison de Noli, soucieux d’échapper à l’instabilité et à la confusion qui caractérisaient Rome dans la seconde moitié du ve siècle59. Cette hypothèse a été avancée par Ermanno Arslan, qui a également souligné l’importance de la découverte d’un trésor de monnaies en or en dépôt primaire (dans un boîtier cylindrique en plomb), l’un des rares connus pour cette période dans la pars occidentis de l’Empire60. Ces pièces de monnaie ont été cachées par une personne très aisée. Seule la poursuite des fouilles dans la cour adjacente du couvent de San Francesco pourra établir s’il s’agit du propriétaire d’une petite villa maritime61 avec, en face, un segment de côte qui pouvait sans doute lui servir de rade privée. Nous avons déjà signalé que durant ces siècles, le secteur de la rue du XXV Aprile, qui correspond à l’embarcadère romain, a été ensablé et que, par conséquent, le point d’accostage portuaire de l’Antiquité tardive avait dû se déplacer légèrement au-delà, sans doute à proximité du centre de culte paléochrétien de San Paragorio, construit non loin de la mer et dont les phases de fréquentation ont été datées à partir du ve siècle (voir fig. 3 supra).

  • 62 Geltrudini, Testa et Starna 2007b, p. 35.
  • 63 Ibid., p. 37-38.
  • 64 Frondoni 1995 ; Id. 2004, p. 73-75.
  • 65 Bertino 2007a, p. 51.

19Les fouilles des différentes couches de l’écroulement et de la réfection de l’édifice maçonné de la rue du XXV Aprile a permis de connaître son évolution presque jusqu’à la fin du ixe siècle. Au début du vie siècle, la maison a été incendiée (fig. 12). Parmi les restructurations postérieures, il convient de rappeler au moins celles qui semblent correspondre à un sporadique travail artisanal du métal62 – découverte de scories de fusion – et à une phase ultérieure d’utilisation pouvant être attribuée aux siècles de la domination byzantine de la Liguria Maritima (vie-viie siècles), comme l’indique la présence d’une lampe à huile typique et d’une boucle en bronze du type « Corinthe ». Dans sa dernière période d’utilisation, cet emplacement est caractérisé par une restructuration radicale, avec la pose de nouvelles maçonneries qui définissent « au moins quatre nouvelles pièces63 ». Les fouilles ont également permis de trouver, dans les niveaux d’utilisation, quelques sépultures d’enfant placées contre les murs de la structure, tout comme ce qui a été retrouvé dans le village du haut Moyen Âge fouillé devant la façade de San Paragorio64. Une des tombes de la rue du XXV Aprile contenait un denier de Charlemagne datable de la fin du viiie siècle65.

Fig. 12 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, plan de l’édifice au cours du ixe siècle.

Fig. 12 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, plan de l’édifice au cours du ixe siècle.

Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 38

  • 66 Frondoni 1998a ; Id. 2005a ; Frondoni, Geltrudini, Pampaloni et al. 2006, p. 96-97.

20Cet édifice subit à son tour un incendie clairement visible grâce aux restes de planches et de poutres en bois mis au jour lors des fouilles et qui correspondent à l’écroulement des poutres du toit de certaines pièces de l’habitation (zone C) et du grand édifice (zone G) parallèle au baptistère de San Paragorio, propres au village de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge s’étant développé autour du complexe religieux. Dans les deux chantiers de fouilles, les analyses 14C effectuées sur les pièces en bois ont fourni une datation vers la fin du ixe siècle66.

2. San Paragorio

  • 67 Gandoglia 1897, p. 17-18 ; Lamboglia 1970, p. 153.

21C’est à environ 200 m de la rue du XXV Aprile que se trouve l’église de San Paragorio, citée dans les documents comme paroisse à partir de 1079 et cathédrale en 1239 (fig. 13). Noli a été désignée comme siège épiscopal indépendant de Savone jusqu’en 1572 lorsque, « pour se protéger contre les pirates barbaresques » et en raison de sa position décentralisée par rapport au bourg médiéval, l’église de San Pietro, située à l’intérieur des remparts, a été consacrée nouvelle cathédrale67.

Fig. 13 Noli, San Paragorio, vue absidale.

Fig. 13 Noli, San Paragorio, vue absidale.
  • 68 Murialdo 1989, p. 232-233 ; Frondoni 1989, p. 218-219 ; Id. 2003, p. 149-152.
  • 69 Vivaldo 1986 ; Molteni 1995 ; Frondoni 2008b, p. 172.
  • 70 Pergola 1986 ; Id. 1999 ; Frondoni 2005a.

22Les fouilles entreprises à la fin du xixe siècle mirent au jour, dans la zone située sous la crypte de l’église San Paragorio et près du clocher, quatre sarcophages en « pierre de Finale », avec couvercle en forme de toit en pente et acrotères angulaires, à 3 m au-dessous du sol actuel de l’église. Ce type de sarcophage est particulièrement répandu en Ligurie entre le ve et le vie siècle68. La découverte de cette nécropole avait laissé supposer la présence d’un lieu de culte plus ancien, lié à la vénération de reliques : cette hypothèse s’appuyait sur le fait que l’église romane est dédiée aux saints Paragorio, Parteo, Partenopeo et Severino, martyrisés, selon la Passio, en Corse à l’époque des empereurs Macrin et Alexandre Sévère69. Tandis qu’Alfredo d’Andrade identifiait la première construction religieuse à la crypte actuelle, les dernières fouilles ont permis de dater la phase de construction originale du baptistère paléochrétien, découvert sous le mur latéral sud de l’église, vers le milieu du ve siècle. Les restructurations dateraient des ve et vie siècles à en juger à la typologie des sarcophages. Cette chronologie correspond également aux plus récentes interprétations des récits hagiographiques, qui se réfèrent à une translation de reliques due aux évêques africains, exilés en Corse durant les siècles des persécutions vandales70.

  • 71 Vavassori 1973, p. 56-63.
  • 72 Mennella et Coccoluto 1995, p. 76-77 ; Frondoni 1998a ; Id. 2007b, p. 74, fig. 4.
  • 73 Frondoni 2003, p. 154-155 ; Id. 2008b, p. 172-173.
  • 74 Id. 2001.
  • 75 Id. 2003, p. 152 ; Id. 2007d, p. 757.
  • 76 Id. 1986 ; Guyon 2000.
  • 77 Frondoni 2007b, p. 76-77.
  • 78 Vavassori 1973, p. 46-49.
  • 79 Frondoni 1989, p. 202-203 ; Id. 2001 ; Id. 2003, p. 154.
  • 80 Id. 2004, p. 70-73 ; Id. 2007b, p. 76-77, fig. 8-9 ; Id. 2008b, p. 172.

23Le baptistère de Noli, partiellement fouillé au cours des années 197071, est du type « à salle longitudinale » à abside, avec sol en « cocciopesto » ; les fonts baptismaux sont octogonaux à l’extérieur et circulaires à l’intérieur (fig. 14). Le sol de l’intérieur présente une inscription mutilée en galets noirs et blancs, avec croix, liée à la liturgie baptismale72 (fig. 14, n° 2). Les fouilles réalisées après le démontage et l’élimination du sol en cocciopesto, à l’occasion d’un chantier de consolidation et de restauration, ont mis au jour quelques niveaux en place, d’époque romaine impériale, ainsi que deux structures maçonnées, construites avant le baptistère, sur lesquelles il repose partiellement73. Les enquêtes récentes ont également mis en évidence, dans la partie interne de la structure, différentes canalisations, en amphores ou en tuyaux de terre cuite, pour l’écoulement de l’eau lustrale74. La découverte la plus importante est, en dernier lieu, celle de la première phase de construction du baptistère. Ce dernier se présentait initialement sans abside, avec un presbyterium rectangulaire « rentré75 », qui peut être comparé, quoique dans un milieu urbain différent, à la troisième phase (environ 400 apr. J.-.C.) du baptistère épiscopal de Genève76. La reconstruction du baptistère de Noli et l’installation des canalisations se placent dans un laps de temps court, entre la première moitié du ve siècle et le vie siècle77. C’est à cette période que remonte un caveau privilégié à arcosolium, avec sarcophage, positionné contre la partie absidiale de l’édifice religieux (fig. 15). La tombe contenait une bouteille-balsamaire en verre de réemploi datant du ve siècle (fig. 16). Dans les terres de remblai recouvrant la sépulture, a été découverte en 1972 une dalle de marbre semi-circulaire78, fragment d’un autel à l’origine en forme d’assiette79, réutilisée pour y graver une inscription sépulcrale relative à une « Domina Lidoria ». Récemment datée entre la fin du vie siècle et le début du viie siècle, cette inscription semble se référer à la plus ancienne utilisation du caveau funéraire à arcosolium et en documenterait la longue période d’utilisation, sans doute au sein d’un même noyau familial80 (fig. 17).

Fig. 14 San Paragorio, plan du baptistère avec les fonts baptismaux (1), fragment de pavement avec inscription (2), plan de la sépulture de Lidoria (3), tombes paléochrétiennes (4).

Fig. 14 San Paragorio, plan du baptistère avec les fonts baptismaux (1), fragment de pavement avec inscription (2), plan de la sépulture de Lidoria (3), tombes paléochrétiennes (4).

Frondoni 1988c, p. 150, modifiée

Fig. 15 San Paragorio, détail de l’abside semi-circulaire du baptistère et, tout contre, d’une tombe privilégiée à arcosolium.

Fig. 15 San Paragorio, détail de l’abside semi-circulaire du baptistère et, tout contre, d’une tombe privilégiée à arcosolium.

Frondoni 2007a, p. 76

Fig. 16 San Paragorio, bouteille-balsamaire en verre provenant de la tombe à arcosolium.

Fig. 16 San Paragorio, bouteille-balsamaire en verre provenant de la tombe à arcosolium.

Frondoni 2007a, p. 77

Fig. 17 San Paragorio, dalle de marbre avec l’inscription funéraire d’une « Domina Lidoria ».

Fig. 17 San Paragorio, dalle de marbre avec l’inscription funéraire d’une « Domina Lidoria ».

Frondoni 2007a, p. 77

  • 81 Id. 2007b, p. 79.
  • 82 Guyon 2000.
  • 83 Pejrani Baricco 2001.
  • 84 Frondoni 2005a ; Id. 2007b, p. 80-81 ; Brogiolo et Chavarria Arnaù 2005, p. 140.

24À l’intérieur de l’église de San Paragorio sont apparus des niveaux et des maçonneries d’époque romaine, auxquels se superpose, au revers de la façade médiévale, une structure qui prolonge la maçonnerie de la façade externe du baptistère81. Une deuxième structure, liée à la précédente, a été partiellement analysée sous la nef nord-est de l’église. Les vestiges de maçonnerie mis au jour délimitent un secteur très vaste en rapport avec une probable ecclesia primitive, flanquant la salle baptismale. Des constructions du même type ont été découvertes par des fouilles extensives dans de nombreuses zones alpines (Val d’Aoste, Suisse), en Dalmatie et en France82 et, en ce qui concerne de plus près la Ligurie, sur différents sites du Piémont83. Dans les zones archéologiques fouillées autour de San Paragorio, notamment dans les niveaux stratigraphiques qui précèdent le grand édifice du haut Moyen Âge « G » situé à côté du baptistère, ont été découvertes ces dernières années d’autres structures, aussi bien d’époque impériale que d’époque romaine tardive, associées à un riche matériel céramique. Les données des fouilles permettent de les relier, tout comme les maçonneries susmentionnées, à la présence d’un habitat urbain (vicus) que Nino Lamboglia avait déjà imaginé et sur lequel se serait développé, sans solution de continuité, le village de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge84 (fig. 18).

Fig. 18 San Paragorio, plan des constructions d’époque romaine et de l’Antiquité tardive.

Fig. 18 San Paragorio, plan des constructions d’époque romaine et de l’Antiquité tardive.

Frondoni 2007a, p. 75

  • 85 Id. 2001, p..80-81.
  • 86 Brogiolo, Cantino Wataghin et Gelichi 1999 ; Cantino Wataghin 2000, p. 225-229 ; Brogiolo et Chavar (...)
  • 87 Frondoni 1987, p.  48-51 ; Id. 1988.

25Le complexe cultuel paléochrétien autour duquel s’est développée une vaste nécropole, utilisée jusqu’au milieu du xvie siècle, a certainement conditionné la naissance du village environnant85, selon un schéma mis en évidence par de récentes études sur la christianisation du territoire, en particulier des territoires italiques du nord86. Le baptistère et l’ecclesia présumée restèrent en fonction pendant tout le haut Moyen Âge, période à laquelle se rattache le matériel (petits piliers lithiques, pluteus, fragment d’ambon), retrouvé dans les fouilles du xixe siècle, qui constituait le décor de l’église des viiie-ixe siècles87.

  • 88 Geltrudini et Taddei 2007, p. 83-84.
  • 89 Cagnana 2001, p. 197-198 ; Frondoni 2008b, p. 174.
  • 90 Frondoni 1998 ; Id. 2001 ; Id. 2004, p. 80.
  • 91 Bulgarelli, Frondoni et Murialdo 2005, p. 167-168.

26Un important habitat artisanal, caractérisé par de nombreuses phases de construction, s’étend en même temps autour des édifices religieux. Les structures sont construites sur un socle formé de pierraille de différentes dimensions avec des murs en bois et des sols simples en terre battue88. Il existe, pour la Ligurie, des analogies significatives : San Antonino di Perti89, mais aussi, Finale Ligure où la technique de construction des bâtiments de la « Pieve del Finale90 » présente de nombreuses ressemblances, du point de vue du développement de l’habitat, avec San Paragorio91.

  • 92 Frondoni 2003, p. 155-156 ; Id. 2004, p. 77-80 ; Id. 2007d, p. 758.
  • 93 Geltrudini et Taddei 2007, p. 83-85 ; Frondoni 2008b, p. 174.
  • 94 Micheletto et Pejrani Baricco 1997, p. 312-325 ; Brogiolo et Chavarria Arnaù 2005, p. 89-107.

27Les toutes dernières fouilles ont révélé les différentes phases de fréquentation du village de Noli, entre le vie et le xe siècle. Elles documentent la vie quotidienne, avec la présence de nombreux foyers, et un important contexte artisanal. En particulier, des témoignages d’activités de production (semblables à celles identifiées sur le chantier de l’ancienne place ferroviaire) (fig. 19) ont été découverts à l’intérieur de l’édifice « G », parallèle au baptistère92 (fig. 20). La présence d’un grand nombre de scories issues du travail du métal, dans les stratigraphies et à l’intérieur d’une conduite, a permis de supposer la fonction spécifique de production de la structure entre le viie et le viiie siècle93. Il s’agit de la découverte importante d’un contexte de production du haut Moyen Âge, dont on connaît quelques exemples dans les zones italiques du nord, notamment dans les régions du Piémont et de la Lombardie94 (fig. 21).

Fig. 19 San Paragorio, détail « édifice G » avec, à l’intérieur, les maçonneries d’époque romaine (a) et de l’Antiquité tardive (b).

Fig. 19 San Paragorio, détail « édifice G » avec, à l’intérieur, les maçonneries d’époque romaine (a) et de l’Antiquité tardive (b).

Frondoni 2007a, p. 80

Fig. 20 San Paragorio, première phase artisanale du haut Moyen Âge « édifice G ».

Fig. 20 San Paragorio, première phase artisanale du haut Moyen Âge « édifice G ».

Geltrudini et Taddei 2007, p. 85

Fig. 21 San Paragorio, deuxième phase de l’habitat du haut Moyen Âge « édifice G ».

Fig. 21 San Paragorio, deuxième phase de l’habitat du haut Moyen Âge « édifice G ».

Geltrudini et Taddei 2007, p. 85

  • 95 Frondoni 2004, p. 77-78.
  • 96 Id. 2005a ; Geltrudini et Taddei 2007, p. 85, fig. 6 ; Frondoni, Geltrudini et Testa 2008, p. 275-2 (...)

28La phase ci-dessus laisse place à un nouvel édifice qui conserve les mêmes espaces mais augmente d’un mètre environ la hauteur des maçonneries périmétrales. Sur le sol, quelques grandes pierres, régulièrement espacées, supportaient des pieux alignés sur un axe central nord-sud95. La phase suivante est marquée par l’écroulement de cet édifice, lié à l’incendie de sa charpente que les analyses 14C permettent d’attribuer à la fin du ixe siècle96 (fig. 22).

Fig. 22 San Paragorio, troisième phase du haut Moyen Âge « édifice G », niveau de poutres et de planches brûlées.

Fig. 22 San Paragorio, troisième phase du haut Moyen Âge « édifice G », niveau de poutres et de planches brûlées.

Geltrudini et Taddei 2007, p. 86

  • 97 de Vingo 2007, p. 68-69.
  • 98 Gandolfi 2005b.
  • 99 Lusuardi Siena, Murialdo et Sfrecola 1991 ; Wickham 2009, p. 744-755.
  • 100 Gandolfi 2005a.
  • 101 Treglia 2005, p. 251-256 ; de Vingo 2007, p. 68-69.
  • 102 Frondoni 2004, p. 76-77 ; Wickham 2009, p. 771-772.
  • 103 Id. 1998a ; Id. 2004, p. 81, fig. 23 ; Geltrudini et Taddei 2007, p. 84, fig. 2 ; Giostra 2007, p.  (...)

29Parmi le mobilier archéologique de San Paragorio se distinguent, pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, des productions céramiques analogues à celles du chantier de la rue du XXV Aprile. Malgré une certaine réduction de la quantité globale des marchandises africaines importées97, on a pu identifier de la sigillée phocéenne98 et des amphores provenant de la Méditerranée orientale du type Late Roman Amphorae99. La commercialisation des céramiques fines de table et des céramiques africaines de cuisine100 se poursuit, tandis qu’un type de céramique fine connue sous le nom de « dérivées des sigillées paléochrétiennes101 » est importé de la Gaule méridionale entre la fin du ive siècle et le viie siècle. Parmi le matériel du haut Moyen Âge du village, les fouilles ont confirmé la présence habituelle de céramique commune, de pierre ollaire et de céramique glaçurée du type Forum Ware102. Elles ont également mis au jour de nombreux fragments de verre et de métal et surtout un précieux peigne en os à denture simple, sculpté et décoré de lignes entrecroisées et de « cercles oculés », fréquents dans les contextes des vie-viie siècles aussi bien byzantins que lombards103.

  • 104 Mennella et Coccoluto 1995, p. 83-85.
  • 105 Varaldo 2003, p. 163-165 ; Frondoni 2007c, p. 358-362.
  • 106 Id. 2003, p. 142-144 ; Id. 2008b, p. 175.

30Seules de nouvelles fouilles permettraient de clarifier la fonction du complexe religieux de Noli, de comprendre les nombreuses réorganisations de la structure baptismale, la présence d’espaces adjacents sans doute liés au culte et de sépultures privilégiées. La découverte, au cours des travaux du xixe siècle autour du baptistère, d’une dalle fragmentée présentant une inscription qui nomme un episcopus Theodo[rus] ou Theodo[sius] permet d’avancer l’hypothèse d’une autonomie ecclésiastique temporaire de la ville ligure, dans une période connue pour son instabilité politique et religieuse104. Une deuxième hypothèse, que Charles Pietri considère plus plausible, suppose qu’un évêque, de Vado ou de Savone, quel que fût le siège du diocèse à l’époque byzantine105, souhaita être enterré ici, du fait de la présence de reliques. Mais il ne s’agit là que de conjectures106.

3. Zone de l’ancienne gare

  • 107 Frondoni 2004, p. 82-83.
  • 108 Frondoni 2007a, p. 17 ; Torre 2007b, p. 129-130.
  • 109 Frondoni, Geltrudini et Testa 2008, p. 278-279.

31L’aménagement de la grande place au nord de l’église de San Paragorio et de différents édifices du chemin de fer ont été l’occasion de nouvelles campagnes. Les premiers sondages de 2004 avaient mis au jour quelques structures du bas Moyen Âge, semblables aux maçonneries situées au sud-ouest du baptistère, qui avaient été associées au presbytère du bas Moyen Âge (xive-xve siècles)107. Un examen des stratigraphies révélait immédiatement, dans les niveaux inférieurs, des couches identiques à celles comprises entre les phases d’incendie de la fin du haut Moyen Âge et les niveaux d’époque romaine, de San Paragorio. La poursuite de l’enquête archéologique a, par la suite, confirmé que le village du haut Moyen Âge, repéré tout d’abord uniquement autour de San Paragorio puis à Cap Noli, se développait en réalité jusqu’au bourg actuel, à plus de 200 m de l’église, étendue qui en souligne le caractère « presque urbain108 » (fig. 23). Il s’agit d’un « habitat oublié » dont il ne reste aucune trace dans les documents médiévaux de la « République » de Noli. Le bâtiment fouillé a connu plusieurs phases marquantes entre les vie-viie siècles et la période carolingienne, avant d’être détruit vers la fin du ixe siècle par un très vaste incendie, sans doute provoqué par les nombreuses incursions des Sarrasins le long de la côte ligure109.

Fig. 23 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, positionnement des secteurs 14, 15 et 17 du chantier de fouilles, et plan général de la nécropole.

Fig. 23 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, positionnement des secteurs 14, 15 et 17 du chantier de fouilles, et plan général de la nécropole.

Torre 2007, p. 90

  • 110 Frondoni 2005a ; Id. 2007c, p. 377-378 ; Id. 2008a, p. 280-281.
  • 111 Murialdo 1989, p. 232-233 ; Elefante 2007b, p. 121.

32À l’extrémité de la vieille place ferroviaire, la découverte d’une nécropole romaine qui s’étend vers les remparts du bourg est également importante, puisque l’on n’avait pas relevé jusqu’à maintenant la présence de niveaux romains sous l’habitat du haut Moyen Âge110. L’opération archéologique a débuté par l’examen des sépultures de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, révélant des tombes d’immatures en amphore (iiie-ve siècles apr. J.-C.) (fig. 24) et des inhumations d’adultes dans des fosses en pleine terre, dans des cercueils en pierre (fig. 25) ou remployant des dalles de sarcophage en pierre de Finale, en usage jusqu’au viie siècle environ111 (fig. 26).

Fig. 24 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à inhumation, sépulture en amphore.

Fig. 24 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à inhumation, sépulture en amphore.

Elefante 2007a, p. 121

Fig. 25 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à inhumation, sépulture en coffre lithique.

Fig. 25 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à inhumation, sépulture en coffre lithique.

Elefante 2007a, p. 122

Fig. 26 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à inhumation, sépulture multiple en sarcophage en pierre de Finale.

Fig. 26 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à inhumation, sépulture multiple en sarcophage en pierre de Finale.

Elefante 2007a, p. 122

  • 112 Torre 2007a, p. 89-91 ; Elefante 2007a, p. 94-95.
  • 113 Torre 2007a, p. 89.
  • 114 Massabò 1999, p. 243.
  • 115 Frondoni, Geltrudini, Pampaloni et al. 2007, p. 96-120.
  • 116 Bulgarelli 2007, p. 114.

33Les niveaux inférieurs ont partiellement révélé la présence d’une intéressante nécropole à incinération, que le mobilier archéologique permet de dater des ier-iie siècles, avec de riches objets en céramique et en verre, des lampes à huile et des pièces de monnaie actuellement en cours d’étude112 (fig. 27). Les sépultures à incinération mises au jour – plus de trente – ne représentent qu’une petite partie de la nécropole (fig. 28). Une densité importante de sépultures a été remarquée à proximité de deux imposants monuments funéraires, dont la façade donnait sur la mer113. Une voie, qui n’a pas été retrouvée, devait sans doute desservir ce secteur. Ces tombes appartiennent à la typologie en « coffre », repérée dans d’autres zones du territoire ligure114. La céramique fine de table, sigillée italique, sud-gauloise et africaine (fig. 29) et les objets en verre, parmi lesquels se distingue une précieuse bouteille produite au Moyen-Orient au iie siècle, ont probablement été importés à Noli à la demande d’une population aisée115. La présence de céramiques communes provenant du littoral provençal laisse penser que Noli aurait participé à la circulation de produits provenant de France méridionale116.

Fig. 27 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à incinération, objets de la tombe 34.

Fig. 27 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à incinération, objets de la tombe 34.

Elefante, Bertino et Piccardi 2007, p. 109

Fig. 28 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à incinération, tombe 5.

Fig. 28 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à incinération, tombe 5.

Elefante 2007a, p. 98

Fig. 29 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à incinération, objets de la tombe 28.

Fig. 29 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à incinération, objets de la tombe 28.

Elefante, Piccardi, Pastorino et Bertino 2007, p. 106

Conclusion

  • 117 Frondoni 2007a, p. 17-19 ; Id. 2008b, p. 174.

34Les dernières grandes découvertes, qui autorisent à tracer un nouveau tableau historique et topographique de Noli, sont le résultat de plusieurs chantiers de fouilles. C’est en dehors de tout document écrit et de la moindre tradition historiographique qu’a été découvert, dans la baie de Cap Noli, un point d’accostage fréquenté depuis le iie siècle av. J.-C. jusque dans l’Antiquité tardive, avec des vestiges de magasins, du matériel céramique et d’importants témoignages numismatiques. La mise au jour d’une nécropole romaine à incinérations, datable des ier-iie siècles, suggère la présence d’un vicus dont n’avaient été repérés que des vestiges maçonnés. Il a de plus été possible de vérifier que la phase d’installation de la population du haut Moyen Âge, du vie au xe siècle, repérée au début uniquement autour de San Paragorio, s’étendait en réalité depuis Cap Noli jusqu’au bourg actuel, sans solution de continuité, en se superposant aux habitats romains aussi bien dans la zone de l’embarcadère que dans celle de la nécropole117.

Haut de page

Bibliographie

Sources

De Pasquale A. (dir.)
Posidonio, Strabone, Crinagora, Rutilio Namaziano, Ligustica Itinera, avec un appendice sur la Ligurie dans les itinéraires antiques, Bordighera, 1994.

Gandoglia B.
1885, La città di Noli, Savone.

1897, La città di Noli, Savone.

Gelzer E. (dir.)
Georges de Chypre, « Descriptio Orbis romani », Leipzig, 1890.

Vinzoni M.
1758, « Pianta delle due Riviere della Serenissima Repubblica di Genova divise ne’ Commissariati di Sanità », Quaini M. (dir.), (Manuscrit 1758, Archives d’État de Gênes), Gênes.

Bibliographie

Arnaud P.
2004, « Entre Antiquité et Moyen Âge : l’Itinéraire Maritime d’Antonin », dans De Maria L. et Turchetti R. (dir.), Rotte e porti del mediterraneo dopo la caduta dell’impero romano d’Occidente. Continuità e innovazioni tecnologiche e funzionali, Gênes, 18-19 juin 2004, p. 3-20.

2005, Les routes de la navigation antique. Itinéraires en Méditerranée, Paris.

Arslan A. E.
2003, « Emissione, circolazione e tipologia della moneta tra tardo antico e alto medioevo in Liguria », dans Marcenaro M. (dir.), Roma e Liguria Maritima : secoli IV-X. La capitale cristiana e una regione di confine, Actes du cours et catalogue de l’exposition, Gênes, 14 février-31 août 2003, Gênes-Bordighera, p. 121-126.

2005, « La zecca e la circolazione monetale », dans Ravenna da Capitale Imperiale a Capitale Esarcale, Actes du XVIIe congrès international d’étude sur le haut Moyen Âge, Ravenne, 6-12 juin 2004, Spolète, p. 191-236.

2007, « Il gruzzolo di monete d’oro », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 53-56.

Baldassarri M. et Favilla M. C.
2004, « Forme di tesaurizzazione in area italiana tra tardo antico e alto medioevo : l’evidenza archeologica », dans Gelichi S. et La Rocca C. (dir.), Tesori. Forme di accumulazione della ricchezza nell’alto medioevo (secoli V-XI), Rome, p. 143-206.

Berato J.
2003, « Céramique modelée du département du Var », dans La Céramique commune de Marseille à Gênes. Productions locales et importées iie siècle av. J.-C.-iiie siècle apr. J.-C., Rapport intermédiaire, Valbonne, p. 30-58.

Bertino M. L.
2007a, « Monete dagli scavi di XXV Aprile », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 51-52.

2007b, « Catalogo delle monete auree », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 57-62.

Bianchi S. et Melli P.
1996, « Evoluzione dell’arco portuale », dans Melli P. (dir.), La città ritrovata. Archeologia urbana a Genova 1984-1994, Catalogue de l’exposition, Gênes, p. 62-73.

Bonifay M.
2005, « Observations sur la typologie des amphores africaines de l’Antiquité tardive », dans Esparraguera J. M. G., Buxeda i Garricós J. et Cau Ontiveros M. A. (dir.), LRCW I. Late Roman coarse wares, cooking wares and amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, British Archaeological Report, International Series 1340, Oxford, p. 451-472.

Bonnet C.
1986, Genève aux premiers temps chrétiens, Genève, Taylor & Francis.

Brogiolo G. P., Cantino Wataghin G. et Gelichi S.
1999, « L’Italia settentrionale », dans Pergola P. (dir.), Alle origini della parrocchia rurale (IV-VII secolo), Actes de la journée thématique des Séminaires d’archéologie chrétienne, École française de Rome, 19 mars 1988, avec la collaboration de P. M. Barbini, Ville du Vatican, p. 487-500.

Brogiolo G. P. et Chavarria Arnaù A.
2003, « Chiese e insediamenti tra V e VI secolo : Italia settentrionale, Gallia meridionale e Hispania », dans Brogiolo G. P. (dir.), Chiese e insediamenti nelle campagne tra V e VI secolo, Actes du IXeSéminaire sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, Garlate, 26-28 septembre 2002, Documenti di Archeologia, 30, Mantoue, p. 9-38.

2005, Aristocrazie e campagne da Costantino a Carlo Magno, Florence, All’Insegna del Giglio.

Bulgarelli F.
1988, « Presenze di età romana a Noli », dans Frondoni A. (dir.), S. Paragorio di Noli. Scavi e restauri, catalogue de l’exposition, Noli, 25 juillet-15 septembre 1988, Savone, 24 septembre-8 octobre 1988, Quaderni della Soprintendenza Archeologica della Liguria, 3, Gênes, p. 61-69.

2001, « Da Piana Crixia al promontorio della Caprazoppa », dans Luccardini R. (dir.), Vie romane in Liguria, Gênes, p. 135-151.

2004, « Vado Ligure. Nuove indagini nell’area archeologica di San Giovanni Battista », Rivista di Studi Liguri, LXIX, janvier-décembre, p. 91-118.

2007, « Ceramica d’uso comune della regione del Var a Noli », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 114.

2008, « Vado Ligure-Vada Sabatia », dans De Marinis R. C. et Spadea G. (dir.), Ancora su I Liguri. Un antico popolo tra Alpi e Mediterraneo, catalogue de l’exposition, Gênes, Commenda di San Giovanni di Prè, 23 octobre 2004-23 janvier 2005, Gênes, p. 183-188.

Bulgarelli F., Frondoni A. et Murialdo G.
2005, « Dinamiche insediative della Liguria di Ponente tra tardoantico e altomedioevo », dans Brogiolo G. P., Chavarria Arnaù A. et M. Valenti (dir.), Dopo la fine delle ville : le campagne dal VI al IXsecolo, Actes du XIe Séminaire sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, Gavi, 8-10 mai 2004, Mantoue, p. 136-148.

Cabona D.
2004, « Un primo approccio per la storia di una città portuale : Noli », dans Bandini F. et Darchi M. (dir.), La Repubblica di Noli e l’importanza dei porti minori del Mediterraneo nel medioevo, Actes de la Journée d’études, Noli, 29 mai 2004, Quaderni dell’Istituto di storia e cultura materiale, 3, Florence, p. 103-114.

Cagnana A.
2001, « Le case di legno di S. Antonino : confronto e ipotesi di restituzione degli alzati », dans Mannoni T. et Murialdo G. (dir.), S. Antonino. Un insediamento fortificato nella Liguria bizantina, Collection de monographies préhistoriques et archéologiques, XII, Bordighera, p. 197-204.

Calzolari M.
1996, Introduzione allo studio della rete stradale dell’Italia Romana : l’Itinerarium Antonini, Actes de l’Académie nationale des Lincei, CCCXCIII, Classe di scienze morali, storiche e filologiche, memorie, serie IX, volume VII, fascicolo 4, Rome, p. 375-520.

2003, « L’Italia nella Tabula Peutingeriana », dans Prontera F. (dir.), Tabula Peutingeriana. Le antiche vie del mondo, Città di Castello, p. 53-66.

Cantino Wataghin G.
2000, « Christianisation et organisation ecclésiastique des campagnes : l’Italie du Nord aux ive-viiie siècles », dans Brogiolo G. P., Gauthier N. et Christie N. (dir.), Towns and their territories between Late Antiquity and the Early Middle Ages, Leiden, p. 209-234.

Conti M. P.
1970, L’Italia bizantina nella Descriptio orbis romani di Giorgio Ciprio, Memorie dell’Accademia lunigianese di scienze, arti e lettere Giovanni Capellini, classe di scienze storiche e morali, XL, La Spezia.

Cucini Tizzoni C. et Tizzoni M.
2001, « Studio degli scarti metallurgici », dans Brogiolo G. P. et Castelletti L. (dir.), Archeologia a Monte Barro II. Gli scavi 1990-1997 e le ricerche al S.Martino di Lecco, Lecco, p. 273-280.

Dell’Amico P.
2007, « Ipotesi sulla funzione delle strutture dell’approdo », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 39-46.

de Vingo P.
2005, « Liguria, in Late Antiquity and in the early Middle Ages : its trade relations with the western and eastern Mediterranean Sea through transport amphorae », dans Esparraguera J. M. G., Buxeda i Garricós J. et Cau Ontiveros M. A. (dir.), LRCW I. Late Roman coarse wares, cooking wares and amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry, British Archeological Report, International Series 1340, Oxford, p. 341-353.

2007, « Le relazioni commerciali tra il periodo romano e la dominazione bizantina della Liguria », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 63-69.

Di Dio Rapallo M.
1988, « La chiesa di S. Paragorio tra storia e filologia », dans Frondoni A. (dir.), S. Paragorio di Noli. Scavi e restauri, catalogue de l’exposition, Noli, 25 juillet-15 septembre 1988, Savone, 24 septembre-8 octobre 1988, Quaderni della Soprintendenza archeologica della Liguria, 3, Gênes, p. 15-40.

Elefante V.
2007a, « La necropoli romana ad incinerazione : i corredi funerari », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 93-95.

2007b, « La necropoli tardoantica e altomedievale », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 121-122.

Elefante V., Bertino L. M. et Piccardi E.
2007, « Tomba 28 », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 107-109.

Elefante V., Piccardi E., Pastorino A. M. et Bertino L.M.
2007, « Tomba 28 », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 104-106.

Ferretti F.
1982, « Nuove prospettive circa l’origine di Noli », dans Notizie storiche su Noli, Noli, p. 15-74.

Fiocchi Nicolai V. et Gelichi S.
2001, « Battisteri e chiese rurali (IV-VII secolo) », dans Gandolfi D. (dir.), L’edificio battesimale in Italia. Aspetti e problemi, Actes du VIIIe congrès national d’archéologie chrétienne, Gênes, Sarzana, Albenga, Finale Ligure, Vintimille, 21-26 septembre 1998, Institut international d’études liguriennes, Actes des congrès, V, Bordighera-Florence, p. 303-384.

Francovich R. et Hodges R.
2003, Villa to Village. The transformation of the Roman countryside in Italy, c. 400-1000, Londres.

Frondoni A.
1987, « L’Altomedioevo : età longobarda e carolingia. VII- IX secolo », dans La scultura a Genova e in Liguria. I, Dalle origini al Cinquecento, Gênes, p. 35-59.

1988, « Note sulla scultura altomedievale », dans Frondoni A. (dir.), S. Paragorio di Noli. Scavi e restauri, Catalogue de l’exposition, Noli, 25 juillet-15 septembre 1988, Savone, 24 septembre-8 octobre 1988, Quaderni della Soprintendenza archeologica della Liguria, 3, Gênes, p. 89-119.

1989, « Necropoli di S. Paragorio di Noli », dans Sepolture e necropoli tra tardo antico e alto medioevo nell’Italia nord-occidentale, Actes de la Journée d’étude en souvenir de Nino Lamboglia, Savone, 28-29 novembre 1987, Rivista di Studi Liguri, LIV, 1-4, janvier-décembre, p. 199-220.

1995, « Gli edifici di culto di S. Paragorio di Noli : scavi 1989-1991 », dans Akten des XII. Internationalen Kongresses für Christiliche Archaölogie, Bonn, 1991, Münster, II, p. 789-804.

1996, « Noli (Neapolis) », Enciclopedia dell’Arte Antica classica e orientale, II Supplément, IV, Rome, p. 35-37.

1998a, « Finale Ligure. Pieve dei Cappuccini », dans Frondoni A. (dir.), Archeologia Cristiana in Liguria. Aree ed edifici di culto tra IV e XI secolo, Surintendance archéologique de la Ligurie, Gênes, fiche 11.

1998b, « Noli. San Paragorio », Frondoni A. (dir.), Archeologia Cristiana in Liguria. Aree ed edifici di culto tra IV e XI secolo, Surintendance Archéologique de la Ligurie, Gênes, fiche 14.

2001, « Battisteri ed ecclesiae baptismales della Liguria », dans Gandolfi D. (dir.), L’edificio battesimale in Italia. Aspetti e problemi, Actes du viiie congrès national d’archéologie chrétienne, Gênes, Sarzana, Albenga, Finale Ligure, Vintimille, 21-26 septembre 1998, Institut international d’études liguriennes, Actes des congrès, V, Bordighera-Florence, p. 749-791.

2003, « Chiese rurali fra V e VI secolo in Liguria », dans Brogiolo G. P. (dir.), Chiese e insediamenti nelle campagne tra V e VI secolo, IXe séminaire sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, Garlate, 26-28 septembre 2002, Documenti di Archeologia, 30, Mantoue, p. 131- 171.

2004, « San Paragorio e l’insediamento di Noli prima del Mille », dans Bandini F. et Darchi M. (dir.), La Repubblica di Noli e l’importanza dei porti minori del Mediterraneo nel medioevo, Actes de la Journée d’étude, Noli, 29 mai 2004, Quaderni dell’Istituto di storia e cultura materiale, 3, Florence, p. 69-86.

2005a, « Chiese di IX secolo in Liguria », dans Salvarani R., Andenna G. et Brogiolo G. P. (dir.), Alle origini del romanico. Monasteri, edifici religiosi, committenza tra storia e archeologia (Italia settentrionale, secoli IX-X), Actes des IIIes Journées d’études médiévales, Castiglione delle Stiviere, 25-27 septembre 2001, CESIMB, Études et documents 3, Brescia, p. 189-212.

2005b, « Recenti interventi di tutela e indagini archeologiche nel castrum di Varigotti (1993-2003) », dans Murialdo G. et Gagliardi C. (dir.), Varigotti e la chiesa di San Lorenzo : un antico porto della Liguria di Ponente, Finale Ligure-Varigotti, p. 61-66.

2007a, « Introduzione », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 17-23.

2007b, « L’area archeologica di S. Paragorio e il complesso di culto », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 73-82.

2007c, « Sedi episcopali nella Liguria di Ponente alla luce degli ultimi ritrovamenti », dans Marcenaro M. (dir.), dans Tempi e dinamiche della cristianizzazione tra Liguria di Ponente e Provenza, Actes du Congrès international Albenga città episcopale. Temps et dynamiques de la christianisation entre Ligurie de Ponant et Provence, Congrès international et table ronde, Albenga, Palazzo Vescovile, Sala degli Stemmi e Sala degli Arazzi, 21-23 septembre 2006, p. 357-392.

2007d, « La cristianizzazione in Liguria tra costa ed entroterra : alcuni esempi (V-IX secolo) », dans Carra Bonacasa R. M. et Vitale E. (dir.), Actes du IXe congrès national d’archéologie chrétienne, Agrigente, 20-25 septembre 2004, Palerme, p. 745-778.

2008a, « Noli. Interventi di archeologia urbana nell’area dell’ex piazzale ferroviario (Noli) », dans Del Lucchese A. et Gambaro L. (dir.), Archeologia in Liguria, Nouvelle Série, Vol. I, 2004-2005, Gênes, p. 280-282.

2008b, « Archeologia in Liguria tra tardoantico e Altomedioevo : recenti scoperte, problemi e prospettive di ricerca », dans Binder D., Delestre X. et Pergola P. (dir.), Archéologies transfrontalières (Alpes du Sud, Côte-d’Azur, Piémont et Ligurie). Bilan et perspectives de recherche, Actes du colloque de Nice, 13-15 décembre 2007, Bulletin du Musée d’anthropologie préhistorique de Monaco, Monaco, p. 167-184.

Frondoni A. (dir.)
2007, Il Tesoro Svelato. Storie dimenticate e rinvenimenti straordinari riscrivono la storia di Noli antica, Catalogue de l’exposition, Noli, Salles d’exposition de la Fondation culturelle S. Antonio, 7 juillet-7 octobre 2007, Gênes.

Frondoni A., Geltrudini F., Pampaloni A., de Vingo P. et Cirnigliaro E.
2006, « Noli (Savona). Via XXV Aprile. Analisi della sequenza insediativa di un contesto pluristratificato tra tardoantico e bassomedioevo », dans Francovich R. et Valenti M. (dir.), Actes du IVe Congrès national d’archéologie médiévale, Abbaye de San Galgano, Chiusdino-Sienne, 26-30 septembre 2006, Florence, p. 95-103.

Frondoni A., Parodi V. et Torre E.
2006, « Archeologia urbana a Noli (SV) : nuove acquisizioni sul villaggio altomedievale dagli scavi del vecchio piazzale ferroviario », dans Francovich R. et Valenti M. (dir.), Actes du IVe Congrès national d’archéologie médiévale, Abbaye de San Galgano, Chiusdino-Sienne, 26-30 septembre 2006, Florence, p. 104-108.

Frondoni A. et Bertino L.M.
2008, « Monete da Noli – Via XXV Aprile », dans Del Lucchese A. et Gambaro L. (dir.), Archeologia in Liguria, Nouvelle série, vol. I, 2004-2005, Gênes, p. 279-280.

Frondoni A., Geltrudini F. et Testa M.
2008, « Via XXV Aprile (Noli) », dans Del Lucchese A. et Gambaro L. (dir.), Archeologia in Liguria, Nouvelle série, vol. I, 2004-2005, Gênes, p. 277-279.

Gambaro L.
1999, La Liguria costiera tra II e I secolo a.C. Una lettura archeologica della romanizzazione, Documenti di archeologia, 18, Mantoue, Padus.

Gandolfi D.
2005a, « Sigillate e ceramiche da cucina africane », dans Gandolfi D. (dir.), La ceramica e i materiali di età romana. Classi, produzioni, commerci e consumi, Quaderni della scuola interdisciplinare delle metodologie archeologiche, 2, Bordighera, p. 195-232.

2005b, « Sigillata focese (Late Roman C ware) », dans Gandolfi D. (dir.), La ceramica e i materiali di età romana. Classi, produzioni, commerci e consumi, Quaderni della scuola interdisciplinare delle metodologie archeologiche, 2, Bordighera, p. 233-250.

Garibaldi T.
2007, « Le tracce di un grande incendio », dans Frondoni (dir.), 2007, p. 133-134.

Geltrudini F. et Taddei A.
2007, « Gli edifici attorno al complesso di culto », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 83-86.

Geltrudini F., Testa M. et Starna A.
2007a, « La fase di età romana », dans Frondoni (dir.), 2007, p. 25-34.

2007b, « La fase altomedievale », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 35-38.

Gervasini L.
2004, « Un insediamento presillano : il Varignano Vecchio », De Marinis R. C. et Spadea G. (dir.), I Liguri. Un antico popolo europeo tra Alpi e Mediterraneo, Catalogue de l’exposition, Gênes, 23 octobre 2004-23 janvier 2005, Milan, p. 463-464.

Giostra, C.
2007, « Indicatori di status e di attività produttive dall’abitato », dans Micheletto E. (dir.), Longobardi in Monferrato. Archeologia della Iudiciaria Torrensis, Museo civico-Casale Monferrato, p. 63-85.

Guyon J.
2000, Les premiers baptistères des Gaules (ive-viiie siècles), Rome.

Lamboglia N.
1946, « Per la storia altomedioevale di Varigotti e Noli », Rivista di Studi Liguri, XII, 1-3, janvier-décembre, p. 117-127.

1970, I monumenti medievali della Liguria di Ponente, Turin.

1973, « Gli scavi di San Paragorio e il problema delle origini di Noli », Rivista di Studi Liguri, XXXIX, 1, janvier-mars, p. 64-71.

Lusuardi Siena S. M., Murialdo G. et Sfrecola S.
1991, « Le ceramiche mediterranee in Liguria durante il periodo bizantino (VI-VII secolo) », dans A cerâmica medieval no Mediterrâneo ocidental, (Lisbonne, 1987), Mértola, p. 123-146.

Mannoni T.
1994, « Archeologia delle tecniche produttive », dans Mannoni T. (dir.), Venticinque anni di Archeologia globale, Gênes.

2004, « Metodi per lo studio dei fattori naturali ed umani nell’evoluzione dei porti antichi delle coste montagnose. L’esempio ligure », dans De Maria L. et Turchetti R. (dir.), Evolución paleoambiental de los puertos y fondeaderos antiguos en el Mediterráneo occidental, Ier Séminaire ANSER, Alicante, 14-15 novembre 2003, Soveria Mannelli (CZ), p. 147-165.

2005, « Il porto di Varigotti : ambiente naturale ed evidenze archeologiche », dans Murialdo G. et Cagliardi C. (dir.), Varigotti e la chiesa di San Lorenzo : un antico porto della Liguria di Ponente, Finale Ligure-Varigotti, p. 15-20.

Massabò B.
2004, Albingaunum, Gênes.

Melli P.
1996, « Peso da rete in piombo », dans Melli P. (dir.), La città ritrovata. Archeologia urbana a Genova 1984-1994, catalogue de l’Exposition, Gênes, p. 137.

1998, « Genova : il grande porto del Tirreno », dans Tesori della Postumia. Archeologia e storia intorno a una grande strada romana alle radici dell’Europa, catalogue de l’exposition, Cremona, Santa Maria della Pietà, 4 avril-26 juillet 1998, Milan, p. 433-439.

2004a, « I Liguri della costa », dans Venturino Gambari M. et Gandolfi D. (dir.), Ligures Celeberrimi. La Liguria interna nella seconda età del Ferro, Actes du congrès, Mondovì, 26-28 avril 2002, Bordighera, p. 165-189.

2004b, « The role of Genoa in the Mediterranean trade in Antiquity », dans Pasquinucci M. et Weski T. (dir.), Close Encounters : Sea- and Riverborne Trade, Ports and Hinterlands, Ship Construction and Navigation in Antiquity, the Middle Ages and in Modern Time, British Archeology Report, International Series 1283, Oxford, p. 1-18.

Mennella G. et Coccoluto G.
1995, « Regio IX. Liguria reliqua Trans et Cis Apenninum », dans Inscriptiones Christianae Italiae. Septimo Saeculo Antiquiores, IX, Bari, p. 55-71.

Micheletto E. et Pejrani Baricco L.
1997, « Archeologia funeraria e insediativa in Piemonte tra V e VII secolo », Paroli L. (dir.), L’Italia centro-settentrionale in età longobarda, Biblioteca di archeologia medievale, 13, Florence, p. 295-344.

Molteni F.
1995, « Storia e culto dei Santi della diocesi di Savona e Noli », dans I Liguri di Dio, Savone-Florence, Sabatelli.

Morel P. J.
2005, « La céramique et la mer : rôle et modalités du commerce maritime dans la diffusion des produits céramiques », dans Giannattasio B. M., Canepa C., Grasso L. et Piccardi E. (dir.), Aequora, πόυτος jam, mare… : Mare, uomini e merci nel Mediterraneo antico, Actes du congrès international, Gênes, 9-10 décembre 2004, Florence, p. 100-108.

Murialdo G.
1989, « Necropoli tardoantiche del Finale », dans Sepolture e necropoli tra tardo antico e alto medioevo nell’Italia nord-occidentale, Actes de la journée d’étude en souvenir de Nino Lamboglia, Savone, 28-29 novembre 1987, Rivista di Studi Liguri, LIV, 1-4, janvier-décembre, p. 221-242.

2004, « Dinamiche territoriali e commerciali nella Noli signorile e comunale sulla base delle fonti scritte (XI-XIII secolo) », dans Bandini F. et Darchi M. (dir.), La Repubblica di Noli e l’importanza dei porti minori del mediterraneo nel medioevo, Actes de la journée d’étude, Quaderni dell’Istituto di Storia e Cultura Materiale, 3, Florence, p. 9-25.

Ortega Pèrez J. R., Esquembre Bebia M. A., Molinas Mas A. F., Moltò Poveda F. J. et Molin-Burguera G.
2004, « Instalaciones portuarias del Barranco de la Albufereta (Alicante) en la antigüedad », dans Gallina Zevi A. et Turchetti R. (dir.), Le strutture dei porti e degli approdi antichi, IIe séminaire ANSER, Rome-Ostie, 16-17 avril 2004, Soveria Mannelli (CZ), p. 87-111.

Parodi V.
2007, « Il villaggio altomedievale », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 125-128.

Parker J. A.
1992, Ancient shipwrecks of the Mediterranean & the Roman Provinces, British Archaeological Report, International Series 580, Oxford.

Pasquinucci M.
2004, « Paleogeografia costiera, porti e approdi in Toscana », dans De Maria L., Turchetti R. (dir.), Evolucion Paleoambiental de los puertos y fondeaderos antiguos en el Mediterràneo Occidental, Ier séminaire ANSER, Alicante, 14-15 novembre 2003, Soveria Mannelli (CZ), p. 61-86.

Pasquinucci M., Del Rio A. et Menchelli S.
2002, « I porti dell’Etruria settentrionale costiera (ager Pisanus e Volaterranus) e le dinamiche commerciali mediterranee (III secolo a.C.-VI d.C.) », dans Khanoussi M., Ruggeri P., Vismara C. (dir.), L’Africa romana, Actes du congrès d’étude, Sassari, 7-10 décembre 2000, II, Rome, p. 767-788.

Pejrani Baricco L.
2001, « Chiese battesimali in Piemonte. Scavi e scoperte », dans Gandolfi D. (dir.), L’edificio battesimale in Italia. Aspetti e problemi, Actes du VIIIe congrès national d’archéologie chrétienne, Gênes, Sarzana, Albenga, Finale Ligure, Vintimille, 21-26 septembre 1998, Institut international d’études liguriennes, Actes des congrès, V, Bordighera-Florence, p. 541-588.

Pergola P.
1981, « Vandales et lombards en Corse : sources historiques et archéologiques », dans La cultura in Italia fra Tardo Antico e Alto Medioevo, Actes du congrès, Rome, Centre national des recherches, 12-16 novembre 1979, II, Rome, p. 913-917.

1999, « La Corse », dans Pergola P. (dir.), Alle origini della Parrocchia rurale (IV-VIII secolo), Actes de la journée thématique des séminaires d’Archéologie chrétienne, École française de Rome, 19 mars 1998, avec la collaboration de P. M. Barbini, Cité du Vatican, p. 205-214.

Pietri C.
1985-1987, « Note sur la christianisation de la Ligurie », dans Studi Lunensi e prospettive sull’Occidente romano, Actes du congrès, Études de Luni et perspectives sur l’Occident romain Lerici, septembre 1985, Quaderni del centrostudi lunensi, II, 10-11-12, p. 351-380.

Pomey P.
2009, « A new approach to Mediterranean Nautical Archaeology », dans Bockius R. (dir), Between the Seas. Transfer and Exchange in Nautical Technology, Proceedings of the Eleventh International Symposium on Boat and Ship Archaeology, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Forschungsbereich Antike Schiffahrt, Band 3, Mayence, p. 267-276.

Quaini M.
2004, « Noli, la Liguria, il Mediterraneo », dans Bandini F. et Darchi M. (dir.), La Repubblica di Noli e l’importanza dei porti minori del Mediterraneo nel medioevo, Actes de la journée d’étude, Quaderni dell’Istituto di storia e cultura materiale, 3, Florence, p. 87-102.

Spadea G.
2007, « Noli tra costa e mare. La ceramica a vernice nera », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 47-50.

Spadea G. et Martino G. P.
2004, « La Liguria marittima dopo la caduta dell’impero, il quadro delle ricerche archeologiche », dans De Maria L. et Turchetti R. (dir.), Rotte e porti del mediterraneo dopo la caduta dell’impero romano d’Occidente. Continuità e innovazioni tecnologiche e funzionali, Gênes, 18-19 juin 2004, p. 253-274.

Torre E.
2007a, « La necropoli romana a incinerazione : distribuzione e rituali », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 89-92.

2007b, « L’officina del fabbro », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 129-132.

Treglia J. C.
2005, « Le produzioni galliche di media e tarda età imperiale. Sigillata chiara B, Lucente e ceramica grigia-arancione (Dérivées de Sigillées Paléochrétiennes) », dans Gandolfi D. (dir.), La ceramica e i materiali di età romana. Classi produzioni, commerci e consumi, Quaderni della Scuola interdisciplinare delle metodologie archeologiche, 2, Bordighera, p. 251-258.

Valle G.
2007, « Inquadramento geologico-geomorfologico dell’area di Noli », dans Frondoni (dir.) 2007, p. 29.

Varaldo C.
2003, « Tra Vado e Savona : l’evoluzione della diocesi tra tardo antico e alto medioevo », dans Marcenaro M. (dir.), Roma e la Liguria Marittima : secoli IV-X. La capitale cristiana e una regione di confine, Actes du cours et catalogue de l’exposition, Gênes, 14 février-31 août 2003, Gênes-Bordighera, p. 161-168.

Vavassori M.
1973, « Una lapide e un battistero paleocristiani a Noli », Rivista di Studi Liguri, XXXIX, 1 janvier-mars, p. 45-63.

Vivaldo L.
1986, « La Storia », dans L’antica diocesi di Noli. Aspetti storici e artistici, Quaderni del catalogo dei Beni culturali, 4, Région Ligurie, Gênes, p. 9-15.

Wickham C.
2009, Le società dell’alto medioevo. Europa e Mediterraneo (Secoli V-VIII), Rome, Viella.

Haut de page

Notes

1 Lamboglia 1970, p. 150.

2 Gandoglia 1897, p. 9.

3 Gandoglia 1897, p. 9.

4 Murialdo 2004, p. 9-10.

5 Lamboglia 1970, p. 152-153.

6 Vavassori 1973, p. 57-63 ; Frondoni 2008b, p. 172.

7 Lamboglia 1973, p. 67.

8 Conti 1970.

9 Frondoni 2005b ; Id. 2008b, p. 175.

10 Lamboglia 1946 ; Id. 1973, p. 66-67.

11 Frondoni 1995 ; Id. 1996, p. 35-36.

12 Id. 2004, p. 73-74 ; Id. 2007d, p. 757.

13 Livre IV.6.2.

14 Spadea 2007, p. 47.

15 Valle 2007, p. 29.

16 Vinzoni 1758.

17 Quaini 2004, p. 97-98.

18 Calzolari 1996, p. 464-465 ; Id. 2003, p. 57-61 ; Arnaud 2004, p. 12-15 ; Uggeri 2004, p. 19-24 ; Arnaud 2005, p. 165-170 ; Corsi 2007, p. 178-179.

19 Melli 1998, p. 433-436 ; Id. 2004b, p. 1-2 ; Id. 2004a, p. 165-173 ; Spadea et Martino 2004, p. 253-255 ; Pomey 2009, p. 275.

20 Pasquinucci, Del Rio et Menchelli 2002 ; Ceccarelli Lemut 2004, p. 49-50 ; Pasquinucci 2004.

21 Geltrudini, Testa et Starna 2007a, p. 25-26.

22 Geltrudini, Testa et Starna 2007a, p. 32 ; Dell’Amico 2007, p. 39-41.

23 Melli 1996.

24 Geltrudini, Testa et Starna 2007a, p. 28.

25 Bertino 2007a, p. 51.

26 Spadea 2007, p. 47-49.

27 de Vingo 2007, p. 63-65.

28 Gervasini 2004, p. 463.

29 Bianchi et Melli 1996 ; Geltrudini, Starna et Testa 2007a, p. 28.

30 Geltrudini, Starna et Testa 2007a, p. 28-29.

31 Frondoni 2005a.

32 Mannoni 1994 ; Id. 2005.

33 Cabona 2004, p. 104 ; Quaini 2004, p. 100-101.

34 Morel 2005.

35 Spadea 2007, p. 48-49, fig. 1-3.

36 Frondoni, Geltrudini, Pampaloni et al. 2006, p. 99-100 ; deVingo 2007, p. 63-65.

37 Gandoglia 1885, p. 17-20 ; Lamboglia 1970, p. 151.

38 Dell’Amico 2007, p. 41-42.

39 Bulgarelli 2001, p. 135-151.

40 Id. 1998.

41 Bulgarelli 2004, p. 113-115 ; Id. 2008a, p. 186-187.

42 Ortega Perez, Esquembre Bebia, Molinas Mas et al. 2004, p. 92-96.

43 Geltrudini, Testa et Starna 2007a, p. 32.

44 Dell’Amico 2007, p. 39.

45 Id. 2007, p. 43.

46 Quaini 2004, p. 91.

47 Gandoglia 1895, p. 65-71.

48 de Vingo 2007, p. 65.

49 Parker 1992, p. 16-19.

50 de Vingo 2007, p. 67.

51 Bertino 2007, p. 50-51.

52 Mannoni 2004.

53 Geltrudini, Testa et Starna 2007a, p. 32.

54 de Vingo 2007, p. 67-68.

55 Arslan 2007, p. 55.

56 Id. 2007, p. 55 ; Bertino 2007b, p. 57-59.

57 Frondoni et Bertino 2008, p. 279-280.

58 Bertino 2007b, p. 61 ; Frondoni 2008b, p. 174.

59 Arslan 2007, p. 55-56.

60 Baldassarri et Favilla 2004, p. 158-173.

61 Arslan 2007, p. 56.

62 Geltrudini, Testa et Starna 2007b, p. 35.

63 Ibid., p. 37-38.

64 Frondoni 1995 ; Id. 2004, p. 73-75.

65 Bertino 2007a, p. 51.

66 Frondoni 1998a ; Id. 2005a ; Frondoni, Geltrudini, Pampaloni et al. 2006, p. 96-97.

67 Gandoglia 1897, p. 17-18 ; Lamboglia 1970, p. 153.

68 Murialdo 1989, p. 232-233 ; Frondoni 1989, p. 218-219 ; Id. 2003, p. 149-152.

69 Vivaldo 1986 ; Molteni 1995 ; Frondoni 2008b, p. 172.

70 Pergola 1986 ; Id. 1999 ; Frondoni 2005a.

71 Vavassori 1973, p. 56-63.

72 Mennella et Coccoluto 1995, p. 76-77 ; Frondoni 1998a ; Id. 2007b, p. 74, fig. 4.

73 Frondoni 2003, p. 154-155 ; Id. 2008b, p. 172-173.

74 Id. 2001.

75 Id. 2003, p. 152 ; Id. 2007d, p. 757.

76 Id. 1986 ; Guyon 2000.

77 Frondoni 2007b, p. 76-77.

78 Vavassori 1973, p. 46-49.

79 Frondoni 1989, p. 202-203 ; Id. 2001 ; Id. 2003, p. 154.

80 Id. 2004, p. 70-73 ; Id. 2007b, p. 76-77, fig. 8-9 ; Id. 2008b, p. 172.

81 Id. 2007b, p. 79.

82 Guyon 2000.

83 Pejrani Baricco 2001.

84 Frondoni 2005a ; Id. 2007b, p. 80-81 ; Brogiolo et Chavarria Arnaù 2005, p. 140.

85 Id. 2001, p..80-81.

86 Brogiolo, Cantino Wataghin et Gelichi 1999 ; Cantino Wataghin 2000, p. 225-229 ; Brogiolo et Chavarria Arnaù 2003, p.  11-15.

87 Frondoni 1987, p.  48-51 ; Id. 1988.

88 Geltrudini et Taddei 2007, p. 83-84.

89 Cagnana 2001, p. 197-198 ; Frondoni 2008b, p. 174.

90 Frondoni 1998 ; Id. 2001 ; Id. 2004, p. 80.

91 Bulgarelli, Frondoni et Murialdo 2005, p. 167-168.

92 Frondoni 2003, p. 155-156 ; Id. 2004, p. 77-80 ; Id. 2007d, p. 758.

93 Geltrudini et Taddei 2007, p. 83-85 ; Frondoni 2008b, p. 174.

94 Micheletto et Pejrani Baricco 1997, p. 312-325 ; Brogiolo et Chavarria Arnaù 2005, p. 89-107.

95 Frondoni 2004, p. 77-78.

96 Id. 2005a ; Geltrudini et Taddei 2007, p. 85, fig. 6 ; Frondoni, Geltrudini et Testa 2008, p. 275-276.

97 de Vingo 2007, p. 68-69.

98 Gandolfi 2005b.

99 Lusuardi Siena, Murialdo et Sfrecola 1991 ; Wickham 2009, p. 744-755.

100 Gandolfi 2005a.

101 Treglia 2005, p. 251-256 ; de Vingo 2007, p. 68-69.

102 Frondoni 2004, p. 76-77 ; Wickham 2009, p. 771-772.

103 Id. 1998a ; Id. 2004, p. 81, fig. 23 ; Geltrudini et Taddei 2007, p. 84, fig. 2 ; Giostra 2007, p. 66-71.

104 Mennella et Coccoluto 1995, p. 83-85.

105 Varaldo 2003, p. 163-165 ; Frondoni 2007c, p. 358-362.

106 Id. 2003, p. 142-144 ; Id. 2008b, p. 175.

107 Frondoni 2004, p. 82-83.

108 Frondoni 2007a, p. 17 ; Torre 2007b, p. 129-130.

109 Frondoni, Geltrudini et Testa 2008, p. 278-279.

110 Frondoni 2005a ; Id. 2007c, p. 377-378 ; Id. 2008a, p. 280-281.

111 Murialdo 1989, p. 232-233 ; Elefante 2007b, p. 121.

112 Torre 2007a, p. 89-91 ; Elefante 2007a, p. 94-95.

113 Torre 2007a, p. 89.

114 Massabò 1999, p. 243.

115 Frondoni, Geltrudini, Pampaloni et al. 2007, p. 96-120.

116 Bulgarelli 2007, p. 114.

117 Frondoni 2007a, p. 17-19 ; Id. 2008b, p. 174.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Noli et la Ligurie occidentale.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Fig. 2 Situation des opérations de fouilles par rapport à la mer. Zone du port (1), San Paragorio (2), zone de l’ancienne gare (3).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig. 3 Chantier archéologique de la zone de l’ancienne gare, avec les vestiges du village du haut Moyen Âge.
Crédits Torre 2007, p. 88
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Fig. 4 Dessin à l’aquarelle de Matteo Vinzoni reproduisant Noli et son territoire en 1747.
Crédits Frondoni 2007, p. 18
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Fig. 5 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 10, détail des structures en maçonnerie et en amont à gauche.
Crédits Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 28
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 6 Noli, rue du XXV Aprile, plan général des structures au début de l’époque romaine avec les maçonneries relatives à l’embarcadère (1), en haut à droite le bâtiment-magasin (2).
Crédits Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 27
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Fig. 7 Noli, rue du XXV Aprile, coupes et patères en céramique à vernis noir de type « Campanienne A ».
Crédits Spadea 2007, p. 48
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Fig. 8 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, édifices orientaux, détail d’une pièce de l’époque julio-claudienne.
Crédits Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 30
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 627k
Titre Fig. 9 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, vue générale des édifices orientaux du ve siècle.
Crédits Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 31
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Titre Fig. 10 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, pièces en or et coffret en plomb.
Crédits Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 33
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 11 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, plan des édifices orientaux du ve siècle.
Crédits Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 33
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Fig. 12 Noli, rue du XXV Aprile, sondage 5, plan de l’édifice au cours du ixe siècle.
Crédits Geltrudini, Testa et Starna 2007, p. 38
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 13 Noli, San Paragorio, vue absidale.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Titre Fig. 14 San Paragorio, plan du baptistère avec les fonts baptismaux (1), fragment de pavement avec inscription (2), plan de la sépulture de Lidoria (3), tombes paléochrétiennes (4).
Crédits Frondoni 1988c, p. 150, modifiée
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Fig. 15 San Paragorio, détail de l’abside semi-circulaire du baptistère et, tout contre, d’une tombe privilégiée à arcosolium.
Crédits Frondoni 2007a, p. 76
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 16 San Paragorio, bouteille-balsamaire en verre provenant de la tombe à arcosolium.
Crédits Frondoni 2007a, p. 77
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 17 San Paragorio, dalle de marbre avec l’inscription funéraire d’une « Domina Lidoria ».
Crédits Frondoni 2007a, p. 77
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Fig. 18 San Paragorio, plan des constructions d’époque romaine et de l’Antiquité tardive.
Crédits Frondoni 2007a, p. 75
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Fig. 19 San Paragorio, détail « édifice G » avec, à l’intérieur, les maçonneries d’époque romaine (a) et de l’Antiquité tardive (b).
Crédits Frondoni 2007a, p. 80
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Fig. 20 San Paragorio, première phase artisanale du haut Moyen Âge « édifice G ».
Crédits Geltrudini et Taddei 2007, p. 85
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Titre Fig. 21 San Paragorio, deuxième phase de l’habitat du haut Moyen Âge « édifice G ».
Crédits Geltrudini et Taddei 2007, p. 85
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre Fig. 22 San Paragorio, troisième phase du haut Moyen Âge « édifice G », niveau de poutres et de planches brûlées.
Crédits Geltrudini et Taddei 2007, p. 86
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Titre Fig. 23 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, positionnement des secteurs 14, 15 et 17 du chantier de fouilles, et plan général de la nécropole.
Crédits Torre 2007, p. 90
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Fig. 24 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à inhumation, sépulture en amphore.
Crédits Elefante 2007a, p. 121
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 25 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à inhumation, sépulture en coffre lithique.
Crédits Elefante 2007a, p. 122
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 26 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à inhumation, sépulture multiple en sarcophage en pierre de Finale.
Crédits Elefante 2007a, p. 122
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Fig. 27 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à incinération, objets de la tombe 34.
Crédits Elefante, Bertino et Piccardi 2007, p. 109
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig. 28 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à incinération, tombe 5.
Crédits Elefante 2007a, p. 98
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Titre Fig. 29 Noli, Zone de l’ancienne place ferroviaire, nécropole romaine phase à incinération, objets de la tombe 28.
Crédits Elefante, Piccardi, Pastorino et Bertino 2007, p. 106
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13563/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo de Vingo, « Le village de Noli en Ligurie occidentale entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 89-114.

Référence électronique

Paolo de Vingo, « Le village de Noli en Ligurie occidentale entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge », Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13563 ; DOI : 10.4000/archeomed.13563

Haut de page

Auteur

Paolo de Vingo

Université de Turin, Département des sciences anthropologiques, archéologiques et historiques territoriales (SAAST).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals