Navigation – Plan du site

Les coupes en verre à décor chrétien découvertes en Belgique (fin ve-début vie siècle)

Glass cups with Christian decoration discovered in Belgium (late 5th-early 6th century)
Glasschalen mit christlichem Dekor aus Belgien (Ende 5./Anfang 6. Jhs.)
Line Van Wersch, Dominique Van Geesbergen et Olivier Vrielynck
p. 115-147

Résumés

Les coupes à décor chrétien sont de petits vases en verre soufflé-moulé qui présentent sur leur fond un décor imprimé composé de motifs chrétiens. Plusieurs d’entre elles ont été découvertes dans des contextes mérovingiens sur le territoire de la Belgique actuelle. Dans cet article, un nouvel inventaire des objets a été dressé. Une approche contextuelle attentive a permis de les dater avec plus de précision et d’en étudier la répartition. Les techniques et matériaux utilisés pour leur fabrication ont été mieux compris grâce à des analyses chimiques. Enfin, l’étude iconographique s’est enrichie de nouveaux relevés graphiques et photographiques. Au terme de ce travail, il s’avère que ces coupes sont d’excellents témoins pour aborder certains aspects de la culture, de la société et de l’économie mérovingiennes en Belgique.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Foy et al., à paraître.

1Les coupes qui font l’objet de cette étude sont caractérisées par la présence d’une croix ou d’un chrisme centré sur le fond du verre, motif régulièrement entouré d’éléments géométriques, végétaux et animaliers. Les décors sont obtenus par soufflage du verre dans un moule. Ces récipients, produits au début de l’époque mérovingienne, ont été découverts principalement dans le sud de la Belgique, le nord de la France et en Provence. Quelques rares exemplaires sont également connus dans le sud-est de l’Angleterre, en Allemagne, en Italie et dans la péninsule Ibérique1.

  • 2 Fontenay 1874.
  • 3 Bequet 1881.
  • 4 Pilloy 1897. L’auteur mentionne également une « lentille » de 14 mm de diamètre en verre jaunâtre a (...)
  • 5 Dasnoy 1956.
  • 6 Périn 1972.
  • 7 Koch 1987, p. 193-194.
  • 8 Foy 1993.
  • 9 Foy et al. à paraître.
  • 10 Foy et al. à paraître.
  • 11 Dasnoy 1956.

2Les premières observations faites sur ces coupes datent de la fin du xixe siècle. Ce sont encore des objets isolés comme les coupes d’Autun2 et de Namur3. En 1897, Jules Pilloy publie trois coupes du département de l’Aisne et compare les motifs avec ceux des coupes de la région namuroise dont il a connaissance. Son article mentionne sept vases4. En 1956, l’étude de deux exemplaires découverts à Haillot amène André Dasnoy à faire le recensement des coupelles connues dans la région de la Sambre et de la Meuse5. Son inventaire compte, en plus des coupes d’Haillot, onze coupes appartenant au Musée archéologique de Namur et six originaires du département de l’Aisne, avec photos et dessins des motifs. Il conclut en l’existence probable d’un atelier de production sur la Meuse moyenne, et propose comme datation la seconde moitié du ve siècle. En 1972, après la découverte de la coupe de Mézières (Ardennes), Patrick Périn propose de situer un atelier dans le nord de la France, comparant cette coupe avec celles de Montceau-le-Neuf et d’Achery-Mayot (Aisne)6. En 1987, dans sa thèse, Ursula Koch cite 31 coupelles à décor moulé, intégrant des découvertes récentes comme Mézières et Frénouville (Calvados). Sa carte de répartition s’étend de la Loire jusqu’au Rhin7. En 1993, Danièle Foy montre que les coupes à décor chrétien sont également fréquentes dans le midi de la France (Var, Bouches-du-Rhône), et qu’elles ne sont pas exclusivement réservées à une utilisation funéraire8. Elle ajoute au corpus une vingtaine de coupes provençales, avec des motifs moulés inconnus jusqu’alors. Enfin, en 2008, un nouveau recensement des coupes est réalisé en collaboration avec deux des auteurs9 à l’occasion des 23es rencontres de l’Association française d’archéologie du verre, colloque ayant pour thème le verre soufflé-moulé. Ce catalogue reprend toutes les coupes connues en Europe et aborde principalement l’iconographie et l’interprétation de ces objets10. Par rapport à l’inventaire d’André Dasnoy11, le nombre de coupes belges y a doublé : dix nouveaux vases proviennent de nécropoles et trois fragments sont issus de fouilles d’habitats et d’ateliers.

  • 12 Cappucci (coord.) 2008.
  • 13 Nous remercions chaleureusement les archéologues responsables des fouilles récentes ayant livré des (...)
  • 14 Gratuze 1994, p. 75-87.
  • 15 Deconninck 1991 ; Weber 2009 ; Louppe et al. 2007.
  • 16 Institut de physique nucléaire atomique et spectroscopique.
  • 17 Grâce à un cyclotron, un faisceau de protons est produit et extrait à l’air libre. Les protons entr (...)

3Le présent article reprend et complète le précédent pour les coupes belges. Dans le cadre du colloque précité, une exposition12 fut l’occasion de rassembler toutes les coupes à décor chrétien de Belgique et d’en faire l’étude détaillée. À côté des coupes inédites, les objets déjà publiés ont été revus, les anciens relevés corrigés et certains motifs réinterprétés. En plus d’une approche typologique et iconographique plus détaillée, une étude archéométrique a été réalisée. Ce travail aborde donc l’histoire des techniques et la question de la provenance des matériaux, apportant ainsi un regard nouveau sur ces objets13. Des observations à la loupe et à la loupe binoculaire ont tout d’abord permis d’examiner les traces de fabrication et les inclusions dans la matrice vitreuse. Celles-ci, souvent révélatrices de la technique de mise en forme, peuvent également souligner certaines particularités de la matière première utilisée. Des analyses physico-chimiques ont ensuite été effectuées pour déterminer la composition élémentaire des matériaux. De nombreuses méthodes sont préconisées pour l’analyse des verres14. Dans le cadre de cette étude, aucun prélèvement n’était autorisé et il ne subsistait pas de fragment isolé à sacrifier pour des analyses destructives. Nous avons donc eu recours aux méthodes couplées PIXE (Particule Induced X-ray Emission) et PIGE (Particule Induced Gamma-ray Emission) déjà utilisées à plusieurs reprises pour l’étude du verre archéologique15. Les analyses ont été réalisées sur la ligne de faisceau extrait de l’IPNAS16 à l’université de Liège17. La méthode PIXE-PIGE présente de nombreux avantages pour l’analyse du verre. En plus d’être rapide (une dizaine de minutes par point analysé), elle est sensible, quantitative, précise et permet de mesurer une bonne partie des éléments du tableau périodique. De plus, elle possède l’avantage d’être totalement non destructive et ne nécessite aucune préparation hormis un nettoyage de la surface de l’objet.

  • 18 Foy et al. à paraître.

4Les coupes belges appartiennent à un vaste groupe dit du « nord de la Loire » dont la répartition couvre le nord de la France, le sud de la Belgique et le sud-est de l’Angleterre18. Certaines d’entre elles ressemblent d’ailleurs à des coupes de France et d’Angleterre. De ce fait leur étude aurait idéalement dû comprendre les coupelles de ces régions, ce qui n’a pas été possible principalement pour des raisons d’accessibilité au mobilier. Toutefois, se restreindre aux seules coupes belges n’est pas dénué de sens. En effet, au-delà de son unité géographique, historique et économique, le bassin de la Meuse moyenne dont proviennent presque toutes les coupes correspond à la zone de concentration maximale de ces objets (fig. 1). De plus, il s’agit de la seule région du nord de la Loire où plusieurs coupes ont été découvertes sur les mêmes sites. Enfin, certains motifs moulés ne sont présents que dans cette région, ce qui laisse supposer l’existence d’un atelier de production.

Fig. 1 Carte de répartition des coupelles du nord de la France et de Belgique.

Fig. 1 Carte de répartition des coupelles du nord de la France et de Belgique.

1. Inventaire typologique

Fig. 2 Carte de répartition des coupes en Belgique.

Fig. 2 Carte de répartition des coupes en Belgique.
  • 19 Legoux et al. 2006.

5Les vingt-quatre coupes belges ont été classées en cinq groupes selon la nature et la structure du décor. La datation des tombes dont proviennent les coupelles a été réévaluée à partir de la typologie de René Legoux, Patrick Périn et Françoise Vallet19. Le mobilier et/ou les restes humains ont aussi permis de déterminer le sexe du défunt.

  • 20 Pièce métallique utilisée par le verrier pour enlever l’objet de la canne après le soufflage et, év (...)

6Toutes les coupes ont un profil similaire à parois courbes, bord évasé et lèvre rebrûlée. Leur fond est souvent rentrant, excepté celui de la coupe de Tournai qui est bombé. L’empreinte du pontil20 sur le fond du verre est en général bien visible, au point de parfois perturber le décor. La hauteur des coupes varie le plus souvent entre 4 et 5,5 cm et leur diamètre d’ouverture entre 10,5 et 12,5 cm. Seule la coupe de Vieuxville est plus grande (H : 5,6 cm, D : 14,3 cm). En plus des motifs moulés, la plupart des coupes sont ornées de filets de verre blanc entourant le bord.

Groupe 1 : chrisme central, décor périphérique composé de deux panneaux quadrillés alternant avec deux panneaux figuratifs

  • 21 Bayard et al. 1986, p. 192 ; Foy et al. à paraître.

7Sept coupes offrent un schéma décoratif similaire : au centre, un chrisme flanqué de l’alpha et l’oméga (ou un dérivé de ce motif) entouré d’une couronne de chevrons ; en périphérie, deux panneaux quadrillés alternant avec deux zones à motifs végétaux et animaliers. La coupe dont le décor est le plus complet est celle de Verlaine « Oudoumont ». La coupe de Bulles (Oise)21 est très proche.

8La coupe d’Éprave/Han-sur-Lesse ne possède pas de chrisme central, mais une rosace à six pétales qui semble dérivée d’un tel chrisme. Un alpha et un oméga dans les deux pétales les plus larges, et des globules dans les autres pétales (détails non relevés par André Dasnoy), permettent de la comparer avec les coupes de Verlaine et Pry qui possèdent également ces motifs. Il semble que le motif central de ces deux coupes ait servi de prototype à celui d’Éprave/Han-sur-Lesse. Les coupes identiques d’Éprave et Ampsin présentent un chrisme central à huit branches, motif composé de deux croix superposées, grecque et de Saint-André.

Fig. 3 Coupes 1 (Verlaine), 2 (Pry), 3 (Haillot), 4 (Haillot) et 5 (Éprave/Han-sur-Lesse).

Fig. 3 Coupes 1 (Verlaine), 2 (Pry), 3 (Haillot), 4 (Haillot) et 5 (Éprave/Han-sur-Lesse).

Dessin G. Hardy (spw-archéologie) ; sauf Pry, d’après Dasnoy 1956

1. Verlaine « Oudoumont » (province de Liège). Tombe masculine 201.

9Fig. 3/1

10Dimensions : H : 49 mm. D : 115 mm.

11Matériau : Verre vert-jaune clair, nombreuses petites bulles.

12Décor : Chrisme (X et P) flanqué de globules ainsi que de l’alpha et de l’oméga, entouré d’une couronne de chevrons. En périphérie : deux panneaux avec quadrillages obliques, alternant avec deux panneaux figuratifs contenant chacun un oiseau, un élément végétal (?) et un objet indéterminé composé d’un cercle supporté par un trait vertical qui le traverse. Filet de verre blanc sous le bord (six tours).

  • 22 Destexhe 2000, p. 206.

13Contexte : Fouille 1980-1999. Cimetière de 291 tombes de la seconde moitié du ve au début du viie siècle. Situation : à droite du ventre du défunt. Mobilier associé : une hache profilée, un fer de lance, une pointe de flèche, une boucle de ceinture et trois tenons scutiformes en alliage cuivreux, un couteau, un silex et des petits objets en fer non identifiés22. Datation : 1re moitié du vie siècle.

14Lieu de conservation : Musée archéologique de Saint-Georges, inv. 201-1.

2. Pry « le Tombois » (commune de Walcourt, province de Namur).

15Fig. 3/2

16Dim. : H : 41 mm. D : 106 mm.

17Mat. : Verre vert pâle.

18Décor : Identique à celui de la coupe de Verlaine. Chrisme central (X et P) flanqué de globules, de l’alpha et de l’oméga, entouré d’une couronne de chevrons. Deux panneaux périphériques remplis de quadrillages obliques, décor des deux autres panneaux non lisible. Filet de verre blanc sous le bord.

  • 23 Dasnoy 1956, p. 372, pl. 24 et 25 (n° 15).
  • 24 Ibid., p. 372.
  • 25 Bequet 1895.

19Cont. : Fouille 1886-189623. Cimetière d’environ 300 tombes, occupé du milieu du ve au vie siècle (quelques tombes sont plus anciennes24). Coupe non mentionnée par l’auteur des fouilles25.

20L.C. : Perdue.

3. Haillot « Flemme » (commune d’Ohey, province de Namur). Tombe masculine 7.

21Fig. 3/3

22Dim. : H : 44 mm. D : 110 mm.

23Mat. : Verre jaune clair, irisé, filandres et bulles.

24Décor : Chrisme central (X et P) flanqué de l’alpha et de l’oméga, entouré d’une couronne de chevrons. Deux panneaux opposés formés de quadrillages obliques. Filet de verre blanc sous le bord (8 ou 9 tours en partie confondus).

  • 26 Breuer et Roosens 1956, p. 206-209.

25Cont. : Fouille de 1932. Les 17 tombes du cimetière ont été attribuées aux trois derniers quarts du ve siècle. Situation : « vers l’extrémité de la fosse, du côté gauche du squelette ». Mobilier associé : une hache semi-profilée, trois pointes de flèches, un briquet et un silex, un couteau, deux sigillées tardives et une plaque-boucle de ceinture en fer/alliage cuivreux incrustée de « verre rouge » (grenat ?), à plaque rectangulaire26. Datation : dernier quart du ve siècle ou début du vie siècle.

26L.C. : Musées royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles, inv. B5811-3.

4. Haillot « Flemme » (commune d’Ohey, province de Namur). Tombe féminine 14.

27Fig. 3/4

28Dim. : H : 47 mm. D : 111 mm.

29Mat. : Verre vert clair, quelques filandres et bulles.

30Décor : Chrisme central (X et prob. P) flanqué de l’alpha et l’oméga, entouré d’une couronne de chevrons. En périphérie : deux panneaux remplis de quadrillages obliques. Décor identique ou presque à celui de la coupe de la tombe 7, mais mal imprimé et beaucoup moins lisible. D’après André Dasnoy, le nombre de chevrons sur les deux coupes serait différent, ce que montre effectivement le dessin de son article. Toutefois nos observations indiquent que ce dessin est approximatif. Les deux coupes pourraient être issues du même moule, mais le manque de lisibilité est tel que nous avons préféré ne pas la redessiner.

  • 27 Breuer et Roosens 1956, p. 224-226.

31Cont. : Cf. coupe 3. Situation : à hauteur des fémurs. Mobilier associé : deux bracelets en argent, un collier de perles (ambre, pâte de verre), deux bagues en argent, une bouteille en verre, trois sigillées tardives et un bassin en bronze à bord perlé27. Datation : seconde moitié du ve siècle.

32L.C. : Musées royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles, inv. B 5811-4.

5. Éprave/Han-sur-Lesse « Croix Rouge » (commune de Rochefort, province de Namur).

33Fig. 3/5

34Dim. : H : 44 mm. D : 121 mm.

35Mat. : Verre vert clair, filandres, petites bulles.

36Décor : Rosace centrale formée de six pétales, très probablement dérivée d’un chrisme stylisé. Alpha et oméga dans les deux pétales les plus larges, globules plus ou moins prononcés dans les autres, couronne de chevrons autour. Pas de motif périphérique visible.

  • 28 Dasnoy 1956, p. 371, pl. 16 et 17 (n° 8).
  • 29 Dasnoy 1997.
  • 30 Bequet 1891a.

37Cont. : Fouille 1889-189128. Cimetière de plus de 500 tombes occupé de la fin du ive au viie siècle29. Coupe non mentionnée par l’auteur des fouilles30.

38L.C. : Musée archéologique de Namur, inv. A1647.

Fig. 4 Coupes 6 (Ampsin), 7 (Éprave), 8 (Vieuxville) et 9 (Pry).

Fig. 4 Coupes 6 (Ampsin), 7 (Éprave), 8 (Vieuxville) et 9 (Pry).

Dessin G. Hardy (spw-archéologie)

6. Ampsin « rue des Gânons » (commune d’Amay, province de Liège). Tombe 16.

39Fig. 4/6

40Dim. : H : 44 mm. D : 114 mm.

41Mat. : Verre vert foncé, très nombreuses petites bulles.

42Décor : Motif central composé d’une croix à 8 branches pattées, avec des pétales entre chaque branche, donnant une impression générale de rosace. Couronne de chevrons autour. En périphérie : deux panneaux remplis d’un quadrillage oblique alternant avec deux autres à motifs figuratifs peu lisibles : un oiseau et un végétal sur l’un, un oiseau, un végétal et un trait vertical sur l’autre. Filet de verre blanc sous la lèvre (une dizaine de tours en partie confondus).

  • 31 Willems 2004, p. 56.

43Cont. : Fouille 1992-1995. Les 24 tombes du cimetière datent des ve et vie siècles. Mobilier associé : une assiette en sigillée tardive31.

44L.C. : Musée communal d’Amay, inv. 22.2.95 - 91/94.

7. Éprave « Devant-le-Mont » (commune de Rochefort, province de Namur).

45Fig. 4/7

46Dim. : H : 43 mm. D : 108 mm.

47Mat. : Verre vert clair.

48Décor : Identique à celui de la coupe 6, mais moins complet. Filet de verre blanc sous le bord (10/11 tours).

  • 32 Dasnoy 1956, p. 372, pl. 24 et 25 (n° 16).
  • 33 Bequet 1881b.

49Cont. : Fouille 188032. Cimetière de 188 tombes, occupé durant la seconde moitié du ve et la première moitié du vie siècle. Coupe non mentionnée par l’auteur des fouilles33.

50L.C. : Musée archéologique de Namur, inv. A0548.

Groupe 2 : chrisme ou croix centrale, décor périphérique composé de quatre panneaux quadrillés avec motifs figuratifs entre eux

51Deux coupes présentent une configuration proche de celle du groupe 1 mais elles possèdent quatre panneaux quadrillés au lieu de deux. Les espaces entre les panneaux, réduits, sont occupés par des motifs variés (oiseaux, végétaux, croix…).

8. Vieuxville (commune de Ferrière, province de Liège). Tombe masculine 52.

52Fig. 4/8

53Dim. : H : 56 mm. D : 143 mm.

54Mat. : Verre presque incolore, bleuté, assez pur.

55Décor : Chrisme central (X et P) entouré d’une couronne de chevrons. En périphérie : quatre panneaux à quadrillages obliques, entre lesquels figurent deux croix (opposées), un oiseau et un motif indéterminé.

  • 34 Alenus-Lecerf 1985 ; Id. 1986.
  • 35 Alenus-Lecerf 1993, p. 146-147.

56Cont. : Fouille 1980-198534. Cimetière de 191 tombes datées du ve au viie siècle. Situation : à gauche du défunt, à hauteur du torse. Mobilier associé : une hache profilée, une lance, trois pointes de flèche, une boucle de ceinture damasquinée, un briquet, un silex, un couteau, une aiguille et une sigillée tardive35. Datation : seconde moitié du ve ou premier quart du vie siècle.

57L.C. : Vieuxville, coll. Service public de Wallonie, inv. FERR/82/VXV/52.

9. Pry (?) (commune de Walcourt, province de Namur).

58Fig. 4/9

59Dim. : H : 45 mm. D : 115 mm.

60Mat. : Verre jaune pâle, filandres, peu de bulles.

61Décor : Chrisme central (X et I) entouré d’une couronne de rectangles. En périphérie : quatre panneaux quadrillés séparés par quatre éléments végétaux identiques deux par deux. Filet de verre blanc sous le bord (six tours).

  • 36 Dasnoy 1956, p. 372-373 et 365, pl. 26 et 27 (n° 17).

62Cont. : L’origine supposée de cette coupe, le cimetière de Pry, repose sur le fait qu’elle était exposée avec le mobilier de Pry, et qu’une étiquette sur la coupe mentionnait le toponyme « Les Villées », proche du « Tombois » de Pry36.

63L.C. : Musée archéologique de Namur, inv. A2644.

Groupe 3 : chrisme central, croix périphériques sous arcades

64Cinq coupes possèdent un chrisme (X + I) à branches pattées. En périphérie, quatre croix à branches presque égales, surmontées d’arcades, alternent avec quatre petits arcs en forme de mitre reliés aux arcades. Huit globules plus ou moins marqués se trouvent au-dessus des arcs. Quatre de ces coupes semblent identiques, la cinquième (Verlaine) est un peu plus petite et ne présente pas de globules. Il n’est toutefois pas exclu qu’elle sorte du même moule que les autres mais que le décor ait été moins bien imprimé. Ces coupes ne sont présentes que dans le Bassin mosan moyen en Belgique.

Fig. 5 Coupes 10 (Pry), 11 (Viesville), 12 (Seraing), 13 (Fallais) et 14 (Verlaine).

Fig. 5 Coupes 10 (Pry), 11 (Viesville), 12 (Seraing), 13 (Fallais) et 14 (Verlaine).

Dessin G. Hardy (spw-archéologie)

10. Pry « le Tombois » (commune de Walcourt, province de Namur). Tombe 285.

65Fig. 5/10

66Dim. : H : 40 mm. D : 123 mm.

67Mat. : Verre vert clair, quelques bulles.

68Décor : Filet de verre blanc sous le bord (3 tours).

  • 37 Dasnoy 1956, p. 367 et 371, pl. 20 et 21 (n° 12).

69Cont. : Cf. coupe 2. Coupe non publiée par l’auteur des fouilles, mais signalée dans le journal de fouille. La tombe à laquelle elle appartenait était perturbée (trois inhumations successives)37.

70L.C. : Musée archéologique de Namur, inv. A2631.

11. Viesville (commune de Pont-à-Celles, province du Hainaut). Tombe féminine F31.

71Fig. 5/11

72Dim. : H : 41 mm. D : 121 mm.

73Mat. : Verre vert clair, filandres, nombreuses inclusions de petits fragments de verre sombre.

74Décor : Filet de verre blanc sous le bord (3-4 tours).

  • 38 Ansieau et Dumont 2008, p. 60-61.

75Cont. : Fouille 2005-2006. Cimetière de 145 tombes, occupé de la fin du ve au vie siècle38. Situation : aux pieds du défunt, à sa gauche. Mobilier associé : une fibule ronde en argent cloisonnée (8 grenats), un collier de 17 perles (dont 7 en ambre), une boucle de ceinture à ardillon scutiforme en alliage de cuivre, un couteau, un anneau en fer, un fragment de cristal de roche et une cruche en céramique. Datation : dernier quart du ve ou première moitié du vie siècle (MA1/2).

76L.C. : Mons, Service public de Wallonie, inv. PC06CDE 031.1.

12. Seraing « Pré des Princes » (province de Liège).

77Fig. 5/12

78Coupe incomplète (restent le fond, un quart du bas de la panse et du bord).

79Dim. : H : 46 mm. D : env. 129 mm.

80Mat. : Verre vert clair, très nombreuses bulles, filandres.

81Décor : Filet de verre blanc sous le bord (3 tours).

  • 39 Hogemans 1854, p. 485.

82Cont. : Cimetière de plus de 150 tombes « fouillé » en 1853 (extraction de terre à brique)39.

83L.C. : Musées royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles, inv. B347-1.

13. Fallais « Mont Saint-Sauveur » (commune de Braives, province de Liège).

84Fig. 5/13

85Coupe incomplète (restent le fond, le bas de la panse et 1/5 du bord).

86Dim. : H : 47 mm. D : 109 mm.

87Mat. : Verre vert clair, bulles et filandres.

  • 40 Van Ossel 1982, p. 196 et 200, fig. 21 (n° 133) ; Vanderhoeven 1961, p. 122-123.

88Cont. : Cimetière détruit en 1875 par des travaux de carriers40.

89L.C. : Musée Curtius, Liège, inv. I/9823.

14. Verlaine « Oudoumont » (province de Liège). Tombe masculine 177.

90Fig. 5/14

91Dim. : H : 41 mm. D : 112 mm.

92Mat. : Verre bleu-vert très pur, quelques très petites bulles.

93Décor : Les globules périphériques moulés ne sont pas visibles, soit qu’il n’y en ait jamais eu, soit qu’ils ne se soient pas imprimés. Filet de verre blanc sous le bord (3-4 tours).

  • 41 Destexhe 2000, p. 183-184.

94Cont. : Cf. coupe 1. Situation : aux pieds du défunt, appuyée verticalement contre la paroi droite. Mobilier associé : une hache à dos droit, un pot globulaire en céramique, une pince à épiler et deux silex41. Datation : 525-600 (MA2/MA3).

95L.C. : Musée archéologique de Saint-Georges, inv. 177-5.

Groupe 4 : chrisme central, motifs périphériques variés

  • 42 Evison 2000 ; Stephens 2006.

96Huit coupes présentent un chrisme central et des motifs périphériques variés : rinceaux, oiseaux, quadrupèdes. Les deux coupes de Torgny sont identiques et proviennent certainement du même moule. La coupe de Tournai ressemble à une coupe anglaise trouvée à Darenth, dans le Kent42. Le décor périphérique des coupes d’Éprave/Han-sur-Lesse et Pry, issues du même moule, est difficile à interpréter.

Fig. 6 Coupes 15 (Tournai), 16. (Thon), 17 (Éprave/Han-sur-Lesse), 18 (Pry).

Fig. 6 Coupes 15 (Tournai), 16. (Thon), 17 (Éprave/Han-sur-Lesse), 18 (Pry).

15. Tournai, quartier Saint-Brice (province du Hainaut). Tombe féminine 6.

97Fig. 6/15

98Dim. : H : 45 mm. D : 112 mm.

99Mat. : Verre vert clair assez terne, filandres, quelques très petites bulles.

100Décor : Chrisme (X et P) flanqué de l’alpha et l’oméga. Rinceau serpentant formant un quadrilobe, de part et d’autre duquel partent huit branches secondaires spiralées. Deux croix se greffent à chacune de ces branches. Filet de verre blanc sous le bord (8 tours).

  • 43 Brulet 1990, p. 123, pl. 5 ; Id. 1991, p. 26-27.

101Cont. : Fouille 1983. Cimetière autour de la tombe de Childéric, occupé de la fin du ve au début du viiie siècle. Situation : aux pieds de la défunte. Mobilier associé : une paire de fibules ansées en argent doré, une épingle en fer, une grosse perle en ambre et une cruche en céramique. La tombe était partiellement recoupée par la tombe 743. Datation : seconde moitié du ve siècle (fibules).

102L.C. : Musée archéologique de Tournai, coll. Gérard, inv. 83-102.

16. Thon, Samson (Andenne, province de Namur).

103Fig. 6/16

104Dim. : H : 41-45 mm. D : 113 mm.

105Mat. : Verre vert pâle, filandres, très petites bulles.

106Décor : Chrisme central (X et I) à branches pattées, dans un cercle. En périphérie : rinceau probablement de vigne (feuilles quadrillées et raisin). Filet de verre blanc sous le bord (7-8 tours).

  • 44 Dasnoy 1956, p. 371, pl. 20 et 21 (n° 11).
  • 45 Del Marmol 1968.

107Cont. : Fouille 1858. Cimetière d’environ 250 tombes occupé de la fin du ive au vie siècle44. Coupe non mentionnée par l’auteur des fouilles45.

108L.C. : Musée archéologique de Namur, inv. A2035.

17. Éprave/Han-sur-Lesse, « Croix Rouge » (commune de Rochefort, province de Namur).

109Fig. 6/17

110Dim. : H : 42 mm. D : 117 mm.

111Mat. : Verre vert clair, filandres, très petites bulles.

112Décor : Globule central, six paires de segments rayonnant (probablement un chrisme dont chaque trait est doublé), cercle reliant ces rayons. En périphérie : six globules et une série de motifs informes. Filet de verre blanc sous le bord (4-5 tours).

  • 46 Bequet 1891 ; Dasnoy 1956, p. 371, pl. 18 et 19 (n° 10).

113Cont. : Cf. coupe 5. Coupe non mentionnée par l’auteur des fouilles46.

114L.C. : Musée archéologique de Namur, inv. A1663.

18. Pry « le Tombois » (Walcourt, province de Namur).

115Fig. 6/18

116Dim. : H : 40-46 mm. D : 114 mm.

117Mat. : Verre vert-jaune clair, filandres, quelques bulles.

118Décor : Identique à celui de la coupe d’Éprave/Hans-sur-Lesse (MAN, A1663), légèrement moins bien imprimé.

  • 47 Dasnoy 1956, p. 371, pl. 18 et 19 (n° 9).
  • 48 Bequet 1895.

119Cont. : Cf. coupe 247. Coupe non mentionnée par l’auteur des fouilles48.

120L.C. : Musée archéologique de Namur, inv. A2630.

Fig. 7 Coupes 19 (Namur), 20 et 21 (Torgny), 22 (Thon).

Fig. 7 Coupes 19 (Namur), 20 et 21 (Torgny), 22 (Thon).

Dessin G. Hardy (spw-archéologie)

19. Namur, Place Saint-Aubain (province de Namur).

121Fig. 7/19

122Dim. : H : 45 mm. D : 125 mm.

123Mat. : Verre vert pâle.

124Décor : Chrisme (X et P) central, globules par quatre parfois fusionnés entre les jambages. Un seul globule au niveau de la boucle du P. En périphérie : cinq quadrupèdes (?) stylisés, alternant avec cinq végétaux, entre deux cercles de petits rectangles. Filet de verre blanc sous le bord (7 tours).

  • 49 Bequet 1881a ; Dasnoy 1956, p. 364-365, p. 373 et pl. 28 (n° 19) ; Dasnoy 1988.

125Cont. : Fouille 1879 d’une tombe apparemment sans autre mobilier49.

126L.C. : Musée archéologique de Namur, inv. A0987.

20. Torgny (commune de Rouvroy, province du Luxembourg). Tombe 418.

127Fig. 7/20

128Dim. : H : 40-44 mm. D : 121 mm.

129Mat. : Verre jaune clair, quelques bulles.

130Décor : Chrisme (X et P) dans un cercle. Par endroits, une succession de petits triangles sur le cercle. En périphérie : 2 x 2 oiseaux affrontés, de part et d’autre d’un trait vertical ondulé (eau ?). Panneaux de quadrillage droit au-dessus de certaines parties du décor. Défaut dans le moule au niveau de la branche inférieure du chrisme. Filet de verre blanc sous le bord (6 à 7 tours).

  • 50 Lambert 1976, 1984, 1987, 1988 et 1989.
  • 51 Les fouilles récentes du cimetière de Torgny ne sont pas publiées et les archives de fouilles ont d (...)

131Cont. : Fouille 1980-198850. Mobilier associé : un bol en sigillée tardive décoré à la molette, + ?51.

132L.C. : Musées Gaumais, Virton, inv. ?

21. Torgny (commune de Rouvroy, province du Luxembourg). Tombe féminine 416.

133Fig. 7/21

134Dim. : H : 47 mm. D : 116 mm (profil moins affaissé que sur la coupe 20).

135Mat. : Verre vert clair, grosses bulles, impuretés.

136Décor : Identique à 20. Même défaut dans le moule au niveau de la branche inférieure du chrisme. Filet de verre blanc sous le bord (7-8 tours très serrés).

  • 52 Lambert 1989.

137Cont. : Cf. coupe 20. Mobilier associé : une fibule en S, + ?52

138L.C. : Musées Gaumais, Virton, inv. 88To1761.

22. Thon, Samson (commune d’Andenne, province de Namur).

139Fig. 7/22

140Dim. : H : 50 mm. D : 120 mm.

141Mat. : Verre vert pâle, filandres.

142Décor : Chrisme central (X et I) à branches pattées. En périphérie : deux végétaux, deux oiseaux et deux objets quadrillés (puits, paniers ?). Filets de verre blanc sous le bord (7-8 tours).

  • 53 Dasnoy 1956, p. 373, pl. 26 et 27 (n° 18) ; Del Marmol 1860.

143Cont. : Cf. coupe 16. Coupe non mentionnée par l’auteur des fouilles53.

144L.C. : Musée archéologique de Namur, inv. A1363.

Groupe 5 : divers

145Cet ensemble réunit une coupe complète sans décor périphérique visible, un fond orné d’une croix découvert en contexte d’habitat (Huy) et deux tessons de récipients soufflés-moulés appartenant peut-être à des coupes à décor chrétien, découverts en contexte d’ateliers de verriers (Huy). Ces deux tessons possèdent un décor très partiel de chevrons, fréquent sur les coupes à décor chrétien.

Fig. 8 Coupes 23 (Thon), 24 (Huy-Batta), et tessons de Huy « Sous-le-Château » et « Aux Ruelles ».

Fig. 8 Coupes 23 (Thon), 24 (Huy-Batta), et tessons de Huy « Sous-le-Château » et « Aux Ruelles ».

Dessin G. Hardy (spw-archéologie)

23. Thon, Samson (commune d’Andenne, province de Namur).

146Fig. 8/23

147Dim. : H : 45 mm. D : 103 mm.

148Mat. : Verre vert bleuté, filandres et bulles.

149Décor : Chrisme très irrégulier entouré d’une couronne de rectangles.

  • 54 Dasnoy 1956, p. 370, pl. 16 et 17 (n° 7).

150Cont. : Cf. coupe 16. Coupe non mentionnée par l’auteur des fouilles54.

151L.C. : Musée archéologique de Namur, inv. A2037.

24. Huy, quai Batta (province de Liège).

152Fig. 8/24

153Dim. : Paroi épaisse (1,5-2 mm).

154Mat. : Verre vert olive, petites bulles, irisation.

155Décor : Croix pattée à branches égales entourée d’une couronne de chevrons. En périphérie : départ de décor indéterminé.

  • 55 Docquier et al. 1984.

156Cont. : Fouille 197155. Datation : seconde moitié du ve siècle.

157L.C. : Musée communal de Huy, inv. H.B.1971/B1.

25. Huy « Sous le château » (province de Liège).

158Fig. 8/25

159Très fragmentaire : Extrémité de panse et début de fond.

160Mat. : Verre vert clair, petites bulles.

161Décor : Couronne de chevrons, départ de motif indéterminé sur le début de la panse.

  • 56 Péters et Fontaine-Hodiamont 2005, p. 247-248, fig. 17 et 18.

162Cont. : Fouilles 1993-1996. Tesson associé à des déchets d’un atelier de verrier non localisé56.

  • 57 Péters 1996 et 1997.

163Datation : de la seconde moitié du ve à la seconde moitié du viie siècle57.

164L.C. : Service public de Wallonie, inv. 95.954.

26. Huy « Aux Ruelles » (province de Liège).

165Fig. 8/26

166Très fragmentaire.

167Mat. : Verre vert clair, filandres, petites bulles.

168Décor : Couronne de chevrons.

  • 58 Bernardy de Sigoyer et al. 2005, p. 32.

169Cont. : Fouilles 2001-2004. Atelier de verrier. Datation : ve-vie siècle. Des fragments de bords avec filets de verre blanc sont également signalés sur le site58.

170L.C. : Service public de Wallonie, inv. Ru-03-200.

2. Contextes

2.1. Localisation

171En dehors des coupes de Torgny et de Tournai, les coupelles belges se concentrent sur le sillon Sambre et Meuse (fig. 2). La majorité ont été découvertes dans des nécropoles. Ceci reflète un état de la recherche : les habitats du haut Moyen Âge connus sont rares et peu fouillés. Par ailleurs, le verre était récupéré pour être recyclé, ce qui explique en partie sa rareté sur les quelques sites connus.

172Quelques observations peuvent être faites sur la répartition des groupes définis ci-dessus. Dans l’état actuel de nos connaissances, il semble très probable que les coupes des groupes 1 et 3, principalement ou exclusivement découvertes sur la Meuse moyenne belge, aient été produites dans cette région. On peut dès lors supposer que la plupart des autres coupes sont également des productions régionales. À Huy, la découverte, en contexte d’ateliers de verriers, de tessons appartenant à des coupes en verre soufflé-moulé pourrait révéler la fabrication de ce type de vases. Toutefois, ces fragments isolés ne constituent peut-être que du groisil et sont insuffisants pour affirmer que des coupes à décor chrétien ont été produites sur place.

173Les verres de cimetières proviennent souvent de sites de fondation ancienne (ive ou ve siècle). Lorsqu’il est connu, le mobilier associé aux coupelles dans les tombes est aussi bien masculin que féminin, et est en général assez riche. Plusieurs armes se trouvaient dans les tombes masculines d’Haillot, Verlaine et Vieuxville (haches, lances et flèches), et des fibules cloisonnées incrustées de grenats et/ou des fibules ansées digitées paraient les défuntes de Viesville et Tournai. Bracelet et bague en argent accompagnaient également la coupe d’Haillot-T14. Seule la tombe d’Ampsin ne comprenait qu’une céramique associée au verre.

2.2. Datation

174Quelques coupelles proviennent de tombes plus ou moins bien datées par leur contenu. Les plus anciennes ont été situées par leurs inventeurs dans la seconde moitié, voire le dernier quart du ve siècle (Haillot, Tournai). La coupe de Viesville est datée de la fin du ve et du début du vie siècle sans plus de précision. Enfin, la sépulture 177 de Verlaine n’est pas antérieure au deuxième quart du vie siècle. Globalement donc, les contextes au sein desquels les coupes à décor chrétien ont été trouvées couvrent la seconde moitié du ve siècle et la première moitié du vie siècle.

175Plusieurs sites du bassin de la Meuse moyenne ont livré plus d’une coupe. Parmi eux, trois nécropoles dont le plan est connu ont livré deux coupelles : Haillot (tombes 7 et 14), Verlaine (tombes 177 et 201) et Torgny (tombes 416 et 418). Dans les trois cas, les tombes sont proches géographiquement sur le site et sont probablement contemporaines, ce qui tend à prouver une assez courte période d’utilisation de ces coupes. Si on admet que ces vases, finalement assez peu nombreux et diversifiés, n’ont pu être produits durant un laps de temps très long, il paraît raisonnable de centrer leur production et leur circulation sur le dernier quart du ve et la première moitié, voire le premier quart du vie siècle.

3. Technique de fabrication

3.1. Les coupes issues de mêmes moules

176L’étude comparative des décors en macroscopie permet d’affirmer avec plus ou moins de certitude que certaines coupes proviennent des mêmes moules. Dans plusieurs cas, des détails et défauts se répétant sur les coupes assurent leur appartenance à un même ensemble :

  • Moule de Verlaine (panneaux quadrillés, oiseaux et végétaux) : coupes 1 de Verlaine et 2 de Pry.
  • Moule de Haillot : coupes 3 et 4, toutes deux de Haillot.
  • Moule à rosace : coupes 6 d’Ampsin et 7 d’Éprave.
  • Moule à arcades : coupes 10 à 14, respectivement découvertes à Pry, Viesville, Seraing, Fallais et Verlaine.
  • Moule à globules : coupes 17 d’Éprave/Han-sur-Lesse et 18 de Pry.
  • Moule de Torgny : coupes 20 et 21 découvertes à Torgny.

177Des objets fabriqués avec le même moule proviennent vraisemblablement du même atelier et ont éventuellement été réalisés par le même artisan (fig. 9). Il est cependant possible que les moules aient voyagé, peut-être avec leur propriétaire, et que les coupes aient été produites à des endroits différents. Quoi qu’il en soit, ces objets fournissent une opportunité exceptionnelle d’aborder les productions verrières du début du haut Moyen Âge, leur organisation et la diffusion de leurs produits.

Fig. 9 Carte de répartition des coupes issues du même moule.

Fig. 9 Carte de répartition des coupes issues du même moule.

3.2. Matériaux

178La composition élémentaire de vingt-trois coupes a été déterminée grâce aux méthodes PIXE et PIGE. Sur chaque objet, plusieurs points (entre 2 et 4) de la matrice vitreuse incolore ont été analysés et une moyenne a été calculée. Les fils de verre blanc ornant les coupes ont également fait l’objet de mesures. Tous les résultats sont exprimés en pourcentages d’oxydes.

3.2.1. Le verre à l’époque mérovingienne

  • 59 Freestone et al. 2000 et 2002 ; Freestone 2003 ; Foy et al. 2001 ; Foy et al. 2000 et 2003.
  • 60 Baumann 2000 ; Wedepohl et al. 2003.
  • 61 Foy et al. 2003, p. 41-85.

179Les études archéométriques réalisées sur les verres du Haut-Empire et de l’époque mérovingienne montrent que ceux-ci sont des verres dits « sodiques » ou « au natron ». La provenance de la matière première utilisée pour fabriquer le verre à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge suscite une polémique. D’une part, plusieurs spécialistes avancent qu’un nombre réduit de grands ateliers primaires produisaient le verre en mélangeant natron et sable, sans doute dans la partie orientale de la Méditerranée. La matière brute était ensuite exportée dans toute l’Europe, vers de plus petits ateliers où les objets étaient mis en forme59. D’autre part, s’appuyant sur la découverte des fours de Hambach associés à des dépôts de sables locaux, certains auteurs soutiennent que le natron était exporté et que le verre était produit et mis en forme localement60. Cependant, le cas de Hambach reste exceptionnel. Dans tout le reste de l’Europe, seuls des ateliers secondaires ont été mis au jour. Ceux-ci semblaient donc bien dépendants de matériaux importés ainsi que du recyclage de verre déjà existant. Les importations ont dû décroître au cours des siècles61 mais la part respective des importations et du groisil utilisé par les artisans reste impossible à estimer.

3.2.2. Matière première

  • 62 Shortland et al. 2006, p. 521.

180Les coupelles à chrisme peuvent être rattachées à la tradition verrière romaine. Elles présentent une composition classique des verres sodiques au natron (fig. 10). Le taux du sodium (entre 12 et 20 %) est de loin supérieur à celui du potassium (entre 0,7 et 2,1 %). Les taux de magnésium, moins de 2,5 %, et d’aluminium, entre 2 et 4 %, sont aussi typiques des verres au natron62.

Fig. 10 Compositions chimiques des coupes à décor chrétien exprimées en pourcentages d’oxydes.

Fig. 10 Compositions chimiques des coupes à décor chrétien exprimées en pourcentages d’oxydes.
  • 63 Freestone et al. 2008, p. 30.
  • 64 Foster et al. 2009, p. 189.
  • 65 Freestone et al. 2005 ; Leslie et al. 2006 ; Foy et al. 2003 ; Aerts et al. 2003 ; Silvestri et al. (...)
  • 66 Freestone et al. 2000 ; Foy et al. 2003.
  • 67 Wedepohl et al. 1997.
  • 68 Velde 1990.
  • 69 Liètard 1978.
  • 70 Mitri et al. 2000.
  • 71 Freestone et al. 2008.

181Le natron étant un élément relativement pur, sa provenance exacte ne peut être facilement déterminée. En revanche, il est possible de s’appuyer sur les éléments contenus dans les sables pour déterminer leur origine63. La composition chimique des coupes belges peut donc être comparée avec celles des grands groupes définis par les spécialistes du verre. À la fin de l’époque romaine, deux ensembles principaux sont attestés dans le nord-ouest de l’Europe64. Les verres du groupe « HIMT », caractérisés par une teneur élevée en titane (≥ 0,1 %), fer (≥ 0,7 %) et manganèse (± 1-2 %), ont sans doute été fabriqués au Proche-Orient, voire en Égypte65. Les verres du groupe « Levantine I », qui contiennent moins de sodium (± 15 %) et de fer (± 0,4 %) et plus de calcium (± 9 %) et d’aluminium (± 3 %), auraient été produits sur la côte syro-palestinienne66. Il est également intéressant d’établir des comparaisons avec les études faites sur des verres occidentaux du ve au viie siècle, notamment celles des verres du cimetière de Krefeld-Kellep67, de Vicq68 et de nécropoles du Namurois69 ou encore l’analyse des verres de la Crypta Babli70 et celle des verres anglo-saxons conservés au British Museum71.

  • 72 Foy et al. 2003.
  • 73 Wedepohl et al. 1997 ; Velde 1990 ; Liètard 1978 ; Mitri et al. 2000 ; Freestone et al. 2008.
  • 74 Foster et al. 2009, p. 194.
  • 75 Wedepohl et al. 1997 ; Velde 1990 ; Liètard 1978 ; Mitri et al. 2000 ; Freestone et al. 2008.
  • 76 Freestone et al. 2008, p. 36.

182La composition des coupes belges ne correspond à aucun des deux grands groupes de verres antiques, HIMT et Levantine I auquel se rattache le groupe 3 de Danièle Foy et al. comprenant des fragments de coupes à décor chrétien du sud de la France72. Les vases belges sont en revanche semblables à ceux du début du Moyen Âge73 (fig. 11). Tous sont proches du groupe HIMT, ensemble le plus courant à la fin de l’Antiquité, sans toutefois lui correspondre parfaitement. Cette position intermédiaire a déjà été observée en Angleterre avec des verres plus anciens dits « blue-green » qui, selon les auteurs, pourraient résulter d’un mélange de verres de type HIMT et Levantine I74. Si cette hypothèse est plausible, Ian Freestone n’exclut toutefois pas la possibilité d’une autre source d’approvisionnement. Les verres anglo-saxons datant de 400-550 et ceux de la même époque découverts sur le continent75 pourraient être fabriqués à partir d’un verre produit dans les régions orientales de la Méditerranée, comme le verre HIMT, et exporté dans une aire géographique vaste76.

Fig. 11 Concentrations d’aluminium et de fer pour les coupes à décor chrétien et les verres de la même époque.

Fig. 11 Concentrations d’aluminium et de fer pour les coupes à décor chrétien et les verres de la même époque.

Références : Levantine I : Freestone et al. 2000 ; Foy et al. 2003 ; Foster et al. 2009 ; HIMT : Freestone et al. 2005 ; Leslie et al. 2006 ; Foy et al. 2003 ; Aerts et al. 2003 ; Silvestri et al. 2005 ; Foster et al. 2009 ; Anglo-Saxon (400-550) : Freestone et al., 2008 ; Foy-groupe 3 : Foy et al. 2003 ; Vicq : Velde 1990 ; Krefeld-Gellep : Wedepohl et al. 1997 ; Namurois : Liètard 1978 ; Crypta balbi : Mitri et al. 2000

  • 77 Freestone et al. 2002.
  • 78 Foy et al. 2003.
  • 79 Foster et al. 2009, p. 192.
  • 80 Foster et al. 2009, p. 192.

183Une troisième explication à cette composition pourrait se trouver dans les réutilisations successives du verre romain. Toutefois les proportions de certains oxydes ne plaident pas en faveur de cette hypothèse. En effet la présence d’éléments liés à la coloration et à la décoloration du verre, tels l’antimoine, le plomb et le cuivre, pourrait être révélatrice du recyclage de celui-ci. Lors de la refonte du verre, les artisans ne pouvaient pas trier tous les fragments selon leur couleur. Le verre coloré apportait dès lors au mélange des éléments chimiques liés à la coloration77. Afin d’y remédier, des éléments décolorants étaient ajoutés. Théoriquement, plus le verre est recyclé, plus le pourcentage de ces éléments augmente. Calculée d’après les travaux de Danièle Foy et al.78, dans le verre HIMT « brut », la concentration du cuivre ne devrait pas dépasser 0,01 %, celle de l’antimoine 0,1 % et celle du plomb 0,1 %79. Dans le cas des coupes à chrisme, bien que le ratio de cuivre soit assez élevé par rapport au taux donné ci-dessus, la majorité des objets contiennent une quantité de plomb et d’antimoine inférieure à 0,1 % (fig. 12). Seuls quelques objets semblent fabriqués avec du verre recyclé. Toutefois, l’identification des facteurs révélant un recyclage du verre reste incertaine80, particulièrement dans le cas des verres sodiques tardifs pour lesquels les données sont encore insuffisantes.

Fig. 12 Concentrations en oxydes de plomb, cuivre et antimoine pour les coupes à décor chrétien.

Fig. 12 Concentrations en oxydes de plomb, cuivre et antimoine pour les coupes à décor chrétien.

3.2.3. Coloration et décoloration

  • 81 Jackson 2005, p. 764.
  • 82 Brill 1988, p. 258-294.
  • 83 Jackson 2005, p. 764.
  • 84 Ibid., p. 768.
  • 85 Ibid., p. 765.

184Pour obtenir du verre incolore, en plus de résorber les effets d’éléments colorants comme le cuivre, il faut également compenser la présence du fer. Ce dernier est introduit dans le verre avec le sable81 et peut lui donner un aspect vert-bleu lorsqu’il est cuit en atmosphère réductrice, ou jaunâtre quand il est cuit en atmosphère oxydante82. Le manganèse et l’antimoine peuvent être utilisés comme agents décolorants pour oxyder le fer83. Les coupes belges présentent une corrélation positive entre le taux de fer et celui de manganèse (fig. 13). Ce dernier est présent dans des quantités importantes (en moyenne 1,3 %)84 et a été ajouté intentionnellement pour pallier les propriétés colorantes du fer. Le manganèse a donc été préféré à l’antimoine (en deçà de 0,2 % dans les coupes à chrisme)85 comme élément décolorant.

Fig. 13 Concentrations en oxydes de fer et manganèse pour les coupes à décor chrétien.

Fig. 13 Concentrations en oxydes de fer et manganèse pour les coupes à décor chrétien.
  • 86 Heck et al. 2000, p. 349.
  • 87 Ibid., p. 349.
  • 88 Cession-Louppe et al. 2007, p. 275.

185La plupart des coupes sont ornées de filets blancs opaques enroulés à plusieurs reprises sous le rebord. Comme le montre la figure 14, le verre blanc opaque utilisé pour la décoration des coupes à chrisme est obtenu en mélangeant aux matériaux vitrifiables une plus grande quantité de plomb et d’étain. Cette recette a déjà été observée pour des perles mérovingiennes où l’étain joue le rôle d’opacifiant et de colorant blanc86. Le plomb permet aussi d’abaisser la température de fusion du verre et d’augmenter le temps durant lequel il est malléable87. Des recherches en laboratoire ont démontré l’utilisation d’étain sous forme de cassitérite (oxyde d’étain) afin d’opacifier la matière. Pour l’opacification des verres du ve siècle, la présence d’antimoine sous forme de stibine (sulfure d’antimoine) est attestée88.

Fig. 14 Concentrations en oxydes de plomb et d’étain pour les coupes à décor chrétien et leurs décors de verre blanc opaque.

Fig. 14 Concentrations en oxydes de plomb et d’étain pour les coupes à décor chrétien et leurs décors de verre blanc opaque.
  • 89 Jackson 2005.
  • 90 Turner et al. 1959, p. 17-28.

186L’antimoine, fréquemment utilisé par les artisans romains comme élément décolorant89 et comme opacifiant90, ne semble donc plus en vogue à l’époque mérovingienne, du moins sur le territoire de l’actuelle Belgique. Les verriers lui préfèrent le manganèse pour obtenir du verre incolore et ils fabriquent leur verre blanc à partir d’étain et de plomb.

3.2.4. Comparaisons de la composition des coupes à décor chrétien

  • 91 Freestone et al. 2002, p. 264.

187En comparant les compositions élémentaires des coupes à chrisme belges (fig. 15), deux groupes apparaissent. Le premier comprend les coupes d’Ampsin, Tournai, Vieuxville, Samson (2037) et Éprave (1647), le second rassemble les autres objets à l’exception des coupes de Fallais et du fragment de Huy, dont le mauvais état de conservation a affecté la composition chimique. Les objets du premier groupe contiennent sensiblement moins de manganèse, de fer, de strontium et de calcium. Il a déjà été démontré pourquoi le fer et le manganèse étaient positivement corrélés. Le strontium a généralement le même comportement que le calcium, provenant aussi des sables91. Quatre de ces cinq coupes présentent également un taux de plomb, de cuivre et d’antimoine supérieur à la moyenne, peut-être dû à la proportion de verre recyclé.

Fig. 15 Analyse en composants principaux pour les compositions chimiques des coupes à décor chrétien.

Fig. 15 Analyse en composants principaux pour les compositions chimiques des coupes à décor chrétien.
  • 92 Par exemple les verres produits à Huy et à Maastricht – analyses IRPA et CEA-ULg non publiées.

188Il apparaît que les coupes issues d’un même moule sont chimiquement très proches (fig. 15). Cette ressemblance est particulièrement marquée pour les récipients ornés de croix et d’arcades. En tenant compte d’une certaine disparité chimique pour des objets issus d’un même atelier secondaire92, nous pouvons supposer que ces coupes ont été fabriquées avec la même matière première, sans doute dans le même atelier. Or, ces récipients ont été découverts dans des cimetières assez éloignés, répartis sur le sillon Sambre et Meuse en Belgique. Ils constituent donc un témoin majeur des réseaux d’échange existant à l’époque mérovingienne dans cette région.

189Au sein d’un même site, des ressemblances chimiques peuvent aussi être observées (fig. 9). À Torgny et Haillot, les coupes issues d’un même moule ont des compositions très proches. De plus, elles proviennent de tombes voisines et contemporaines. Ceci renforce donc l’idée d’une réalisation des verres dans un laps de temps limité au sein d’un même atelier.

190La composition élémentaire des deux coupes issues du moule « à rosace » est différente (fig. 15). La coupe d’Ampsin présente une quantité supérieure de cuivre, de plomb et d’antimoine (fig. 10), ce qui pourrait révéler l’utilisation de verre recyclé en plus grande quantité. Il est cependant impossible de déterminer si ce facteur à une signification chronologique car le contexte de découverte de la coupe d’Éprave (548) n’est pas connu. Particulièrement sur un laps de temps si court, il serait hasardeux d’affirmer que plus un verre est récent, plus il est composé de matière recyclée.

3.3. Mises en forme

  • 93 Cabart et Feyeux 1995, p. 28, fig. 12.

191Les coupes ont été mises en forme par soufflage puis elles ont été soufflées dans un moule ouvert afin d’imprimer les motifs sur le fond. Elles ont ensuite été accrochées à un pontil dont plusieurs coupelles gardent la trace (fig. 16) afin de réaliser l’ouverture et la lèvre. Les filets de verre opaque blanc étaient placés sous l’ouverture du récipient repris au pontil avant le façonnage du rebord et de la lèvre93.

Fig. 16 Marque de pontil sur la coupe de Haillot (hauteur : 44 mm ; diamètre d’ouverture : 110 mm).

Fig. 16 Marque de pontil sur la coupe de Haillot (hauteur : 44 mm ; diamètre d’ouverture : 110 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie)

192La coupelle mise au jour à Viesville se distingue des autres par la présence de nombreuses inclusions sombres (fig. 17). Les observations à la loupe binoculaire, confirmées par l’analyse physico-chimique des inclusions superficielles, indiquent qu’il s’agit de petits fragments de verre (fig. 10). Ceux-ci pourraient provenir de groisil mal fondu lors de la fabrication du verre, mais la matière étant chauffée à haute température, il est peu probable que de tels éléments aient subsisté. Il est sans doute plus probable que ces éléments se soient détachés du creuset qui contenait le verre en fusion ou peut-être du moule lors de l’impression du décor.

Fig. 17 Détail de la coupe de Viesville (hauteur : 41 mm ; diamètre d’ouverture : 121 mm).

Fig. 17 Détail de la coupe de Viesville (hauteur : 41 mm ; diamètre d’ouverture : 121 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie) et A. Cervera (CEA – Université de Liège)

  • 94 Ostos Salcedo et Ramos 1983, p. 70. À lire sous l’éclairage d’ouvrages sur l’histoire de la liturgi (...)
  • 95 Leman 2003, p. 54, note 13.
  • 96 Rebourg 1990, p. 25-26.

193Le seul moule de coupe à chrisme connu à ce jour pourrait être un argument en la faveur de cette hypothèse. Conservé au Musée Rolin d’Autun (n° inv. B2372) (fig. 18), l’objet a été découvert au hameau de Couhard près d’Autun et cédé à la Société éduenne en 1894 par l’abbé Lacatte, via Jacques-Gabriel Bulliot. Il s’agit d’un moule en calcaire beige, de forme tronconique (H. 90 mm, Ø max. 143 mm, Ø matrice 83 mm), aux parois externes grossièrement taillées. Son décor est composé d’un chrisme central XP flanqué d’un alpha et d’un oméga. Trois cupules sont aussi visibles entre les branches du chrisme. Trois cercles concentriques forment deux bandes décoratives, la première étant composée d’une ligne sinueuse évoquant peut-être un motif végétal, la seconde porte l’inscription latine : CALICEM SALUTARIS ACCIPIAM. L’inscription commence par une croix grecque. Cet extrait du Psaume 115 (verset 13) est souvent présent dans les sacramentaires médiévaux94. Il se retrouve aussi sur la célèbre gourde dite de Concevreux datée des ve-vie siècles95. Ce moule publié à maintes reprises est habituellement daté de la même période96.

Fig. 18 Moule d’Autun.

Fig. 18 Moule d’Autun.

D’après Feyeux Y., 1995, « Le verre mérovingien du quart nord-est de la France » (Thèse de doctorat), II, Université de Strasbourg, fig. 18a.

  • 97 Cabart et Feyeux 1995, p. 24-36 ; Feyeux 1995, p. 282, fig. 41.

194Le moule, dont aucune production n’est connue, présente des analogies avec plusieurs coupes belges et anglaises. Iconographiquement, le motif sinueux « végétal » et le chrisme se retrouvent sur les coupes de Tournai et Dartford. Ils sont présents, mais avec une certaine volonté d’abstraction, sur les coupes d’Éprave, Pry et Thon. Des inscriptions disposées en bandeaux sont visibles sur les coupes britanniques de Dartford et Westbere. D’un point de vue technique et statistique, la dimension du chrisme et le diamètre du bandeau dédié à l’inscription correspondent aux mesures effectuées sur les coupelles, en tenant compte de la déformation des récipients lors de certaines phases de fabrication comme l’empontillage ou le façonnage du bord et de la lèvre97.

195Lors d’un examen du moule effectué en 1998, nous avons remarqué de minuscules « résidus » noirâtres et brillants (vitreux ?) au creux de certaines lettres et au fond de la cupule située près de la boucle du P. Une explication possible est apparue lors de la découverte de la coupe de Viesville. En effet, les inclusions de matière vitreuse identifiées sur cette coupe ont un aspect assez semblable aux « résidus » du moule. Il pourrait donc s’agir du même type de matière qui s’est accumulée sur le moule d’Autun au fil de son utilisation.

4. Les décors et leur signification

4.1. Les filets de verre blanc

  • 98 Feyeux 2003.

196La plupart des coupes étudiées sont ornées de filets de verre blanc sous le bord, souvent très resserrés voire confondus, faisant plusieurs fois (3 à 10) le tour du vase (fig. 19). Seules quatre coupes n’ont pas de filet : Éprave/Han-sur-Lesse (A1647), Pry (A1663), Thon-Samson (A2037) et Fallais. Les filets de verre sont fréquents au début de l’époque mérovingienne, généralement disposés sous forme de guirlandes ondées ou de spirales. Courante au ve siècle, cette technique de décoration disparaîtra au vie siècle pour laisser place aux fils de verre utilisant la même matière première que celle du récipient98.

Fig. 19 Décor de fils de verre blanc opaque sur la coupe d’Éprave (548) (hauteur : 43 mm ; diamètre d’ouverture : 108 mm).

Fig. 19 Décor de fils de verre blanc opaque sur la coupe d’Éprave (548) (hauteur : 43 mm ; diamètre d’ouverture : 108 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie)

4.2. Les motifs moulés

197L’interprétation des décors moulés, si elle ne pose pas de problème pour le chrisme, l’alpha et l’oméga, est plus complexe pour les autres motifs : croix, oiseaux, motifs végétaux, etc., tous ces ornements se retrouvent dans l’Antiquité et dans plusieurs religions comme par exemple le mithraïsme. L’association de ces motifs avec le chrisme, le contexte religieux de l’époque et les nombreux parallèles existant dans l’art paléochrétien incitent à leur donner un sens chrétien.

198Le chrisme, monogramme chrétien symbolisant le Christ, est formé de deux lettres grecques superposées (fig. 20). Deux variantes existent : la première est obtenue par superposition des lettres X (chi) et P (rhô), les deux premières lettres du nom du Christ (Christos). C’est le monogramme dit « constantinien ». La seconde est formée par la superposition des lettres I (iota) et X (chi), que l’on peut interpréter comme les initiales du mot Ichtus, « poisson ». Cette version pourrait aussi être une forme stylisée de la variante précédente avec disparition de la boucle du « rhô ».

Fig. 20 Chrisme de la coupe de Verlaine (201) (hauteur : 49 mm ; diamètre d’ouverture : 115 mm).

Fig. 20 Chrisme de la coupe de Verlaine (201) (hauteur : 49 mm ; diamètre d’ouverture : 115 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie)

199Les croix se présentent sous différentes formes : grecque (les coupes du groupe 3, le fond de coupe de Huy « Batta »), latine (Tournai, Samson), à huit branches (Ampsin et Éprave « Devant-le-Mont »), cette dernière pouvant être interprétée comme la superposition d’une croix grecque et d’une croix de Saint-André. Il pourrait aussi s’agir d’une stylisation du chrisme. Ce thème a pu aussi être librement interprété par l’artiste en un motif floral.

  • 99 Traduction : Nouveau Testament. Traduction œcuménique de la Bible, Paris, 1989.

200L’alpha et l’oméga sont présents sur plusieurs coupes (groupes 1 et 5) (fig. 21). La première et la dernière lettre de l’alphabet grec font référence au texte de l’Apocalypse : « Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, Celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant » (Ap. 1, 8), « C’en est fait ! Je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. À celui qui a soif, je donnerai de la source d’eau vive, gratuitement » (Ap. 21, 6) ou « Je suis l’alpha et l’oméga, le Premier et le Dernier, le commencement et la fin… » (Ap. 22, 13)99. Elles caractérisent la divinité de Jésus, début et fin de toutes choses, maître de l’univers.

Fig. 21 L’alpha et l’oméga de la coupe de Tournais (hauteur : 45 mm ; diamètre d’ouverture : 112 mm).

Fig. 21 L’alpha et l’oméga de la coupe de Tournais (hauteur : 45 mm ; diamètre d’ouverture : 112 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie)

201La couronne de chevrons a souvent été interprétée comme une couronne laurée, thème très fréquent autour des chrismes dans l’art paléochrétien (fig. 22).

Fig. 22 Couronne de chevrons sur la coupe d’Amspin (hauteur : 44 mm ; diamètre d’ouverture : 114 mm).

Fig. 22 Couronne de chevrons sur la coupe d’Amspin (hauteur : 44 mm ; diamètre d’ouverture : 114 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie)

202Les panneaux quadrillés, obliques ou droits sont parfois interprétés comme des motifs de vannerie. Ils pourraient être aussi de simples motifs décoratifs (fig. 23).

Fig. 23 Panneaux quadrillés de la coupe de Verlaine T201 (hauteur : 49 mm ; diamètre d’ouverture : 115 mm).

Fig. 23 Panneaux quadrillés de la coupe de Verlaine T201 (hauteur : 49 mm ; diamètre d’ouverture : 115 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie)

203Les oiseaux, identifiés à des colombes, paons ou autres sont présents sur les coupes de Torgny, Ampsin, Éprave « Devant-le-Mont », Samson (coupe A1363) et Vieuxville (fig. 24). La colombe accompagnée de raisin, d’une branche de palme ou buvant symbolise le chrétien dans la vie éternelle rassasié des dons de Dieu. Cet oiseau peut aussi symboliser le Saint-Esprit ou l’Église.

Fig. 24 Oiseaux de la coupe d’Ampsin (hauteur : 44 mm ; diamètre d’ouverture : 114 mm).

Fig. 24 Oiseaux de la coupe d’Ampsin (hauteur : 44 mm ; diamètre d’ouverture : 114 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie)

204Les motifs végétaux sont souvent difficiles à identifier (fig. 25) : arbres, palmes, palmiers, feuilles… Ils peuvent être tant symboliques (« arbre de vie ») qu’ornementaux. La palme est dans l’Antiquité symbole de victoire. Cette symbolique a été reprise par les chrétiens.

Fig. 25 Motifs végétaux et quadrillés de la coupe de Thon/Samson (1363) (hauteur : 50 mm ; diamètre d’ouverture : 120 mm).

Fig. 25 Motifs végétaux et quadrillés de la coupe de Thon/Samson (1363) (hauteur : 50 mm ; diamètre d’ouverture : 120 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie)

  • 100 Dasnoy 1956, p. 366.

205Les objets quadrillés de la coupe de Thon/Samson A 1363 ont été interprétés par A. Dasnoy comme des paniers, symbole chrétien du repas en commun ou eucharistique100. Nous pourrions aussi y voir des puits (fig. 25).

206Le trait ondulé situé entre deux oiseaux sur les coupes de Torgny pose problème. Il pourrait s’agir d’une symbolisation de l’eau, d’un bandeau, voire d’une branche stylisée.

  • 101 Ibid., p. 366.

207Les quadrupèdes de la coupe de Namur présentent une stylisation poussée (fig. 26). André Dasnoy et Claude Boulanger suggèrent d’y voir des griffons à cause de la présence d’un appendice sur le dos101. Actuellement, ces motifs ne semblent pas pouvoir être interprétés.

Fig. 26 Coupe de Namur (hauteur : 45 mm ; diamètre d’ouverture : 125 mm).

Fig. 26 Coupe de Namur (hauteur : 45 mm ; diamètre d’ouverture : 125 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie)

208Cintrées ou en mitre, les arcades ornant les coupes du groupe 3 sont des motifs fréquents dans l’iconographie paléochrétienne (fig. 27). Ils sont essentiellement décoratifs et ne semblent pas avoir de symbolique particulière.

Fig. 27 Arcades ornant la coupe de Viesville (hauteur : 41 mm ; diamètre d’ouverture : 121 mm).

Fig. 27 Arcades ornant la coupe de Viesville (hauteur : 41 mm ; diamètre d’ouverture : 121 mm).

Photographie L. Bathy (spw-archéologie)

4.3. Comparaisons

  • 102 Pour ne pas alourdir le texte nous ne citerons que les ouvrages de synthèse rassemblant la littérat (...)
  • 103 Nous n’évoquerons pas les cruches moulées à décor chrétien, une production syrienne, des vie et vii(...)

209Pour la cohérence de la recherche, nous avons privilégié les objets découverts dans la zone de répartition des coupes moulées chrétiennes soit, au sens large, un territoire situé entre Seine et Rhin102. Chronologiquement, nous nous limiterons aux objets chrétiens du ive à la première moitié du vie siècle103.

  • 104 Arveiller-Dulong et al. 1996, p. 100, n° 138.

210Au niveau de la technique utilisée, les décors étudiés ici ne figurent que sur des coupelles, à l’exception d’une bouteille en verre soufflée au moule, conservée au musée de Beauvais (sans origine)104. Aucune autre forme de récipient en verre ne porte à notre connaissance ce type d’ornement dans le nord-ouest de l’Europe. Le récipient de Beauvais possède des motifs similaires à ceux des coupes : chrisme central flanqué de globules entouré d’une bande de rectangles, puis quatre panneaux de quadrillages obliques entre lesquels s’intercalent des motifs géométriques (décor qui la rattache au groupe 2).

211Au niveau du répertoire iconographique, les motifs présents sur les coupes en verre appartiennent à ce qu’il conviendrait d’appeler l’iconographie paléochrétienne « classique » : chrisme, croix, oiseau, palme… mais dans une phase de développement où ceux-ci commencent à être plus librement interprétés par les artisans. Ces diverses représentations religieuses se rencontrent également sur d’autres supports : céramique, pierres tombales, menus objets, etc.

  • 105 Bayard 1990 ; Dijkman 1992.
  • 106 Breuer et Roosens 1956, p. 200-201 et 220-221.
  • 107 Dasnoy 1997, p. 64, fig. 9.
  • 108 Id. 1968, p. 68-70, fig. 2, 6.
  • 109 Wautelet 1977, p. 36-40.
  • 110 Breuer et Roosens 1956, p. 246.
  • 111 Ibid., p. 246.
  • 112 Willems 2004, p. 46-47.
  • 113 Dasnoy 1956, p. 364-365, p. 373 et pl. 28 (n° 19) ; Id. 1988, p. 25-26.
  • 114 Willems 1971, p. 15-17, pl. IV, VI, VIII et IX.
  • 115 Destexhe 2000, p. 102.

212Parmi les objets fabriqués de manière quasi industrielle et présentant un décor proche de celui des coupes en verre figure la céramique sigillée tardive105. Apparue dans la première moitié du ve siècle mais encore fabriquée à la fin du ve et au début du vie siècle, la sigillée tardive décorée à la molette offre des motifs chrétiens très semblables (panneaux quadrillés, oiseaux, croix, globules ou motifs circulaires entre les bras de la croix…) et présente une organisation en casiers comparable à celle des coupes des groupes 1 et 2. Il est d’ailleurs intéressant de noter que pour ces céramiques tout comme pour les coupes en verre, la Meuse moyenne constitue une zone de grande concentration. De nombreux sites ont d’ailleurs livré les deux types de récipients : Haillot106 (tombes 3 et 12), Éprave/Han-sur-Lesse (tombe 282)107, Éprave « Devant-le-Mont »108, Pry (tombes 47, 59 et 234)109, Thon-Samson110, Fallais111, Ampsin (tombe 6)112, Namur113, Huy-Batta114 et Verlaine115. Lorsque le contexte est connu, les verres et céramiques « à décor chrétien » ne sont pas associés dans les mêmes sépultures.

  • 116 Legoux 1992.

213Le même type de motif se retrouve sur des céramiques biconiques mérovingiennes de couleur noire. Les arcades, croix et motifs animaliers, en particulier des quadrupèdes, ornent encore des récipients du Vexin et du Bassin parisien du milieu à la fin du vie siècle116. Ces motifs décoratifs très stylisés ont sans doute été inspirés par l’ornementation des céramiques sigillées et/ou des verres plus anciens.

  • 117 À propos du chrisme voir Lambot 2009.
  • 118 De Boe 1983, p. 69-73 ; Creemers 2003, p. 58.
  • 119 Duval et al. 1998, p. 338.
  • 120 Prins 2000, p. 309-328 ; Ristow 2007, p. 356, pl. 80a.
  • 121 Ristow 2007, p. 378, pl. 36a.
  • 122 Weber 2003, p. 582, fig. 44.
  • 123 Dijkman 1992, p. 158.

214Le chrisme est un motif qui se retrouve sur de nombreux objets du monde chrétien à partir du ive siècle : sarcophages, stèles, éléments architecturaux, orfèvreries, mosaïques, récipients en verre et en céramique117. Il peut être ou non accompagné de l’alpha et l’oméga. Il est présent sous sa forme « classique » durant l’Antiquité tardive, par exemple sur le disque de Neerharen-Rekem (fin ive ou début ve siècle ; province Limburg, Belgique)118, sur la stèle de Concordia à Amiens119 ou sur le casque de Kessel-Hout près de Maastricht (fin ive siècle ; province Limburg, Pays-Bas)120. Le chrisme est aussi présent sur certaines monnaies du Bas-Empire. Il perdure à l’époque mérovingienne, avec alpha et oméga, sur la pierre tombale de Concordia à Cologne (ve-vie siècles ; Nordrhein-Westfalen, Allemagne)121 ou sur une pierre tombale découverte à Saint-Paulin de Trèves122. Des stèles funéraires des ve-vie siècles portant des inscriptions chrétiennes, le chrisme et la colombe ont également été découverts dans l’église Saint-Servais de Maastricht123.

  • 124 Ristow 2007, p. 333-334, pl. 45c-46.
  • 125 Ibid., p. 367-368, pl. 53c.
  • 126 Ristow 2007, p. 338, pl. 40.
  • 127 Ristow 2007, p. 193-203, pl. 62a.

215La seconde variante du chrisme est fréquente durant l’Antiquité tardive et l’époque mérovingienne. Parfois, le motif est interprété comme une étoile. On le rencontre sur certains verres gravés chrétiens124 du ive siècle ou sur la pierre tombale de Sarmanna à Kobern-Gondorf125 (fin ive-début ve siècle ; Rheinland-Pfalz, Allemagne). Il figure encore avec alpha et oméga sur la pierre tombale de Rignedrudis à la décoration encore étonnamment classique pour les ve-viiesiècles (Brühl126, Nordrhein-Westfalen, Allemagne). Parfois, chrismes et « étoiles » sont associés comme sur les graffiti chrétiens découverts sur le site de Notre-Dame de Trêves127.

  • 128 Engemann et Rüger 1991, p. 79-81, fig. 45 et 130-133, fig. 78.
  • 129 Engemann et Rüger, 1991, p. 134-137, fig. 80-83 ; Trier 1984, p. 221-224.

216La croix, déclinée sous ses diverses formes (latine, grecque, de Saint-André ou à huit branches), fait partie de l’iconographie chrétienne entre Seine et Rhin depuis le ive siècle. Le motif est présent sur la sigillée tardive sous forme de croix monogrammatique, croix grecque ou de Saint-André. La croix monogrammatique, parfois accompagnée de l’alpha et de l’oméga, est visible sur les pierres tombales des ve et vie siècles de Germanie (épitaphe de Lepidus à Kobern-Gondorf ou celle de Batimodus de Xanten128) ou de Belgique (série de pierres tombales sur lesquelles la croix est parfois accompagnée d’une colombe et/ou d’arcades et découvertes dans la région trévire129). La croix tend aussi à remplacer le chrisme dans l’ornementation des objets chrétiens mérovingiens.

  • 130 Engemann et Rüger 1991, p. 79-81.
  • 131 Trier 1984, p. 87-89, fig. 52.
  • 132 Engemann et Rüger, 1991, p. 134-137.
  • 133 Dijkman 1992, p. 136-137, fig. 4-5.

217D’autres motifs sont présents dans l’art paléochrétien rhéno-mosellan des ve et vie siècles : oiseau avec croix sur l’épitaphe de Lepidus, oiseau et chrisme sur la pierre tombale de Mauricius de Gondorf130, oiseau avec chrisme entouré de chevrons (couronne de laurier) sur la stèle de Desiderius de Kobern131, oiseau sous arcades sur une série de stèles trévires132. Notons que le motif de l’oiseau subit toujours une certaine forme de stylisation de la part de l’artiste, à l’instar des oiseaux figurant sur les coupes en verre moulé et sur la sigillée tardive133.

  • 134 Trier 1984, p. 221-222.
  • 135 Ces deux épitaphes viennent de Saint-Maximin de Trêves. Ibid., p. 225-227, fig. 110-111.

218Le motif ondulé des coupes de Torgny pose problème. S’agit-il d’une branche stylisée que l’on pourrait mettre en parallèle avec celle ornant la stèle de Marinus découverte à Saint-Matthias de Trêves134 ? Est-ce de l’eau comme sur la pierre tombale de Probatius, ou simplement le rappel du ruban tenant la couronne de laurier comme sur l’épitaphe d’Amantia135 ? Il nous semble impossible de trancher.

  • 136 Trier 1984, p. 209-210.

219Les objets quadrillés de la coupe de Thon/Samson A1363 peuvent être soit une variante des panneaux quadrillés, soit la représentation d’un objet précis comme un panier ou un puits. Le sarcophage dit de Noé découvert à Saint-Matthias de Trêves et daté des années 300-310 présente des paniers de ce type136.

  • 137 Février 1991, p. 270-287.
  • 138 Ibid., p. 281 et 285.

220Nous considérons les arcades des coupes du groupe 3, les panneaux quadrillés des groupes 1 et 2 et les rinceaux comme des motifs décoratifs utilisés pour rythmer les scènes. Les arcades structurent la composition de certains sarcophages paléochrétiens du sud de la France comme celui d’Hydria Tertulla et Axia Aeliana provenant de Saint-Honorat d’Arles (arcades alternées, cintrées et en mitre, vers 340), le sarcophage dit des Dioscures des Alycamps (première moitié du ive siècle), le sarcophage de Geminus d’Arles (fin ive ou début du ve siècle) ou le sarcophage dit du Christ et des deux apôtres provenant de Castelnau-de-Guers (Hérault ; vie siècle ?)137. Parmi ces sarcophages méridionaux, au moins un exemplaire a été exporté vers le nord de la Gaule : le sarcophage de Saint-Drausin de Soissons. S’il est vrai que le panneau antérieur et le petit côté droit, ornés d’un chrisme entouré de pampres, évoquent le décor de la coupe de Tournai ou celle de Darenth en Angleterre (la forme des grappes n’est pas sans rappeler les « pampres » de la coupe de Thon), la cuve funéraire date de la fin du vie siècle voire du début du viie siècle138. Chronologiquement, une influence de cet objet sur l’art verrier n’est donc pas envisageable. Alors, pourquoi ne pas simplement entrevoir la possibilité d’une influence de l’architecture civile voire religieuse ? La composition ornementale des coupes du groupe 3 peut être rythmée par une série d’arcades comme pouvaient l’être des façades de nombreux bâtiments gallo-romains.

221Les panneaux quadrillés sont peut-être une influence de la sigillée tardive. Sur celle-ci, la plupart des molettes possèdent un ou plusieurs casier(s) avec hachures ou quadrillages horizontales ou obliques.

  • 139 Trier 1984, p. 132-133, fig. 46.

222Les pampres de vigne, quant à elles, font partie des motifs fréquents dans l’art romain, notamment du nord de la Gaule, y compris l’art du verre à motifs chrétiens comme l’atteste un gobelet bleu à décor doré fabriqué vers 325 et découvert à Cologne-Braunfeld139.

4.4. Une « généalogie » des coupes en verre moulé à décor chrétien ?

  • 140 Mägerlein 1991, p. 263-267 ; Fremersdorf 1967, p. 203 et ss.
  • 141 Perse 1991, p. 268-289 ; Follmann-Schulz 1988, excursus II, III, IV ; Fremersdorf 1967 ; Harden 196 (...)

223L’utilisation du verre comme support pour l’iconographie chrétienne remonte au ive siècle dans la région Rhin-Meuse-Moselle. Quelques récipients à décor doré sont ornés de scènes chrétiennes, tirées notamment de l’Ancien Testament. Ils furent découverts principalement en Rhénanie140. Cependant, la diffusion des thématiques chrétiennes trouve un support privilégié dans la technique de gravure sur verre. Ces verres gravés sont classés en groupes ou ateliers identifiables grâce à leurs techniques spécifiques. Leur dénomination se réfère à un objet type, caractéristique du groupe : groupes de « Wint-Hill », de « Rodenkirchen », de « Igelkopf ». Certains auteurs évoquent des subdivisions au sein même de ces groupes en se basant sur divers détails techniques141. Les scènes représentées sur ces verres sont religieuses ou profanes, avec un répertoire sacré tant chrétien que mythologique. Contrairement aux coupes moulées que nous étudions ici, il ne s’agit pas de symboles chrétiens, mais essentiellement de scènes figurées tirées directement des écrits vétéro- ou néotestamentaires, même si quelques exemplaires comportent un chrisme (coupes d’Abbeville, de Vieil-Atre et de Vermand appartenant au groupe de « Wint-Hill »). Les contextes archéologiques connus incitent à situer ces récipients au ive siècle, avec quelques nuances de datation selon les groupes. Ces différents ensembles sont généralement attribués à des ateliers rhénans.

  • 142 Forme définie selon les typologies : Isings 1957 et Goethert-Polaschek 1977.
  • 143 Cette similitude a déjà été mise en évidence précédemment : Trier 1984, n° 142, p. 277-278.
  • 144 Cabart et al. 1994, fig. 31.
  • 145 Werner 1981, n° 309, p. 188.
  • 146 Fremersdorf 1961, p. 65, pl. 131.

224Un fait intéressant survient dans le dernier quart du ive siècle ou plus vraisemblablement au début du ve siècle. Les coupes de forme Isings 116b/Trier 15a142 qui constituent le support principal des gravures du type « Wint-Hill » connaissent un changement dans la technique de décoration. Dorénavant, leur ornementation est aussi obtenue par soufflage dans un moule. Certaines similitudes existent entre motifs gravés et moulés. C’est le cas entre une coupe gravée découverte à Trêves, « Saint-Matthias » et une coupe moulée découverte à Steinfort (Grand-duché de Luxembourg)143. D’autres exemplaires de coupes Isings 116b/Trier 15a moulées sont connus. Elles sont ornées de motifs variés : Dizy (Marne) : décor géométrique de chevrons et étoile144, Hermes (Oise) : décor géométrique et inscription OFIKINA LAVRENTIU145, Cologne-Bornheim : décor de résille et étoile ou chrisme146, Vieuxville (province de Liège) : décor de rosace… Les coupes moulées Isings 116b/Trier 15a sont-elles à l’origine des coupes moulées à décor chrétien de la seconde moitié du ve et du début du vie siècle ?

  • 147 Dasnoy 1956, p. 362, pl. 14.4 ; Feyeux 1995, p. 248, n° 688.
  • 148 Cabart et Feyeux 1995, p. 36, fig. 16.76.
  • 149 Cabart et Feyeux 1995, p. 29.

225La coupe de Dizy et les coupes moulées à décor chrétien, particulièrement celles de Monceau-le-Neuf147 et Mézières148, présentent quelques points communs. Les trois verres sont en forme de calotte sans fond refoulé. Les coupes de la seconde moitié du ve siècle possèdent néanmoins une lèvre arrondie, absente sur la coupe de Dizy. Une couronne de chevrons entoure le motif central : une étoile sur la coupe de Dizy, un chrisme ou une croix sur les coupes à décor chrétien. Les panneaux quadrillés des coupes de la fin ve-début vie siècle rappellent quant à eux les résilles de la coupe de Cologne-Bornheim. Cette continuité entre coupes des ive et ve siècles a déjà été mise en évidence par Jean-Yves Feyeux149.

  • 150 Maul 2002, p. 89-95.
  • 151 Feyeux 1995, p. 247, n° 684 et 685.
  • 152 Feyeux 2003.

226Les coupes en verre moulé à décor chrétien cessent d’être produites au cours de la première moitié du vie siècle. Il ne s’agit cependant pas de la fin des verres moulés mérovingiens à décor chrétien. Au moment où disparaissent les coupes, apparaissent de petits gobelets à bord ourlé ou non (tummler). Ceux-ci laissent à leur tour la place à de hauts gobelets en forme de clochette (glockentummler), eux aussi parfois décorés de motifs à connotation chrétienne (croix sous arcades). Le lien entre l’ornementation des coupes moulées à décor chrétien et le répertoire décoratif des tummler des années 550-700 ou des glockentummler produits entre 650 et 750 a été mis en évidence par Birgit Maul dans son étude sur les verres mérovingiens150. Le motif cruciforme qui orne le gobelet de la tombe 135 de Torgny évoque notamment la croix des coupes d’Abainville et Dieue-sur-Meuse151. Quant au motif de la croix cantonnée de globules que l’on rencontre sur la coupe de Sablonnières152, il orne de nombreux exemplaires de tummler et de glockentummler.

  • 153 On ne peut raisonnablement interpréter l’ornementation de ces gobelets sans garder à l’esprit les r (...)
  • 154 Foy 1993, p. 207-224.

227Pour terminer, il nous semble important de rappeler la prudence nécessaire dans l’interprétation chrétienne de certains motifs qui pourraient n’être que purement décoratifs153, sans pour autant oublier le goût pour la stylisation tellement caractéristique de l’art mérovingien. Quant au lien entre les coupes en verre moulé à décor chrétien du nord et celles du sud de la Gaule154, l’iconographie comprend certaines différences, même si la technique est identique.

Conclusions

228Les vingt-quatre récipients, concentrés dans la vallée moyenne de la Meuse, ont été majoritairement trouvés dans des tombes. Les coupelles à décor chrétien y accompagnaient les défunts féminins comme masculins et ne semblent pas être l’exclusivité de sépultures richement dotées. En dehors des cimetières, un fond de coupe provient d’un site d’habitat à Huy et un ou deux autres tessons, découverts sur des sites de productions verrières dans la même ville, pourraient appartenir à des coupes à décor chrétien. Bien que la présence de ces tessons ne signifie pas que de tels objets étaient produits à Huy, une partie des coupes au moins ont certainement été fabriquées dans la vallée mosane.

229Plusieurs vases identiques proviennent manifestement des mêmes moules et certainement du même atelier. Les analyses archéométriques révélant des compositions chimiques très homogènes plaident en faveur de cette hypothèse. Ces coupes mises au jour dans des cimetières plus ou moins éloignés sont donc le témoin de l’existence d’échanges régionaux et de la diffusion des productions verrières dans le sillon Sambre et Meuse.

230Chronologiquement, quelques contextes indiquent une datation du dernier quart du ve siècle au premier quart ou à la première moitié du vie siècle. Dans trois cimetières ayant livré deux coupelles, les tombes les contenant sont proches et probablement contemporaines. L’idée d’une courte période d’utilisation de ces coupes en Belgique est également renforcée par l’homogénéité des compositions chimiques. Certaines coupes ont été faites avec des matériaux proches sans doute dans un laps de temps assez court.

  • 155 Freestone et al. 2008.

231La technique de fabrication et les matériaux utilisés indiquent une certaine continuité entre l’artisanat antique et mérovingien. Les récipients produits sont toujours des verres au natron et les artisans verriers maîtrisent encore les techniques de décoloration et de coloration du verre, même si l’antimoine semble remplacé par l’étain ou le manganèse. Le verre brut utilisé paraît toutefois légèrement différent du verre romain, à l’instar de celui utilisé en Angleterre à la même époque155. S’il s’agit bien d’un nouveau type de verre et non de modifications dues aux réutilisations, la composition de ces coupes du début de l’époque mérovingienne serait un témoin du maintien de contacts avec l’Orient pour l’importation de matière première.

232Il est également question de continuité sur le plan iconographique et morphologique. Bien que tous les motifs représentés n’aient pu être identifiés avec certitude, le répertoire utilisé correspond largement à celui de l’art paléochrétien connu entre Seine et Rhin. La majorité de ces motifs existent dès le ive siècle. Ils deviennent peu à peu plus stylisés et sont déclinés plus librement par les artisans. Les coupes moulées à décor chrétien, héritières présumées des coupes du ive siècle, ont probablement influencé la décoration de verres typiquement mérovingiens comme le tummler ou le glockentummler.

233Ces prolongements techniques et artistique ne peuvent qu’illustrer les propos de Patrick Périn :

  • 156 Périn 1996, p. 3-5.

(…) la continuité de la production artistique est également manifeste durant les premiers siècles du haut Moyen Âge où, à côté d’innovations techniques et stylistiques, l’empreinte de l’Antiquité demeure encore vive, même si elle s’émousse peu à peu156.

Haut de page

Bibliographie

Aerts A., Velde B., Janssens K. et Dijkman W.
2003, « Change in silica sources in Roman and post-Roman glass », Spectrochimica acta, part b 58, p. 659-667.

À l’aube de la France
1981, À l’aube de la France, la Gaule de Constantin à Childéric, catalogue d’exposition (Musée du Luxembourg, 26 février-3 mai 1981), Paris, Ministère de la culture et de la communication : Éditions de la Réunion des musées nationaux.

Alenus-Lecerf J.
1985, « Le cimetière de Vieuxville. Bilan des fouilles 1980-84 », Archaeologia Belgica, I, p. 121-139.

1986, « Le cimetière de Vieuxville : quelques considérations préliminaires », dans Otte M. et Willems J. (éd.), La civilisation mérovingienne dans le bassin mosan, Actes du colloque international d’Amay-Liège (22-24 août 1985), Liège, ERAUL, 22, p. 181-193.

1993, Trésors de Wallonie. Les verres mérovingiens, catalogue d’exposition (Musée Ourthe-Amblève, Comblain-au-Pont, 1er juillet-31 octobre 1993), Musée Ourthe-Amblève, Comblain-au-Pont, 156 p.

Ansieau C. et Dumont G.
2008, « Pont-à-Celles/Viesville : nécropole mérovingienne. Suite et fin de la fouille », Chronique de l’Archéologie wallonne, 15, p. 60-61.

Arveiller-Dulong V., Legoux R. et Schuler R.
1996, Les verres antiques, Musée départemental de l’Oise, Beauvais, Paris.

Arveiller-Dulong V. et Nenna M. D.
2005, Les verres antiques du Musée du Louvre. II. Vaisselle et contenants du ier siècle au début du viie siècle après J.-C., Paris, Musée du Louvre éditions et Somogy.

À travers le verre
1989, À travers le verre du Moyen Âge à la Renaissance, catalogue d’exposition, Musée départemental des Antiquités, Rouen, édition des Musées et Monuments départementaux de la Seine-Maritime.

Bayard D., Hairy H., Robinson C. et Vallet F.
1986, La Picardie, berceau de la France. Clovis et les derniers Romains : 1500eanniversaire de la bataille de Soissons, 486-1986, Amiens, Exposition itinérante des Musées de Picardie.

Bequet A.
1881a, « Antiquités gauloises, romaines et franques trouvées dans différentes localités de la province », Annales de la Société archéologique de Namur, 15, p. 269-270.

1881b, « Nos fouilles en 1880 », Annales de la Société archéologique de Namur, 15, p. 311-317.

1891, « Les cimetières de la forteresse d’Éprave, La Croix-Rouge », Annales de la Société archéologique de Namur, 19, p. 435-467.

1895, « Cimetière franc de Pry. Essai historique », Annales de la Société archéologique de Namur, 21, p. 311-336.

Bernardy de Sigoyer S. de, Péters C., Mathieu S. et Fontaine C.
2005, « Vestiges de fours de verriers d’époque mérovingienne à Huy aux Ruelles (Belgique) », Bulletin de l’Association française d’Archéologie du Verre, p. 29-33.

Boulanger C.
1902-1903, Le mobilier funéraire gallo-romain et franc en Picardie et en Artois, Paris, Foulard.

Breuer J. et Roosens H.
1956, « Le cimetière franc de Haillot », Annales de la Société archéologique de Namur, 48, p. 171-376.

Brill R. H.
1988, « Scientific investigation », dans Weinberg G. D. (éd.), Excavations at Jalame : site of glass factory in Late Romane Palestine, University of Missouri Press, Columbia, p. 257-294.

Brulet R. (dir.),
1990, Les fouilles du quartier Saint-Brice à Tournai. L’environnement funéraire de la sépulture de Childéric, 1, Publications d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université catholique de Louvain, 73, Louvain-la-Neuve.

1991, Les fouilles du quartier Saint-Brice à Tournai. L’environnement funéraire de la sépulture de Childéric, 2, Publications d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université catholique de Louvain, 79, Louvain-la-Neuve.

Cabart H. et Feyeux J.-Y.
1995, Verres de Champagne, Le verre à l’époque mérovingienne en Champagne-Ardenne, Bulletin de la Société archéologique champenoise, 4, Reims, Société archéologique champenoise, 180 p.

Cappucci C. (coord.)
2008, À bout de souffle. Le verre soufflé-moulé des origines au Val Saint-Lambert, catalogue d’exposition (Namur, du 26 sept. 2008 au 16 janv. 2009), Namur, SPW Patrimoine.

Cession-Louppe J., Martinot L., Weber G. et Guillaume J.
2007, « Recherche sur la composition et l’origine du verre mérovingien : analyse PIXE », dans Verslype L. (dir.), Villes et campagnes en Neustrie. Sociétés-Économies-Territoires-Christianisation (Actes des XXVes Journées internationales d’archéologie mérovingienne de l’AFAM), Montagnac, p. 273-276.

Creemers G.
2003, « Disque décoratif en bronze avec chrisme », dans Le crépuscule des dieux ou l’émergence du christianisme en Gaule du Nord, catalogue d’exposition, Bavay, éditions Monique Mergoil, p. 58.

Dasnoy A.
1953, « Les premières damasquinures mérovingiennes de la région namuroise », Annales de la Société archéologique de Namur, 47, p. 267-286.

1956, « Coupes en verre ornées de symboles chrétiens », Annales de la Société archéologique de Namur, 48, p. 360-373.

1968a, « La nécropole de Samson (ive-vie s.) », Annales de la Société archéologique de Namur, 54, p. 277-333.

1968b, « Le cimetière situé Devant-le-Mont à Éprave (ive-vie s.) », Annales de la Société archéologique de Namur, 54, p. 61-108.

1978, « Quelques tombes du cimetière de Pry (ive-vie siècles ; Belgique – Province de Namur) », dans Fleury M. et Périn P., Problèmes de chronologie relative et absolue concernant les cimetières mérovingiens d’entre Loire et Rhin, Actes du 2e colloque archéologique de la IVe section de l’École pratique des hautes études (Paris, 1973), Bibliothèque de l’École des hautes études, 4e Section, Sciences historiques et philologiques, p. 69-79.

1988, « Les origines romaines et mérovingiennes », dans Namur, le site, les hommes. De l’époque romaine au xviiiesiècle (collection Histoire, 15), Bruxelles, Crédit Communal, p. 25-26.

1997, « Les cimetières d’Éprave et Han-sur-Lesse : “La Croix-Rouge” et “Sur-le-Mont” », Annales de la Société archéologique de Namur, 71, p. 3-82.

De Boe G.
1983, « De laat-romeinse “germaanse” Nederzetting te Neeraren-Rekem », Archaeologia Belgica, 253, p. 69-73.

Deconninck G.
1991, « Méthodes nucléaires dans l’analyse des verres », dans Technique et science. Les arts du verre, Actes du colloque de Namur du 20 au 21 oct. 1989, Namur, Presses universitaires de Namur, p. 127-139.

Del Marmol E.
1860, « Fouilles dans un cimetière de l’époque franque à Samson », Annales de la Société archéologique de Namur, 6, p. 345-391.

Destexhe G.
1860, « La nécropole mérovingienne d'Oudoumont, commune de Verlaine-Hesbaye liégoise. I. Rapport de fouilles », Archéologie Hesbignonne, 16.

Dierkens A.
1991, « Interprétation critique des symboles chrétiens sur les objets d’époque mérovingienne », dans L’art des invasions en Hongrie et en Wallonie (Actes du colloque de Mariemont, 9-11 avril 1979), Bruxelles, Musée royal de Mariemont, p. 109-124 (Monographies du Musée royal de Mariemont, 6).

Docquier J., Straus J. A., Thirion E. et Willems J.
1984, Huy au temps de la christianisation et des mérovingiens, Catalogue d’exposition, Huy, éd. Cercle Archéologique Hesbaye-Condroz / Cercle hutois des Sciences et Beaux-Arts.

Duval N., Périn P., Delmaire R. et al.
1998, Les premiers monuments chrétiens de la France. 3. Ouest, Nord et Est, Paris, éditions Picard.

Engemann J. et Rüger C. B. (Hrsg)
1991, Spätantike und Frühes Mittelalter, Catalogue d’exposition, Bonn, Kunst und Altertum am Rhein.

Evison V.
2000, « Glass vessels in England, AD 400-1100 », dans Price J. (éd.), Glass in Britain and Ireland AD 350-1100 (British Museum occasional Paper, 127), Londres, British Museum, p. 105-114.

Février P.-A.
1991, « Les sarcophages décorés du Midi », dans Naissance des arts chrétiens. Atlas des monuments paléochrétiens de la France, Paris, Imprimerie nationale, p. 207-287.

Feyeux J.-Y.
1995, « Le verre mérovingien du quart nord-est de la France », thèse de doctorat, Université de Strasbourg

2003, Le verre mérovingien du quart nord-est de la France, Paris, De Boccard.

Follmann-Schulz A. B.
1988, Die römischen Gläser aus Bonn, Cologne-Trier, Rheinland-Verlag.

Fontenay H. de
1874, « Inscriptions céramiques gallo-romaines découvertes à Autun », Mémoires de la Société éduenne, III, p. 42.

Foster H. E. et Jackson C. M.
2009, « The composition of ‘naturally coloured’ late Roman vessel glass from Britain and the implications for models of glass production and supply », Journal of Archaeological Science, 36, p. 89-204.

Foy D.
1993, « Les coupelles à décor chrétien moulé : une aire de production provençale ? », dans Annales du 12e congrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre (Vienne, 26-31 août 1991), Amsterdam, p. 207-224.

2000, « Technologie, géographie, économie. Les ateliers de verriers primaires et secondaire en Occident. Esquisse d’une évolution de l’Antiquité au Moyen Âge », dans Nenna M.-D. (dir.), La route du verre : ateliers primaires et secondaires du second millénaire av. J.-C. au Moyen Âge, Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen-Jean Pouilloux, p. 147-170.

Foy D. et Nenna M.-D.
2001, Tout feu tout sable : Mille ans de verre antique dans le midi de la France, catalogue d’exposition, Aix-en-Provence, Édisud.

Foy D., Vichy M. et Picon M.
2000, « Lingots de verre en Méditerranée occidentale (iiie av. J.-C.-viie siècle apr. J.-C.). Approvisionnement et mises en œuvre. Données archéologiques et données de laboratoire », dans Annales du 14eCongrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre (Venise-Milan 1998), Amsterdam, p. 51-57.

Foy D., Vrielynck O., Van Wersch L. et Cabart H.
À paraître, « Les coupelles à décor chrétien soufflées dans un moule (seconde moitié ve siècle-première moitié vie siècle). État de la documentation », dans Fontaine C. (dir.), D’Ennion au Val Saint-Lambert. Le verre soufflé-moulé, Actes des 23e Rencontres de L’AFAV (Bruxelles/Namur, du 17 au 19 octobre 2008).

Freestone I. C., Gorin-Rosen Y. et Hughes M. J.
2000, « Primary glass from Israel and the production of glass in Late Antiquity and the early Islamic period », dans Nenna M.-D. (dir.), La route du verre : ateliers primaires et secondaires du second millénaire av. J.-C. au Moyen Âge, Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen-Jean Pouilloux, p. 64-83.

Freestone I. C., Hughes M. J. et Stapleton C. P.
2008, « The Composition and Production of Anglo-Saxon Glass », dans Evison V. I. (dir.), Catalogue of Anglo-Saxon Glass in the British Museum, Londres, British Museum, p. 29-46.

Freestone I. C., Leslie K. A., Thirlwall M. et Gorin-Rosen Y.
2003, « Strontium isotopes in the investigation of early glass production : Byzantine and early islamic glass from the Near East », Archaeometry, 45, p. 9-23.

Freestone I. C., Ponting M. et Hughes M. J.
2002, « The origins of Byzantine glass from Maroni Petrera Cyprus », Archaeometry, 44, p. 257-272.

Freestone I. C., Wolf S. et Thirlwall M.
2005, « The production of HIMT glass : elemental and isotopic evidence », dans Annales du 16e Congrès de l’Association internationale pour l’Histoire du Verre, Londres, p. 153-157.

Fremersdorf F.
1961, « Römisches geformtes Glas in Köln », Die Denkmäler des römischen Köln, 6, p. 65.

1967, « Die römischen Gläser mit Schliff, Bemalung und Goldauflagen aus Köln », Die Denkmäler des römischen Köln, 8, Cologne, Verlag der Löwe, H. Reykers.

Goethert-Polaschek K.
1977, Katalog der römischen Gläser des Rheinischen Landesmuseums Trier, Mayence, von Zabern.

Gratuze B.
1994, « Le verre : les éléments de réponses que peuvent proposer les méthodes de caractérisation physico-chimiques aux problématiques archéologiques posées par ce matériau », Revue d’Archéométrie, 18, p. 75-87.

Harden D. B.
1960, « The Wint Hill Hunting Bowl and Related Glasses », Journal of Glass Studies, 2, p. 44-81.

Häussling A.
1990, « Missarum Sollemnia und Eucharistie », Archiv für Liturgiewissenschaft, 32, p. 382-383.

Heck M. et Hofman P.
2000, « Coloured opaque glass beads of Merovingian times », Archaeometry, 42, p. 341-357.

Hogemans G.
1854, « Rapport sur la découverte d’un cimetière mérovingien à Seraing », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 2, p. 458-459.

Isings C.
1957, Roman Glass from Dated Finds, Groningen-Djakarta, J.B. Walters.

Jackson C. M.
2005, « Making colourless glass in the Roman period », Archaeometry, 47, p. 763-780.

Jungmann J. A.
1952-1962, Missarum Sollemnia. Eine genetische Erklärung der römischen Messe, II, Vienne-Fribourg-Bâle, Nova & Vetera.

Koch U.
1987, Der Runde Berg bei Urach, VI, Die Glas- und Edelsteinfunde aus den Plangrabungen (1967-1983), Sigmaringen, Alamannische Altkde.

Lambert G.
1976, « La nécropole mérovingienne de Torgny (1925-26, 1938) », Pays Gaumais, 36-37, p. 2-195.

1984, « Le cimetière mérovingien de Torgny », Archaeologia Belgica, 258, p. 94-99.

1987, « Le cimetière mérovingien de Torgny », dans Lambert G. (dir.), Archéologie entre Semois et Chiers, Bruxelles, Crédit communal, p. 189-301.

1988, « Une nécropole mérovingienne en Lorraine belge : Torgny », dans Actes des Xe journées internationales d’Archéologie mérovingienne (Metz, 20-23 oct. 1988), Éditions Pierron, p. 171-178.

1989, « Le cimetière mérovingien de Torgny », Archeologia Mediaevalis, p. 6-8.

Lambot S.
2009, « Épigraphie et archéologie en Belgique et dans le Nord de la France (fin ve-viiie siècle) » dans Paris Poulain D., Istria D. et Nardi Combescure S. (dir.), Archéologie et culture. Les premiers temps chrétiens dans le territoire de la France actuelle. Hagiographie, épigraphie et archéologie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 59-70.

Legoux Y. et R.
1992, « L’art animalier et la symbolique d’origine chrétienne dans les décors de céramiques du vie siècle après Jésus-Christ au nord du Bassin parisien », Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 111-142.

Legoux R., Périn P. et Vallet F.
2006, Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine, Bulletin de liaison de l’Association française d’Archéologie mérovingienne, n° hors-série.

Leman P.
2003, « Gourde eucharistique dite de Concevreux », dans Le crépuscule des dieux ou l’émergence du christianisme en Gaule du Nord, Catalogue d’exposition, Bavay, Musée/Site Archéologique, p. 54.

Leslie K. A., Freestone I. C., Lowry D. et Thirlwall M.
2006, « The provenance and technology of near eastern glass : oxygen isotopes by laser fluorination as a complement to strontium », Archaeometry, 48, p. 253-270.

Liétard-Parmentier M.
1971-1972, « Apport du laboratoire pour l’étude de verres mérovingiens conservés à Namur », Annales du cercle archéologique de Namur, 56, p. 131-148.

1978, « Analyses physico-chimiques de verres anciens, ier-xviiie siècles, Détermination de critères chronologiques et géographiques », thèse dactyl., UCL, Louvain-la-Neuve.

Mägerlein B.
1967, « Goldgläser », dans Engemann J. et Rüger Ch. B. (Hrsg), Spätantike und frühes Mittelalter (Catalogue d’exposition, Bonn, 24/9-24/11/1991), Führer des Rheinischen Landesmuseum Bonn, 134, p. 263-267.

Marianne Stern E.
1995, Roman Mold-blown Glass. The first through sixth centuries, Catalogue d’exposition, « L’Erma » di Bretschneider in association with the Toledo Museum of Art, 388 p.

Maul B.
2002, « Frühmittelalterliche Gläser des 5.-7./8. Jahrhunderts n. Chr. Sturzbecher, glockenförmige Becher, Tummler und Glockentummler, I », Universitätforschungen zur prähistorischen Archäologie, 84, p. 89-95.

Meyer H. B.
1989, Eucharistie. Geschichte, Theologie, Pastorale, Gottesdienst der Kirche, Handbuch der Liturgiewissenschaft, 4, Regensburg, A.-G. Martimort.

Mitri P., Lepora A. et Sagui L.
2000, « Scientific analysis of seventh-century glass fragments from Crypta Balbi in Rome », Archaeometry, 42, p. 359-502.

Ostos Salcedo P. et Ramos M.
1983, « Sacamentario del Archivo Ducal de Medinacelli », Historia, Institutiones, Documentos, 10, p. 70.

Périn P.
1972, « Deux verreries exceptionnelles provenant de la nécropole mérovingienne de Mézières », Journal of Glass Studies, XIV, p. 67-76.

Périn P. (avec la collaboration d’A. Dierkens)
1996, « L’art mérovingien. Permanences et innovations », Feuillets de la cathédrale de Liège, 25-26, p. 3-5.

Perse M.
1991, « Figürlich verzierte Schliffgläser », dans Engemann J. et Rüger C. B. (Hrsg), Spätantike und frühes Mittelalter (Catalogue d’exposition, Bonn, 24/9-24/11/1991), Kunst und Altertum am Rhein, p. 268-289.

Péters C.
1996, « Huy : rue Sous-le-château », Chronique de l’Archéologie wallonne, 3, p. 96-97.

1997, « Huy. La rue Sous-le-château : la vie quotidienne au bord du Hoyoux à partir du ve siècle », dans Corbiau M.-H. (coord.), Le patrimoine archéologique de Wallonie, Namur, Ministère de la Région wallonne, DGATLP, p. 402-404.

Péters C., Bernardy de Sigoyer S. de et Taildeman F.
2002, « Huy/Huy : “Aux Ruelles”, vestiges d’un atelier de verrier mérovingien », Chronique de l’Archéologie wallonne, 10, p. 117-118.

Péters C. et Fontaine-Hodiamont C.
2005, « Huy et le travail du verre à l’époque mérovingienne : étude préliminaire du matériel trouvé rue Sous-le-Château et place Saint-Séverin », dans Plumier J. et Regnard M. (coord.), Voies d’eau, commerce et artisanat en Gaule mérovingienne, Actes des 20es journées de l’AFAM, Namur, 8-10 oct. 1999 – Études et Documents, Archéologie, vol. 10, p. 233-268.

Pichon B.
2002, L’Aisne 02, Carte archéologique de la Gaule, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Pilloy J.
1897, « Les verres francs à emblèmes chrétiens », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 218-233.

Prins J.
2000, « The “Fortune” of a late roman officer », Bonner Jahrbucher, 200, p. 309-328.

Provoost A.
2009, De eerste christenen. Hun denken en doen, Louvain, Davidsfonds.

Rebourg A.
1990, « Moule de coupe à relief », dans Vitrum. Le verre en Bourgogne, Autun-Dijon, Musée Rolin et Musée archéologique de Dijon.

Ristow S.
2007, Frühes Christentum im Rheinland. Die zeugnisse der archäologischen und historischen quellen an Rhein, Maas und Mosel, Jahrbuch des Rheinischen Vereins für Denkmalpflege und Landschaftsschutz, Cologne, p. 356.

Sapin C. (éd.)
2005, Le stuc. Visage oublié de l’art médiéval, catalogue d’exposition (Musée Sainte-Croix de Poitiers, 16 sept. 2004-16 janv. 2005), Paris-Poitiers, Somogy-Musées de la ville de Poitiers.

Shortland A., Schachner L., Freestone I. C. et Tite M.
2006, « Natron as a flux in the early vitreous materials industry : sources, beginnings and reasons for decline », Journal of Archaeological Science, 33, p. 521-530.

Silvestri A., Molin G. et Salviulo G.
2005, « Roman and Medieval glass from the Italian area : bulk characterization and relationships with production technologies », Archaeometry, 47, p. 797-816.

Šmit Z., Jezeršek D., Knific T. et Istenič J.
2009, « PIXE-PIGE analysis of Carolingian period glass from Slovenia », Nuclear Instruments and Methods in Physics Research B, 267 (1), p. 121-124.

Stephens W.
2006, Early Medieval Glass Vessels found in Kent, BAR British Series, 424.

Trésors archéologiques
1997, Trésors archéologiques du Nord de la France, catalogue d’exposition, Musée des Beaux-Arts de Valenciennes.

Trier
1984, Trier. Kaiserresidenz und bischofssitz. Die Stadt in spätantiker und frühchristlicher Zeit, Mayence, Rheinisches Landesmuseum Trier.

Turner W. E. S. et Rooksby H. P.
1959, « A study of opalising agents in Ancient Opal glass throughout 3400 years », Glastechnische Berichte, 32k, p. 17-28.

Vanderhoeven M.
1961, Verres romains (ier-iiie siècle) des Musées Curtius et du Verre à Liège (+ addendum au catalogue des verres romains tardifs et mérovingiens des Musées Curtius), Liège.

Van Ossel P.
1982, « La nécropole du Mont-Saint-Sauveur à Fallais », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 94, p. 143-231.

Velde B.
1990, « Alumina and calcium oxide contents of glass found in western and northern Europe, first to ninth centuries », Journal of Archaeology, 9, p. 105-117.

Verres et Merveilles
1994, Verres et Merveilles : Mille ans de verre dans le nord-ouest de la Gaule, catalogue d’exposition (Musée archéologique du Val-d’Oise, 17 oct. 1993-31 janv. 1994), Guiry-en-Vexin, Musée archéologique départemental du Val-d’Oise.

Wautelet Y.
1977, « L’important problème de la “pseudo-sigillée” dans la province de Namur », Bulletin de la société d’Archéologie, de Paléontologie et Géologie Pro Antiqua, 7, p. 36-40.

Weber G., Strivay D., Martinot L. et Garnir H. P.
2002, « Use of PIXE–PIGE under variable incident angle for ancient glass corrosion measurements », Nuclear Instruments and Methods in Physics Research B, 189, p. 350-355.

Weber G., Vanden Bemden Y., Pirotte M. et Gilbert B.
2005, « Study of stained glass window using PIXE–PIGE », Nuclear Instruments and Methods in Physics Research B, 240, p. 512-519.

Weber W.
2003, « Archäologische Zeugnisse aus der Spätantike und dem frühen Mittelalter zur Geschichte der Kirche im Bistum Trier (3-10 Jahrhundert n. Chr.) », Bistumgeschichte Trier, p. 582, fig. 44.

Wedepohl K. H.
2000, « The change in composition of medieval glass types occuring in excavated fragments from Germany », dans Annales du 14e Congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre (Venise-Milan 1998), Amsterdam, p. 253-257.

Wedepohl K. H. et Baumann A.
2000, « The Use of Marine Molluskan Shells for Roman Glass and Local Raw Glass Production in the Eifel Area (Western Germany) », Natuwissenschaften, 87, p. 129-132.

Wedepohl K. H., Gaitzsch W. et Follmann-Schulz A. B.
2003, « Glassmaking and glassworking in six Roman factories in the Hambach Forest, Germany », dans Annales du 15e Congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, New York-Corning, p. 53-55.

Wedepohl K. H., Pirling R. et Hartmann G.
1997, « Römische und fränkische Gläser aus dem Gräberfeld von Krefeld-Gellep », Bonner Jahrbücher des Landesmuseums in Bonn, p. 197-189.

Werner J.
1956, « Les écuelles de verre soufflé en moule (tombes VII et XIV) », Annales de la Société archéologique de Namur, 48, p. 307-311.

Willems J.
1971, « Le quartier artisanal gallo-romain et mérovingien de “Batta“ à Huy », Bulletin du cercle archéologique Hesbaye-Condroz, 11, 166 p.

2004, « Le cimetière franc de la rue des Gânons à Ampsin (Amay) », Vie archéologique, 61, p. 39-70.

Zucchiatti A., Canonica L., Prati P., Cagnana A., Rosacio S. et Climent Font A.
2007, « PIXE analysis of V-XVI century glasses from the archaeological site of San Martino di Ovaro (Italy) », Journal of Cultural Heritage, 8, p. 307-314.

Haut de page

Notes

1 Foy et al., à paraître.

2 Fontenay 1874.

3 Bequet 1881.

4 Pilloy 1897. L’auteur mentionne également une « lentille » de 14 mm de diamètre en verre jaunâtre avec un chrisme moulé, peut-être un fond isolé (sans doute de Mayot).

5 Dasnoy 1956.

6 Périn 1972.

7 Koch 1987, p. 193-194.

8 Foy 1993.

9 Foy et al. à paraître.

10 Foy et al. à paraître.

11 Dasnoy 1956.

12 Cappucci (coord.) 2008.

13 Nous remercions chaleureusement les archéologues responsables des fouilles récentes ayant livré des coupes à motif chrétien : Gaëlle Dumont (Viesville), Jacques Willems (Ampsin), Guy Destexhe (Verlaine), Catherine Péters (Huy), ainsi que les conservateurs des musées suivants : le Musée archéologique de Namur (Jean-Louis Antoine), les Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles (Alexandra Depoorter), les Musées Gaumais (Constantin Chariot), le Musée archéologique de Tournai (Marianne Delcourt) et le Musée archéologique de Liège-Curtius (Jean-Luc Schütz), qui tous nous ont aimablement prêté le matériel placé sous leur responsabilité.

Merci également à Anne Lechat pour la restauration minutieuse d’un grand nombre de pièces dont les anciens collages avaient mal vieilli, à Gregory Hardy qui a repris patiemment le délicat dessin de ces récipients, et à Laurence Baty qui les a photographiés. Nous voulons aussi remercier François Mathys, Helena Calvo Del Castillo, Thomas Dupuis et toute l’équipe dirigée par David Strivay – Centre européen d’archéométrie et Institut de physique nucléaire, atomique et de spectroscopie (IPNAS), université de Liège – pour l’analyse physico-chimique des coupes.

Enfin, nous tenons à exprimer notre gratitude envers Danièle Foy et Hubert Cabart qui ont initié le recensement des coupes à décor chrétien du haut Moyen Âge, ainsi qu’envers Alain Dierkens pour ses corrections et conseils.

14 Gratuze 1994, p. 75-87.

15 Deconninck 1991 ; Weber 2009 ; Louppe et al. 2007.

16 Institut de physique nucléaire atomique et spectroscopique.

17 Grâce à un cyclotron, un faisceau de protons est produit et extrait à l’air libre. Les protons entrent en contact avec l’objet à analyser sur une surface de 1 mm de diamètre et interagissent avec les atomes de la matière. Cette réaction physique engendre entre autres des rayonnements X et gamma. Chaque type d’atome ayant un rayonnement propre, la mesure de ces émissions permet d’identifier et quantifier les éléments présents dans la matière.

18 Foy et al. à paraître.

19 Legoux et al. 2006.

20 Pièce métallique utilisée par le verrier pour enlever l’objet de la canne après le soufflage et, éventuellement, réaliser l’ouverture.

21 Bayard et al. 1986, p. 192 ; Foy et al. à paraître.

22 Destexhe 2000, p. 206.

23 Dasnoy 1956, p. 372, pl. 24 et 25 (n° 15).

24 Ibid., p. 372.

25 Bequet 1895.

26 Breuer et Roosens 1956, p. 206-209.

27 Breuer et Roosens 1956, p. 224-226.

28 Dasnoy 1956, p. 371, pl. 16 et 17 (n° 8).

29 Dasnoy 1997.

30 Bequet 1891a.

31 Willems 2004, p. 56.

32 Dasnoy 1956, p. 372, pl. 24 et 25 (n° 16).

33 Bequet 1881b.

34 Alenus-Lecerf 1985 ; Id. 1986.

35 Alenus-Lecerf 1993, p. 146-147.

36 Dasnoy 1956, p. 372-373 et 365, pl. 26 et 27 (n° 17).

37 Dasnoy 1956, p. 367 et 371, pl. 20 et 21 (n° 12).

38 Ansieau et Dumont 2008, p. 60-61.

39 Hogemans 1854, p. 485.

40 Van Ossel 1982, p. 196 et 200, fig. 21 (n° 133) ; Vanderhoeven 1961, p. 122-123.

41 Destexhe 2000, p. 183-184.

42 Evison 2000 ; Stephens 2006.

43 Brulet 1990, p. 123, pl. 5 ; Id. 1991, p. 26-27.

44 Dasnoy 1956, p. 371, pl. 20 et 21 (n° 11).

45 Del Marmol 1968.

46 Bequet 1891 ; Dasnoy 1956, p. 371, pl. 18 et 19 (n° 10).

47 Dasnoy 1956, p. 371, pl. 18 et 19 (n° 9).

48 Bequet 1895.

49 Bequet 1881a ; Dasnoy 1956, p. 364-365, p. 373 et pl. 28 (n° 19) ; Dasnoy 1988.

50 Lambert 1976, 1984, 1987, 1988 et 1989.

51 Les fouilles récentes du cimetière de Torgny ne sont pas publiées et les archives de fouilles ont disparu. Il serait toutefois possible de retrouver le mobilier associé aux coupes en inventoriant les collections du Musée.

52 Lambert 1989.

53 Dasnoy 1956, p. 373, pl. 26 et 27 (n° 18) ; Del Marmol 1860.

54 Dasnoy 1956, p. 370, pl. 16 et 17 (n° 7).

55 Docquier et al. 1984.

56 Péters et Fontaine-Hodiamont 2005, p. 247-248, fig. 17 et 18.

57 Péters 1996 et 1997.

58 Bernardy de Sigoyer et al. 2005, p. 32.

59 Freestone et al. 2000 et 2002 ; Freestone 2003 ; Foy et al. 2001 ; Foy et al. 2000 et 2003.

60 Baumann 2000 ; Wedepohl et al. 2003.

61 Foy et al. 2003, p. 41-85.

62 Shortland et al. 2006, p. 521.

63 Freestone et al. 2008, p. 30.

64 Foster et al. 2009, p. 189.

65 Freestone et al. 2005 ; Leslie et al. 2006 ; Foy et al. 2003 ; Aerts et al. 2003 ; Silvestri et al. 2005 ; Foster et al. 2009.

66 Freestone et al. 2000 ; Foy et al. 2003.

67 Wedepohl et al. 1997.

68 Velde 1990.

69 Liètard 1978.

70 Mitri et al. 2000.

71 Freestone et al. 2008.

72 Foy et al. 2003.

73 Wedepohl et al. 1997 ; Velde 1990 ; Liètard 1978 ; Mitri et al. 2000 ; Freestone et al. 2008.

74 Foster et al. 2009, p. 194.

75 Wedepohl et al. 1997 ; Velde 1990 ; Liètard 1978 ; Mitri et al. 2000 ; Freestone et al. 2008.

76 Freestone et al. 2008, p. 36.

77 Freestone et al. 2002.

78 Foy et al. 2003.

79 Foster et al. 2009, p. 192.

80 Foster et al. 2009, p. 192.

81 Jackson 2005, p. 764.

82 Brill 1988, p. 258-294.

83 Jackson 2005, p. 764.

84 Ibid., p. 768.

85 Ibid., p. 765.

86 Heck et al. 2000, p. 349.

87 Ibid., p. 349.

88 Cession-Louppe et al. 2007, p. 275.

89 Jackson 2005.

90 Turner et al. 1959, p. 17-28.

91 Freestone et al. 2002, p. 264.

92 Par exemple les verres produits à Huy et à Maastricht – analyses IRPA et CEA-ULg non publiées.

93 Cabart et Feyeux 1995, p. 28, fig. 12.

94 Ostos Salcedo et Ramos 1983, p. 70. À lire sous l’éclairage d’ouvrages sur l’histoire de la liturgie eucharistique : Meyer 1962, p. 438-440.

95 Leman 2003, p. 54, note 13.

96 Rebourg 1990, p. 25-26.

97 Cabart et Feyeux 1995, p. 24-36 ; Feyeux 1995, p. 282, fig. 41.

98 Feyeux 2003.

99 Traduction : Nouveau Testament. Traduction œcuménique de la Bible, Paris, 1989.

100 Dasnoy 1956, p. 366.

101 Ibid., p. 366.

102 Pour ne pas alourdir le texte nous ne citerons que les ouvrages de synthèse rassemblant la littérature antérieure.

103 Nous n’évoquerons pas les cruches moulées à décor chrétien, une production syrienne, des vie et viie siècles. Si quelques motifs sont communs avec les coupes (hachures, oiseau…), l’éloignement géographique des deux productions rend délicate une comparaison objective. Dans Arveiller-Dulong et Nenna 2005, p. 475.

104 Arveiller-Dulong et al. 1996, p. 100, n° 138.

105 Bayard 1990 ; Dijkman 1992.

106 Breuer et Roosens 1956, p. 200-201 et 220-221.

107 Dasnoy 1997, p. 64, fig. 9.

108 Id. 1968, p. 68-70, fig. 2, 6.

109 Wautelet 1977, p. 36-40.

110 Breuer et Roosens 1956, p. 246.

111 Ibid., p. 246.

112 Willems 2004, p. 46-47.

113 Dasnoy 1956, p. 364-365, p. 373 et pl. 28 (n° 19) ; Id. 1988, p. 25-26.

114 Willems 1971, p. 15-17, pl. IV, VI, VIII et IX.

115 Destexhe 2000, p. 102.

116 Legoux 1992.

117 À propos du chrisme voir Lambot 2009.

118 De Boe 1983, p. 69-73 ; Creemers 2003, p. 58.

119 Duval et al. 1998, p. 338.

120 Prins 2000, p. 309-328 ; Ristow 2007, p. 356, pl. 80a.

121 Ristow 2007, p. 378, pl. 36a.

122 Weber 2003, p. 582, fig. 44.

123 Dijkman 1992, p. 158.

124 Ristow 2007, p. 333-334, pl. 45c-46.

125 Ibid., p. 367-368, pl. 53c.

126 Ristow 2007, p. 338, pl. 40.

127 Ristow 2007, p. 193-203, pl. 62a.

128 Engemann et Rüger 1991, p. 79-81, fig. 45 et 130-133, fig. 78.

129 Engemann et Rüger, 1991, p. 134-137, fig. 80-83 ; Trier 1984, p. 221-224.

130 Engemann et Rüger 1991, p. 79-81.

131 Trier 1984, p. 87-89, fig. 52.

132 Engemann et Rüger, 1991, p. 134-137.

133 Dijkman 1992, p. 136-137, fig. 4-5.

134 Trier 1984, p. 221-222.

135 Ces deux épitaphes viennent de Saint-Maximin de Trêves. Ibid., p. 225-227, fig. 110-111.

136 Trier 1984, p. 209-210.

137 Février 1991, p. 270-287.

138 Ibid., p. 281 et 285.

139 Trier 1984, p. 132-133, fig. 46.

140 Mägerlein 1991, p. 263-267 ; Fremersdorf 1967, p. 203 et ss.

141 Perse 1991, p. 268-289 ; Follmann-Schulz 1988, excursus II, III, IV ; Fremersdorf 1967 ; Harden 1960, p. 44-81.

142 Forme définie selon les typologies : Isings 1957 et Goethert-Polaschek 1977.

143 Cette similitude a déjà été mise en évidence précédemment : Trier 1984, n° 142, p. 277-278.

144 Cabart et al. 1994, fig. 31.

145 Werner 1981, n° 309, p. 188.

146 Fremersdorf 1961, p. 65, pl. 131.

147 Dasnoy 1956, p. 362, pl. 14.4 ; Feyeux 1995, p. 248, n° 688.

148 Cabart et Feyeux 1995, p. 36, fig. 16.76.

149 Cabart et Feyeux 1995, p. 29.

150 Maul 2002, p. 89-95.

151 Feyeux 1995, p. 247, n° 684 et 685.

152 Feyeux 2003.

153 On ne peut raisonnablement interpréter l’ornementation de ces gobelets sans garder à l’esprit les remarques d’Alain Dierkens : Dierkens 1991, p. 109-124.

154 Foy 1993, p. 207-224.

155 Freestone et al. 2008.

156 Périn 1996, p. 3-5.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Carte de répartition des coupelles du nord de la France et de Belgique.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Fig. 2 Carte de répartition des coupes en Belgique.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 3 Coupes 1 (Verlaine), 2 (Pry), 3 (Haillot), 4 (Haillot) et 5 (Éprave/Han-sur-Lesse).
Crédits Dessin G. Hardy (spw-archéologie) ; sauf Pry, d’après Dasnoy 1956
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Fig. 4 Coupes 6 (Ampsin), 7 (Éprave), 8 (Vieuxville) et 9 (Pry).
Crédits Dessin G. Hardy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Fig. 5 Coupes 10 (Pry), 11 (Viesville), 12 (Seraing), 13 (Fallais) et 14 (Verlaine).
Crédits Dessin G. Hardy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Fig. 6 Coupes 15 (Tournai), 16. (Thon), 17 (Éprave/Han-sur-Lesse), 18 (Pry).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 7 Coupes 19 (Namur), 20 et 21 (Torgny), 22 (Thon).
Crédits Dessin G. Hardy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Fig. 8 Coupes 23 (Thon), 24 (Huy-Batta), et tessons de Huy « Sous-le-Château » et « Aux Ruelles ».
Crédits Dessin G. Hardy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Fig. 9 Carte de répartition des coupes issues du même moule.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Fig. 10 Compositions chimiques des coupes à décor chrétien exprimées en pourcentages d’oxydes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 785k
Titre Fig. 11 Concentrations d’aluminium et de fer pour les coupes à décor chrétien et les verres de la même époque.
Crédits Références : Levantine I : Freestone et al. 2000 ; Foy et al. 2003 ; Foster et al. 2009 ; HIMT : Freestone et al. 2005 ; Leslie et al. 2006 ; Foy et al. 2003 ; Aerts et al. 2003 ; Silvestri et al. 2005 ; Foster et al. 2009 ; Anglo-Saxon (400-550) : Freestone et al., 2008 ; Foy-groupe 3 : Foy et al. 2003 ; Vicq : Velde 1990 ; Krefeld-Gellep : Wedepohl et al. 1997 ; Namurois : Liètard 1978 ; Crypta balbi : Mitri et al. 2000
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 12 Concentrations en oxydes de plomb, cuivre et antimoine pour les coupes à décor chrétien.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Fig. 13 Concentrations en oxydes de fer et manganèse pour les coupes à décor chrétien.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 14 Concentrations en oxydes de plomb et d’étain pour les coupes à décor chrétien et leurs décors de verre blanc opaque.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 15 Analyse en composants principaux pour les compositions chimiques des coupes à décor chrétien.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Fig. 16 Marque de pontil sur la coupe de Haillot (hauteur : 44 mm ; diamètre d’ouverture : 110 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Fig. 17 Détail de la coupe de Viesville (hauteur : 41 mm ; diamètre d’ouverture : 121 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie) et A. Cervera (CEA – Université de Liège)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Fig. 18 Moule d’Autun.
Crédits D’après Feyeux Y., 1995, « Le verre mérovingien du quart nord-est de la France » (Thèse de doctorat), II, Université de Strasbourg, fig. 18a.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 19 Décor de fils de verre blanc opaque sur la coupe d’Éprave (548) (hauteur : 43 mm ; diamètre d’ouverture : 108 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 20 Chrisme de la coupe de Verlaine (201) (hauteur : 49 mm ; diamètre d’ouverture : 115 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 21 L’alpha et l’oméga de la coupe de Tournais (hauteur : 45 mm ; diamètre d’ouverture : 112 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 22 Couronne de chevrons sur la coupe d’Amspin (hauteur : 44 mm ; diamètre d’ouverture : 114 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 23 Panneaux quadrillés de la coupe de Verlaine T201 (hauteur : 49 mm ; diamètre d’ouverture : 115 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Titre Fig. 24 Oiseaux de la coupe d’Ampsin (hauteur : 44 mm ; diamètre d’ouverture : 114 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 25 Motifs végétaux et quadrillés de la coupe de Thon/Samson (1363) (hauteur : 50 mm ; diamètre d’ouverture : 120 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 26 Coupe de Namur (hauteur : 45 mm ; diamètre d’ouverture : 125 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 27 Arcades ornant la coupe de Viesville (hauteur : 41 mm ; diamètre d’ouverture : 121 mm).
Crédits Photographie L. Bathy (spw-archéologie)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/13569/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Line Van Wersch, Dominique Van Geesbergen et Olivier Vrielynck, « Les coupes en verre à décor chrétien découvertes en Belgique (fin ve-début vie siècle) », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 115-147.

Référence électronique

Line Van Wersch, Dominique Van Geesbergen et Olivier Vrielynck, « Les coupes en verre à décor chrétien découvertes en Belgique (fin ve-début vie siècle) », Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13569 ; DOI : 10.4000/archeomed.13569

Haut de page

Auteurs

Line Van Wersch

Doctorante, Centre européen d’Archéométrie, université de Liège.

Dominique Van Geesbergen

Conservateur à la Société royale d’archéologie et d’histoire de Charleroi.

Olivier Vrielynck

Archéologue attaché à la Direction de l’Archéologie, Service public de Wallonie.

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals