Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain

Introduction à la rubrique

Danièle Alexandre-Bidon
p. 178

Texte intégral

1Avec un nombre de sites référencés en constante augmentation – sans compter les prospections thématiques et PCR, près de quatre-vingts cette année, dont une moitié de fouilles préventives pour quatre opérations programmées seulement –, les fouilles ont livré une riche documentation, que l’on voit évoluer parallèlement aux nouveaux objets scientifiques. Les thématiques abordent les domaines relatifs aux techniques de construction comme au cadre de vie et s’intéressent aux questions relevant des sciences de la nature. La carpologie, notamment, fait l’objet d’un investissement intellectuel non négligeable. Les oliveraies de la Corse médiévale, les plantations d’arbres de Manosque, la viticulture (vigne d’Ostheim, chai ou pressoir à huile de Barret-sur-Méouge, nombreux tonneaux remployés en fonds de puits à La Caloterie) et la fructiculture (avec les noyers et pruniers d’Olstheim) réclament tout autant l’attention que les structures monumentales. C’est heureux. L’archéologie, de la sorte, contribue puissamment à l’histoire de l’alimentation, découvrant ici les nasses d’une pêcherie (Brissay), là les bergeries et fromageries (Pailherols, Fessole, au nom révélateur), ailleurs les lieux d’élevage ovin, bovin ou porcin (Saint-Projet-Saint-Constant) ainsi que les produits de la chasse. À Ostheim, pour le haut Moyen Âge, ce sujet a même donné lieu à des informations inédites avec des restes osseux non seulement d’auroch, chose rare, mais aussi d’élan, un unicum. L’on peut entrer dans le détail des réserves alimentaires, avec les pois carbonisés de Gisors et surtout les céréales, serrées dans les greniers, conservées en silos, torréfiées ou desséchées dans des fours (Hatrize, Camphin), écrasées à la meule (Lyon), enfin cuites dans les fours de boulanger (à Vimpelles, pour l’époque carolingienne, à Saint-Projet-Saint-Constant, pour le Moyen Âge « classique »).

2Non seulement une part importante des sites renvoie à la conservation des denrées alimentaires, mais encore certains d’entre eux ont même pour seule vocation le stockage, excluant parfois l’habitat. À la campagne, la typologie des sites reste ouverte, avec les sites enclos (Sainte-Hermine) ou fossoyés (Orcet) des temps mérovingiens jusqu’à l’an Mil, les hameaux, les grandes fermes ou manoirs, les granges et leurs fours, ou encore l’habitat dispersé de pleine montagne… Qu’il s’agisse du monde des villes et des bourgs (un quart des notices) ou du monde rural (trois quarts des sites), la construction civile démontre elle aussi l’attention portée au stockage des produits alimentaires. Les aires d’ensilage, parfois imposantes, des temps mérovingiens, associées aux fours alimentaires, précèdent les réseaux de souterrains (Sainte-Hermine, Thillois, Saint-Projet-Saint-Constant) et de caves du bas Moyen Âge, qui augmentent sensiblement la surface utile des habitations. Plusieurs notices font même état de glacières (?). Les espaces de stockage en sous-sol s’étendent jusque sous les rues en milieu urbain (Le Puy-en-Velay), et l’organisation de l’espace, avec les rampes d’accès aux souterrains et les traces d’escaliers de bois amovibles des caves, comme à Mexy, est prise en considération au même titre que les fenêtres géminées ou les cheminées d’apparat dans les demeures des puissants. Les puits sont nombreux et variés. Notons l’ingéniosité d’un puits intégré à un mur mitoyen, à Reims, qui témoigne de pratiques sociales de voisinage bien régulées, et la diversité de ce type de structure, cuvelée tantôt de vieux tonneaux, tantôt de clayonnage, voire ménagée dans un tronc de chêne fort d’un mètre de diamètre à Vimpelles.

3Vu la majorité écrasante des recherches en milieu rural, l’archéologie du bâti connaît un moindre investissement que les années précédentes. D’intéressantes maisons n’en ont pas moins fait l’objet de recherches (ainsi les maisons canoniales de Provins, aux sols de carreaux glaçurés) et même de reconstitutions éclairantes (ainsi la maison de pierre et pan de bois de Saint-Affrique, datée du xiiie siècle). Le milieu rural est particulièrement bien renseigné, avec ses puits, ses mares (Honguemare, Lieusaint, Nordheim…), ses outils agricoles (à Aumetz, éléments de charrette et faucille comme à La Chapelle-Saint-Mesmin). En milieu rural, l’association constante de l’habitat domestique et des activités artisanales, familiales ou de type industriel, est soulignée non par les fours et foyers, rarement découverts, mais par les scories présentes sur plusieurs sites (Angers-Avrillé, Bussy, Lieusaint…). Si la petite métallurgie est ainsi mise en valeur, le second pôle artisanal est représenté, comme d’habitude, par l’activité textile : aux outils de tisserand s’ajoute même une petite floraison de lissoirs (Avrillé, La Chapelle-Saint-Mesmin, Maizières, Vimpelles). La construction s’impose enfin avec les différentes carrières de limon (Cassix) et de pierre (Niort, Ormes), ainsi qu’avec les fours à chaux de Saint-Martin-du-Mont.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Alexandre-Bidon, « Introduction à la rubrique », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 178.

Référence électronique

Danièle Alexandre-Bidon, « Introduction à la rubrique », Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14185

Haut de page

Auteur

Danièle Alexandre-Bidon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals