Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Aumetz (Moselle). 5, rue du Maréchal Joffre

Responsable d’opération : Rachel Bernard
p. 178-179

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Un projet immobilier a entraîné une fouille préventive sur une superficie de 619 m2 avec pour résultat la découverte d’un habitat rural de l’époque médiévale : une cabane excavée aux parois clayonnées et trois fosses du haut Moyen Âge antérieures à l’établissement de deux unités d’habitation sur solin de pierres ou dotées de murs-tas, datant du bas Moyen Âge. Ces bâtiments sont adossés par leur mur pignon doublé.

2La première unité d’habitation se présente sous la forme d’un bâtiment quadrangulaire d’une surface minimum de 188 m2, soit 10 m sur 18,40 m. La base de ses murs repose directement sur le sol calcaire naturel. Une première phase d’occupation montre la construction d’un espace long et étroit de type couloir, distribuant deux pièces, le bâtiment comportant une troisième pièce, adjacente. La seconde phase d’occupation voit l’abandon de ce dispositif de couloir courant, au nord, le long du mur gouttereau, au profit de volumes plus vastes, comptant le même nombre de pièces. Deux d’entre elles présentent des traces d’incendie à l’origine de l’abandon de l’habitat. Ces dernières permettent d’observer le type de couverture utilisée pour la toiture : la tuile canal à crochet.

3La seconde unité d’habitation occupe une surface de 110 m2 au sol, soit un quadrilatère de 10,60 m sur 12 m. Ses murs reposent partiellement sur le remblaiement d’une carrière d’extraction de calcaire probablement exploitée à l’époque antique. L’édifice était doté d’une cave souterraine aux murs parementés, dont deux phases d’occupation ont été mises en lumière par ses réfections successives. En dépit d’un plan d’ensemble lacunaire, sa répartition interne comporte deux pièces. La pièce II, par laquelle se faisait l’accès à la cave, a livré du mobilier à vocation agricole (une faucille longue, plusieurs pièces de harnachement de chevaux et des éléments de charrette), traduisant probablement sa fonction. L’incendie, à l’origine de sa destruction rapide, constitue le terminus post quem de son occupation, à la charnière entre le bas Moyen Âge et l’époque moderne.

4Un puits à cuvelage maçonné a été construit à moins de 12 m des murs gouttereaux nord des deux unités d’habitation et de la cabane excavée. Malgré l’absence d’éléments de datation tangible, ce dispositif a probablement fonctionné avec l’une ou l’autre de ces phases.

5Un plan terrier des appartenances de l’abbaye de Gorze établi en 1749 met en évidence l’existence de parcelles en culture à l’emplacement du site archéologique et permet d’observer la présence d’une ruelle sur l’axe de laquelle s’alignent les unités d’habitation n° 1 et 2. Elle était bordée de bâtiments de plan barlong, dotés d’entrées situées au nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachel Bernard, « Aumetz (Moselle). 5, rue du Maréchal Joffre », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 178-179.

Référence électronique

Rachel Bernard, « Aumetz (Moselle). 5, rue du Maréchal Joffre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14197

Haut de page

Responsable d’opération

Rachel Bernard

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals