Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Castello-di-Rostino (Haute-Corse). L’habitat médiéval de Petricaghju

Responsable d’opération : Émilie Tomas
p. 182-183

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de ce diagnostic, implanté dans la vallée du Golo, à environ 35 km au NE de Corte, était de répondre à la question de la fonction et de la chronologie d’occupation des petites exploitations dispersées de la microrégion du Rustinu. Le site est mentionné pour la première fois en 1449. Il est ensuite cité dans les registres de taille et présente une faible variation du nombre de feux : 5 en 1454, 6 en 1456, et 4 en 1492. Il n’est plus cité au xvie s. L’habitat est installé sur les pentes d’un mamelon rocheux, vers 370 m d’altitude ; il se situe à environ 1 km de l’unique château de la pieve. L’affleurement rocheux – schiste et gabbros – constitue la quasi-totalité de la superficie de la colline. Quant aux vestiges archéologiques, noyés dans un maquis dense, leur organisation a été précisée par le relevé topographique. Ils occupent une étendue d’environ 3 150 m² et se composent de deux bâtiments, de murs de soutènement et de clôture.

2Les sondages ont mis au jour des vestiges de l’occupation médiévale, matérialisée par les vestiges d’une habitation (A) qui correspond au schéma des maisons connues à cette période, notamment au village de l’Ortolu (Sartène) : monocellulaire, accès par le rez-de-chaussée, présence d’un étage, couvrement en lauzes, murs édifiés avec des moellons de schiste et de gabbros liés à la terre argileuse. La pièce est un espace de vie et de travail voire de stockage. Le bâtiment B est documenté par les sources d’archives à partir du xviiie s. ; son occupation médiévale est encore incertaine. Néanmoins, à proximité immédiate (sondage entrepris contre le parement externe du mur pignon), a été découvert un niveau cendreux (d’environ 0,50 m) qui provient de rejets de cuisine (importante quantité de tessons portant des traces de suie datés du xive-xve s. et de restes osseux).

3Le site est ceinturé par de remarquables murs de clôture d’un appareil homogène, très serré. Cette construction est à l’origine de l’organisation du parcellaire de cette zone. Ainsi, sa datation antérieure à l’époque moderne valide sa probable contemporanéité avec l’habitat médiéval. Le rôle de cette clôture peut s’expliquer par l’aménagement intérieur : des terrasses retenues par des murs de contention. L’étude anthracologique des charbons prélevés dans le bâtiment A témoigne de la présence de la culture de l’olivier.

4L’établissement médiéval se met en place vers le xive-xve s., comme le montre le mobilier céramique (majolique italienne archaïque). Un denier génois et de la céramique d’acroma depurata suggèrent un terminus post quem compris entre la fin du xiiie s. et la première moitié du xive s. Les sources écrites et archéologiques témoignent d’une désertion de l’habitat vers la fin du xve s. voire le début du siècle suivant.

Castello-di-Rostino, l’habitat médiéval de Petricaghju, bâtiment A.

Castello-di-Rostino, l’habitat médiéval de Petricaghju, bâtiment A.

Cl. É. Tomas

Haut de page

Table des illustrations

Titre Castello-di-Rostino, l’habitat médiéval de Petricaghju, bâtiment A.
Crédits Cl. É. Tomas
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Tomas, « Castello-di-Rostino (Haute-Corse). L’habitat médiéval de Petricaghju », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 182-183.

Référence électronique

Émilie Tomas, « Castello-di-Rostino (Haute-Corse). L’habitat médiéval de Petricaghju » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14265

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Tomas

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals