Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Crastatt (Bas-Rhin). Hintere Buen

Responsable d’opération : Stéphanie Guillotin
p. 186-187

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Le site, à 28 km à l’ouest de Strasbourg, a été décapé sur 11 058 m2 avec pour objectif de pouvoir observer le passage d’un habitat antique à un habitat médiéval du haut Moyen Âge, puis son évolution vers le village actuel, avec son église située à seulement 250 m de l’emprise de la fouille.

2Cette fouille a mis en évidence une occupation qui s’étend du Michelsberg à l’époque moderne, mais principalement entre le ier et le xviie s. Au vu de la densité des vestiges, il semble que les limites de l’habitat aient été atteintes au nord, alors qu’à l’est et au sud, les vestiges se poursuivent au-delà de l’emprise de la fouille.

3Entre le ier et le ive s., le site est occupé par un bâtiment romain monté sur solin de pierre, situé au bord d’une « mare », ainsi que par quelques fosses associées, le maximum de l’occupation se situant entre le iie et le iiie s. Ce bâtiment est partiellement détruit durant la première moitié du iiie s., mais la zone n’est pas entièrement abandonnée. La présence de mobilier du ive s. est sans doute à mettre en relation avec une activité de démantèlement du bâtiment dans le but d’en récupérer les pierres.

4Après l’abandon des structures romaines au ive s., on assiste à l’implantation, entre le ive et le xie s., d’une occupation essentiellement constituée de fonds de cabane organisés en deux unités d’exploitation (de trois et quatre fonds de cabane) orientées NO-SE, séparées par une palissade et situées le long d’un axe de circulation. Trois sépultures contemporaines de cette occupation sont réparties le long de ce même axe. Les inhumations en contexte d’habitat étant connues pour cette époque, on peut envisager leur rattachement à l’habitat voisin, situé quelques mètres au sud. Les structures, datées entre ive et viie s., sont peu nombreuses. Cependant, l’occupation se calant, au viiie s., sur le parcellaire de la période romaine, on peut imaginer que les ruines de cette époque étaient encore visibles, entraînant l’adjonction des nouvelles structures aux précédentes. La continuité ne se fait donc pas dans le temps mais dans la reprise d’un modèle existant.

5À partir du xie s., la zone est à nouveau occupée par des bâtiments de plain-pied combinant architecture en bois et en pierre, soit une occupation mixte faite de fonds de cabane et de bâtiments de plain-pied. L’occupation se densifie et s’étend sur toute la surface décapée. Les espaces extérieurs s’organisent avec la mise en place de fossés formant des enclos rectangulaires délimitant le parcellaire.

6Au xiiie s., le bâtiment en pierre est repris et agrandi et les espaces extérieurs sont désormais délimités par des murs de pierre. Le parcellaire se fixe. L’occupation se resserre vers l’ouest et la partie est du site ne compte plus que quelques rares structures. On assiste à un rétrécissement ou à un déplacement du village qui va lui donner son plan actuel.

7On peut observer ici l’organisation d’une unité d’exploitation. Celle-ci comprend deux bâtiments répartis autour d’une cour et disposant d’un espace libre à l’arrière, divisés en deux unités juxtaposées. La présence d’un fossé empêche d’en reconnaître l’accès. Celui-ci devait se faire par l’est, du côté de la palissade : on devait entrer par la cour desservant les deux ensembles de bâtiments. Une entrée au nord, sur l’espace de circulation, ne peut être exclue en raison de l’état des vestiges. Elle reste moins probable du fait de la présence d’un bâtiment construit directement au bord de l’enclos.

8Au xve s., la parcelle est abandonnée. Seuls perdurent les fossés délimitant le parcellaire. Une activité épisodique est encore pratiquée, comme l’attestent quelques fosses. Au-delà du xviie s., plus aucune structure ne subsiste. La parcelle est intégralement rendue à la culture ou à la pâture.

Crastatt, Hintere Buen, plans de répartition des structures.

Crastatt, Hintere Buen, plans de répartition des structures.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Crastatt, Hintere Buen, plans de répartition des structures.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Guillotin, « Crastatt (Bas-Rhin). Hintere Buen », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 186-187.

Référence électronique

Stéphanie Guillotin, « Crastatt (Bas-Rhin). Hintere Buen » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14317

Haut de page

Auteur

Stéphanie Guillotin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphanie Guillotin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals