Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Geispolsheim (Bas-Rhin). Schwobenfeld

Responsable d’opération : Michaël Landolt
p. 190

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce secteur occupé du Néolithique ancien à la première guerre mondiale, avec quelques interruptions pendant une partie de l’âge du bronze, la fin de l’âge du fer, une partie de l’époque médiévale et l’époque moderne, un petit habitat rural et un petit groupe funéraire mérovingiens ont pu être fouillés.

2L’occupation alto-médiévale est située à l’extrémité ouest d’un habitat rural gallo-romain dont le mobilier céramique permet d’indiquer une continuité d’occupation au moins jusqu’au début du ive s. Les nombreux fragments de terre cuite architecturale antique retrouvés dans les structures médiévales attestent la récupération de matériaux probablement sur le site même.

3Les structures d’habitat sont implantées à proximité d’un chenal de la Bruche qui était probablement encore en activité. Les vestiges mis au jour (une dizaine de fosses et cinq cabanes excavées) s’organisent en deux ensembles distants d’une quarantaine de mètres. Les cabanes se concentrent dans l’ensemble septentrional. La faible densité des vestiges suggère un petit établissement agricole dont le fonctionnement se situerait autour du viie s.

4À une cinquantaine de mètres au sud de cet habitat se trouvait un petit groupe funéraire, constitué de trois sépultures orientées E-O, disposées en rangée. La première portait les traces d’un pillage ancien (peigne en os fragmenté). Une sépulture en chambre funéraire a livré un mobilier abondant (scramasaxe, umbo de bouclier avec rivets en bronze, pointe de lance, boucle de ceinture, peigne en os, monnaie antique et petit dépôt alimentaire). La troisième se trouvait au niveau de l’interface avec les labours (perle en pâte de verre). L’érosion agricole et les excavations liées aux aménagements de la Grande Guerre ont pu oblitérer une partie des structures. De ce fait, il est impossible de déterminer si le groupe funéraire a été reconnu dans son intégralité. La relation chronologique entre l’habitat et ce groupe funéraire reste encore à préciser. Enfin, à proximité de l’occupation alto-médiévale, une fosse isolée ayant livré de la céramique grise cannelée pourrait témoigner d’une fréquentation plus tardive au cours du Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Landolt, « Geispolsheim (Bas-Rhin). Schwobenfeld », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 190.

Référence électronique

Michaël Landolt, « Geispolsheim (Bas-Rhin). Schwobenfeld » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14357

Haut de page

Auteur

Michaël Landolt

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michaël Landolt

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals