Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros40Chronique des fouilles médiévales...I.- Constructions et habitats civ...I 1. – Opérations de terrainGisors (Eure). Chemin d’Inval

Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Gisors (Eure). Chemin d’Inval

Grabungsleiter: Gilles Deshayes
p. 190

Index-Einträge

Jahr der Geländearbeit:

2009
Seitenanfang

Volltext

1Le contournement nord et ouest de la ville de Gisors a permis de localiser un habitat carolingien étiré sur une terrasse dominant d’environ 6 m le cours actuel de l’Epte. Son occupation est datée des ixe et xe s. par une abondante céramique, homogène, en grande partie beauvaisienne, mais aussi francilienne, souvent peinte (étude Delphine Théolas). Organisée en îlots plus ou moins denses, cette occupation rassemble des bâtiments sur poteaux, des fonds de cabane, un petit grenier (?) en torchis clayonné (importante réserve de pois carbonisés), neuf fours culinaires, une citerne cylindrique et deux sépultures isolées. Les habitants avaient récupéré localement de nombreux matériaux de construction gallo-romains (blocs calcaires et terres cuites architecturales). Le mobilier témoigne de l’artisanat (poinçons de tisserand), de l’agriculture (outillage en fer), de l’élevage (triade domestique, équidés) mais aussi d’un certain niveau social (éperon, gibier dont cervidés).

2Côté Epte, le bord de la terrasse est fossilisé à une date postérieure par le talus d’un imposant fossé en V, creusé en contrebas, accusant une ouverture de près de 10 m et une profondeur de 3 m. Les sources écrites, la toponymie et l’existence d’une même fortification au SE de la Normandie (étudiée par Denis Lepla) permettent d’identifier le fossé royal que Henri II Plantagenêt fit creuser entre 1161 et 1189 en certains points du duché. Le fossé royal pourrait lier Gisors à Neaufles-Saint-Martin (à 2 km), protégeant ainsi les campagnes en pente douce du Vexin normand d’une trop facile conquête française. Ici, le « fossé du roi » fut très progressivement comblé dans les siècles qui suivirent.

Gisors, Chemin d’Inval, céramique granuleuse grésée et peinte, à double collerette, production du Beauvaisis du xe s. (Inv. AP.001-105.799f).

Gisors, Chemin d’Inval, céramique granuleuse grésée et peinte, à double collerette, production du Beauvaisis du xe s. (Inv. AP.001-105.799f).

Dessin et mise au net : Delphine Théolas

Seitenanfang

Abbildungsverzeichnis

Titel Gisors, Chemin d’Inval, céramique granuleuse grésée et peinte, à double collerette, production du Beauvaisis du xe s. (Inv. AP.001-105.799f).
Abbildungsnachweis Dessin et mise au net : Delphine Théolas
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14369/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 237k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Gilles Deshayes, „Gisors (Eure). Chemin d’Inval“Archéologie médiévale, 40 | 2010, 190.

Online-Version

Gilles Deshayes, „Gisors (Eure). Chemin d’Inval“ [archäologische Miszelle], Archéologie médiévale [Online], 40 | 2010, Online erschienen am: 07 September 2018, abgerufen am 28 November 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/14369; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.14369

Seitenanfang

Autor

Gilles Deshayes

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Grabungsleiter

Gilles Deshayes

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Seitenanfang
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search