Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Hatrize (Meurthe-et-Moselle). Poirier Le Loup

Responsable d’opération : Renée Lansival
p. 191

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Localisé dans le nord du département, à quelques kilomètres au nord de Conflans-Jarny, Hatrize est un village installé dans un méandre de l’Orne, affluent de la Moselle. La fouille préventive, préalable à un projet de lotissement au lieu-dit Poirier Le Loup, s’est déroulée au NO du village – attesté dès le xiie s. – et à 150 m de l’église paroissiale. Implanté à flanc de coteau, le gisement surplombe le cours actuel de l’Orne, serpentant à 200 m à l’est. Le terrain, pentu, est marqué par des dénivelés orientés vers le lit de la rivière, dont le principal présente une forte inclinaison d’ouest en est. De nombreuses sources y affleurent. Le substrat est constitué de marne brune sur le banc calcaire. La partie basse du terrain est recouverte d’une épaisse couche de limon brun, résultant du colluvionnement lié à la forte érosion dans ce type de relief accentué. La totalité du site n’a pas été appréhendée puisqu’il s’étend au-delà de la limite NE et SE de l’emprise. Il se développe sur une surface de 3 000 m2.

2Deux grandes phases ont été observées : mérovingienne pour la première (vie-viie s.) et de la période carolingienne au xie-xiie s. pour la seconde. Toutefois, quelques éléments antiques, recueillis au sein du secteur mérovingien, signalent la présence d’une occupation du Haut-Empire dans les environs. Par ailleurs, quelques tessons du bas Moyen Âge ont été prélevés dans deux trous de poteau isolés.

3Le secteur mérovingien du secteur SE, en bas de pente, ne laisse entrevoir aucune organisation structurelle de l’espace.

4La seconde phase, du ixe s. au xiie s., présente deux séquences révélées par la stratigraphie relative, mais non datables par le mobilier céramique. Une première occupation, matérialisée par des excavations (poteaux avec ou sans calage, fosses, tracés linéaires, sablières basses, un bâtiment sur poteaux, deux cabanes excavées, un four domestique avec fosse d’accès, un four de torréfaction probable (dont le remplissage est saturé en graines carbonisées…), est sous-jacente à une installation plus récente à laquelle appartiennent deux bâtiments en pierre, des vestiges de solins et drains de deux autres édifices très mal conservés, des drains et des fossés. Les deux édifices sur radiers de pierre les mieux conservés sont localisés en limite nord de l’emprise et présentent pratiquement la même orientation (SO-NE). Une dizaine de mètres les séparent l’un de l’autre. Avant d’ériger le bâtiment I, le terrain a été décaissé afin d’y aménager une terrasse. L’édifice, constitué de deux corps mitoyens, se développe sur 10 m minimum, avant de s’engager au-delà de la limite de fouille. Le corps le plus complet épouse une forme presque carrée (8,50 x 9 m) et se développe sur 76,5 m2. Ce bâtiment, constitué de larges murs (70 cm de largeur) en moellons calcaires, relativement plats, présente une particularité technique, mise au point pour résoudre le problème des eaux de source résurgentes : le mur de fondation orienté dans le sens de la pente est drainant. En effet, la première assise de ce mur est un drain composé de deux rangs de moellons assez plats de part et d’autre de la rigole d’écoulement, couverte par un moellon posé à plat, les assises supérieures étant posées ensuite sur ce drain. Par ailleurs, deux autres drains en pierre (dont l’un avec double embranchement) ont été installés à l’intérieur du bâtiment. Ils sont constitués de pierres dressées de chant pour les bords et d’autres posées à plat en guise de couverture. De même, à l’extérieur, un autre drain longe la façade ouest du bâtiment. Un foyer aménagé en pierre chauffe le corps principal. La particularité du second bâtiment est le mode de construction du mur le mieux conservé : les moellons sont disposés de manière inclinée afin de créer une sorte de hérisson. Des tranchées peu profondes, dans l’emprise du bâtiment, correspondent probablement à des vestiges de sablières basses de parois intérieures. Le comblement de l’une d’entre elles est saturé de nodules de torchis brûlé et de fragments de charbon de bois de chêne. Il s’agit vraisemblablement de l’ultime trace d’une paroi en pan de bois ayant brûlé.

5Plusieurs drains en pierre parsèment le terrain. Certains se dirigent vers un fossé longeant la limite nord du gisement et dont la fonction est de collecter les eaux.

6Si la faune constitue un lot plutôt modeste, en revanche certains ossements s’avèrent intéressants sur le plan pathologique. L’ensemble céramique est proportionnellement riche par rapport aux types de structures mis au jour. Si le mobilier métallique est relativement pauvre, en revanche quelques pierres à affûter ont été recueillies. Cet habitat appartient vraisemblablement à un complexe agricole.

7L’intérêt de cette fouille est d’avoir mis en lumière un habitat alto-médiéval, proche de l’église paroissiale, ainsi que la pérennité d’occupation du vie s. au xie-xiie s. Elle informe sur la genèse des villages médiévaux de la vallée de l’Orne, où plusieurs campagnes de fouille préventive ont déjà révélé une occupation continue de l’époque mérovingienne jusqu’au xve s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renée Lansival, « Hatrize (Meurthe-et-Moselle). Poirier Le Loup », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 191.

Référence électronique

Renée Lansival, « Hatrize (Meurthe-et-Moselle). Poirier Le Loup » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14373

Haut de page

Auteur

Renée Lansival

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Renée Lansival

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals