Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Lyon (Rhône). Quai Saint-Antoine, place d’Albon

Responsable d’opération : Éric Bertrand
Notice rédigée avec Emma Bouvard
p. 194

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Sur la rive gauche de la Saône, la fouille (5 000 m²) occupe la partie septentrionale du quai Saint-Antoine et la place d’Albon sur la presqu’île lyonnaise. Le quartier est situé au cœur de la ville médiévale, organisé autour de l’église Saint-Nizier. Depuis le milieu du xie s., le « pont de Pierre » (renommé pont du Change et détruit au milieu du xixe s.) reliait la presqu’île (au niveau de la place d’Albon) au quartier cathédral sur la rive opposée de la rivière.

2En dépit de nombreuses difficultés techniques (maintien de la circulation automobile sur un axe majeur, conservation des réseaux actifs), sept sondages ont pu être réalisés : quatre sur le quai Saint-Antoine, trois sur la place d’Albon. Les investigations sur le quai ont pu être menées jusqu’à 6 m de profondeur, révélant notamment le mur du quai édifié au xviiie s. et un ensemble bâti en bord de rivière, antérieur au milieu du xvie s. Les éventuels niveaux de berges médiévaux qui auraient survécu aux travaux de construction des quais n’ont pas été atteints.

3Sur la place d’Albon (ouverte au xixe s.), plusieurs îlots d’immeubles modernes ont profondément amputé la stratigraphie, jusqu’aux niveaux antiques. Un seul sondage, le plus proche de la rivière, a permis une observation continue de la stratigraphie médiévale. Sous des niveaux de circulation modernes (xve-xvie s.), trois puissants murs se superposent, montrant à chaque fois une orientation N-S légèrement décalée. Leur mise en œuvre, en blocs de granit ou de gneiss liés avec un mortier de chaux chargé de graviers de rivière, est conforme à d’autres éléments contemporains déjà observés (enceinte canoniale repérée rue Lavarenne en 2005). Les largeurs respectives de ces murs apparus en bordure de sondage n’ont pas toujours pu être relevées (90 cm pour le mur intermédiaire dont les trois assises conservées reposaient sur un radier de blocs disposés de biais sans liant). Il ne subsiste des deux autres murs que deux ou trois assises.

4Aucun niveau de sol associé à ces structures n’a été reconnu. En revanche, une série de trous de poteaux arasés a été mise au jour. Ils forment une ligne parallèle au second mur dont ils sont distants d’une vingtaine de centimètres ; plus au SO, huit trous de piquet sont regroupés de façon informelle. Tous s’ouvrent dans un remblai hétérogène percé par plusieurs fosses circulaires, comblées par une terre noire très organique et riche en céramique. La typologie des oules (avec quelques fonds marqués) et des cruches en céramique commune sombre grise est attribuable au xe-xie s. (étude céramologique C. Mège).

5La chronologie de ces éléments correspond à la datation communément admise pour la construction du premier pont de pierre médiéval lyonnais (autour de 1070), dont l’emplacement jouxte le secteur sondé. Ces découvertes sont les premières du genre pour la rive gauche de la Saône tant par leur nature que par leur chronologie.

Lyon, quai Saint-Antoine, place d’Albon, fondation (côté ouest) du deuxième mur médiéval.

Lyon, quai Saint-Antoine, place d’Albon, fondation (côté ouest) du deuxième mur médiéval.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Lyon, quai Saint-Antoine, place d’Albon, fondation (côté ouest) du deuxième mur médiéval.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14421/img-1.jpg
Fichier image/, 543k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emma Bouvard, « Lyon (Rhône). Quai Saint-Antoine, place d’Albon », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 194.

Référence électronique

Éric Bertrand, Emma Bouvard, « Lyon (Rhône). Quai Saint-Antoine, place d’Albon » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14421

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Bertrand

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals