Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Manosque (Alpes-de-Haute-Provence). Rue Sans Nom

Responsable d’opération : Éric Thirault
p. 196

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Sise en contrebas et au sud du rempart du castrum de Manosque, la rue Sans Nom borde d’anciens jardins convertis en parking et aujourd’hui objets d’un projet de construction immobilière.

2Selon un premier diagnostic, auraient été retrouvés un niveau du Néolithique final et/ou de l’âge du fer, dans lequel s’ouvraient deux fosses attribuées au Néolithique final sur la foi du mobilier, surmonté d’une succession de couches médiévales et modernes témoignant de terrassements importants dans la parcelle, confortés par des murs d’orientation N-S. Dans le premier niveau médiéval, six fosses avaient été identifiées, certaines qualifiées de silos.

3La fouille prescrite dans la partie centrale de la parcelle sur une superficie de 250 m2 à l’ouverture a permis de nuancer ce premier constat. Le soubassement du terrain, en forte pente du NE vers le SO, est constitué de safre (sables plus ou moins carbonatés et indurés). Un dépôt colluvial le nappe dans la partie SO. Dans cette partie du décapage, la stratigraphie dépasse les 3 m d’épaisseur, mais aucun niveau pédologique ni sol d’occupation préhistorique n’a pu être mis en évidence. Un seul creusement, qui pourrait correspondre à un chablis, est attesté à ce niveau, avec, au-dessus, un ou deux paléosols historiques. On peut émettre l’hypothèse que ce(s) sol(s) se sont développés à partir de l’Antiquité, datations fournies par le mobilier collecté. Au-dessus, de puissants remblais sont mis en place à l’époque moderne pour aplanir le terrain, assortis probablement d’une entaille en amont dans les niveaux antérieurs et le safre en place.

4Dans ce(s) paléosol(s) ou directement sous le remblai, 23 fosses (en comptant les découvertes du diagnostic) peuvent être attribuées au Moyen Âge. D’après le mobilier céramique (étude en cours), leur chronologie s’étend du haut Moyen Âge au Moyen Âge central. Un fond de cabane rectangulaire de 2,5 x 1,7 m, avec des négatifs de poteaux, peut être relié à ces occupations que recoupe un grand mur de soutènement en arc de cercle, dont il ne reste que la fondation.

5Enfin, quatre fosses carrées et une fosse ovale posent un problème non résolu à ce jour : elles contiennent pour partie un sédiment sombre et du mobilier néolithique ; la seconde composante du comblement est beaucoup plus claire et contient quelques tessons médiévaux à modernes. À ce stade de l’étude, nous privilégions l’hypothèse de fosses historiques (plantation d’arbres ?) comblées pour partie avec un sédiment issu d’un paléosol ou de fosses néolithiques toutes proches.

6L’occupation médiévale mise en évidence dans cette parcelle proche, sinon partie prenante, de la villa Manuasca, connue par les textes des xe-xie s., apporte un éclairage nouveau sur la formation de l’habitat urbain de cette agglomération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Thirault, « Manosque (Alpes-de-Haute-Provence). Rue Sans Nom », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 196.

Référence électronique

Éric Thirault, « Manosque (Alpes-de-Haute-Provence). Rue Sans Nom » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14437

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Thirault

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals