Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Metz (Moselle). Place Mazelle

Responsable d’opération : Gaël Brkojewitsch
Notice rédigée avec Julien Trapp
p. 198

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Préalablement à la construction d’un bassin de retenue d’eau de 19 m de profondeur sous la place Mazelle, une fouille a été prescrite afin de documenter les niveaux gallo-romains, médiévaux et post-médiévaux. Elle s’est déroulée dans un périmètre délimité par les parois moulées du bassin, sur une surface d’environ 750 m², à l’extérieur des remparts médiévaux construits lors de l’agrandissement de la ville en 1230. Au xiiie s., le ruisseau de la Cheneau (qui afflue naturellement dans la Seille au niveau du pont Sainte-Barbe) aurait été relié artificiellement à la Seille 2 km en amont, sous l’actuelle place Mazelle. Ce fossé probablement en pleine terre apparaît pour la première fois sur le plan du siège de la ville de Metz en 1552. Entre 1678 et 1698, Vauban réalise à la demande de Louis XIV d’importants remaniements sur les fortifications messines. Il entreprend également une régulation du débit de la Seille dont le cours traverse la ville depuis l’actuelle rue Haute-Seille jusqu’à la rue des Tanneurs. Pour ce faire, il procède à la construction d’une écluse, qu’il adosse à l’ouest du pont de la porte Mazelle, et il réaménage l’ancien fossé en stabilisant le fond et en le dotant de berges maçonnées et enrochées. C’est probablement ce circuit alternatif qui a été mis au jour lors de la fouille de 2009. Il permettait de faire circuler les eaux de la Seille en déchargeant le débit dans le périmètre de la ville. On imagine que ce canal était ouvert quand le volume était trop abondant pour éviter les débordements. Entre 1904 et 1905, le lit de la Seille (à l’intérieur de la ville), les fossés des remparts et les autres structures associées ont été définitivement remblayés afin d’améliorer la circulation et de créer les boulevards périphériques de l’agglomération.

2La structure a été reconnue sur une distance de 30 m. L’ouverture maximale est estimée à 11 m pour une profondeur maximale de 4,50 m. Il s’agit d’une puissante construction comportant un socle localement maçonné sur lequel se fondent les murs de berges. Au nord, le mur a été relevé sur une hauteur de 3 m. La technique employée pour la mise en œuvre est mixte : les fondations sont fichées sur des pieux en bois, parfois dotés de sabots métalliques, qui arment toutes les maçonneries. L’étude des cernes de croissance de cette armature en bois, découverte dans un état de conservation exceptionnel, doit fournir les éléments de datation permettant de valider l’hypothèse énoncée ci-dessus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Trapp, « Metz (Moselle). Place Mazelle », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 198.

Référence électronique

Gaël Brkojewitsch, Julien Trapp, « Metz (Moselle). Place Mazelle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14469

Haut de page

Auteur

Julien Trapp

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals