Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Ostheim (Haut-Rhin). Birgelsgaerten

Responsable d’opération : Thierry Logel
Notice rédigée avec Olivier Putelat et Marine Queyras
p. 203-204

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1La commune d’Ostheim est localisée à une dizaine de kilomètres au nord de Colmar entre les premières collines sous-vosgiennes et le grand Ried centre Alsace, une vaste zone humide. La prescription archéologique s’étend sur environ 0,9 ha, et se situe à la limite entre la terrasse de lœss et une zone alluviale très argileuse parcourue par un paléochenal d’une rivière vosgienne, la Fecht. Bien que diffus sur l’ensemble de l’emprise, c’est dans la partie alluviale que se concentrent les plus importants vestiges du haut Moyen Âge. Cette occupation, distinguée en deux phases, se compose d’un ensemble de bâtiments de plain-pied (6 bâtiments identifiés), de 18 cabanes excavées, de 15 sépultures ainsi que de nombreux silos, fosses, foyers, trous de piquet, etc., soit près d’un millier de structures.

2La phase 1, datée de la seconde moitié du viie s., constitue la période de fondation du site. Un établissement rural est circonscrit par une clôture palissadée et par le paléochenal, formant un espace rectangulaire de 50 m sur 35. Sur cette même limite, s’établissent plusieurs cabanes excavées, puis une série de sépultures d’enfant. Hors de l’enclos, les autres vestiges s’organisent en partie en fonction de cet établissement qui structurait l’occupation médiévale du site. Le plan de l’édifice principal (bâtiment 3) présente un radier de galets de forme rectangulaire d’une surface d’environ 30 à 35 m2. La présence de calages réguliers a pu être constatée. Ce type d’aménagement est inédit à ce jour dans la région. Les autres édifices sont localisés hors de l’enclos. Le bâtiment 6, qui présente un plan carré de 6,50 m de côté, peut être interprété comme un grenier à grains.

3C’est hors de l’enclos, à environ 30 m à l’ouest du bâtiment principal, sur la terrasse de lœss, qu’est localisée la grande fosse 3 325. Y a été mis au jour un ensemble de restes de faune original pour la France, composé aussi bien de faune sauvage (aurochs, élan, etc.) que domestique et qui semble attester une chasse aristocratique aux alentours du site.

4La phase 2, attribuée à la fin du viie s. et au viiie s., correspond à une concentration de l’activité dans l’enclos palissadé et ses alentours. Des bâtiments sur poteaux se substituent aux anciennes cabanes excavées. Des sépultures sont creusées à l’emplacement de la clôture. L’occupation semble presque exclusivement résidentielle, avec une concentration du stockage des céréales, et des critères sélectifs (âge ou état social) pour la population inhumée.

5L’hypothèse d’un domaine seigneurial, pouvant expliquer simultanément l’organisation stricte de l’espace enclos, le stockage de céréales, l’architecture et la présence sur son abord d’une fosse contenant d’importants vestiges d’une chasse de type aristocratique, ne peut donc être exclue même si les vestiges sont ténus et les critères d’identification incertains. La localisation hors de l’enclos palissadé de cette fosse de rejet de boucherie n’apparaît pas en contradiction avec l’interprétation résidentielle et réservée de l’espace enclos.

6Sur plus de 3 000 restes osseux pour le haut Moyen Âge, le fond de cabane 3 219 et la fosse 3 325 ont livré un spectre de faune domestique classique pour l’Alsace mérovingienne et un taux élevé de gibier (8 % des 320 restes déterminés et 16 % du poids des restes). La petite faune sauvage (loutre, canard colvert, ichtyofaune) est en relation avec l’environnement humide de Birgelsgaerten. On dénombre surtout trois cerfs, du sanglier et, fait exceptionnel, la présence non fortuite de l’aurochs et de l’élan, exceptionnels en Gaule mérovingienne (aurochs : quatre occurrences connues à ce jour y compris Ostheim ; élan : aucune autre occurrence), de surcroît réunis dans une même fosse (étude de la faune : Olivier Putelat).

7Quinze sépultures en lien direct avec les structures mises au jour se divisent en deux grandes phases chronologiques : la première, fin viie s., correspond, d’une part, à deux individus adultes inhumés à l’arrière du bâtiment 1, accompagnés de mobilier, en particulier une plaque-boucle damasquinée, d’autre part, à un autre groupe d’individus (deux jeunes enfants, un adolescent et un adulte). À la seconde phase, datée par 14C de la fin viiie-ixe s., correspondent des sépultures à l’intérieur de l’enclos, en limite de palissade. L’une d’elles réemploie une cabane excavée, le long de la façade occidentale. Cette seconde phase est caractérisée par une prédominance d’individus immatures (neuf pour un adulte mature-âgé). La répartition par âge au décès a mis en évidence la part importante des enfants décédés avant l’âge de 4 ans, mais également une surreprésentation des adolescents. Selon C. Treffort, la présence de sépultures au contact de l’habitat serait le témoignage d’un moment où la contrainte paroissiale n’est pas généralisée. (Étude anthropologique : Marine Queyras.)

8L’analyse carpologique (Caroline Schaal) a révélé la présence de nombreuses paléosemences de plantes cultivées et sauvages. L’économie agraire reposait sur l’agriculture céréalière (blé, froment, orge, seigle) et sur la fructiculture (noyer, prunier, vigne).

9L’étude paléo-environnementale (Thomas Vigreux) a montré que l’ancien bras de la Fecht, recoupé par la fouille, est en lien avec l’occupation du site au viiie s. L’ancien cours d’eau forme un large méandre au SO. Les paramètres granulométriques mettent en évidence un milieu très turbide et une rivière au régime hydrologique très contrasté (crues saisonnières). Au xiiie s., l’ancien bras est comblé, recouvert par un large dépôt d’inondation de la Fecht qui devait déjà s’écouler plus à l’ouest, comme le montre la disparition du spectrogramme des terrasses lœssiques.

Ostheim, Birgelsgaerten.

Ostheim, Birgelsgaerten.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Ostheim, Birgelsgaerten.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Putelat et Marine Queyras, « Ostheim (Haut-Rhin). Birgelsgaerten », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 203-204.

Référence électronique

Thierry Logel, Olivier Putelat et Marine Queyras, « Ostheim (Haut-Rhin). Birgelsgaerten » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14533

Haut de page

Auteurs

Olivier Putelat

Articles du même auteur

Marine Queyras

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Logel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals