Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Pailherols (Cantal). La Montagne de Vixouze. Site 1277

Responsable d’opération : Frédéric Surmely
p. 205

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre du programme d’études sur le peuplement de la planèze sud du Plomb du Cantal, a été étudié un bâtiment situé à une altitude de 1 205 m, près d’une petite source qui coule à moins de 30 m en contrebas. La structure est éloignée de tout site médiéval, moderne ou plus récent (burons en pierre).

2Le bâtiment, sondé sur une surface de 15 m², mesure 7,50 m de longueur intérieure pour une largeur estimée à 3,50 m, soit 25 m2 de surface habitable. Les murs, conservés sur une hauteur d’1 m, sont composés de blocs de belle dimension, soigneusement appareillés, mais sans mortier. L’intérieur de la structure était entièrement rempli de pierres résultant de l’effondrement des murs, ce qui suppose une élévation initiale bien plus importante des murs, tant gouttereaux que pignons. Une seule occupation a été retrouvée, contenant des tessons ainsi que de très nombreux charbons de bois résultant de l’incendie du bois d’œuvre. Dessous se trouvait le sol de la structure, composé de plusieurs niveaux de pierres plates, formant un dallage grossier. Aucune séparation intérieure n’a été reconnue.

3Deux accès ont été découverts. L’accès principal s’ouvre dans la partie NE du mur gouttereau est. Sa largeur est de 1,30 m. L’ouverture est prolongée par un couloir courbe, bâti de la même façon et long de plus de 7,20 m. L’autre accès, plus modeste, correspond à un escalier aménagé dans le mur pignon nord et qui aurait pu desservir un étage supérieur, avec accès ou non sur l’extérieur.

4La reconstitution précise du type de charpente reste encore impossible. On peut supposer une toiture à deux pans, avec une charpente reposant sur le haut des murs en pierre, soit par pose directe des arbalétriers, soit par le biais d’une sablière, ou bien de type « crück ». La couverture devait être de nature végétale.

5La datation par 14C d’un charbon de bois a donné le résultat suivant : 1020-1210 AD. La céramique forme un lot homogène et quantitativement assez important, qui contraste avec la pauvreté des contextes plus tardifs des abris pastoraux. Les formes identifiées se rapportent toutes à des récipients de taille assez importante, modelés, non glaçurés, assimilables à des pots à cuire, où les éléments de décor sont presque totalement absents. Nous avons également trouvé quelques éléments en métal, ainsi qu’une pointe de flèche préhistorique récupérée.

6Le soin apporté à la construction de la structure, ses dimensions importantes, l’épaisseur des murs, l’aménagement d’un très long couloir courbe d’accès, la quantité de mobilier retrouvé sont autant d’arguments en faveur d’un bâtiment lié à une occupation permanente. Les dimensions des accès et l’absence de division interne plaident en faveur d’une structure unicellulaire réservée à l’habitat des hommes, bien qu’aucun aménagement de foyer n’ait été retrouvé dans la partie fouillée.

7Les structures les plus proches, à la fois géographiquement, typologiquement et chronologiquement, sont celles du village n° 53 de la Montagne de Bouyssou, distant d’environ 400 m à vol d’oiseau. De profondes analogies, notamment l’existence du couloir d’accès, existent avec les constructions du hameau nord-cantalien de Cotteuges, et de plusieurs sites de l’Aubrac. Mais le site 1277 correspond à une forme inédite d’habitat dispersé en montagne.

Pailherols, la Montagne de Vixouze. Site 1277, vue de la structure, avec les deux accès.

Pailherols, la Montagne de Vixouze. Site 1277, vue de la structure, avec les deux accès.

Cl. F. Surmely

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pailherols, la Montagne de Vixouze. Site 1277, vue de la structure, avec les deux accès.
Crédits Cl. F. Surmely
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Surmely, « Pailherols (Cantal). La Montagne de Vixouze. Site 1277 », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 205.

Référence électronique

Frédéric Surmely, « Pailherols (Cantal). La Montagne de Vixouze. Site 1277 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14549

Haut de page

Auteur

Frédéric Surmely

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Frédéric Surmely

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals