Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Reims (Marne). Abords des Halles du Boulingrin

Responsable d’opération : Régis Bontrond
p. 207-208

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1La fouille, localisée sur le domaine de la Commanderie du Temple, créé au xiie s. et démantelé en 1792, a mis au jour des maçonneries appartenant sans doute à des bâtiments qui en dépendent.

2Les constructions les plus anciennes paraissent localisées à l’ouest, le long de la rue menant à la Porte de Mars médiévale, érigée au xiiie s. Elles présentent une maçonnerie constituée de petits blocs de matériaux mixtes (calcaire, grès…) délimitant deux bâtiments. Un puits à ouverture ovale de 0,50 m par 0,40 m est intégré au mur mitoyen. Les éléments de datation manquent pour en préciser la période de construction (Moyen Âge ou époque moderne).

3À l’est, rue Olivier Métra, la courtine de la fortification du Bas-Empire n’a pas été observée, mais son emplacement semble avoir été pérennisé jusqu’au début du xxe s. par une limite parcellaire repérable également sur le cadastre napoléonien et matérialisée par un mur d’axe NO-SE constitué dans un premier temps de blocs de calcaire et de meulière, puis repris en moellons de craie dans une phase ultérieure. Les constructions sont orientées NO-SE, respectant ainsi l’axe du rempart antique. Au sud de ce dernier, un long mur perpendiculaire, constitué de moellons de craie, structure l’espace. De part et d’autre se développent des cloisons de composition identique. Deux structures circulaires voûtées en coupole, également édifiées en moellons de craie, peuvent correspondre à des glacières. Cet ensemble ne paraît pas antérieur au xvie s. Au nord, l’espace est organisé selon les mêmes axes. Les niveaux les plus anciens repérés sont constitués d’un sol d’argile damée sur lequel était posé un carrelage : le négatif de quelques carreaux est encore visible dans le mortier reposant sur l’argile. Plusieurs carreaux de pavement glaçurés ont par ailleurs été retrouvés dans les remblais postérieurs. Cet espace est limité par deux cloisons d’argile de 0,30 m de largeur.

4La superficie restreinte des tranchées ne permet pas de restituer le plan complet des bâtiments. Le quartier a subi de nombreuses destructions au cours de la première guerre mondiale avant d’être totalement rasé pour laisser la place à l’actuel bâtiment des Halles du Boulingrin, inauguré en 1928.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Bontrond, « Reims (Marne). Abords des Halles du Boulingrin », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 207-208.

Référence électronique

Régis Bontrond, « Reims (Marne). Abords des Halles du Boulingrin » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14589

Haut de page

Auteur

Régis Bontrond

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Régis Bontrond

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals