Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Saint-Projet-Saint-Constant (Charente). Le Champs des Ronces

Responsable d’opération : Thierry Cornec 
Notice rédigée avec Emmanuel Barbier et Simon Painsonneau
p. 211-212

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1La fouille a permis de préciser la nature et la chronologie des premières découvertes effectuées lors du suivi archéologique des travaux du contournement de La Rochefoucauld. Silos, arases de bâtiment et fossés sont datés du Moyen Âge classique.

2Une clôture légère, composée de plusieurs fossés interrompus, dessine un enclos d’environ 25 m de diamètre. Elle ceint plusieurs batteries de silos enterrés, un bâtiment sur solin de pierre qui abrite successivement l’entrée d’une salle souterraine et un four. Le bâtiment s’inscrit dans un quadrilatère de 10 m sur 7,5 m matérialisé par de solides fondations de pierre, larges de près de 1 m. Son plan originel dessine un U, ouvert au nord. C’est de ce côté du bâtiment que s’amorce, par une rampe taillée dans le calcaire, l’entrée d’un souterrain. Une descente souterraine de 7 m de long, en partie comblée, montre un cheminement peu aisé : un plan en chicane et une voûte abaissée à moins de 1,5 m de hauteur se combinent avec un emmarchement fruste et irrégulier taillé dans le rocher calcaire. Elle aboutit à plus de 3 m de profondeur à une salle rectiligne. Celle-ci, longue de 9 m et haute de près de 2 m, ne comporte aucun aménagement particulier permettant d’identifier sa fonction. Lors de sa découverte, cette partie du souterrain n’était comblée que par un niveau terreux organique peu épais, riche de débris de céramiques et de faune. À son extrémité, signalée par un cône d’éboulis, un vaste puits cylindrique et vertical perce la voûte, destiné à faciliter l’extraction des matériaux issus de l’aménagement. La salle se poursuit au-delà, mais le réseau s’enfonce à nouveau, cette fois comblé entièrement : l’exploration s’est arrêtée. La fouille partielle de ce souterrain, sans doute la partie aménagée d’un réseau naturel d’origine karstique, n’a pas permis d’en ­reconnaître la fonction ; si l’entrée en chicane évoque une protection – mais aucun élément de fermeture n’a pu être identifié avec certitude –, ceci ne contredit pas une plus simple vocation de stockage.

3À la surface, quatorze silos sont dispersés à l’intérieur ou près des limites de l’enclos : ces fosses piriformes, découvertes comblées, sont creusées par groupe à l’intérieur de la clôture. Les mieux conservées accusent des profondeurs d’environ 1,5 m pour un diamètre maximum d’1 m. La nature des comblements, souvent issus des rejets de creusement de silos voisins, implique un renouvellement constant de ces fosses de stockage des récoltes. Certaines ont gardé, au fond de leur remplissage, les traces ténues, sous la forme de graines conservées, de l’activité agricole du lieu.

4La transformation du bâtiment, accompagnée de l’abandon du souterrain, voit naître une autre activité : le simple abri de l’entrée du souterrain devient un fournil. Afin de recevoir le four, le bâtiment est fermé au nord par la construction d’un mur de facture plus légère et moins large que les murs gouttereaux du bâtiment. L’accès au souterrain est aussi condamné par un opercule en grandes dalles de calcaire et le puits comblé par un apport de terre. Ce nouveau bâtiment accueille un four de près de 5 m de diamètre, assis sur de larges fondations de pierre. Au centre de cette construction arasée, la sole de cuisson, une simple plaque d’argile indurée, est néanmoins conservée. L’aménagement de l’alandier a nécessité la destruction du pignon sud du bâtiment et l’aire de travail, limitée par deux fossés, empiète sur le fossé de clôture. Une ouverture aménagée dans le mur pignon, au nord du bâtiment, rend aussi accessible l’arrière du four où un espace de circulation ou de stockage est encore matérialisé par les vestiges d’un sol composé de débris de calcaire damé. Cette évolution radicale du site concerne uniquement le bâtiment et le souterrain. L’utilisation des silos continue, avec le creusement de nouvelles fosses.

5L’occupation et la transformation de cette petite exploitation agricole sont bien cadrées dans le temps grâce à la découverte de mobilier pertinent. Elles permettent de préciser un cadre chronologique court, environ un siècle, autour du xie s. Parmi des objets classiques, évoquant des activités agro-pastorales (couteaux, houe, clarine) et artisanales, se distinguent un cor de chasse et un fer de trait, rappelant une activité cynégétique. Le mobilier céramique, peu remarquable, regroupe quelques pots à cuire et de rares cruches. La découverte de cadavres d’un bœuf (dans un silo) et de porcelets (dans le puits du souterrain) et le peu de rejets de consommation évoquent à nouveau une exploitation agricole en partie dédiée à l’élevage plutôt qu’un habitat ou site de consommation.

6Une activité aussi resserrée autour de l’ensilage, marquée par les nombreux silos et peut-être le souterrain, dessine l’image d’une exploitation agricole à vocation unique et pérenne de stockage. Ces exemples d’occupations où l’habitat est exclu et la part strictement agro-pastorale isolée restent rares : le site des Renclos à Pisany en Charente-Maritime peut illustrer ce cas.

7Les données historiques et topographiques demeurent quant à elles trop lacunaires pour appréhender pleinement la nature du domaine découvert au sein de la forêt de la Braconne. L’étude documentaire (E. Barbier) aboutit toutefois à dégager quelques hypothèses :

  • l’aire géographique au sein de laquelle se tient le site du Champs des Ronces dépendait probablement du comte d’Angoulême. Toutefois, en l’absence de structures d’encadrement connues (alleutier, châtelain…) potentiellement associées à cette puissance publique fait état d’un réseau relativement lâche, voire inexistant ;
  • cette donnée doit être confrontée avec l’absence de référence à une quelconque entreprise collective et encadrée de défrichement sur le secteur, contrairement à d’autres massifs forestiers charentais (la Boixe) ou saintongeais (le Baconais) ;
  • un peuplement, cantonné aux lisières, se développe à la fin du xie s., comme semblent l’indiquer les deux paroisses de Saint-Projet et Saint-Constant.

Saint-Projet-Saint-Constant, le Champs des Ronces, plan général des vestiges.

Saint-Projet-Saint-Constant, le Champs des Ronces, plan général des vestiges.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Projet-Saint-Constant, le Champs des Ronces, plan général des vestiges.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier et Simon Painsonneau, « Saint-Projet-Saint-Constant (Charente). Le Champs des Ronces », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 211-212.

Référence électronique

Thierry Cornec , Emmanuel Barbier et Simon Painsonneau, « Saint-Projet-Saint-Constant (Charente). Le Champs des Ronces » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14657

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Simon Painsonneau

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Cornec 

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals