Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
I.- Constructions et habitats civils - Environnement rural et urbain
I 2.- Prospections

Côte-Saint-André (La) (Isère). Mas du Rival et la Gare et Olagnières-Sud

Responsable d’opération : Denis Gonin
p. 218-219

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2009
Haut de page

Texte intégral

1En 2008, une prospection pédestre préalable à l’implantation d’une ZAC a été réalisée dans la plaine de la Bièvre au sud de La Côte-Saint-André aux mas du Rival et la Gare et des  Olagnières-Sud. La plaine de La Côte-Saint-André ou, plus généralement de la Bièvre, est un lit d’ancien glacier. Elle garde les traces de plusieurs glaciations et est constituée d’alluvions fluvio-glaciaires et fluviatiles. Elle se situe entre Grenoble et Vienne, commence à Beaucroissant et débouche en pente douce sur la plaine de la Valloire à l’ouest, au niveau de Beaufort. Au nord se situe la plaine du Liers. Celle de la Bièvre a un réseau hydrographique réduit au minimum. Un seul cours d’eau traverse la plaine d’est en ouest : le Rival. Cette zone est intéressante : c’est un passage entre les Alpes et le Rhône.

2La Côte-Saint-André est un village situé au pied d’une pente constituée de colluvions. C’est dans cette commune qu’avait été découvert, en 1888, un char de bronze (exposé au musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon). Une recherche documentaire a permis de déterminer le lieu de la découverte, vers le mas de Garchat, et une relecture des textes d’Ernest Chantre, Joseph Déchelette et Gabriel Chapotat a permis de déduire l’existence de trois tumuli dont la position a été retrouvée grâce à des superpositions de plans cadastraux et de photos aériennes.

3Parallèlement à cette recherche, une prospection pédestre a permis de retrouver des fragments de tegulae, présents en faible quantité et géo-référencés à l’aide d’un GPS standard. Ont été sélectionnés les fragments d’une longueur d’environ 5 cm et de 2 cm d’épaisseur ainsi que tous les types de mobilier (tessons de céramique, verre, scories, meules…). Les passages sont espacés de dix pas et sont toujours de même orientation. Des cartes sont tirées de ces relevés, et une vaste zone d’occupation apparaît alors avec de multiples concentrations (qui seraient passées inaperçues lors d’une prospection traditionnelle). Le résultat de cette méthode permet l’élimination de l’hypothèse d’un dépôt récent. Des prospections plus fines (passages espacés de trois pas) sont réalisées ensuite.

4Cette méthode exigeante a révélé une surface d’occupation importante dont l’interprétation reste délicate. Le mobilier céramique, peu présent, renseigne toutefois sur l’existence d’une occupation jusqu’au haut Moyen Âge. En 2009, la même méthodologie a été appliquée pour les mas de Gagnage (à Gillonnay et Brezins), des Saints (à Brezins), de la Magdelaine et du Grand Chemin (La Côte-Saint-André). Des concentrations ont été découvertes et viennent prouver une occupation le long du Rival. De nouvelles prospections ont également été faites sur des petites zones définies des Olagnières et du Rival et la Gare dans le but d’enrichir la quantité de mobilier trouvé en 2008. Malgré la sécheresse, des découvertes permettent d’envisager une occupation au Néolithique.

5Un diagnostic est en cours sur l’implantation de la ZAC du Rival. Il comporte trois phases. Deux périodes ressortent : la protohistoire, avec des fours à pierres chauffées, et une occupation du ve au xiie s., antérieure au château de Bressieux situé un peu plus au sud (Stéphane Bleu, INRAP). Ces occupations feront l’objet d’une fouille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Gonin, « Côte-Saint-André (La) (Isère). Mas du Rival et la Gare et Olagnières-Sud », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 218-219.

Référence électronique

Denis Gonin, « Côte-Saint-André (La) (Isère). Mas du Rival et la Gare et Olagnières-Sud » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14733

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals