Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur, chapelle Saint-Lazare et mur gouttereau nord

Responsable d’opération : Sandrine Claude
p. 221

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Le programme de restauration porté par les Monuments historiques sur le flanc nord de la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence a donné lieu à la réalisation d’une fouille préventive dans la chapelle Saint-Lazare et à une campagne de relevé et d’analyse des élévations nord de la cathédrale. Ces opérations, dans un quartier qui, dès l’Antiquité et sans hiatus jusqu’à nos jours, est resté fortement structuré par le bâti monumental public (forum, basilique civile, puis groupe épiscopal), ont permis de reprendre un travail sur les extensions gothiques de la cathédrale.

2Le site, qui présente un fort dénivelé du nord au sud, a subi, lors de la construction de Saint-Lazare, un important décaissement qui a totalement détruit les niveaux d’occupation attribuables au iie s. de notre ère jusqu’à la fin du xviie s. Les aménagements modernes liés à l’édification de cette chapelle latérale se trouvent ainsi directement en contact avec les niveaux du Haut-Empire. À cette période, doit être rattaché un sol cendreux chargé en battitures, dont la présence trahit la proximité d’une forge installée au changement d’ère. Dans le courant du ier s., est construit dans ce niveau un égout reconnu, du NO au SE, sur une longueur de 7 m, dont la majeure partie a fait l’objet d’une récupération (fig.). Initialement couvert de dalles, ce collecteur situé en marge de la voirie connue est, dans un second temps, voûté lorsqu’il est décidé d’en barrer le conduit par un muret, pour créer en amont un sas de décantation. Un rehaussement des niveaux de sol a accompagné ces travaux.

3Sur toute l’emprise de la chapelle Saint-Lazare, le Moyen Âge n’est représenté que par un vestige de la chapelle de l’archevêque Olivier de Pennart, adossée au flanc de la nef romane dans le deuxième tiers du xve s. Le dégagement, en limite de l’aire fouillée, de l’arase de son mur nord éventré par l’arc d’entrée de la chapelle Saint-Lazare a révélé un dispositif de fondation tout à fait singulier. Cette maçonnerie de moellons construite avec soin a, en effet, été installée dans une tranchée large dont le creusement a perforé les niveaux antiques jusqu’au sol naturel et dont le comblement a inclus, dans un massif sommairement maçonné, le tambour d’une colonne antique sans doute rencontrée lors des travaux d’affouillement. Les élévations susceptibles d’apporter une explication fonctionnelle à un tel dispositif ont disparu sous les constructions modernes.

4Si les travaux de la chapelle Saint-Lazare n’ont permis que des observations ponctuelles sur les constructions qui, aux xive et xvs., ont colonisé le flanc nord de la cathédrale, l’analyse monumentale et les relevés réalisés sur leurs élévations extérieures ont, en revanche, confirmé la mise en place progressive, d’est en ouest, du transept (début xivs.), des chapelles gothiques d’Armand de Narcès (mi xivs.), puis d’Olivier de Pennart et de l’Université (fin xvs.). La cartographie des matériaux mis en œuvre et l’observation du module des pierres de taille ont également mis en évidence les choix opérés à chaque époque. Presque absent au niveau du transept, l’usage du calcaire de Bibémus apparaît ainsi de plus en plus fréquent, à mesure que l’on progresse vers l’ouest et, si, dans le même temps, on perçoit une diversification des approvisionnements, cette pierre reste le matériau privilégié des éléments décorés et exposés aux intempéries (entourage des baies, corniches, gargouille).

5À la fin du xviie s., la chapelle d’O. de Pennart est réunie à celle d’Armand de Narcès et au bras nord du transept gothique pour former la nef Notre-Dame de l’Espérance. C’est sur ce bas-côté que sont successivement élevées, entre 1694 et 1705, trois nouvelles chapelles latérales, dédiées à Saint-Maximin (à l’est), Saint-Lazare (à l’ouest) et Saint-Joseph (au centre). Destinée à la confrérie des Âmes du Purgatoire, la chapelle Saint-Lazare se développe sur un plan proche du carré, très légèrement gauchi, qui dégage un espace intérieur d’environ 36 m². Elle s’ouvre sur l’ancienne chapelle d’O. de Pennart par une arcade monumentale en plein-cintre, dont le percement a entraîné le déplacement du tombeau de l’archevêque dans l’épaisseur du mur occidental de la nouvelle construction.

6La construction de la chapelle Saint-Lazare a été rapidement suivie par la création, au sud, de deux caveaux funéraires en appui contre le mur gothique. Ces pièces voûtées et souterraines avaient chacune un accès sommital fermé par une dalle carrée. Protégées par une épaisse couche de gravats issue de la réfection des décors intérieurs de la chapelle, les inhumations qu’elles recèlent n’ont pas été fouillées. Seules les réductions des sépultures des chanoines de Saint-Sauveur, Combes et Eymieu, déposées dans la première moitié du xixe s. sur les gravats, avant condamnation des caveaux, ont fait l’objet d’observations avant d’être ré-inhumées in situ. Le revêtement de sol en marbre de Carrare noir et blanc posé au xixe s. a scellé l’ensemble de ces vestiges.

7À une époque indéterminée, un petit caveau mural, condamné au début xxe s. par le cénotaphe de Mgr. Bonnefoy, a complété cet équipement initial. Il s’agit d’une pièce voûtée, soigneusement construite contre le flanc oriental de la chapelle Saint-Lazare et accessible depuis cette dernière par une porte en plein-cintre.

Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur, chapelle Saint-Lazare et mur gouttereau nord, plan général des vestiges.

Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur, chapelle Saint-Lazare et mur gouttereau nord, plan général des vestiges.

Rel. Marc Panneau, DAO Clément Rouvière/MAA

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aix-en-Provence, cathédrale Saint-Sauveur, chapelle Saint-Lazare et mur gouttereau nord, plan général des vestiges.
Crédits Rel. Marc Panneau, DAO Clément Rouvière/MAA
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur, chapelle Saint-Lazare et mur gouttereau nord », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 221.

Référence électronique

Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur, chapelle Saint-Lazare et mur gouttereau nord » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14764

Haut de page

Auteur

Sandrine Claude

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sandrine Claude

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals