Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Curtil-Vergy (Côte-d’Or). Abbaye Saint-Vivant, terrasses ouest

Responsable d’opération : Sylvain Aumard
p. 223-224

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2001, l’abbaye Saint-Vivant fait l’objet d’un programme de restauration et, en 2007, plusieurs murs arasés ont été découverts au cours du déblaiement de la terrasse située à l’ouest du carré claustral. L’étude de ce secteur présente le double intérêt de concerner les bâtiments de la porterie et de s’inscrire dans une zone en partie épargnée par les importants aménagements de terrasse réalisés en préliminaire à la reconstruction de l’abbaye à la fin du xviiie s. Mise en évidence lors de la précédente campagne de sondage de 2005 (C. Sapin), cette transformation de la topographie est à l’origine de la disparition de la quasi-totalité des vestiges médiévaux dans l’emprise du cloître et de l’abbatiale.

2Les structures mises au jour sur la terrasse ouest sont organisées autour d’un grand mur principal orienté O-E, formant un angle vers le sud en son extrémité est, puis un second vers le nord en son milieu. D’après le plan dressé vers 1762 (avant reconstruction), ces maçonneries correspondent à un mur de terrasse permettant, immédiatement au nord, l’aménagement d’une plateforme appelée « cour d’entrée » et destinée à recevoir des bâtiments réservés à l’accueil. Ces vestiges ont manifestement échappé aux remaniements du site et appartiennent donc assurément à une époque antérieure à la fin du xviiie s. La fouille du talus situé juste au nord a démontré que le mur orienté N-S est en réalité la reconstruction tardive (xvie-xviie s. ?), et à la même place, d’une structure plus ancienne. De disposition identique, cette dernière est associée à des niveaux d’occupation contenant de la céramique médiévale (xiie-xiiie s. ?). On peut estimer que le grand mur orienté O-E est, lui aussi, une reconstruction d’un état antérieur, vraisemblablement mis en place au cours du Moyen Âge : il succède en effet à un aménagement de terrasse plus ancien. Son prolongement oriental, indiqué dans le même axe sur le plan de 1762, est en réalité légèrement décalé au nord de façon à former une sorte de chicane, peut être destinée à accueillir un escalier desservant une terrasse inférieure délimitée à l’ouest par l’amorce vers le sud de la grande maçonnerie. À son extrémité ouest, cette dernière forme un angle vers le nord dont on perçoit quelques moellons dans le talus. Avec l’autre maçonnerie de même orientation, elles forment un bâtiment correspondant à celui dessiné sur le plan de 1762 et qualifié de « remise ».

3Cette campagne de sondage confirme le potentiel archéologique du secteur occidental de l’abbaye, notamment en ce qui concerne ses états médiévaux et modernes et les espaces dédiés à l’accueil, thème souvent délaissé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Aumard, « Curtil-Vergy (Côte-d’Or). Abbaye Saint-Vivant, terrasses ouest », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 223-224.

Référence électronique

Sylvain Aumard, « Curtil-Vergy (Côte-d’Or). Abbaye Saint-Vivant, terrasses ouest » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14776

Haut de page

Auteur

Sylvain Aumard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvain Aumard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals