Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Rennes (Ille-et-Vilaine). Couvent des Jacobins

Responsable d’opération : Gaétan Le Cloirec
p. 231

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Le couvent des Jacobins, fondé dans la seconde moitié du xive s. dans les faubourgs nord de la ville médiévale, occupe une surface de 8 000 m² dans un quartier de la ville romaine de Condate. Lieu de retraite et de pèlerinage important, il occupe également une place majeure dans la vie de la cité médiévale en accueillant des assemblées et des événements laïcs importants. Largement restructuré au cours du xviie s., le bâtiment périclite avec la Révolution avant d’être transformé en magasins militaires durant les xixe et xxe s. L’armée en reste propriétaire jusqu’en 2002, date à laquelle Rennes Métropole s’en porte acquéreur. Le projet de réhabilitation du monument a donné lieu à des études historiques et archéologiques (recherche documentaire et analyse du bâti) et à une opération de diagnostic archéologique. La première phase concernait les espaces non couverts (cour nord, cour ouest et cloître) alors que l’intérieur du couvent devait être abordé dans un second temps à partir des résultats des autres opérations.

2Dans les espaces extérieurs, les vestiges sont denses en dépit de vastes excavations médiévales ou modernes qui ont malheureusement fait disparaître une partie importante de la stratigraphie gallo-romaine dans la cour ouest, zone la plus favorable à une fouille étendue. Néanmoins, la partie sud de cet espace conserve des vestiges non négligeables qui doivent largement s’étendre sous un bâtiment du xixe s. voué à la démolition. La cour nord présente un potentiel exceptionnel à Rennes puisque les traces d’occupation s’accumulent sur une épaisseur de 2 m. La nature et le nombre de couches visibles dans les coupes rappellent les observations effectuées sur le site voisin du 3-5, rue de Saint Malo, où s’est épanouie une activité d’artisans métallurgistes durant tout le Haut-Empire. La bonne conservation des niveaux de l’Antiquité tardive est un des intérêts de ce nouvel emplacement et laisse espérer la mise au jour d’éléments concernant la transition avec le Moyen Âge dans un faubourg de Rennes encore méconnu pour cette époque. Au centre du couvent, la cour du cloître est bouleversée par les soubassements d’une construction militaire du xxe s., même si tous les murs n’atteignent pas les niveaux archéologiques. Une voie cardinale de la ville gallo-romaine – déjà bien étudiée sur le site voisin du 3-5, rue de Saint-Malo – y a été identifiée. Les installations limitrophes sont peu touchées et les niveaux modernes sont bien conservés. Des sépultures du xvie s. ont notamment été repérées dans l’angle SO de la zone observée.

3Les parties couvertes des bâtiments conventuels ont été étudiées en février 2009. Les sondages ont été implantés en fonction de problématiques concernant l’occupation gallo-romaine et l’agencement interne de l’établissement religieux. Les niveaux de sols utilisés au xviiie s. ont été clairement retrouvés dans le réfectoire, le chœur de l’église et les galeries ouest et sud du cloître. Il s’agissait toujours de sols en tomettes composant des décors simples et réguliers. La recherche des sols de l’aile orientale a été plus problématique car l’occupation militaire du xixe s. a profondément perturbé les vestiges antérieurs. Il semble néanmoins que le sol de la salle capitulaire était au même niveau que celui des galeries du cloître alors que celui des pièces voisines était situé plus haut. Plusieurs sépultures antérieures aux niveaux des xviie/xviiie s. ont été mises au jour dans l’église, la galerie sud du cloître et la salle capitulaire. Les rites d’inhumations, les individus retrouvés et les premières approches anthropologiques montrent que chacun de ces espaces était réservé à une population différente. Les traces d’occupation médiévales sont quant à elles très ténues en dehors d’une construction mise au jour sous la sacristie. Celle-ci pouvait appartenir à un état primitif du couvent, mais l’hypothèse d’un bâtiment plus ancien doit aussi être envisagée. Enfin, des niveaux gallo-romains ont été mis au jour dans toutes les ailes du monastère à des profondeurs qui varient entre 0,20 m et 2 m. La stratigraphie antique la plus importante est apparue dans la partie NE avec des structures maçonnées imposantes et bien conservées. La chronologie s’étend du début du ier s. jusqu’à l’Antiquité tardive.

4Ces résultats confirment le potentiel archéologique de ce site depuis le Haut-Empire jusqu’au xviiie s. L’information, dense et continue, est bien conservée malgré des perturbations affectant profondément certains espaces.

Rennes, couvent des Jacobins.

Rennes, couvent des Jacobins.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Rennes, couvent des Jacobins.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaétan Le Cloirec, « Rennes (Ille-et-Vilaine). Couvent des Jacobins », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 231.

Référence électronique

Gaétan Le Cloirec, « Rennes (Ille-et-Vilaine). Couvent des Jacobins » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14844

Haut de page

Auteur

Gaétan Le Cloirec

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gaétan Le Cloirec

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals