Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Rugney (Vosges). Commanderie des Templiers de Xugney

Responsable d’opération : Cédric Moulis
p. 232

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Pour parachever le travail entrepris depuis 2006, trois sondages ont été effectués pour observer les fondations de la chapelle, en complément de la poursuite des investigations sur les élévations.

2Les deux premières travées du mur gouttereau extérieur nord ont été traitées par topophotographie. L’ensemble est constitué de grès rhétien. Les lits sont hétérogènes et se regroupent en une série de trois ou quatre assises de hauteurs identiques. Elles témoignent du rythme d’approvisionnement en pierres de taille de l’atelier de maçonnerie. Certaines séquences de gabarits approchants, placées à des niveaux différents dans les trois travées, peuvent également être mises en relation, ce qui démontre un avancement des travées différent. Plus haut dans l’élévation, ce sont les baies qui conditionnent le montage. On remarque toutefois un ajustement récurrent du chaînage de liaison mur-contreforts, toujours associé à une série de trous de boulin maçonnés, répartis sur huit niveaux.

3La première travée de la nef a fait l’objet d’un relevé pierre à pierre. Seuls les éléments structurants sont réalisés en grès ; la pierre principalement utilisée est une dolomie offrant un aspect de silex. Le gabarit des modules reste oblong, mais tend progressivement au carré dans les parties hautes de l’élévation. Le mode d’approvisionnement de l’atelier de maçonnerie est identique à celui des pierres de grès du parement extérieur. L’analyse de l’appareil met en évidence une mise en œuvre conditionnée par les pierres composant le portail d’entrée. Deux trous de boulin traversant maçonnés confirment la simultanéité du montage des parements internes et externes.

4Nous avons mis en place un protocole de mesure des dimensions des pierres du parement des travées 2 et 3 de la nef, pour évaluer le degré de cohésion dans leur montage. L’analyse montre que celles de la travée 3 sont plus homogènes que celle de la travée 2. La dichotomie dans les rythmes, de même que l’ensemble des différences remarquées dans la structuration des travées conduisent à penser qu’elles ont été montées par deux équipes différentes, et en décalage dans leur élévation.

5Trois sondages ont été réalisés. Ils avaient pour but premier de déterminer la nature des fondations de la chapelle, et d’en préciser l’état.

6Le sondage de la façade a une emprise au sol de 4,90 m sur 3,60 m pour une profondeur de 1,25 m. Les fondations et le tracé de l’enceinte n’ont pu être reconnus. En revanche, un puits est apparu sous la couche de remblai. Sa fosse de creusement est comblée de dolomies permettant le filtrage des eaux. Ce puits semble contemporain de la construction de la façade.

7Deux sondages ont été pratiqués au niveau du chevet, à l’intérieur et à l’extérieur. L’emprise du sondage extérieur est de 8,10 m sur 2,20 m de largeur pour une profondeur de 1,80 m. Le secteur situé dans l’axe du chevet a été rapidement abandonné, à la suite de la découverte de trois sépultures. Une sépulture exhumée dans le secteur du chevet renferme le corps d’un enfant âgé d’environ 9 ans, inhumé dans un cercueil chevillé, selon une orientation SO-NE. L’analyse radiocarbone apporte une fourchette chronologique comprise entre 1020 et 1162. La chapelle étant construite vers le milieu du xiie s., et au vu de l’alignement de la sépulture avec l’édifice, le décès a dû intervenir dans les vingt dernières années de cette fourchette.

8Dans le chevet, le sondage mesure 2,20 sur 2 m, pour une profondeur maximale de 1,40 m. Le comblement d’une fosse sépulcrale a été mis au jour. Seuls les membres inférieurs du défunt ont été mis au jour. Il s’agit d’un adulte, dont l’analyse radiocarbone offre deux fourchettes chronologiques : 1301-1367 et 1382-1426.

9Les fondations observées au chevet ont une puissance de 0,56 m, soit moins du dixième de l’élévation, ce qui peut expliquer les problèmes de statique rencontrés sur le bâtiment. Aucune tranchée de fondation n’a été repérée en stratigraphie. Un premier lit de pierres composé de modules de 0,40 x 0,10 m a été posé à plat. Le niveau horizontal établi, on observe soit un lit de pierres à plat, d’une hauteur plus importante (0,15 m), soit une série de pierres posées de chant ou légèrement en biais, dont le module moyen est de 0,18 x 0,08 m. L’ensemble est ensuite recouvert par un nouveau rang de pierres posées à plat. Les pierres de fondation sont liées avec un mortier de chaux sableux, mêlé à quelques charbons de bois et aux marnes ambiantes. Trois microsondages effectués sous les fondations indiquent que l’édifice ne repose pas sur des pieux.

Rugney, commanderie des Templiers de Xugney, xiie siècle. Fondations du chevet.

Rugney, commanderie des Templiers de Xugney, xiie siècle. Fondations du chevet.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Rugney, commanderie des Templiers de Xugney, xiie siècle. Fondations du chevet.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Moulis, « Rugney (Vosges). Commanderie des Templiers de Xugney », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 232.

Référence électronique

Cédric Moulis, « Rugney (Vosges). Commanderie des Templiers de Xugney » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14848

Haut de page

Auteur

Cédric Moulis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cédric Moulis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals