Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Sainte-Marie-la-Mer (Pyrénées-Orientales). église Sainte-Marie

Responsable d’opération : Jacynth Crozier
p. 221

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Sur le littoral méditerranéen, au NE de Perpignan, le village de Sainte-Marie-la-Mer, implanté dans la plaine alluvionnaire de la Salanque, non loin de l’embouchure du Tet, portait à l’origine le toponyme de Pabirans, puis, à partir du milieu du xiie s., il a pris le nom de son église, dédiée à sainte Marie. Ce lieu a été fortifié relativement tôt. En 1197, le roi d’Aragon autorise Raymond de Canet à construire une forcia dans la paroisse. Le chevet fortifié de l’église est un témoin de la mise en défense de cet habitat au Moyen Âge. La nef médiévale s’étant écroulée en 1784, elle a été remplacée par une nef moderne, moins haute que l’édifice d’origine et dont la charpente s’appuie contre l’arc triomphal de l’abside médiévale. Une campagne de construction de l’extrême fin du xixe s. a prolongé l’édifice vers l’ouest, tout en y ajoutant le clocher et la sacristie actuelle. Cinq sondages ont été réalisés en janvier-février 2009, préalablement à des travaux de restauration incluant la pose d’un chauffage au sol, afin d’explorer les niveaux archéologiques sous-jacents. Le mur sud de l’édifice antérieur a été mis au jour, tout comme le pignon occidental. Dans le choeur, un niveau maçonné médiéval est apparu, antérieur à la construction de l’abside, ainsi qu’une succession de niveaux de circulation dans le sanctuaire datant des époques médiévale et moderne.

2Dans la nef, un pilier en pierre de taille pourrait marquer l’emplacement de l’un des arcs-doubleaux de l’église médiévale. De plus, un escalier maçonné laisse supposer la présence d’une porte méridionale à l’est de ce pilier. Cet escalier semble avoir servi durant l’époque médiévale et une partie de l’époque moderne. Les niveaux de circulation se sont succédé dans la nef, dont deux sols modernes en brique. Au xixe s., lors des travaux effectués de 1895 à 1896 à la demande du conseil de fabrique, les murs sud et ouest ont été dérasés et le niveau de sol surélevé. Ces travaux ont fortement perturbé les niveaux situés à l’extérieur de l’église et peu d’éléments relatifs aux abords du lieu de culte ont pu être recueillis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacynth Crozier, « Sainte-Marie-la-Mer (Pyrénées-Orientales). église Sainte-Marie », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 221.

Référence électronique

Jacynth Crozier, « Sainte-Marie-la-Mer (Pyrénées-Orientales). église Sainte-Marie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14864

Haut de page

Auteur

Jacynth Crozier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jacynth Crozier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals