Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Saint-Michel (Aisne). Abbaye Saint-Michel

Responsable d’opération : Vincent Buccio
Notice rédigée avec Vincent Debiais
p. 236

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1La dépose d’une estrade en bois du xixe s. dans la nef de l’abbatiale Saint-Michel a justifié la réalisation de sondages et d’observations archéologiques. L’abbaye Saint-Michel est fondée en 945, peut-être à l’emplacement d’un oratoire du viie s. Elle fait l’objet d’un programme de constructions monumentales à la fin du xiie et au début du xiiie s. ; de cette phase subsistent le chœur et le transept de l’église ainsi que certaines parties du cloître. Une importante campagne de rénovation est menée au début du xviie s. dans l’ensemble de l’abbaye. Dans l’église, elle est l’occasion d’une réfection des murs de la nef, des colonnes et de la façade ; plusieurs éléments architecturaux, dont une peinture murale du xve s. en place sur le parement intérieur de la façade, indiquent que ces travaux n’ont pas modifié fondamentalement le plan ni les niveaux de circulation de l’abbatiale médiévale. Trois sondages menés à l’emplacement d’affaissements du sol dans la nef n’ont pas permis d’atteindre le substrat ni les fondations de l’édifice. Ils ont montré la puissance du remblai de nivellement, supérieure à 1,30 m, sur lequel est construit l’église dans son état actuel et qui pourrait être en place depuis le Moyen Âge. Aucun élément de datation n’a été découvert dans ce remblai.

2Par ailleurs, la dépose du plancher a permis la redécouverte dans la nef centrale de deux plates-tombes datées respectivement de 1684 et de 1402. La première, très mal conservée, est celle de la famille de Jean Pétré, bienfaiteur de l’abbaye. L’épitaphe est surmontée des armes de la famille, aujourd’hui illisibles du fait d’une importante dégradation du schiste noir dans lequel elle est taillée. L’autre dalle est celle de l’abbé Doumise ; il est représenté vêtu d’une chasuble décorée, en prière dans une architecture gothique complexe, la tête sur un coussin lacé. Il terrasse de sa crosse un dragon bicéphale. Le décor est cerné d’une épitaphe versifiée en latin et composée de sept hexamètres léonins complétés par une mention marginale en français, de la même écriture, qui donne la date du décès de l’abbé. Six médaillons rythment l’épigraphie ; trois d’entre eux, érodés, portent les symboles de trois évangélistes. Ces plates-tombes doivent faire l’objet d’une dépose et être exposées dans l’église.

Saint-Michel, abbaye Saint-Michel, plate-tombe.

Saint-Michel, abbaye Saint-Michel, plate-tombe.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Michel, abbaye Saint-Michel, plate-tombe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Debiais, « Saint-Michel (Aisne). Abbaye Saint-Michel », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 236.

Référence électronique

Vincent Buccio, Vincent Debiais, « Saint-Michel (Aisne). Abbaye Saint-Michel » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14888

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Buccio

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals