Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Souterraine (La) (Creuse). Notre-Dame de La Souterraine

Responsable d’opération : Lise Boulesteix
p. 239

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1La crypte de l’église Notre-Dame de La Souterraine n’a pas fait l’objet d’études depuis 1983. Une reprise complète de l’analyse de la crypte a été engagée en 2009, englobant un relevé topographique précis ainsi qu’une étude du bâti, réalisée dans le cadre d’un mémoire de Master I à l’université de Toulouse II. Cette étude avait pour objectif de déterminer si la crypte médiévale s’était développée autour d’un ancien édifice funéraire gallo-romain. Les relevés et l’analyse des maçonneries des murs nord, sud et ouest de la pièce 1 de l’édifice primitif ont permis d’avancer que le grand appareil de granite et les éléments d’entablement ne demeurent plus en place. L’écartement des blocs, la visibilité des trous de pince et des trous de scellement, ainsi que la présence des blocs d’architrave à l’intérieur de l’édifice primitif ont été interprétés comme des indices de réemploi. De plus, l’étude d’une partie du dallage va également dans le sens d’un aménagement postérieur à la période gallo-romaine. En effet, les dalles de granite, installées sur le terrain naturel, sont calées avec des fragments de tegulae. Par ailleurs, l’aménagement circulaire, situé en avant du mur ouest, est formé de deux dalles superposées dont l’une présente une cavité pourvue d’un bord qui pourrait correspondre au bourrelet de blocage de cuve de coffres cinéraires. La fonction de cet aménagement circulaire n’a pas encore été déterminée.

2L’étude des vestiges en élévation a permis d’affirmer l’existence d’un mausolée gallo-romain, dont l’inscription funéraire se rapporte à la seconde moitié du iiie s. Néanmoins, les matériaux de ce mausolée ont été remployés pour la construction d’une ancienne tombe monumentale chrétienne ou d’un ancien édifice destiné au culte chrétien. Un sondage, implanté à l’extrémité orientale du mur sud, a permis d’affirmer la présence d’une ancienne niche comblée par des moellons qui pourrait correspondre à un arcosolium. Par ailleurs, le plan de l’édifice primitif n’est pas sans rappeler celui des édifices semi-enterrés du haut Moyen Âge. La poursuite de l’étude du bâti devra être complétée de sondages archéologiques afin d’affiner la chronologie des différents états de construction de cette crypte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lise Boulesteix, « Souterraine (La) (Creuse). Notre-Dame de La Souterraine », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 239.

Référence électronique

Lise Boulesteix, « Souterraine (La) (Creuse). Notre-Dame de La Souterraine » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14912

Haut de page

Responsable d’opération

Lise Boulesteix

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals