Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier

Responsable d’opération : Élisabeth Lorans
p. 240-241

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Comme l’an passé, les interventions ont porté sur deux parties distinctes du site : d’une part, des secteurs anciennement ouverts dans l’emprise de l’église abbatiale gothique (zone 1), d’autre part, l’hôtellerie de l’abbaye dont le tiers occidental est encore en élévation tandis que les deux autres tiers, détruits au début du xixe s., sont maintenant presque intégralement accessibles à la fouille.

2En zone 1, les travaux ont porté sur les maçonneries antiques et du haut Moyen Âge et les couches associées, dont l’analyse a conduit à distinguer non plus trois bâtiments mais six, la détermination de ces ensembles restant néanmoins délicate en raison du caractère très fragmentaire des vestiges du fait des reconstructions ultérieures.

3Il est maintenant avéré que l’occupation a commencé aux ier-iie s. avec l’édification à l’ouest d’un mur de terrasse et l’apport de remblais, remblais également accumulés avant la construction à l’est d’un mur observé sur 15 m de long, qui représente une partie de la façade occidentale d’un bâtiment érigé dans le courant du ive s. et dont le second état est resté en usage jusqu’à la fin du viiie s. au moins.

4Il est proposé, à titre d’hypothèse, de reconnaître dans le second état de ce bâtiment un lieu de culte édifié dans le courant du ve s., associé, à l’ouest, à deux bâtiments successifs, l’un utilisé au ve s., l’autre au vie-viiie s. Remaniés à plusieurs reprises, ces bâtiments qui présentent une construction soignée et notamment des sols de mortier rose ainsi que, dans une pièce, des traces d’hypocauste, sont susceptibles d’avoir rempli des fonctions diverses : salle de réception, habitation, annexes de l’église ? La destruction partielle du second bâtiment fut suivie par la création d’une aire d’inhumation d’adultes de sexe masculin, contemporaine d’un nouvel édifice très partiellement reconnu, qui pourrait correspondre à une nouvelle église érigée au ixe s.

5D’une manière générale, la difficulté à restituer des plans et donc à déterminer des fonctions (en l’absence de tout dispositif liturgique), ajoutée aux larges fourchettes de datation archéologiques, ne permet pas de repérer dans les éléments architecturaux l’empreinte directe de l’installation de la communauté de frères regroupés autour de Martin dans les années 370. Cette impossibilité même est révélatrice de la continuité d’occupation du site entre les constructions initiales du Haut-Empire et la fin du haut Moyen Âge, la première rupture d’usage nette étant la création d’une (petite ?) aire funéraire qui, avec le principe de continuité topographique souvent observé en matière d’édifices religieux, constitue de fait l’argument le plus fort en faveur de la proximité d’un édifice ecclésial, à partir du ve. Il n’en reste pas moins vrai que la première église identifiée de manière certaine est datée des environs de l’an Mil, les abbatiales romane puis gothique ayant chacune enveloppé l’édifice antérieur.

6Si l’interprétation fonctionnelle des premiers bâtiments nous échappe dans le détail, la présence de ces constructions antiques bat en brèche le topos bien connu de la Vita sancti Martini, évoquant une retraite isolée dans un environnement sauvage. Peut-être a-t-on affaire à une villa suburbaine cédée à l’Église de Tours dans la seconde moitié du ive s. Dans tous les cas, la communauté utilisa des constructions antérieures qui n’avaient pas été abandonnées et opéra dans ce secteur de nombreux remaniements pour un usage religieux et/ou résidentiel.

7En 2009, la surface fouillée de l’ancienne hôtellerie est passée de 135 à 315 m2 pour mettre au jour la suite du bâtiment vers l’est. Sous les niveaux de démolition et les remblais du xixe s., des structures de la fin du Moyen Âge ont été fouillées ou observées, témoignant de différentes formes de compartimentage du rez-de-chaussée du bâtiment et de la diversité de ses fonctions : au stockage s’est ajoutée une production artisanale liée au travail du métal, attestée par la présence d’un four, mais dont la nature reste indéterminée. L’hypothèse formulée en 2008 d’un premier édifice, attribuable au xiie s. et prolongé vers l’ouest à la fin du xiiie s., semble confirmée par l’analyse des parements.

8Enfin, une sépulture supplémentaire a été fouillée, portant à huit le nombre total de tombes reconnues à l’extérieur du bâtiment, qui a déterminé leur orientation. Cette aire funéraire, observée sur une petite superficie pour le moment, a dû accueillir des laïcs, compte tenu de l’association d’hommes, de femmes et d’immatures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Lorans, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 240-241.

Référence électronique

Élisabeth Lorans, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14932

Haut de page

Auteur

Élisabeth Lorans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Élisabeth Lorans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals