Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Trizay (Charente-Maritime). Monthérault

Responsable d’opération : Fabrice Mandon
p. 241

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1L’église de Monthérault, en ruine depuis le xixe s., a fait l’objet d’une étude archéologique (étude de bâti et sondages) préalable à sa restauration. Les sources mentionnant le site sont peu abondantes : l’église paroissiale Notre-Dame de Monte Ayraudi apparaît dans les textes au xiiie s. Elle est désaffectée en 1826.

2L’église primitive se compose d’une nef charpentée à vaisseau unique, prolongée par un petit chevet rectangulaire (appareillage en petits moellons et pierres de taille). Les deux parties étaient reliées par un arc triomphal étroit qui perdura jusqu’à l’époque moderne. Une abside pouvait éventuellement compléter l’ensemble à l’est. L’étude a permis d’analyser le mur séparant la nef et le chevet, malgré son effondrement en 1999 (étude réalisée à partir des fragments effondrés et d’une carte postale de 1937). L’ancien pignon en moellons était surmonté d’un premier clocher-mur à une baie, antérieur à la reconstruction du chevet au xiie s. Le type d’architecture est difficilement datable et les comparaisons locales bien datées manquent. Cependant l’ensemble, très archaïque pour la région, est datable du xe à la première moitié du xie s.

3Le chevet, entièrement reconstruit en pierres de taille dans la seconde moitié du xiie s., a perdu sa voûte en berceau brisé. Il a été construit autour de l’ancien chevet, encore en élévation pendant le début des travaux. L’arc triomphal primitif a été maintenu et l’ancien clocher, condamné par l’édification de la voûte, a été surélevé. Le chantier a connu un important changement de projet, avec le surhaussement de la voûte. Le dallage situé dans la moitié est du chevet était à l’origine particulièrement surélevé par rapport au reste de l’édifice. Difficilement datable, il correspond à une phase précoce, de même que la table d’autel que nous avons remontée.

4Une troisième phase de travaux correspond à la reconstruction de la façade (1re moitié du xvie s.). Il semble que la voûte du chevet était alors effondrée. Plusieurs aménagements ont été réalisés peu après : percement d’une porte dans le mur oriental du chevet, enduit intérieur sur l’ensemble de l’édifice, bouchage complet ou partiel de la baie orientale. Le dallage régulier présent dans les trois quarts de l’édifice a été mis en place après l’enduit. Plusieurs sépultures en cercueil lui sont postérieures (mentions d’inhumations dans l’église jusqu’au xviiie s.). La réfection de l’arc triomphal correspond à une quatrième phase (xviie-xviiie s.), postérieure au dallage. Le blason présent à la clef de l’arc porte des armoiries très proches de celles des La Rochefoucauld qui possèdent alors la seigneurie dont dépend une part importante de la paroisse de Monthérault. Les ouvertures de la nef, ainsi que la baie sud (2e état du bouchage), ont été condamnées dans le même temps. Une deuxième reprise des parties hautes du chevet indique que la charpente a été refaite avant l’abandon de l’édifice. Un nouveau clocher-mur à deux baies qui subsistait jusqu’en 1999 est aussi construit à cette époque.

5Des sondages limités ont été réalisés au sud de l’église et devant la façade. Des sépultures à coffrages anthropomorphes et en pleine terre, datables sans plus de précision des xie-xiiie s., ont été trouvées au pied de l’église. Dans le courant du xive s., le secteur situé au sud de l’église change de fonction. Le sondage a permis de retrouver les murs nord et sud d’un bâtiment, ainsi que son mur ouest, postérieur. Une partie des aménagements repérés dans le mur sud de l’église (ancrages de plancher, de charpente) pourraient correspondre à une aile perpendiculaire au chevet, ainsi qu’à un appentis accolé à la nef. Au début du xve s., le bâtiment est arasé. Le niveau de démolition contenait une quantité importante de céramiques saintongeaises. Les remblais ont également recouvert une chaîne de suspension de luminaire qui devait provenir de l’église. Compte tenu de la faible ampleur du sondage, il est difficile de cerner l’emprise et l’organisation des constructions, ainsi que leur fonction. Elles semblent cependant clairement en relation avec l’église : l’hypothèse d’un établissement religieux (voire monastique) provisoire, dans le contexte de la guerre de Cent Ans, est tentante (une telle situation est avérée à Saint-Vivien, près de La Rochelle). Le cas de Monthérault est particulier puisque d’après les quelques sources disponibles, il ne s’agit que d’une église paroissiale.

6Après la démolition du bâtiment, le secteur est demeuré en grande partie vierge. Les inhumations réapparaissent uniquement en bordure de l’église, avec une densité importante devant la façade (inhumations en cercueil, avec réduction parfois multiple). Quelques inhumations ont été repérées au pied du mur sud. Le cimetière de l’époque semble se situer plutôt au nord et à l’ouest de l’église. Au début du xixe s., une nouvelle construction accolée au sud du chevet est attestée par de nouveaux trous d’ancrage d’un plancher et de la charpente ; des dessins en témoignent. Aucune trace de fondations n’a été découverte dans le sondage ; elles ont été détruites par des labours.

7En raison de l’isolement de l’église, le site de Monthérault présente un fort potentiel, que ce soit pour l’étude du cimetière ou pour celle des bâtiments médiévaux. Une prospection géophysique complémentaire est envisagée pour essayer de cerner l’emprise des constructions.

Trizay, église de Monthérault : plan des phases 1 et 2.

Trizay, église de Monthérault : plan des phases 1 et 2.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Trizay, église de Monthérault : plan des phases 1 et 2.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Mandon, « Trizay (Charente-Maritime). Monthérault », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 241.

Référence électronique

Fabrice Mandon, « Trizay (Charente-Maritime). Monthérault » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14936

Haut de page

Auteur

Fabrice Mandon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Mandon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals