Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Vauvenargues (Bouches-du-Rhône). Prieuré de Sainte-Victoire

Responsable d’opération : Liliane Delattre
p. 242-243

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2006, en relation avec un projet d’aménagement et de valorisation, des recherches archéologiques sont menées au prieuré de Sainte-Victoire, totalement isolé, situé à 900 m d’altitude, dont les édifices religieux conservés datent du milieu du xviie s. Jusqu’à ce jour, les sources écrites constituaient la seule base d’une réflexion sur l’origine de l’implantation, suscitant toutes sortes d’hypothèses ; l’approche archéologique permet une nouvelle lecture.

2Avant que l’homme ne fréquente le site, la topographie était sensiblement différente de celle qui prévaut aujourd’hui. L’érosion avait modelé un aven profond ainsi que deux couloirs de dissolution, dont l’un offrait un percement complet depuis le Garagaï jusqu’au versant sud de la montagne. La cavité karstique et le couloir principal ont ensuite été comblés d’un substratum d’écailles de falaise et de débris anguleux issus de l’érosion. Le site devait alors se présenter comme une enclave protégée de tous les côtés par les falaises, avec un sol adapté à une installation anthropique.

3Les premières traces de fréquentation peuvent être mises en relation avec les oppida attestés en contrebas sur les actuelles communes de Puyloubier et de Saint-Antonin-sur-Bayon. Le lieu est encore visité à l’époque antique puis semble totalement déserté jusqu’au xiiie s. Le hiatus est flagrant dans le mobilier céramique mis au jour, alors que la présence de deux grandes jarres à eau coïncide avec la première mention d’un édifice religieux en 1251. Un nouveau hiatus est perceptible pour les xive et xve s., avant la première trace écrite d’un pèlerinage, en 1546. Les séquences historiques sont ensuite mieux documentées, avec des travaux attestés dans le dernier quart du xvie s. et des évocations de l’ermitage existant alors.

4De 1653 à 1664, l’abbé Jean Aubert et son généreux mécène, Honoré Lambert, conçoivent le projet d’une installation monastique. Une nouvelle chapelle est édifiée, qui remplace l’ancien édifice et fait disparaître une dévotion à sainte Venture au bénéfice de Notre-Dame-de-Victoire. Un monastère de quatre chambres sur cave est construit, ainsi qu’une grande citerne, une sacristie et divers aménagements. Une brèche est ouverte dans la falaise sud. Pour accéder le plus directement possible à une parcelle de terre bien exposée, mais située à 30 m en contrebas d’une falaise en à-pic, un vaste décaissement est entrepris dans le substrat du site. Des escaliers, aménagés dans les débris rocheux de l’érosion, permettent alors de descendre jusqu’au couloir de dissolution, de sortir sur le flanc sud de la montagne puis d’utiliser des échelles extérieures pour accéder aux terres cultivables. L’impact des travaux s’étend ainsi à l’ensemble du site et les constructions fondatrices sont détruites à un tel degré qu’il est désormais impossible d’établir une chronologie ou même une destination aux quelques vestiges antérieurs à ce milieu du xviie s. : paroi rocheuse verticale tachée de fumées, murs arasés et enterrés, portions de murs récupérées dans les nouvelles constructions.

5Des questions complémentaires apparaissent concernant les motifs d’une implantation religieuse au xiiie s. à 900 m d’altitude, la tradition qui donne naissance à sainte Venture, les vertus de la sainte ou celles du lieu, l’origine et les motivations d’un pèlerinage attesté dès le milieu du xvie s., le renouveau du xviie s. avec la construction d’une chapelle qui, contrairement à la précédente, est ostensiblement placée pour être vue de loin.

Vauvenargues, prieuré de Sainte-Victoire, coupe N-S sur l’ensemble du site, avec les constructions et aménagements du prieuré du xviie s.

Vauvenargues, prieuré de Sainte-Victoire, coupe N-S sur l’ensemble du site, avec les constructions et aménagements du prieuré du xviie s.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Vauvenargues, prieuré de Sainte-Victoire, coupe N-S sur l’ensemble du site, avec les constructions et aménagements du prieuré du xviie s.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14940/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liliane Delattre, « Vauvenargues (Bouches-du-Rhône). Prieuré de Sainte-Victoire », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 242-243.

Référence électronique

Liliane Delattre, « Vauvenargues (Bouches-du-Rhône). Prieuré de Sainte-Victoire » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14940

Haut de page

Auteur

Liliane Delattre

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Liliane Delattre

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals