Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.- Opérations de terrain

Villiers-le-Bel (Val-d’Oise). 1, rue Gambetta, école Saint-Didier

Responsable d’opération : François Gentili
p. 244-246

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1En préalable à la reconstruction de l’école et du collège Saint-Didier, une fouille préventive a été effectuée immédiatement au nord de l’église Saint-Didier. Ces travaux font suite à plusieurs fouilles effectuées par l’INRAP dans le Vieux Villiers (69 et 73, rue Gambetta, église Saint-Didier) qui ont révélé l’évolution de ce village qui possède dès l’époque carolingienne un aspect bipolaire, encore visible dans la morphologie médiévale du bourg. Le secteur fouillé en 2004 et 2005 avait montré une forte densité d’occupation dès le ixe s. et une étonnante stabilité dans les formes d’habitat jusqu’à la fin du xiie s., le seul trait marquant étant la diffusion massive du plâtre sur clayonnage au xie s. Une opération menée sous le clocher de l’église Saint-Didier (xiiie s.) en 2005 avait mis en évidence une nécropole du haut Moyen âge mais aucun indice de l’édifice roman, pourtant mentionné dès le xiie s. et dont la proximité était attestée par la découverte d’éléments lapidaires.

2La nouvelle fouille concerne une parcelle où sont mentionnés dès le début du xiie s. un prieuré de chanoines fondé en 1124 par Raoul le Bel et un habitat seigneurial appelé « Vieille Maison », « Chastelet » (milieu du xive s.) ou « Grande Maison » (1355), le « Grand Hostel de Villiers » (1399), comportant cour, colombier, pressoirs, étables et four banal. La fouille a mis au jour certains édifices, caves et fossés, mais aussi des vestiges d’habitat et de cimetière du haut Moyen Âge.

L’habitat du haut Moyen Âge

3Des vestiges caractéristiques d’un habitat de cette période ont été découverts sur l’ensemble de la fouille mais avec une plus forte densité à l’est de la parcelle : trous de poteau, fonds de cabane, fours culinaires et foyers ont été découverts.

4Une occupation antique, proche, est attestée notamment par la présence de mobilier céramique, principalement attribuable à l’Antiquité tardive.

L’habitat seigneurial

5Un fossé au profil en V au tracé courbe et une série de silos à grains de grand module sont attribuables à l’habitat seigneurial des xie-xiie s. dont une partie correspond peut-être à une « basse cour ». Deux fossés concentriques dessinent une enceinte ovale, mais ce dispositif présente plusieurs états successifs avec creusement d’un nouveau fossé, plus profond. Ce dernier état, daté du xiie s., est comblé en partie par le creusement d’un fossé large de près de 10 m, probablement dès la fin du xiie s. Ce dernier fossé possède un fond en eau : il s’agit donc de douves. Deux états ont été observés : une portion semble comblée dès le xiiie s. par les très nombreux rejets d’une activité de forge située immédiatement à l’extérieur du fossé, tandis que le reste du tracé subsiste beaucoup plus longtemps avant d’être comblé avec les restes de bâtiments à la fin du Moyen Âge.

6Au nord de la parcelle fouillée, un premier bâti, mal conservé, matérialisé par des fondations de gypse, pourrait appartenir à un premier édifice seigneurial contemporain des fossés en « V » et dont les tranchées de récupération ont livré un mobilier du xiie s. ; celui-ci est recouvert par un bâtiment plus vaste qui pourrait être rapproché de l’hôtel seigneurial. Cet édifice comportant d’importants contreforts raidissant des murs épais (de 1 m à 1,20 m) a été très largement récupéré ; néanmoins certaines parties des fondations, en gypse, ont été profondément ancrées. Celles-ci recoupent des sépultures. Ce bâtiment possède une cheminée au milieu de son pignon sud. Il fait l’objet d’une phase d’agrandissement dont les structures succèdent à un riche dépotoir daté de la première moitié du xive s.

7Une cave pluricellulaire au plan en forme de croix de Lorraine datée du xiiie s. est raccordée à ce bâtiment et donne sur une petite cour bordée par les douves.

L’église romane et le prieuré médiéval et moderne

8La fouille a révélé un ensemble dense de structures bâties, plusieurs textes mentionnent d’ailleurs la présence d’un prieuré à proximité de l’hôtel seigneurial dès le xiie s. (1124). Deux orientations prédominent, la majorité des bâtiments s’étendent d’est en ouest, tandis qu’un ensemble orienté N-S se détache au nord de la parcelle.

9Le bâti orienté E-O témoigne de la permanence de l’occupation du xiie s. à nos jours. Deux ensembles se distinguent : on observe tout d’abord un bâtiment aux fondations profondes et massives (1,20 m de large) armées d’épais contreforts externes débordant à l’intérieur (bases de piliers). Celui-ci se termine à l’est par une abside. Il est flanqué à l’ouest par un bâtiment aux murs moins épais (0,80 m de large), également renforcés au sud et à l’est par des contreforts externes. Il est partagé en deux nefs par des piliers dont les bases ont été reconnues. Les matériaux mis en œuvre dans la construction de ces deux bâtiments sont quasi semblables : des blocs de gypse et de grès liés au mortier de chaux maigre.

10Le bâtiment oriental interprété comme un lieu de culte (chapelle ou église prieurale), recoupe des sépultures antérieures et semble avoir été (pour l’extension occidentale du mur sud) récupéré dès le xiiie s. En effet, à l’extrémité ouest de la parcelle, une structure technique identifiée comme une citerne maçonnée montre une facture proche de celle de l’édifice cultuel. Bien que la liaison entre ces deux constructions ait disparu à la suite des nombreux aménagements postérieurs, il semble probable que celles-ci soient contemporaines.

11L’ensemble occidental identifié comme étant le prieuré présente des niveaux de sols en plâtre, des cheminées et un niveau contenant notamment des pépins de raisin en grande quantité. Ces restes évoquent l’activité viticole, traditionnelle à Villiers-le-Bel. Ce bâtiment, bien distinct du précédent, est peut-être légèrement postérieur, bien que sa mise en place soit de toute évidence antérieure à l’édification de l’église du xiiie s. sur la parcelle attenante.

12La permanence de l’occupation est frappante ; en effet, les constructions postérieures, viennent toutes se superposer aux fondations anciennes des deux édifices antérieurs. Les matériaux employés diffèrent des précédentes constructions avec la mise en œuvre de blocs de grès, de gypse et d’éléments de remplois calcaires parfaitement dressés, liés au plâtre, plutôt datables des xiiie ou xive s. Une tourelle d’escalier est édifiée au sud, d’abord carrée puis octogonale et enfin circulaire, permettant de desservir les étages du prieuré ; elle est même comblée aux xve-xvie s. Une seconde tourelle octogonale est mise en place au nord du bâtiment. Les deux tourelles prennent appui sur les fondations antérieures profondément ancrées dans le substrat.

13Des caves postérieures à l’édifice de culte ont été mises au jour. Attenante à l’une de ces excavations, une latrine carrée avec un important dépôt de céramiques et de verreries daté du xvie a été fouillée. Une seconde latrine accolée à la citerne a également été fouillée révélant de nombreuses céramiques dont la présence date le comblement du xve s.

14Enfin, les fondations massives de deux piles d’un porche ont pu être identifiées à la limite de l’emprise au sud de la parcelle. La mise en œuvre de ces éléments est très proche des constructions du xiie s. avec du mortier de chaux maigre utilisé en liant.

L’ensemble funéraire

15Trois phases d’inhumation distinctes ont livré un ensemble de 180 sépultures.

16Une première nécropole semble s’être développée à la fin de la période mérovingienne jusqu’aux environs du xiie s. Une dizaine de sarcophages en plâtre trapézoïdaux, remployés ultérieurement, n’ont livré aucun mobilier funéraire contemporain de cette époque. De nombreuses sépultures sont aménagées par la suite (la stratigraphie montre une densité des inhumations sur 1,50 m environ par endroits) jusqu’à la construction de l’édifice funéraire du xiie s. Les modes d’inhumations apparaissent très variés : fosses anthropomorphes avec cavité céphalique, tronc d’arbre évidé, sépultures à banquette, fosses rectangulaires très larges ou étroites avec coffrage de bois et pierres de calage ou en pleine terre…

17De nouvelles sépultures sont implantées autour de l’édifice cultuel du xiie s. Cette phase d’inhumation est courte puisqu’une nouvelle église plus étendue est construite au sud de la parcelle au xiiie s. L’extension du cimetière se rétrécit alors à la périphérie immédiate de cette église : ce « petit cimetière » qui n’est pas le principal ensemble funéraire du village est en fonction jusqu’à la période moderne.

18Cette fouille a mis en évidence la présence d’un habitat et d’une nécropole mérovingienne signalant l’antériorité de l’occupation du secteur nord de l’église par rapport au secteur sud qui se développe à l’époque carolingienne. La densité des sépultures à partir de la période carolingienne semble indiquer l’accroissement du village dès cette période. La mise en place de l’ensemble prieural, qui inclut un édifice cultuel, semble directement corrélée à l’habitat seigneurial qu’il jouxte. Les modifications sensibles liées à la mise en place de l’église Saint-Didier (acte de 1204) n’empêcheront pas une étonnante continuité du bâti à l’emplacement des édifices religieux, jusqu’à l’école du xixe s. reprenant le bâti du prieuré moderne. Le projet actuel de reconstruction s’inscrit dans cette continuité.

Villiers-le-Bel, 1, rue Gambetta, école Saint-Didier.

Villiers-le-Bel, 1, rue Gambetta, école Saint-Didier.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Villiers-le-Bel, 1, rue Gambetta, école Saint-Didier.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/14956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Gentili, « Villiers-le-Bel (Val-d’Oise). 1, rue Gambetta, école Saint-Didier », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 244-246.

Référence électronique

François Gentili, « Villiers-le-Bel (Val-d’Oise). 1, rue Gambetta, école Saint-Didier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14956

Haut de page

Auteur

François Gentili

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

François Gentili

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals