Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
II.- Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3.-Projets collectifs de recherche

Lagrasse (Aude). Abbaye Saint-Michel

Responsable d’opération : Nelly Pousthomis-Dalle
p. 247-248

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Après une phase préliminaire en 2007, le PCR sur l’abbaye de Lagrasse, étudiée sous ses aspects historiques, architecturaux et archéologiques par une équipe de chercheurs des universités de Provence, Montpellier 3 et Toulouse 2, est dans sa troisième année et doit se prolonger jusqu’en 2011.

2Le volet d’étude préalable, menée dans la partie publique en 2007, a été étendu à la partie privée, principalement à l’église et au cloître, au contact des parties déjà étudiées (bras nord du transept, sacristie, chapelle abbatiale) ou en cours d’étude (secteur 5, « cour sud »). Des compléments d’observation, profitant des travaux de restauration en cours, ont été réalisés dans le cloître, le transept et la sacristie. Les recherches de typologie constructive et les relevés pierre à pierre ont concerné le bras nord du transept. L’étude préliminaire de l’église a montré une chronologie qui couvre plusieurs siècles du xie au xviiie s., avec des indices indirects pour les états antérieurs non conservés en élévation. L’une des phases de transformation profonde paraît avoir été le xive s. avec la reconstruction de l’église gothique (nef-sanctuaire) qui révèle une adaptation à des constructions préexistantes dont l’état réel de conservation d’alors reste incertain (chapelles du bras nord surtout). Par ailleurs, le lien entre les bras du transept, les bas-côtés et l’église gothique reste confus, de même que l’articulation avec le cloître médiéval disparu, et l’ensemble nécessiterait une étude approfondie. L’arcature aveugle, remployant des colonnettes et des chapiteaux, qui anime le mur ouest du bras sud du transept et la façade du collatéral, évoque des enfeus, mais pourrait trahir un projet architectural plus important (une salle ?) à l’époque gothique, analogue aux aménagements visibles au nord, au niveau de la sacristie et de sa cour qui fut également couverte. Le prolongement du bras sud au-delà de la dernière absidiole a été détruit par la tour de Philippe de Lévis.

3Les problématiques soulevées par le cloître renvoient à la grande question de son emplacement au Moyen Âge et à celle des galeries du xviiie s., fruit de plusieurs campagnes ou œuvre clôturant la phase de reconstruction mauriste. L’état médiéval des murs nord et est a été confirmé par les décroûtages liés aux travaux de restauration et par l’analyse du secteur des écuries (secteur 5) au revers. La nouvelle configuration aligne, à l’ouest de l’église, un escalier de desserte pris dans le volume de la salle capitulaire dont le portail est partiellement conservé, puis le réfectoire. L’analyse de cette restructuration, autour du cloître, de la cour et de l’avant-cour, devra être approfondie avec la collaboration d’un spécialiste de l’architecture mauriste.

4L’étude du secteur 5 (« porterie-écuries-cour sud »), amorcée dans une campagne préventive en 2007, a été gênée par la présence d’enduits et de rejointoiements au ciment et par l’inaccessibilité de certaines parties (salles d’accueil et d’exposition). De plus, l’enchevêtrement des phases de construction (résumées à une dizaine) et les modifications liées aux changements d’affectation des locaux aux xixe et xxe s. en compliquent particulièrement l’interprétation. Contrairement aux espoir émis en 2007 et 2008, le prolongement des murs antérieurs à la période romane n’a été retrouvé que dans une très petite portion. L’analyse a mis en évidence plusieurs pans de bâtiments vraisemblablement « romans », mais pas tous contemporains. Cette chronologie très resserrée pourrait refléter un dynamisme de la construction, en adéquation avec la puissance de l’abbaye à cette époque, avec l’engagement de travaux divers et peut-être des changements de parti en cours de chantier. On soulignera le faible nombre de portes datables du Moyen Âge identifiées dans ce secteur, et le soin apporté à deux portes romanes qui desservaient peut-être déjà le cloître au moment de leur construction. Par la suite, l’abbé Auger n’a pas laissé d’empreinte visible dans cette partie de l’abbaye, probablement « secondaire », ou, du moins, à vocation plus utilitaire. Les constructions et remaniements se sont poursuivis entre le xive et le xixe s., mais la pauvreté en éléments de décor limite les possibilités de datation précise, seulement aidée par l’existence d’un plan de la fin du xviiie s. Les questionnements formulés attendent l’étude de la cour du Palais Vieux et du logis abbatial pour trouver une éventuelle réponse.

5Des éléments en remploi dans le vestibule de la salle basse, sous la chapelle abbatiale, relevés et observés in situ en 2008, ont été démontés, nettoyés et déposés dans la salle d’exposition. De nouvelles observations ont permis d’identifier l’origine du corps de la statue, celui du gisant de l’abbé Auger de Gogenx dont la tête est conservée dans la propriété des chanoines. Le texte de l’inscription mutilée qui l’accompagnait dans le remploi est connu par une transcription du xviie s., relative à une construction de ce même abbé.

6L’année 2010 doit permettre de compléter l’analyse des secteurs déjà étudiés (deux bras de transept, sacristie, dortoir, chapelle, secteur « écuries-porterie ») soit par un suivi de travaux de restauration en cours (dont le relevé, avant travaux, du sol carrelé du dortoir mauriste), soit par des approfondissements ou des compléments nécessaires, notamment par le biais de sondages. La seconde partie du programme est l’étude collective du dernier secteur (n° 6), ensemble vaste et complexe correspondant à l’aile nord du palais abbatial. Les micro-sondages muraux, réalisés en 2009 dans ce secteur, se sont révélés négatifs en dehors de la zone où la présence d’enduits peints médiévaux avait déjà été repérée. Enfin, l’inventaire du lapidaire et du décor sculpté, amorcé en 2007, sera repris dans le cadre de la base de données de la DRAC Languedoc-Roussillon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Pousthomis-Dalle, « Lagrasse (Aude). Abbaye Saint-Michel », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 247-248.

Référence électronique

Nelly Pousthomis-Dalle, « Lagrasse (Aude). Abbaye Saint-Michel » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/14980

Haut de page

Auteur

Nelly Pousthomis-Dalle

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nelly Pousthomis-Dalle

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals