Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Le Castellet

Responsable d’opération : Daniel Mouton
p. 251-252

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Sur le site de la Moutte, à Allemagne-en-Provence, plusieurs campagnes de fouille ont mis au jour les vestiges de deux établissements qui se sont succédés au cours des quatre décennies encadrant l’an Mil. Les recherches ont commencé sur la motte du Castellet, située à 1,5 km de la précédente. L’objectif est de vérifier l’hypothèse selon laquelle la Moutte, une fois abandonnée après un violent incendie, aurait été remplacée par le Castellet. On cherche donc à savoir si l’occupation de ce site a commencé dès le xie s. et, dans l’affirmative, quelles ont été les éventuelles transformations qu’il a subies.

2Cette petite fortification a été établie à l’extrémité d’un éperon barré par un fossé large d’une vingtaine de mètres qui coupe l’accès par le plateau, situation assez fréquente en Provence. L’ouvrage présente un profil tronconique dont le plan circulaire atteint un diamètre d’environ 50 m à la base. La plateforme, de plan plutôt ovale, mesure 20 m sur 28 m. Elle domine le fond de vallée d’environ 90 m et est protégée par des pentes à 35 %.

3Les vestiges mis au jour lors de cette première campagne correspondent à la dernière phase d’occupation du site. Le château était alors constitué pour l’essentiel d’un vaste bâtiment de 19,45 m sur 7 m orienté NE-SO qui est conservé sur environ 2 m de hauteur. Les murs, larges d’1 m, étaient constitués de galets maçonnés au mortier de chaux, procédé habituel dans cette région. Le parement interne des murs présentait, à espacement régulier de 3 m, des rangées verticales de pierres de calcaire fin qui constituaient l’ossature d’un voûtement en berceau. Le rez-de-chaussée devait avoir une fonction de stockage alors qu’à l’étage une salle d’apparat est décelable par la présence d’un décor de gypseries dans les niveaux de destruction. On y reconnaît les blasons de plusieurs familles de l’aristocratie locale : les Blacas-Sabran (fondée en 1389), les Agout-Pontevès, les Spada ainsi que la fleur de lys de la maison royale de France. On relève également une scène historiée montrant une femme cueillant une figue. Un procès de 1417 nous apprend que l’édifice avait été détruit quelques années auparavant par les habitants de Riez qui voulaient en chasser une bande de routiers dont les ravages sont connus entre 1389 et 1399. C’est donc entre ces deux dernières dates que le grand édifice a été construit, séquence confirmée par le mobilier recueilli.

4Des installations annexes ont été mises en évidence. Immédiatement au SO de l’aula, une citerne de plan circulaire n’a pu être qu’en partie dégagée pour l’instant. À presque 3 m de profondeur, le diamètre atteint 2,8 m et n’est visiblement pas à son maximum. Il faut s’attendre à une profondeur d’au moins 5 m, soit un peu plus de 20 m3. Au sud de la citerne, une installation maçonnée n’a pas été suffisamment dégagée pour pouvoir être interprétée, mais la présence d’un petit canal maçonné d’environ 15 cm de large et 25 cm de profondeur la désigne comme accessoire de la citerne. Vers l’est, un sondage de 2 m x 3 m a révélé, autour d’un lambeau de mur, un sol dont le mobilier montre la fonction domestique : outil aratoire, ciseau à bois, fer à cheval. Plus au sud, un reste de mur appartient peut-être au dispositif d’accès. C’est d’ailleurs dans cette zone que l’on observe dans la végétation l’ancien chemin qui montre que l’on arrivait sur le site par le sud.

5Tout le mobilier mis au jour correspond à ce qui est habituellement trouvé sur les sites de la fin du xive s. La céramique de table provient d’Italie (Pise), d’Espagne (Valence) et de Provence. La poterie culinaire sort des ateliers d’Ollières dans le Var alors qu’habituellement la région de la Durance se fournissait plutôt en Uzège. Ce flux commercial particulier est peut-être dû à une exemption de péage datant du début du xiiie s. qui aurait favorisé les échanges en provenance du sud. Des bouteilles et des gobelets de verre ont été mis au jour. L’édifice principal a également livré les restes de deux cottes de maille de deux modules différents et une pièce d’armure.

6Quoique les sources écrites documentent l’occupation du site au xiiie s., il n’y a pas de données archéologiques précises pour les périodes antérieures à la seconde moitié du xive s. La construction du grand édifice, qui témoigne du dernier état du site, a été précédée par le décaissement de près de la moitié du tertre. La partie sud de la motte étant plus haute, on peut espérer y mettre au jour des traces plus anciennes. Ce sera l’objet des prochaines campagnes.

Allemagne-en-Provence, le Castellet.

Allemagne-en-Provence, le Castellet.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Allemagne-en-Provence, le Castellet.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Mouton, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Le Castellet », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 251-252.

Référence électronique

Daniel Mouton, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Le Castellet » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15019

Haut de page

Auteur

Daniel Mouton

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Daniel Mouton

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals