Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). Ultréra – Pic Saint-Michel

Responsable d’opération : André Constant
p. 253-254

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Les débroussaillages progressifs et cinq campagnes de fouilles ont révélé un site castral de grande superficie, bien conservé et plus complexe qu’on ne le pensait. En effet, en contrebas du château féodal d’Ultréra et durant le haut Moyen Âge, le castrum se développait sur au moins 2 ha en une série de quartiers d’habitat étagés à partir du sommet du Pic Saint-Michel. Un tel ensemble de vestiges suggère que ce castrum est une agglomération secondaire perchée, similaire aux exemples languedociens et provençaux contemporains, mais de configuration polynucléaire en raison d’un relief particulièrement accidenté. Tout semble indiquer qu’il s’agit du premier castrum Vulturaria mentionné dans les textes du haut Moyen Âge, et ce dès l’année 673 lors de la fameuse expédition guerrière en Gaule du roi Wamba relatée par Julien de Tolède. À ce jour, 700 m2 de constructions sont dégagés et partiellement fouillés.

2Les premières opérations (2000-2005) ont déjà fait l’objet de comptes rendus. On rappellera seulement que le quartier nord a été dégagé sur 450 m2. La stratigraphie et l’étude du mobilier ont dévoilé deux séquences d’occupation distinctes (seconde moitié du ve-viie s./ixe-xe s.), et donc un réinvestissement de l’habitat tardo-antique aux temps carolingiens après un abandon momentané pour l’instant difficile à cerner (viiie s. ?).

3Les recherches se concentrent depuis 2008 sur un important secteur sommital d’environ 4 600 m2 de surface. Il s’agit d’une sorte d’éperon barré présentant de nombreux vestiges de constructions et d’aménagements rupestres (plateformes, murs et structures fossoyées). Les données récoltées ne restituent encore qu’une image fragmentée de la formation et du développement de ce quartier. La dernière séquence d’occupation (xs.) est ici la mieux appréhendée et la plupart des vestiges construits demeurent pour l’instant difficiles à dater. Ils paraissent, à ce niveau de l’étude, appartenir à au moins deux séquences distinctes. D’abord la fouille du fossé permet de mieux percevoir la présence d’aménagements rupestres parmi l’occupation sans doute originelle du castrum (ve-viie s.). Le mobilier provenant des niveaux de comblement de ce fossé n’appartient qu’à cette période de sorte que le dispositif fortifié méridional, et peut-être la majorité des aménagements rupestres, sont susceptibles de dater de cette séquence bien attestée dans le quartier nord. Ensuite, la « tour » sommitale (fig.) est le bâtiment le mieux daté (xs.). Il s’agit d’un édifice d’environ 52 m2 de superficie hors œuvre et de plan trapézoïdal, installé aux ixe-xe s. sur un bâtiment plus ancien, non fouillé, appartenant sans doute à la première séquence d’occupation (ve-viie s.). Dans son état final du xe s., cette tour présente des murs épais (1,20 m de large) et un espace intérieur exigu (20 m2 au sol). Environnée d’autres vestiges pour l’instant indéterminés (terrasses ou bâtiments annexes), elle forme sans doute le castellum dominant l’ensemble castral alto-médiéval. On soulignera la grande richesse en mobilier et en faune des niveaux d’occupation du rez-de-chaussée qui devait servir de cellier ou de dépotoir avant l’abandon définitif. Hormis la présence résiduelle de mobilier de l’Antiquité tardive (amphore africaine), 10 000 tessons environ en proviennent. Ils sont d’une grande homogénéité typologique et présentent les caractères des productions locales des environs de l’an Mil. Enfin l’îlot occidental occupe une plateforme de 360 m2 qui a été entièrement construite. En 2009, la fouille a mis ici au jour une pièce de grande superficie (60 m2 environ) dont les élévations sont bien conservées (1 m). Les niveaux les plus récents sont contemporains de la phase tardive d’occupation (xe s.) et livrent les premiers indices d’une fonction domestique (foyer, banquettes, fosse et possible espace de filage). L’extension de la fouille permettra de comprendre l’organisation et la chronologie de tout un secteur d’habitat.

Argelès-sur-Mer, Ultréra – Pic Saint-Michel, vue de la tour sommitale.

Argelès-sur-Mer, Ultréra – Pic Saint-Michel, vue de la tour sommitale.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Argelès-sur-Mer, Ultréra – Pic Saint-Michel, vue de la tour sommitale.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Constant, « Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). Ultréra – Pic Saint-Michel », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 253-254.

Référence électronique

André Constant, « Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). Ultréra – Pic Saint-Michel » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15027

Haut de page

Auteur

André Constant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

André Constant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals