Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Auzat (Ariège). Montréal-de-Sos

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 254-255

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009, 2010
Haut de page

Texte intégral

1La fortification de Montréal-de-Sos fait l’objet de fouilles depuis 2001. De 2006 à 2008, une opération triennale a été menée sur le cœur du château, c’est-à-dire le quartier qui s’étend autour de la tour maîtresse (Archéologie médiévale 2009, p. 268). Elle se poursuit par une opération biennale 2009-2010.

2Le phasage du site s’avère bien plus complexe qu’il ne semblait de prime abord. Cette 9e année a permis de prendre conscience de l’épaisseur chronologique et de l’importance du site antérieur au château des comtes de Foix. C’est aussi maintenant que l’on aborde le premier siècle de ce château, un long xiiie s. mal documenté par l’archéologie tant que la fouille se cantonnait aux pieds de la tour maîtresse, zone totalement réaménagée au milieu du xive s. dont les unités anciennes étaient disparues ou, au mieux, très perturbées.

3La quantité et la qualité des informations acquises en 2009 montre l’intérêt de mener des opérations de longue durée sur ce type de site. Une fréquentation ancienne est maintenant reconnue : la première à la fin de l’âge du bronze et au début de l’âge du fer, la seconde juste avant notre ère. À l’époque romaine, le site est de moins en moins fréquenté. Puis une occupation entre le milieu du ixe s. et le début du xie s. correspond probablement au toponyme Mont-réal, donc à une fortification publique. Ces utilisations anciennes structurent le site. Un mur d’enceinte en pierres sèches ainsi que des aménagements importants du relief naturel existent avant la construction du château des comtes de Foix à la fin du xiie s. ou au tout début du xiiie s.

4Le château à proprement parler a été érigé sous l’autorité des comtes de Foix lorsque leur suzeraineté s’affirme sur la vallée. C’est un ouvrage de caserne, ostentatoire, dont l’objectif est la domination comtale sur les habitats du secteur. La fouille 2009 a montré que le premier château comtal serait issu d’un chantier en deux étapes, se déroulant sur plusieurs dizaines d’années, au tournant xiie-xiiie s. et au début du xiiie s. On construisit d’abord un tertre de plus de 200 m3, sorte de motte dominant le sommet déjà perché. Sur cette dernière, on bâtit un donjon, carré, fondé sur de larges murs en pierres sèches, mais dont les élévations étaient à pans de bois. Ce n’est que dans un second temps que la chaux apparaît sur le château, quand on décide de rebâtir le mur d’enceinte en suivant celui qui préexistait. On ajoute alors aussi une enceinte interne, sorte de large chemise au pied de la grosse tour. Les nouveaux murs bâtis utilisent très largement le mortier de chaux, alors que le tout premier château comtal n’était composé que de murs en pierres sèches (ancienne enceinte et base du donjon) et de structures en bois et matériaux organiques.

5Les murs chaulés du xiiie s. sont construits en blocage, suffisamment larges et solides pour avoir été élevés. Le mortier représente la majorité du volume de ces murs : même s’il s’agit d’une nouveauté sur le site, ce n’en est évidemment pas une sur le secteur et les constructeurs savaient l’utiliser massivement.

6Cette construction, réalisée alors que grondait la croisade à quelques dizaines de kilomètres de là, fut attentive aux qualités défensives de la fortification. Les enceintes étaient dégagées, libres à la circulation ; la tour centrale et son mur d’enceinte étaient situés du côté faible à défendre, les accès étaient perchés, la défense était savante et recherchée.

7Le mobilier archéologique récolté indique que les membres de la caserne comtale qui vivaient sur le site avec leur famille n’étaient pas des militaires-paysans car les mobiliers agricoles sont complètements absents des vestiges exhumés. Il semble que l’on ait plutôt affaire à des spécialistes, parfois fidèles proches du comte de Foix.

8Une vaste reconstruction au xive s. couvrit le caput castri de toitures en pierre, ardoise et lauze. On a retrouvé encore cette année plus de 70 ardoises et lauzes gravées issues de ce chantier. Enfin, le site fut arasé au début du xve s. Les rapports de fouilles sont téléchargeables sur http://www.lebarri.com/​montreal.php.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Auzat (Ariège). Montréal-de-Sos », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 254-255.

Référence électronique

Florence Guillot, « Auzat (Ariège). Montréal-de-Sos » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15035

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals