Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Beauvoir-en-Royans (Isère). Le Grand Mur du château delphinal

Responsable d’opération : Annick Clavier
p. 256-257

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Les ruines du château des dauphins (Monument historique depuis 1922) sont bien connues. Elles ont récemment bénéficié de plusieurs campagnes de restauration, qui ont porté sur les principaux édifices conservés : donjon et grande chapelle. À l’automne 2009 s’est déroulée la dernière tranche, qui portait sur trois éléments : le pont enjambant la rampe d’accès au château, le mur d’enceinte à l’est du donjon, dit « le grand bec » et le mur d’enceinte ouest, près du pont, appelé le Grand Mur. Ce dernier a bénéficié, parallèlement aux travaux de restauration, d’une étude archéologique des élévations. Au contraire des deux autres éléments (pont et grand bec), de construction homogène, le Grand Mur est en effet une construction plus complexe, élevée en deux temps, dont plusieurs dispositifs restaient énigmatiques. La présence des archéologues a souvent permis des choix dans les travaux de restauration (type de parement, restitution ou non de parties manquantes…). En revanche, afin de protéger au mieux la maçonnerie subsistante, aucune dépose des enduits encore assez présents du côté interne de la fortification n’a été effectuée.

2L’étude a consisté en un relevé pierre à pierre d’une grande partie du mur, sur ses deux faces, et une couverture photographique complète. Long de 37 m pour une hauteur conservée de 7 à 13 m, le mur étudié limite la vaste terrasse où s’élevait l’ensemble du complexe palatial et domine de plusieurs mètres la rampe d’accès au bourg. Deux états principaux ont pu être distingués.

3État 1. Un mur d’enceinte portant crénelage et chemin de ronde est édifié à l’aide de moellons provenant de la molasse du sous-sol. Ces moellons, plus ou moins bien équarris, de grandes dimensions en partie basse, deviennent de plus en plus petits au fur et à mesure que la construction s’élève, au point de n’être plus que de petites dalles dans la maçonnerie des merlons. Cependant, le travail est soigné : de beaux blocs taillés de tuf marquent les angles des merlons, le mortier, encore résistant aujourd’hui, est de très bonne qualité, les assises sont régulières, tout comme l’espacement des merlons et des créneaux. Le passage du chemin de ronde s’effectue 1,30 m sous l’appui des créneaux : un garde se trouvait donc protégé par un parapet lui arrivant approximativement à l’épaule. Il n’existe aucune trace d’un platelage élargissant l’espace de circulation du chemin de ronde côté intérieur, ni d’un quelconque système de couvrement des merlons, ni d’accès au chemin de ronde circulant à 5 m du niveau du sol actuel. Aucun des huit percements informes aujourd’hui visibles au niveau du rez-de-chaussée ne peut en toute certitude être rattaché à ce premier état : seule l’ouverture o-08 (voir fig.) pourrait avoir été une porte.

4État 2. Au cours de cette phase, les créneaux sont obturés et le mur surélevé afin d’accoler un bâtiment long et étroit comprenant trois niveaux. Contrairement à ce qu’on pouvait penser, ce bâtiment comprend plusieurs pièces : une grande salle centrale de 18,60 m de long sur 4 m de large, flanquée – au moins à l’étage noble – de deux pièces plus petites. Le rez-de-chaussée, haut d’un peu plus de 3 m (par rapport au niveau actuel du sol), est couvert par un dense réseau de poutres portant le plancher ; elles ont été insérées dans la maçonnerie du mur de l’état 1 par le creusement d’une longue saignée horizontale dans laquelle elles ont été calées au moyen de petits nodules de tuf noyés dans du mortier. En deux points, le plancher s’interrompt, indiquant l’emplacement soit, ce qui est le plus probable, de murs de refend, simplement accolés contre la maçonnerie préexistante, soit d’une trémie d’escalier. Le rez-de-chaussée aurait donc été partagé en (3 ou) 4 petites pièces. Huit percements aujourd’hui plus ou moins informes ont été pratiqués dans le mur d’origine : trois seulement peuvent être identifiés, l’un comme une porte (p-06), les autres comme deux fenêtres (f-04, f-07).

5L’étage s’élève pour partie contre le mur de l’état 1, et pour partie le long de la maçonnerie de surélévation, presque exclusivement composée de tuf. Dans six des sept créneaux de l’état 1, sont installées des fenêtres hautes, dotées d’un appui en glacis. C’est le niveau de l’ancien chemin de ronde qui sert à fixer la base des fenêtres, côté intérieur ; côté extérieur, afin que les appuis de ces fenêtres ne se trouvent pas vraiment trop hauts par rapport au niveau du plancher (ils sont déjà à environ 2 m), on a cassé l’appui des anciens créneaux, pour insérer ceux des fenêtres. L’obturation complète de l’un des créneaux, sans installation de fenêtre, montre que dès la conception un mur de refend était prévu à cet emplacement. Cette partition entre les deux pièces correspond également à un changement dans le type de couvrement ; l’étude renouvelle entièrement notre vision car les encastrements de bois observés entre premier et second étage (petites pièces assez serrées et légèrement inclinées) montrent que deux systèmes distincts de voûte lambrissée couvraient ces deux espaces.

6La répartition des fenêtres est à observer, avec une fenêtre centrale à large ébrasement interne, à encadrement externe en tuf et non en molasse comme les autres, couverte par un élégant arc en tiers point.

7Au niveau des combles, le mur présente un important retrait, ne laissant qu’un mince voile de maçonnerie, percé à intervalles réguliers de fenêtres dont deux seulement présentaient quelques éléments de piédroits. La largeur de ces ouvertures (créneaux ou simples fentes de tir) n’a pu être déterminée. Elles se situent assez bas par rapport au niveau de circulation, nettement marqué par une chape de mortier très bien conservée par endroits. Leur rôle défensif ne fait pas de doute : entre le haut de la voûte lambrissée et ces fenêtres, le passage d’un chemin de ronde est possible, quel que soit le système de charpente couvrant l’ensemble du bâtiment.

8Ce dernier connaît sans doute une utilisation longue, car des transformations secondaires y ont été relevées. Plusieurs fenêtres ont ainsi vu leurs appuis réaménagés ; l’une accueille même un curieux système de bassin, avec écoulement vers l’extérieur. Une autre est remplacée par une nouvelle fenêtre, placée plus près du plancher. La porte du rez-de-chaussée (p-06) est condamnée : les matériaux de comblement portent un nouvel enduit. Enfin, des encoches sommaires, faites à coup de pic dans les tableaux de certaines fenêtres, pourraient signaler l’installation de barres de soutien pour de petites pièces d’artillerie : sans doute doit-on y voir la trace du siège de 1580, preuve que le bâtiment possédait encore, à cette date, son niveau de plancher.

Beauvoir-en-Royans, le Grand Mur, face ouest.

Beauvoir-en-Royans, le Grand Mur, face ouest.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Beauvoir-en-Royans, le Grand Mur, face ouest.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Clavier, « Beauvoir-en-Royans (Isère). Le Grand Mur du château delphinal », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 256-257.

Référence électronique

Annick Clavier, « Beauvoir-en-Royans (Isère). Le Grand Mur du château delphinal » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15043

Haut de page

Auteur

Annick Clavier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Annick Clavier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals