Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Berrie (Vienne). Le château

Responsable d’opération : Anne Jégouzo
p. 258

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007, 2009
Haut de page

Texte intégral

1Ce diagnostic a été suscité par le projet de mise en valeur des douves du château de Berrie, au nord de la Vienne. Il fait suite à une première opération (conduite en 2007) réalisée dans une carrière d’exploitation de tuffeau, ouverte sur ces douves. Cette cavité a été vidée de tous les remblais qui recouvraient les fronts de taille. Afin de présenter ce nouvel espace visible et d’en aménager l’accès, le propriétaire a souhaité abaisser le niveau des douves actuelles. La section concernée par ce nouveau diagnostic couvre 900 m² au-devant de la carrière. Il s’agissait de réaliser une fenêtre de décapage au droit du châtelet d’entrée et une tranchée N-S devant le mur de contrescarpe repéré lors de la précédente opération, qui a permis d’appréhender la chronologie des douves et des carrières limitrophes.

2La mise en place des douves semble s’inscrire dans le même programme architectural que l’enceinte polygonale et la tour maîtresse quadrangulaire. V. Gil envisage la construction de cette fortification autour de 1180. L’implantation des carrières dans la contrescarpe semble également contemporaine du creusement des douves. Aucune limite ou différence n’a été observée entre le fond des douves et le fond de carrière. De plus la contrescarpe englobe un pilier d’entrée de la carrière et atteste ainsi la primauté de l’excavation sur le mur. Le diagnostic précédent montrait que ce mur était construit contre des déchets d’exploitation.

3Le creusement des douves ne fournissant pas suffisamment de matériaux de construction, il aurait été décidé de s’étendre en sape dans la contrescarpe pour subvenir aux besoins de la construction. En outre ces carrières pourraient répondre également à la demande en matériaux du village, de l’église et des prieurés alentours.

4Postérieurement à ces extractions et avant le xive s., un mur a été élevé afin de redessiner la contrescarpe et de fermer les ouvertures créées par la carrière. Le fond des douves a pu être curé à cette occasion. L’étude de bâti indique une construction rapide qui répond probablement à une demande urgente de fortification du site. Toutefois, s’il y a eu risque de conflit et utilisation du système de défense, cet épisode paraît assez bref. L’apparente fraîcheur du parement et du rocher laisse envisager que les douves ne restent ouvertes que très peu de temps. Cette nouvelle maçonnerie a ainsi dû avoir une fonction très fugace, ce qui pourrait expliquer l’absence de mur de contrescarpe plus à l’est. Si sa construction a été envisagée, elle n’a peut-être jamais été réalisée.

5Le fossé, comblé très rapidement, a reçu en priorité des déchets d’exploitation. L’étude a aussi permis d’établir la non-mise en eau des douves. La nature très poreuse de la roche pouvait déjà l’indiquer. Les sources textuelles montrent que l’approvisionnement en eau se faisait par un système de puits relié à la nappe phréatique à 27 m de profondeur.

6La profondeur excessive des douves est un fait remarquable. On cherche peut-être ainsi à palier l’inconvénient un emplacement peu stratégique du point de vue défensif. La façade nord est en effet surplombée par la colline.

7Ce diagnostic aura permis d’esquisser – en complément du mémoire de V. Gil – la chronologie des grandes phases de construction de la porte Saint-Martin. Le châtelet est implanté contre l’escarpe des douves déjà construites et encore vides. Le pont dormant actuel reprend un pont-levis plus ancien et certainement contemporain de la construction du bâtiment.

8Deux latrines, une du xive-xve s. et l’autre du xixe s., repérées contre l’escarpe, n’ont pas fait l’objet de fouilles, le décapage étant limité à 2 m de profondeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jégouzo, « Berrie (Vienne). Le château », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 258.

Référence électronique

Anne Jégouzo, « Berrie (Vienne). Le château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15055

Haut de page

Auteur

Anne Jégouzo

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne Jégouzo

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals