Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame »

Responsable d’opération : Philippe Racinet
p. 259-260

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Au SO de la plateforme de la motte, la fouille des comblements liés à la construction d’un donjon roman a mis au jour des sols et des structures construites appartenant aux phases anciennes d’occupation du site (xe et xie s.). Ces éléments, parfaitement conservés, ont été laissés en place lors de la construction du donjon qui n’a pas de salle souterraine et dont les fondations, plus ou moins profondes, viennent tantôt recouvrir, tantôt recouper, tantôt utiliser ces éléments quand il s’agit de structures excavées.

2Le phasage des diverses occupations structurées (au moins trois bâtiments sur sablières et poteaux successifs) pourra être facilement reconstitué grâce aux nombreuses liaisons stratigraphiques directes et aux relations structurelles avec les vestiges situés au nord du donjon. Le mobilier, particulièrement abondant et riche (armement, creusets, feuille d’or…), dénote le caractère privilégié de cet habitat au sein même de la plateforme de la motte. Il permet aussi de dater, grâce notamment aux trois monnaies retrouvées dans le même contexte d’occupation. Les aménagements (comme un important foyer construit avec cendrier au sud) et le mobilier (comme de nombreuses scories découvertes du côté ouest) permettront certainement d’identifier la fonction des différentes pièces d’habitation, facilement repérables dans leur organisation spatiale et leur succession chronologique.

3À l’est du donjon, la découverte la plus importante est la détermination de quatre larges tranchées correspondant à des blocages de fondation et formant un quadrilatère. Si les relations stratigraphiques (essentiellement indirectes) restent encore floues, tout porte à croire qu’il s’agit de la trace fantôme d’un solide bâtiment en pierre antérieur au donjon roman. Une première tour en pierre pourrait donc exister dès le xie s., ce qui expliquerait notamment la fréquence des blocs de petit module (de type pastoureau) retrouvés dans les premiers niveaux de comblement liés à la construction du donjon du xiie s.

4À l’ouest, en rebord de motte, le dégagement des glacis protecteurs du donjon a mis au jour le système de fortification en terre et en bois des xe-xie s., sur plus de 10 m dans le prolongement sud du vestige identifié en 1999-2000. La sablière de la palissade de bois externe du rempart était très bien conservée puisqu’elle comportait encore des empreintes de planche ancrée sur chant et deux empreintes de grand poteau distantes de 3,25 m.

5Le mode de construction du donjon roman commence à se préciser. Les fondations appareillées, systématiquement stabilisées par de gros blocs de grès, reposent directement sur le blocage de l’ancien rempart de terre et de bois à l’ouest et au sud. Du côté oriental, les constructeurs ont pu profiter du démontage des blocs de fondation du mur ouest de l’ancienne tour en pierre pour aménager un espace de travail. Cette construction aurait été précédée d’un nivellement général par arasement, par comblement et par exhaussement.

6Nous avons peut-être également saisi l’une des causes de cette nouvelle construction, qui tranche totalement avec les anciennes. Une vaste zone d’effondrement vertical, située à peu près au centre de la plateforme de la motte, est issue très certainement de la rupture d’un fontis créé par la dissolution des pierres calcaires formant une bonne partie du corps de motte. Cet événement brutal a provoqué un affaissement des couches d’occupation et de remblai appartenant aux phases anciennes (xe-xie s.), dans un rayon d’une quinzaine de mètres. Il est donc possible que cet accident ait provoqué la mise en chantier du nouveau château fort. L’endroit de l’impact a été bouché par une épaisse plaque de mortier beige.

7La présence systématique de grandes dalles de grès, venant soutenir ou épauler les murs de la tour, peut donc s’expliquer par le souci des constructeurs de répartir les forces créées par leur édifice imposant, dans un environnement mité par les structures excavées, souvent profondes, des phases antérieures et certainement fragilisé par l’effondrement récent. Toutefois, le fait que les grandes dalles émergeaient du sol, juste au niveau de la base des murs de la tour, encourage à chercher une explication complémentaire pour cette méthode de construction. Il est indéniable que ces éléments renforcent l’impression de puissance d’un édifice à l’emprise énorme (10,50 x 8 m dans l’œuvre) et dont la hauteur dépassait certainement les 20 m. Ces pierres venant d’ailleurs, leur mise en œuvre témoignait de l’organisation de la seigneurie, apte à les faire transporter depuis des carrières lointaines, et de la technicité des maîtres d’œuvre, capables de les faire hisser jusqu’au sommet de la plateforme.

8L’ensemble du xiie s. est donc marqué par ce donjon établi dans l’angle SO de la plateforme, dominant le grand fossé méridional et le plateau au-delà. Du côté nord, il surplombe un bâtiment résidentiel central, allongé d’ouest en est (aula fouillée lors des campagnes précédentes), un peu comme à Lucheux (Somme). Le château devait être protégé par une enceinte de pierre branchée sur le donjon et comportant au moins une tour de flanquement dans l’angle NO (fouilles antérieures) et une tour d’angle au SE.

9L’étude structurelle et la fouille conduisent à formuler une nouvelle hypothèse concernant l’évolution du donjon à la fin du Moyen Âge. Une nouvelle tour aurait été construite sur ses bases avec modification radicale des faces sud et ouest. Au sud, un couloir de rez-de-chaussée mène à un escalier droit qui indique une circulation au premier étage. Cette dernière est confirmée par la présence d’un conduit de latrines relié à une cuve, dont le curage s’effectuait grâce à une trappe située dans le couloir de rez-de-chaussée. La cuve circulaire, entièrement appareillée, a un diamètre de 0,95 m et une profondeur de 5,10 m.

10Sans circulation au rez-de-chaussée, la partie occidentale est équipée de latrines aménagées dans l’œuvre de la construction. Un conduit est branché à une cuve rectangulaire (1,50 x 0,95 m) parfaitement appareillée et voûtée d’un berceau en plein-cintre. Contrairement aux précédentes, ces latrines sont « actives » : au pied du parement ouest, un canal appareillé avec des blocs de grès permettait d’évacuer le trop plein à l’extérieur de la motte, à travers le glacis.

11À l’intérieur, un nouveau sol est établi à peu près au même niveau que l’ancien, en liaison avec la mise en place de deux gros piliers centraux. De nouvelles constructions sont ensuite adjointes : une tourelle d’escalier dans l’angle interne SO pour desservir un couloir établi dans les murs sud et ouest au premier étage et, surtout, une tour de flanquement à l’angle SO. Cette dernière se présente comme une construction massive, dans laquelle a été aménagée une petite salle rectangulaire (2,50 x 1,90 m). L’étude du parement externe montre qu’il n’était pas recouvert d’un glacis de terre, contrairement aux murs sud et ouest de la tour-donjon remaniée, et qu’il disposait d’un bel appareillage de gros blocs taillés et assisés en ressauts débordants. Cette tour de flanquement, légèrement en fer à cheval, était très saillante et directement placée en surplomb du rebord de motte. C’est un élément fort de la restructuration du château de Boves à la fin du Moyen Âge, qui marque une seconde étape dans la réhabilitation de la grande tour SO.

12Du côté oriental, la courtine sud présente une rupture d’alignement très nette à l’emplacement d’un contrefort massif et saillant qui indique le raccordement entre la tour SE nouvellement édifiée et les travaux de remaniement de la tour-donjon SO. Cette courtine, entre le contrefort et la tour SE, est construite avec un très bel appareillage du côté externe.

13Avec cette section de courtine, le grand contrefort central, la tour de flanquement SO branchée sur l’ancien donjon refait à neuf, la tour maîtresse SE nouvellement construite, la face sud du dernier château de Boves devait être majestueuse. Cette impression était certainement renforcée par l’ampleur du fossé situé juste en avant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame » », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 259-260.

Référence électronique

Philippe Racinet, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15071

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals