Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne). Vieux Château

Responsable d’opération : Michel Piechaczyk
p. 260-261

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1La campagne 2009 a porté sur la grande salle du « grand corps de logis » NE, la cour est, la fondation du mur de façade SE de l’hôtel seigneurial, la lice SO.

2La fouille du dernier tiers de la grande salle du « grand corps de logis » NE a confirmé et précisé l’évolution en six grandes étapes de cet espace. À la période 1, du dernier quart du xiie s. au premier quart du xive s., une grande salle de 89 m² (7,14 m x 12,50 m) soit 22 pieds sur 38,5 pieds occupait l’espace. Son accès, côté cour, se faisait par une large porte et une seule baie était présente en façade. La salle, au sol de terre battue, possède en son centre un puissant pilier cylindrique. Elle est chauffée par une cheminée intégrée dans l’épaisseur de la courtine. Le foyer est limité latéralement par des jambages de pierres taillées devant lesquels une base de colonnette offre un des rares décors sculptés du château. La mise au jour d’un des chapiteaux portant le manteau permet une restitution complète du décor. La modénature de la base et le style du chapiteau datent sa mise en place dans la seconde moitié du xiie s. La communication vers la salle carrée, contiguë au SE, se faisait par un double passage (sous arc ?), encadré de deux pilastres latéraux et muni d’un pilier médian rectangulaire. Cette salle carrée faisait alors office de dépendance de la grande salle et servait de passage pour l’accès au rez-de-chaussée de la tour est. La période 2 commence au deuxième quart du xive s. Les circulations sont améliorées par l’ouverture d’une large porte vers la lice, au travers de l’épaisse courtine. Les relations avec les espaces contigus nouvellement construits constituent un argument fort pour situer ici les grandes cuisines du château durant le veuvage de la reine Jeanne d’Évreux. La mise au jour de plâtres peints à ses armes et de nombreux carreaux estampés bicolores permet de visualiser la décoration royale de ses appartements du premier étage, au xive s. Cette période faste dura jusqu’aux années de l’occupation anglaise (1430), puis on vécut dans des bâtiments semi-ruinés pendant quarante ans.

3La période 3 voit disparaître, à partir de 1470, les dégâts occasionnés par la guerre de Cent Ans grâce à d’importantes reconstructions sur des remblais massifs et au cloisonnement des salles qui aboutit à la redistribution des volumes habités. De nouveaux escaliers modifient les circulations verticales. La période 4, du deuxième quart du xviie s. au milieu du xviiie s., est consacrée à une reconversion du château. Les sols sont refaits et les salles du rez-de-chaussée sont affectées à des fonctions d’artisanat plus que d’habitation. La période 5, à partir du milieu du xviiie s., voit la disparition du logis seigneurial et, après l’arasement de tous ses bâtiments, seule une « petite maison de garde » est édifiée sur ses fondations dans la partie NE. Elle traverse la période révolutionnaire et se trouve démolie, en 1879, en même temps que la tour voisine, Saint-Jean. Seules les archives gardent témoignage de cette période. La période 6 (à partir de 1923) permet le retour du monument dans le giron municipal après une prise de conscience de sa valeur patrimoniale.

4La fouille de la cour E, le long du corps de logis NE, avait pour but d’étudier les deux faces du mur de façade de la salle F. À la période 1, le premier niveau de cour était formé d’un sol empierré très compact, durci par un mortier de chaux. Le sol de cour resta au même niveau durant la période 2, mais une porte fut percée sur la façade afin d’améliorer les circulations. Dès l’origine, ce sol aménagé vient buter sur le large gradin de fondation de la façade. La dégradation du parement du mur est datable du premier tiers du xve s. Durant la période 3, le rehaussement des sols dans les bâtiments s’accompagne du remblaiement de la cour avec la construction d’une tourelle d’escalier hors œuvre et le pavage du sol de la cour. La chapelle, au-dessus de l’entrée, fut réduite par le recul de sa façade, témoignant indirectement de l’importance des dégâts de la guerre de Cent Ans. Les périodes suivantes ne furent que remblaiements successifs.

5L’étude de la fondation du mur de façade SE de l’hôtel seigneurial a montré qu’elle reposait sur le sol géologique (marne grise). Sa construction fut faite en trois phases, au sein d’une tranchée taillée verticalement dans une épaisse couche noire argileuse, non stratifiée macroscopiquement. La fouille de cette zone a mis en évidence un premier sol empierré de chantier, contemporain de la construction des fondations, avant la mise en place définitive du sol aménagé de la cour. La céramique de la couche d’occupation montre que ce niveau de cour a perduré, au moins, jusqu’à la fin du xive s.

6La fouille sur la lice SO, grâce à d’importants moyens de pompage, a mis au jour l’extrémité terminale d’un canal évacuateur d’eau vers les douves. Des sections de ce canal avaient déjà été étudiées lors des campagnes précédentes. Cette structure faisait partie, dès l’origine, d’un réseau hydraulique en relation avec le fonctionnement de la tour-latrine sud. L’ensemble de ce réseau a subi au moins cinq phases de modifications et réparations avant son abandon partiel dans le courant du xive s.

7La mise au jour d’une fosse dépotoir du xive s. atteste, au moins, qu’une partie des lices (zone de petits jardins) pouvait accueillir les rebuts. Aucune fosse dépotoir de cette période n’a été découverte à l’intérieur de l’enceinte. Les différentes zones de fouille sur la lice SE n’ont jusqu’alors rien révélé de ce type. Des pichets parisiens décorés témoignent du statut de la table et de l’extension des productions vers le SE de la capitale.

8Les études xylologique et dendrochronologique d’éléments de siège des latrines nord datent la mise en place de cette structure dans le premier tiers du xve s. Les études carpologiques de la campagne 2009 ont également porté sur le contenu de cette même fosse latrines.

Brie-Comte-Robert, Vieux Château, cheminée de la grande salle du corps de logis NE (fin du xiie s.).

Brie-Comte-Robert, Vieux Château, cheminée de la grande salle du corps de logis NE (fin du xiie s.).
Haut de page

Table des illustrations

Titre Brie-Comte-Robert, Vieux Château, cheminée de la grande salle du corps de logis NE (fin du xiie s.).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/15075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Piechaczyk, « Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne). Vieux Château », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 260-261.

Référence électronique

Michel Piechaczyk, « Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne). Vieux Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15075

Haut de page

Auteur

Michel Piechaczyk

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel Piechaczyk

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals