Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Château-Thierry (Aisne). 2, place des États-Unis

Responsable d’opération : Jean-Jules Tronquoy
Notice rédigée avec François Blary
p. 262-263

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic a été réalisé préalablement au projet de réaménagement de la Maison de l’Amitié franco-américaine (MAFA), sise au 2, place des États-Unis. Après la destruction de l’aile donnant sur la place datant des années 1920, deux tranchées ont été réalisées dans l’espace étroit de cette parcelle de 199 m². Ces ouvertures ont permis d’observer plusieurs structures maçonnées en relation avec des horizons liés à une voirie régulièrement entretenue. Ces données nouvelles, sur ce secteur particulier au sud de la ville médiévale intra-muros, le long de l’ancien cours de la rivière de Marne, complètent les travaux déjà réalisés par François Blary sur Château-Thierry.

2Au SE de la parcelle, un mur large de 0,80 m à hauteur de son arase supérieure a été observé sur plus de 2,30 m de haut sous le mur gouttereau du bâtiment détruit. Il est composé d’assises irrégulières de blocs de moyen appareil en grès, grossièrement équarris et liés à un mortier de chaux et de sable de Cuise. L’étroitesse de la parcelle étudiée ici n’a pas permis de caractériser davantage son élévation, ni d’observer directement ses fondations et encore moins d’atteindre le substrat géologique sur lequel il s’ancre très vraisemblablement. Cependant, compte tenu de sa position topographique, il s’intègre très probablement dans la ligne de fortifications de la ville, remodelée à la fin de l’époque médiévale. L’existence de cette ligne était soupçonnée par les études antérieures. Les vestiges de la « tour de la Bannière », qui subsistent sur 2 m en élévation, à 100 m à l’ouest, en étaient jusque-là les derniers témoins visibles. Dans ce mur découvert lors de la fouille, une ouverture a été ménagée : il s’agit d’une porte de la tour dite « de la Prison » ouvrant sur l’ancienne grande Cour de Lange, bouchée à l’époque moderne.

3Deux murs gouttereaux appartenant à une même construction ont été observés. Ils appartenaient chacun à une salle basse, dont les départs de voûtes montrent clairement un berceau continu pour l’une d’elles. L’un d’eux jouxte une ancienne rue. Ces murs semblent parallèles à la ligne de fortification, encore visible sur un plan de 1751, pour laquelle on observe une même inflexion dans les tracés. Cette organisation de l’espace urbain et défensif correspond à la reprise de la fortification de la fin du xive s. ou du début du xve s.

4Une voirie, régulièrement entretenue par recharges successives, datant de la fin de l’époque médiévale, a été mise en évidence entre ces murs d’habitation et la ligne de fortification sur une épaisseur de plus de 1,50 m. Cette ancienne rue permettait la circulation de charrois comme en témoigne sa largeur de plus de 3 m.

5Le sondage réalisé pour caractériser ces horizons successifs de voiries a fait apparaître un mur massif antérieur. Ici encore, l’étroitesse des lieux n’a pas permis l’observation complète de sa largeur qui dépasse 1,30 m. Son parement est composé de blocs de grand appareil, le blocage semble lié à un mortier hydraulique rose. Au regard de son épaisseur, de son appareillage et de sa position stratigraphique, il s’agit très probablement d’une des courtines de l’enceinte urbaine édifiée par Thibaud IV de Champagne à partir de 1220. Le remaniement du système défensif probablement mis à mal lors de sièges est attesté au début du xve s. Il a entraîné l’arasement du mur de fortification médiévale et son remplacement par une construction plus ample et adaptée à l’arme à feu en relation avec la défense du pont.

6Le diagnostic a permis de reconnaître uniquement les aménagements postérieurs au xiiie s. L’intégralité de la stratigraphie qui dépasse ici 3 m de puissance n’a pu être observée, interdisant ainsi une reconnaissance des aménagements antérieurs, encore mal connus, de la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Blary, « Château-Thierry (Aisne). 2, place des États-Unis », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 262-263.

Référence électronique

Jean-Jules Tronquoy, François Blary, « Château-Thierry (Aisne). 2, place des États-Unis » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15115

Haut de page

Auteur

François Blary

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Jules Tronquoy

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals