Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon

Responsable d’opération : Bruno Dufaÿ
p. 263

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1L’installation de nouveaux réseaux électriques et d’évacuation des eaux pluviales a donné lieu à une surveillance archéologique portant sur environ 1 km de tranchées creusées dans presque toutes les parties du château de Chinon (à l’exception du fort Saint-Georges, à l’est). La vue partielle ménagée par les tranchées a été l’occasion de très intéressantes découvertes, quoique insuffisantes pour assurer la compréhension des vestiges.

2La découverte la plus importante est l’établissement de la continuité d’occupation depuis La Tène finale jusqu’à nos jours. Une fosse du Bronze final IIIB ou du Hallstatt B2-B3 a été découverte, mais elle reste pour l’instant isolée. L’occupation laténienne puis antique n’est connue que par du mobilier résiduel abondant, avec des couches contenant de grandes quantités de matériaux de construction, tegulae et torchis notamment. Des structures découvertes au xixe s. ont été réinterprétées comme les restes d’un bâtiment avec un chauffage par hypocauste. Une occupation gauloise avec une tombe de guerrier datant de la toute fin de la période est également à signaler.

3L’Antiquité tardive est représentée par la découverte d’une portion d’une vingtaine de mètres de long du rempart du ve s., du côté nord du site. L’existence d’un castrum à cette époque était mentionnée par Grégoire de Tours, mais aucune preuve archéo­logique de son existence et de sa localisation n’avait été administrée. On a par ailleurs pu noter que ce rempart antique avait été conservé jusqu’au xve s., et que le rempart médiéval, construit en avant, vers le nord, a fonctionné longtemps comme une braie ménageant une lice entre les deux murailles.

4L’occupation du haut Moyen Âge est matérialisée par du mobilier résiduel des vie-viie s., des zones de silos creusés dans le substrat, deux fonds de cabane et quelques vestiges de rempart maçonnés (datés par 14C). Malgré l’aspect lacunaire de l’information, il est possible de comprendre la structuration progressive du site. L’éperon est parcouru par un chemin bordé de silos datés des viiie-xe s., localisés vers le centre du site ; cette zone reste vouée au stockage jusqu’au milieu du xiie s., comme en témoignent quelques gros silos de cette époque. En bordure nord se trouvent des bâtiments d’exploitation. Il nous manque toutefois l’habitat correspondant. À l’extrémité orientale, sur le point culminant de l’éperon, a été construite, au ixe ou xe s., une enceinte rectangulaire abritant le logis comtal (le château appartient alors au comte de Blois), certainement doté d’un étage (il n’a pas été retrouvé, mais un fragment de courtine avec un chemin de ronde possédait un escalier se dirigeant vers le haut).

5Cette bi-partition entre une zone aristocratique et une zone utilitaire formant basse cour, que l’on retrouve par exemple à Blois ou à Langeais, a été complétée au xie siècle par la construction d’une chapelle castrale dépendant de l’abbaye de Bourgueil. Une partie de cet édifice a été retrouvée à l’extrémité occidentale du site. Il avait été partiellement détruit par l’aménagement d’une douve à l’extrémité de l’éperon à la fin du xiie s. Il devait s’agir d’une église à une nef, large d’une dizaine de mètres pour une vingtaine de long, dallée de calcaire. Elle a été remplacée dans la première moitié du xiiie s. par une autre église, située en face des logis aménagés sur le front sud du château. Cette dernière n’a pas été observée dans les tranchées, car les niveaux médiévaux à cet endroit ont été arasés à l’époque moderne, mais elle est attestée par un plan du xviiie s. Parallèlement, une grande salle capitulaire avec une file de piliers centraux, dont il subsiste au moins un chapiteau découvert dans des travaux anciens, a été construite au-dessus d’une cave. Dans le dernier tiers du xive s., le prieuré a été agrandi d’un vaste bâtiment, également à deux nefs et un étage, desservi par un escalier dans une tourelle d’angle.

6Les remparts et divers bâtiments du château ont livré des données plus ponctuelles. Plusieurs édifices, rasés aux xviie et xviiie s., avant l’établissement des quelques documents graphiques qui représentent le château, étaient entièrement inconnus. Deux grosses tours quadrangulaires ont pu être mises en relation avec la campagne de fortification de Jean sans Terre. On observe la densification de l’occupation par l’adjonction de bâtiments, tout le long des remparts, notamment au revers des tours. Les vestiges de ces bâtiments sont malheureusement trop partiels pour préciser leur destination.

7Des données neuves ont été acquises dans le secteur des logis royaux, situés au sud du château du Milieu qui ont fait l’objet, après une étude de bâti (Bastien Lefebvre, 2007), d’une restitution de leur toiture par l’ACMH Arnaud de Saint-Jouan. La chronologie a été affinée et certaines hypothèses émises en 2007 ont été validées, comme l’existence dès le xiie s. d’un bâtiment à l’est de celui qui est encore en élévation, connu comme « salle de la Reconnaissance ». Si la tradition localise dans cette dernière la scène où Jeanne d’Arc a « reconnu » le dauphin Charles VII en 1429, il apparaît maintenant qu’elle n’a pas été construite par ce dernier. Il s’agit plutôt sans doute de l’auditoire construit par le duc Louis Ier d’Anjou vers 1375, alors qu’il tenait Chinon en apanage. Les logis royaux, qui se dressent maintenant isolés au bord du rempart, étaient les éléments d’un complexe plus important qui s’ouvrait sur une cour. Les bâtiments leur faisant face ont été découverts, ainsi que les murs de clôture structurant l’espace. L’un de ces édifices a pu être identifié comme le jeu de paume mentionné au xve s. par les sources écrites. Dallé de calcaire, flanqué d’une galerie latérale au sud pour les spectateurs, il est le réaménagement d’un bâtiment du prieuré construit au xive s., évoqué ci-dessus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Dufaÿ, « Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 263.

Référence électronique

Bruno Dufaÿ, « Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15119

Haut de page

Auteur

Bruno Dufaÿ

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Dufaÿ

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals