Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2009
III.- Constructions et habitats fortifiés
III 1.- Opérations de terrain

Dijon (Côte-d’Or). Boulevard de Brosses, place Saint-Bernard, boulevard de la Trémouille, place de la République, rue Parmentier, rue Peignot, place Jean Bouhey, boulevard de Champagne

Responsable d’opération : Benjamin Saint-Jean Vitus
p. 265

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Préalablement à la création de deux lignes de tramways, les suivis de tranchées et les sondages de diagnostic effectués sur les franges NO et nord du centre actuel de Dijon ont révélé, d’une part, d’importants vestiges de fortifications médiévales, sous l’axe des boulevards de Brosses et de la Trémouille, et d’autre part, deux voies médiévales principales s’éloignant de Dijon vers le nord, ainsi que des restes de bâtiments et de rues secondaires des xive et xve s. appartenant à l’ancien faubourg Saint-Nicolas, rasé au début du xvie s. pour construire le bastion à l’origine de la place de la République actuelle.

2Les vestiges des fortifications, qui comprennent l’ancien « château » – forteresse construite par les rois de France dans les dernières années du xve s. – mais aussi des tronçons importants de l’enceinte urbaine, datables entre le xiie et le début du xvie s., avec différents états de la « porte d’eau » chevauchant le cours d’eau du Suzon à son entrée dans Dijon, sont arasés à faible profondeur et conservés sur plusieurs mètres d’épaisseur. Place de la République et sur ses marges, les recharges empierrées et creusées d’ornières des deux voies S-N, axées probablement sur d’anciennes portes de l’enceinte urbaine, se superposent sur plus de 2 m d’épaisseur. Une troisième voie, au sud de la place, paraît au contraire orientée SE-NO ; elle porte les traces d’un contexte très humide, qui suggère la proximité d’un ancien fossé (?). Au centre de la place, les vestiges d’habitat en pierre de la fin du moyen âge, comprenant une cave (dont le fond n’a pas été atteint), flanquent une ruelle finalement pavée. Leurs arases sont surmontées de plus de 2 m d’épaisseur de remblais apportés lors de la construction du bastion – qui semble s’être étalée dans la durée. Un sondage a permis de vérifier l’emprise et l’état de conservation de la muraille du bastion, arasée juste sous la surface actuelle de la place.

3À 500 m de là, vers le NE, les sondages de la place Jean Bouhey et, plus loin, les tranchées du boulevard de Champagne n’ont livré que quelques traces de constructions et de sols de circulation des xviiie et xixe s., pour une majorité de niveaux très bouleversés par l’urbanisation du xxe s., ou au contraire, très peu diserts et d’interprétation difficile. Nulle trace évidente d’occupation antique n’a été repérée dans ces secteurs susceptibles d’être traversés par la voie romaine Lyon-Langres, à l’écart de laquelle s’était fixé le castrum antique à l’origine de Dijon. (Responsable de l’opération : .)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Dijon (Côte-d’Or). Boulevard de Brosses, place Saint-Bernard, boulevard de la Trémouille, place de la République, rue Parmentier, rue Peignot, place Jean Bouhey, boulevard de Champagne », Archéologie médiévale, 40 | 2010, 265.

Référence électronique

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Dijon (Côte-d’Or). Boulevard de Brosses, place Saint-Bernard, boulevard de la Trémouille, place de la République, rue Parmentier, rue Peignot, place Jean Bouhey, boulevard de Champagne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/15139

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals